Les 7 puissances de SKEMA Les 7 puissances de SKEMA
SKEMA Business School, une école que tu as peut-être visité lors de tes oraux ! Cela tombe bien, car nous aussi ! Nous en... Les 7 puissances de SKEMA

SKEMA Business School, une école que tu as peut-être visité lors de tes oraux ! Cela tombe bien, car nous aussi ! Nous en avons profité pour recenser les 7 puissances de SKEMA. Les voici :

 

1 – Une fusion réussie

 

SKEMA est la première des grandes écoles née du récent mouvement de fusion en France. L’union de l’ESC Lille et du CERAM Business School a permis en 2009 la création de ce mastodonte de l’enseignement supérieur. Aujourd’hui, SKEMA est une école dotée d’un budget de 80M€, de quoi lui permettre d’investir, notamment dans les campus à l’étranger.. En parlant d’investissement, l’école a également monté un partenariat avec Microsoft, d’une dizaine de millions d’euros, qui permet à l’école de tester de nombreuses nouveautés en avant-première et de devenir un laboratoire de l’innovation pédagogique, comme vous avez pu le voir en amphi. #Kahoot

 

2 – Des campus aux quatre coins du monde

Source : asso-skema.fr

SKEMA dispose de six campus. Trois sont situés en France (Lille, Sophia-Antipolis et Paris) tandis que les trois autres sont localisés en Chine (Suzhou), au Brésil (Belo Horizonte) et aux États-Unis (Raleigh). La logique d’implantation des campus de SKEMA a été très claire : s’implanter au cœur des régions les plus attractives ,les plus dynamiques et les plus innovantes.. Patrice Houdayer, directeur des programmes le confirme : « Nos campus à l’étranger sont l’équivalent des hubs pour l’industrie aéronautique. » De véritables nœuds d’interconnexion, entre des étudiants français, locaux et d’autres internationaux !

 

3 – Une forte part laissée au local

Tu as certainement déjà entendu parler du néologisme « glocalisation« . Il s’agit de la capacité d’une organisation à « penser global et agir local ». C’est un principe fondateur pour SKEMA : « On ne veut pas réaliser une sorte de produit indifférencié. Nous voulons un produit global mais qui prend en compte les spécificités locales. SKEMA a été imaginée et conçue pour être une parfaite combinaison entre le global et le local. Tous nos programmes sont conçus dans cet esprit glocal. »

Nous avons déjà consacré quelques articles sur le SKEMAmerican Dream, la SKEMAcarena ou encore le SKEMAde in China, de quoi te laisser découvrir les spécialités glocales de chaque campus !

 

4 – Un continuum prépa – grande école accéléré

De très nombreux aînés ressentent une franche coupure entre les enseignements de la classe préparatoire et ceux des écoles de commerce. Effectivement, passer d’une étude théorique approfondie de la philosophie à des cours de compta… c’est difficile ! Pour pallier cette rupture, SKEMA a mis en place un programme spécifique. Alice Guilhon, directrice générale de SKEMA l’affirme : « Nous devons concevoir la filière comme un continuum en bac +5 et non plus un simple 2 + 3. »

C’est ainsi que l’école a récemment annoncé le recrutement de de plusieurs professeurs stars bien connus des étudiants en classe préparatoires comme Frédéric Munier, professeur de géopolitique au très prestigieux lycée Saint-Louis (Paris). Ces professeurs animeront des cours sur les grands enjeux géopolitiques et géoéconomiques !

 

5 – SKEMA pèse lourd en finance

Sais-tu quelle école se situe juste derrière le MIT dans le dernier classement des meilleurs masters en finance ? Eh oui, on ne va pas te parler d’une autre école que celle présentée tout au long de cet article : c’est SKEMA ! L’école, confirme sa progression au sein du top 10 mondial de ce type de formation. Pour ce faire, l’école a embauché des professeurs stars de la finance, à commencer par Florencio Lopez de Silanes, qui a auparavant enseigné à Harvard et à Yale. Il avait notamment publié une tribune sur la formation des CEO et la productivité rien que pour nous.

Concrètement, les étudiants profitent des positions de hubs des campus pour pénétrer l’écosystème local. C’est ainsi que les étudiants du campus de Raleigh ont pu s’offrir une ouverture de séance au NASDAQ ! A New York, les étudiants ont également pu visiter Bloomberg, Wells Fargo, Mazars ou encore Natixis. Nombre de ces entreprises viennent ensuite directement à Raleigh participer à des opérations de speed recruiting afin de dénicher les étudiants qu’elles désirent recruter.

 

6 – Une solidité financière du tonnerre

 

 

Dans le monde des fusions acquisitions, on dit que 1 + 1 = 3. Et même si le proverbe a été contredit maintes fois (vous avez forcément déjà vu cela en prépa), force est de constater que SKEMA fait partie de celles qui respectent ce dicton. Le budget des deux écoles s’élevait à un peu plus de 50 millions d’euros avant la fusion. Aujourd’hui, le budget de SKEMA avoisine les 80 millions d’euros !

De plus, à l’heure où les écoles font face à de sévères restrictions budgétaires liées au désengagement progressif des Chambres de Commerce dans le financement des écoles, SKEMA est bien au-dessus de ce problème : « L’école ne reçoit quasiment pas de subvention. Nous recevons moins d’un million d’euros sur un budget total de quatre-vingt. »

 

7 – Des alumnis aux meilleurs postes

Qui est vice-président de Workplace Facebook ? Julien Codorniou, SKEMA 2002, qui a découvert le monde de la tech en 2002 au cours d’un échange au sein de l’université de San Diego.

Qui est cofondatrice de The Refiners, un incubateur très en vogue dans la Silicon Valley ? Géraldine Le Meur, SKEMA 1995, qui après avoir étudié le marketing a décidé de créer sa première entreprise dès la sortie de l’école.

Qui pilote les ventes de Microsoft au niveau mondial ? Jean-Philippe Courtois, SKEMA 1983. Il a profité de l’implantation de SKEMA Sophia-Antipolis au cœur de la technopole éponyme afin de développer son appétence pour les métiers tech.

Et devinez quoi ? Tous trois sont encore impliqués dans le développement de l’école ! Qu’ils participent à l’élaboration précise de programmes (comme Julien Codorniou dans la majeure Digital Business) ou qu’ils soient membre du Conseil d’Administration (comme Géraldine Le Meur et Jean-Philippe Courtois, qui le préside), les meilleurs éléments de l’école ont à cœur de partager leur expertise au service de leur alma mater.

Mehdi Cornilliet Fondateur

22 ans, étudiant à HEC Paris, ancien étudiant en prépa ECS au Lycée La Bruyère (Versailles) et fondateur de Major-Prépa.

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *