Présidentielles : à un mois des élections, quel topo ? Présidentielles : à un mois des élections, quel topo ?
Lundi avait lieu sur TF1 la première confrontation télévisée officielle de cette campagne présidentielle 2017. Finance, sécurité, immigration, travail, écologie, éducation, les points de... Présidentielles : à un mois des élections, quel topo ?

Lundi avait lieu sur TF1 la première confrontation télévisée officielle de cette campagne présidentielle 2017. Finance, sécurité, immigration, travail, écologie, éducation, les points de discorde et les accrochages ont été nombreux entre Marine Le Pen, François Fillon, Emmanuel Macron, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon.

Au-delà de son contenu, l’organisation de ce débat a aussi soulevé des contradictions et des revendications. En effet, dimanche dernier, alors invité au 20h de TF1, Nicolas Dupont-Aignan avait fait le choix de quitter le plateau pour dénoncer le fait que lui et 6 autres candidats n’aient pas été conviés à participer à ce débat. Le candidat de Debout la France accuse toujours la chaîne d’avoir agi inégalitairement entre les dits « petits candidats » et les plus médiatisés.

Major Prépa a choisi de faire valoir la démocratie et de vous présenter tous les candidats officiellement en course pour une place à l’Elysée.

 

Les principaux candidats disqualifiés :

 

  • Michèle Alliot-Marie (Union pour un mouvement populaire): 74 parrainages
  • François Baroin (Républicains) : 45 parrainages
  • Bastien Faudot (Mouvement républicain et citoyen) : 29 parrainages
  • Jean-Pierre Gorges (Républicains): 70 parrainages
  • Henri Guaino (Républicains) : 33 parrainages
  • Alexandre Jardin (Bleu Blanc Zèbre) : 165 parrainages
  • Alain Juppé (Républicains) : 313 parrainages
  • Charlotte Marchandise (candidate de LaPrimaire.org) : 135 parrainages
  • Oscar Temaru (Tavini Huiraatira – parti tahitien – gauche indépendantiste) : 109 parrainages
  • Rama Yade (UDI) : 353 parrainages

Les candidats qualifiés :

 

Les candidats de gauche

 

1/ Nathalie Arthaud

Une des deux femmes en lice pour cette élection présidentielle. Elle incarne le parti Lutte Ouvrière (LO) dont elle est porte-parole depuis 2008. A 46 ans, cette professeure agrégée d’économie et de gestion participera à sa deuxième élection présidentielle après celle de 2012 où elle avait récolté 0.56% des voix. Ses idées, souvent comparées à celle de Trotski, vont dans une seule direction : faire entendre la voix des travailleurs et des chômeurs. Elle affirme vouloir défendre les intérêts de ces derniers « à l’opposé du patronat et des actionnaires qui encaissent des millions et des millions » .

En attendant de lire notre article récapitulatif de son programme, vous pouvez retrouver ses idées sur : http://www.nathalie-arthaud.info/

 

2/ Benoît Hamon

Il a créé la surprise en remportant les primaires de gauche le 29 janvier dernier face à Manuel Valls. Il est donc le représentant du Parti Socialiste pour ces élections et succède de ce fait à François Hollande. Le candidat se veut néanmoins plus ancré à gauche et le prouve notamment avec la mesure phare de son programme : la mise en place d’un revenu universel. Sa campagne socialiste a aussi pris un tournant écologiste puisque Yannick Jadot, alors candidat Les Verts, a décidé, le 23 février, de retirer sa candidature pour se rallier à Benoît Hamon. Les électeurs de gauche étaient aussi nombreux à désirer le ralliement de Hamon à Jean-Luc Mélenchon dans le but de créer un « grand parti de gauche » mais les candidats n’étaient pas favorables à cette idée.

Vous pouvez retrouver notre article récapitulatif de ses idées sur : http://major-prepa.com/actualite/hamon-valls-je-taime-moi-non-plus/ ou son programme complet sur : https://www.benoithamon2017.fr

 

3/ Jean-Luc Mélenchon

Il est un personnage connu du paysage politique français. Longtemps connu sous l’étiquette du PS, il a ensuite fondé et représenté différents partis : Nouveau Monde en 2002, le Parti de Gauche en 2008 et La France Insoumise à l’occasion de ces élections présidentielles. Ce n’est néanmoins pas sa première candidature puisque Mélenchon était déjà présent en 2012 sous la bannière du Front de Gauche. Il avait terminé 4ème de ces élections présidentielles avec 11.1% des voix.

Ancien ministre délégué à l’enseignement professionnel sous Jospin, Mélenchon a fait de l’écologie son fer de lance, avec, notamment, l’ambition de sortir du nucléaire d’ici 2050. Considéré comme le grand gagnant du premier débat télévisé pour l’efficacité de ses punchlines, ses 666 parrainages l’ont fait écoper d’une image plus rebelle.

En attendant de lire notre article récapitulatif de son programme, vous pouvez retrouver ses idées sur : https://jlm2017.fr/

 

4/ Philippe Poutou

Anciennement présent sous le parti Lutte Ouvrière de Nathalie Arthaud, Philippe Poutou est désormais membre du parti Ligue Communiste Révolutionnaire, rebaptisé Nouveau Parti Anticapitaliste depuis 2009. Déjà candidat aux élections présidentielles de 2012, le candidat avait alors récolté 1.15% des voix.

Le quinquagénaire compte cette année sur son gain de notoriété. Il est notamment beaucoup plus présent sur les réseaux sociaux, notamment pour son franc parler. Souffrant généralement d’une sorte de concurrence avec Nathalie Arthaud et Jean-Luc Mélenchon, l’ancien mécanicien de chez Ford pourra compter sur son habitude des combats d’extrême gauche pour faire la différence.

En attendant de lire notre article récapitulatif de son programme, vous pouvez retrouver ses idées sur :  https://poutou2017.org/

 

Les candidats de droite :

 

1/ Nicolas Dupont-Aignan

Comme nous le mentionnions en introduction, Nicolas Dupont-Aignan a réalisé un joli coup de com’ (bien que nous ne doutions pas du fond de sa pensée) en quittant le plateau de TF1 dimanche dernier en plein 20h. Un bel élan médiatique pour celui que l’on considère souvent comme noyé entre les Républicains et le Front National. Les Républicains (ou plutôt l’UMP à l’époque), Nicolas Dupont-Aignan les a côtoyés avant de se retirer du parti, en raison d’un désaccord Nicolas Sarkozy en 2007. Il crée « Debout la République » dans la foulée, avant de rebaptiser son parti en « Debout la France » en 2014. Après 1.79% des votes en 2012, le candidat croit en ses chances pour sa troisième campagne présidentielle. Dupont-Aignan affirme d’ailleurs que les sondages d’intention de vote « ne veulent rien dire » et qu’il compte créer la surprise lors de ces élections 2017.

En attendant de lire notre article récapitulatif de son programme, vous pouvez retrouver ses idées sur : http://www.debout-la-france.fr/

 

2/ François Fillon

Il a aussi occupé la scène médiatique ces derniers temps, mais pas forcément pour son plus grand bien. Mis en examen le 15 mars dernier pour l’affaire de l’emploi présumé fictif de sa femme, il avait affirmé plus tôt qu’il ne se présenterait pas aux élections présidentielles si une telle situation devait se présenter. Pourtant, après avoir créé la surprise lors des primaires de droite, il représentera bien les Républicains lors de ces élections présidentielles.

François Fillon est très certainement un des candidats ayant le plus d’expérience en politique. Ancien député, ancien sénateur, ancien ministre, ancien premier ministre, le candidat rêve désormais d’accéder au dernier échelon : celui de Président de le République. Il défendra pour cela un programme très libéral.

Vous pouvez retrouver notre article récapitulatif de ses idées sur : http://major-prepa.com/actualite/comparatif-des-programmes-des-candidats-a-la-primaire-de-droite/ ou son programme complet sur : https://www.fillon2017.fr

 

3/ Marine Lepen

Elle est la deuxième femme présente à ces élections présidentielles et aussi la deuxième candidate à être rattrapée par des problèmes judiciaires. Néanmoins, cette ancienne avocate ressort souvent en tête des intentions de vote.

A la tête du Front National depuis 2011 (après avoir succédé à son père), Marine Lepen avait obtenu 17.9% des voix en 2012. A 48 ans, la candidate extrême droite présente un programme nationaliste et patriote qu’elle résume sous le slogan « La France apaisée ».

En attendant de lire notre article récapitulatif de son programme, vous pouvez retrouver ses idées sur : https://www.marine2017.fr/

 

Les indépendants

 

1/ François Asselineau

Alors qu’il n’en avait récolté que 17 en 2012, les 587 parrainages de François Asselineau sont une des surprises de cette élection présidentielle 2017. Ancien énarque, le candidat s’est d’abord rapproché du RPF (Rassemblement pour la France et l’indépendance de l’Europe) puis de l’UMP. Finalement, en opposition avec la politique européenne du parti, cet ancien inspecteur des finances démissionne en 2006 pour fonder son propre parti un an plus tard : l’Union Populaire Républicaine. Dix ans plus tard, il se positionne toujours très à droite dans la paysage politique français et a fait du Frexit (sortie de la France de l’Union Européenne) son maître mot.

En attendant de lire notre article récapitulatif de son programme, vous pouvez retrouver ses idées sur : https://www.upr.fr/

 

2/ Jacques Cheminade

Il est le doyen de cette élection et celui ayant obtenu le moins de parrainages parmi les qualifiés (528 qualifiés). Il faut dire que le candidat n’est pas des moins atypiques. Ayant fréquenté les bancs de l’ENA et d’HEC, il se décrit tout de même comme étant « le candidat anti-système ». Proche de certaines figures d’extrême droite, le candidat entend sortir de l’UE, sortir de la zone euro, sortir de l’OTAN et même revenir au franc. Entre propositions complotistes et climatosceptiques, nous retrouvons aussi la très sérieuse ambition de coloniser Mars.

A la tête de son parti « Solidarité et Progrès » depuis 1996, il est un habitué des élections présidentielles. Il a déjà essayé d’y participer – en vain – en 1981, 1988, 2002 et 2007 et avait été retenu en 1995 (0.28% des voix) et 2012 (0.25% des voix).

En attendant de lire notre article récapitulatif de son programme, vous pouvez retrouver ses idées sur : www.cheminade2017.fr/

 

3/ Jean Lassalle

C’est une grande première pour lui ! Ancien vice-président du MoDem et donc complice de François Bayrou, Jean Lassalle a décidé depuis mars 2016 de tracer seul sa route jusqu’aux présidentielles. Il a ainsi créé « Resistons », parti qu’il décrit comme « rural, humaniste et écologiste » et a tout juste réussi à récolter 500 signatures. Bien que peu connu médiatiquement, Jean Lassalle ne lésine pas sur les moyens mis en œuvre pour faire valoir ses idées. Il s’était notamment engagé dans une grève de la faim de 39 jours en 2006 pour protester contre la délocalisation de l’usine Toyal d’Accous. En 2013, il avait aussi traversé le territoire à pieds pour aller à la rencontre des Français.

En attendant de lire notre article récapitulatif de son programme, vous pouvez retrouver ses idées sur : www.jeanlassalle2017.fr

 

4/ Emmanuel Macron

Cadet, indépendant et nouveau dans l’arène des présidentielles, Emmanuel Macron arrive pourtant souvent en tête des intentions de vote. « Ni de droite, ni de gauche » c’est la devise de son mouvement « En Marche » et très certainement la clé de son succès. Généralement très apprécié par les jeunes (et peut-être vous, lecteurs de Major Prépa !), cet ancien d’HEC et de l’ENA n’est souvent considéré qu’à travers son ex poste d’associé-gérant chez Rotschild. Le candidat a pourtant fréquenté la fonction publique puisqu’il a été secrétaire général adjoint puis dernièrement Ministre de l’économie. Il a fait le choix de démissionner cinq mois (en août 2016) après avoir lancé son mouvement et a pu profiter du ralliement de François Bayrou en mars dernier.

En attendant de lire notre article récapitulatif de son programme, vous pouvez retrouver ses idées sur : https://en-marche.fr/

 

 

En somme, après avoir lu l’intégralité de cet article, nous nous disons que nombreux sont les candidats et que le choix s’avère donc plus facile (plus de candidats = plus d’idées = plus de chances qu’elles nous conviennent). Néanmoins, nombreux sont ceux qui, à l’aube de ces élections, ne se retrouvent dans aucun candidat, voire même, ne se retrouvent plus dans le système politique français actuel. Ces élections s’annoncent donc inédites et intéressantes. Le taux d’abstention atteindra-t-il des sommets ? Cette présidentielle sera-t-elle celle du retour en force des extrêmes ? Rendez-vous le 23 avril !

Mathilde Vohy

20 ans, étudiante à NEOMA Reims après une prépa ECE au lycée Charles de Gaulle à Caen. Passionnée par le développement durable, l'économie et la géopolitique.

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *