Hamon / Valls : je t’aime moi non plus Hamon / Valls : je t’aime moi non plus
Les semaines passent et mai 2017 se rapproche un peu plus chaque jour. Après les primaires écologistes, les primaires de droite ou encore les... Hamon / Valls : je t’aime moi non plus

Les semaines passent et mai 2017 se rapproche un peu plus chaque jour. Après les primaires écologistes, les primaires de droite ou encore les primaires dites « citoyennes », c’est au tour de la gauche de choisir qui représentera le Parti Socialiste lors des élections présidentielles. La semaine dernière, le premier tour s’était soldé, non sans surprise, par l’élimination d’Arnaud Montebourg, Vincent Peillon, François de Rugy, Sylvia Pinel et de Jean-Luc Bennahmias et la qualification pour le second tour de Manuel Valls et de Benoît Hamon.

Même s’il était en tête des sondages depuis quelques semaines, la qualification de Benoît Hamon relève d’une tendance commune à toutes ces primaires : le retour en force des outsiders. A l’image de Jadot chez les Verts et Fillon chez les Républicains, Benoît Hamon, encore presque inconnu il y a quelques mois, parviendra-t-il à remporter lui aussi sa primaire ?

En attendant, nous vous proposons de découvrir son programme ainsi que celui de Manuel Valls.

 

Benoît Hamon

 

BIO :

Ancien porte-parole du Parti Socialiste, ancien député européen, ancien Ministre délégué à l’économie sociale et solidaire sous Jean-Marc Ayrault. Il a été nommé Ministre de l’Education par Manuel Valls en 2014 avant d’être poussé à la démission 4 mois plus tard. Aujourd’hui considéré comme « frondeur du PS » pour avoir pris position contre la ligne de conduite du gouvernement Valls, Hamon réussira-t-il à battre son ancien confrère ?

 

PROGRAMME :

  • Emploi

Une des mesures phares de Benoît Hamon est sans aucun doute la création d’un revenu universel d’existence. Cette mesure, à laquelle Manuel Valls est farouchement opposé, a pour but de lutter contre la précarité et d’appréhender autrement le travail. Le revenu universel est un revenu de 750€ qui sera distribué à toute la population, sans condition d’âge ni de revenu. Il a pour but de garantir à chacun la possibilité de se loger et de nourrir, malgré les aléas de la vie. Néanmoins, il permettrait aussi de clarifier le système social et fiscal français en simplifiant les nombreuses aides qu’il existe déjà et de favoriser le retour au travail.  L’application se fera par étape : le candidat augmentera d’abord le RSA de 10%, puis appliquera le revenu universel, d’abord aux 18-25 ans puis à l’ensemble de la population.

Autre promesse qui écarte un peu plus Hamon de Valls, celle d’abroger la loi travail. Le candidat estime que le code du travail doit continuer de prévaloir sur les accords négociés par les branches et les entreprises. Enfin, parmi les mesures à l’égard du travail, nous retrouvons aussi la volonté de taxer la richesse créée par les robots. L’argent récolté servira à financer la protection sociale des salariés à qui les machines ne profitent pas ou très peu.

 

  • Economie

Au sujet de l’économie et de la fiscalité, Benoît Hamon prouve encore un fois qu’il est réellement un candidat de gauche. En effet, il souhaite avant tout lutter efficacement contre l’évasion fiscale. S’il est élu, les GAFA (Google, Amazon, Facebook et Apple) n’auront plus d’autre choix que de payer des impôts à la France. Pour cela, il prévoit de renforcer les effectifs de la direction des Finances Publiques afin de créer des reports, identifier et pénaliser les fraudeurs.

Toujours en termes de fiscalité et dans le but de favoriser la mise en place de la mesure ci-dessus, Benoît Hamon souhaite aussi harmoniser fiscalement l’Europe. Il y a, selon lui, grande urgence à rapprocher les taux de l’impôt sur les sociétés. Pour cela, la France pourrait être le précurseur de la création d’un nouvel impôt européen sur les multinationales. L’argent récolté permettrait ainsi de financer les investissements nécessaires à la transition énergétique.

 

  • Ecologie

Sujet totalement oublié par la droite et pourtant préoccupant, l’écologie est néanmoins dans les bouches des candidats à la primaire du PS. Benoît Hamon a, pour sa part, prévu d’investir massivement dans la rénovation des bâtiments afin que nous consommions moins d’énergie.

Le candidat indique aussi dans son programme la volonté de lutter contre les pesticides dangereux et les perturbateurs endocriniens. Pour cela, ces substances seront bannies en France et l’importation des produits les contenant sera de la même interdite.

Enfin, cette fois-ci en accord avec Manuel Valls, Benoît Hamon se donne comme objectif 50% d’énergies renouvelables d’ici 2025. Pour cela, il créera une aide pour que chaque citoyen puisse se munir de matériel de production d’énergie renouvelable domestique.

 

  • Immigration et laïcité

Entre démantèlement de la jungle de Calais, interdiction du burkini, djihadisme, et inquiétante montée de l’extrême droite en France, les questions d’immigration ont été au goût du jour en 2016. Cela se ressent dans le programme de tous les candidats, à commencer par celui de Benoît Hamon. Ainsi, face au vif débat sur l’immigration qui éprend la France depuis de longs mois, le candidat répond par la volonté de créer un visa humanitaire. Ce dernier permettra aux réfugiés fuyant la détresse économique, la détresse climatique, la guerre, ou encore la répression, d’accéder de manière légale et sécurisée au territoire français afin de bénéficier d’une protection temporaire.

Toujours dans le but de mieux appréhender et de mieux gérer l’immigration, Hamon propose de favoriser l’intégration des demandeurs d’asile. Ces derniers auront une autorisation de travailler après 3 mois sur le territoire français et les obstacles qui les tiennent à l’écart de la société seront supprimés.

 

  • Education

 

Les questions d’éducation ne sont moins mises en avant par les candidats, néanmoins, parmi les promesses de Benoît Hamon, c’est la lutte contre les inégalités à l’école qui prévaut. Nous retrouvons les grands points suivants :

  • Limiter le nombre d’élèves à 25 du CP au CE2 et à 20 pour les établissements de zones prioritaires
  • Pour cela, recruter 40 000 professeurs
  • Réformer les affectations des élèves aux établissements en essayant de faire valoir la mixité sociale
  • Créer un service public d’aide aux devoirs pour donner les mêmes chances à tous, qu’importe la situation familiale, financière et culturelle

 

 

Manuel Valls

 

BIO :

Ancien maire d’Evry, déjà candidat aux primaires socialistes en 2011, Ministre de l’Intérieur en 2012 puis Premier Ministre en 2014 avant de démissionner en décembre 2016 pour se présenter à la primaire de la gauche.

Manuel Valls réussira-t-il à jouer de sa notoriété et à accéder à la dernière marche de l’Elysée ?

 

PROGRAMME :

  • Emploi

 

En termes d’emploi, la politique de Manuel Valls en cas de victoire aux élections présidentielles sera vraisemblablement proche de celle de François Hollande. En effet, en premier, lieu, le candidat ne souhaite pas remettre la loi travail qui a fait couler beaucoup d’encre depuis bientôt un an. Cette décision peut paraître logique puisque Manuel Valls était dans le gouvernement l’ayant implémentée.

D’autre part, l’ancien Premier Ministre accorde beaucoup d’importance à la valorisation des heures supplémentaires. S’il est élu, il promet donc de redonner du pouvoir d’achat à tous les travailleurs en défiscalisant les heures supplémentaires. Dans le but de protéger d’avantage les travailleurs, Valls propose aussi d’instaurer une protection sociale universelle qui ne ferait plus la différence entre les travailleurs indépendants, les artisans, les commerçants et les salariés.

 

  • Economie

Economiquement parlant, la priorité est donnée à la création d’entreprise et aux PME. De fait, Manuel Valls souhaite pouvoir offrir un congé et un minimum garanti à toute personne souhaitant créer sa propre entreprise. Un accompagnement serait aussi mis en place avec un prêt de l’état à taux zéro et sans remboursement les premières années. L’entreprenariat ne serait ainsi donc pas exclusivement réservé aux plus aisés.

De plus, à une échelle plus large, Manuel Valls souhaite renforcer le pouvoir de l’Union Européenne sur ses entreprises. Ainsi, le candidat préconise que tout investissement étranger sur le territoire européen dans des domaines stratégiques (sécurité, défense, énergie, agriculture…) puisse être contrôlé et étudié. La sécurité économique de l’UE est donc le maître mot.

 

  • Ecologie

 

Même s’il concourt lui aussi pour les Primaires de Gauche, Manuel Valls semble moins engagé que Benoît Hamon en matière d’écologie. En effet, le candidat, affirmant qu’il a toujours été pour la construction de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, prend aussi position en se disant contre la mise en place d’une fiscalité écologique.

Néanmoins, Valls n’est pas totalement réfractaire à des mesures environnementales puisqu’il met un point d’honneur à la transition écologique. L’objectif est donc de maintenir la filière nucléaire mais de faire progresser les énergies renouvelables pour qu’elles atteignent 50% du mix électrique d’ici 2025. Pour mettre en place cette promesse et mieux appréhender la question écologique, Manuel Valls souhaite la fusion des ministères de l’écologie, de l’énergie et de l’industrie.

Enfin, l’ancien Premier Ministre propose aussi de verser un aide de l’état aux entreprises favorisant l’économie circulaire.

 

  • Immigration et laïcité

 

Les questions d’immigration et de laïcité sont aussi mises en avant dans le programme de Manuel Valls. Ce dernier évoque aussi le droit d’asile et affirme y être favorable. Néanmoins, pas de grand changement dans les promesses du candidat puisqu’il ne va pas plus loin qu’affirmer que les migrants dont la demande d’asile aurait été refusée seront reconduits à la frontière. Pour garantir cette distinction entre demandeurs d’asile acceptés et refoulés, Manuel Valls préconise le renforcement des contrôles et des frontières extérieures à l’espace Schengen. Par exemple, des contrôles systématiques auront lieu à l’entrée et à la sortie de cet espace.

 

 

  • Education

 

Dans le programme de Manuel Valls non plus l’éducation n’est pas mise en avant. Le maître mot est tout de même, comme Benoît Hamon de lutter contre les inégalités sociales et territoriales mais avant tout de revaloriser le travail de la « communauté éducative ». Il propose ainsi de :

  • Revaloriser le salaire et le statut des enseignants
  • Mieux accompagner les enseignants qui commencent leurs carrières dans des établissements difficiles
  • Lutter contre l’illettrisme grâce à une politique de la langue française
  • Renforcer les moyens mis en place pour la scolarisation des moins de 3 ans
  • Développer l’éducation artistique et culturelle des Français

 

 

Ainsi, pour conclure, il est facile de constater que Manuel Valls et Benoît Hamon se retrouvent sur certains points (plutôt rassurant pour deux candidats du même parti politique). Néanmoins, Benoît Hamon semble plus ancré dans les valeurs de la gauche et aller plus loin, notamment sur les questions écologiques et sociétales. Alors qu’ils étaient encore confrères il y a quelques années, les deux candidats se positionnent aujourd’hui différemment face à ce deuxième tour des primaires du PS et de la gauche. Une chose est sûre, seul un des deux pourra défendre les couleurs de leur parti en mai prochain 2017.

Mathilde Vohy

20 ans, étudiante à NEOMA Reims après une prépa ECE au lycée Charles de Gaulle à Caen. Passionnée par le développement durable, l'économie et la géopolitique.

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *