Entretien avec Pierre – Diplômé de l’ESC Pau et Sourcing Specialist chez The Walt Disney Company Entretien avec Pierre – Diplômé de l’ESC Pau et Sourcing Specialist chez The Walt Disney Company
Admissibles à l’école paloise, cet article devrait vous intéresser ! Il retranscrit en effet le témoignage de Pierre, qui, quelques années avant vous, fut confronté... Entretien avec Pierre – Diplômé de l’ESC Pau et Sourcing Specialist chez The Walt Disney Company

Admissibles à l’école paloise, cet article devrait vous intéresser ! Il retranscrit en effet le témoignage de Pierre, qui, quelques années avant vous, fut confronté au même dilemme cornélien ; celui du choix de son école. Comme le souligne ce jeune diplômé passé par de prestigieuses entreprises et aujourd’hui sourcing specialist chez The Walt Disney Company, l’important est avant tout de déterminer laquelle des écoles -parmi celles auxquelles vous êtes admissibles-  sera la plus conforme à vos attentes, professionnelles… mais pas que ! 😉

 

Quel a été ton parcours avant d’intégrer l’ESC Pau ?

Assez classiquement, j’ai suivi une formation à l’Université d’Orléans en IUT techniques de commercialisation puis, après un stage en Angleterre, j’ai passé les concours d’entrée aux écoles de commerce. Pourquoi l’ESC Pau ? Car c’est l’école dans laquelle je me sentais le mieux lors des oraux. Plus que les classements, ce qui m’importait était d’évoluer dans un environnement qui me convenait. Je voulais une école à taille humaine, ne pas être un chiffre dans une case Excel, mais au contraire me sentir accompagné dans ma scolarité.

 

Comment s’est passée ta première année à l’Ecole ?

Ma P1 fut extrêmement riche ! D’abord, les cours offrent une vision assez exhaustive des disciplines du management : Finance, Marketing, RH, Supply Chain etc. Parallèlement à cela, j’ai pu solliciter à fond ma passion pour le trading à travers mon implication dans l’asso que nous avons créée en binôme : CAC 64.

L’objectif était de démocratiser la finance auprès de tous les étudiants de l’école à travers des conférences qui se tenaient à l’ESC Pau et animées par des intervenants extérieurs. D’apprendre à gérer des portefeuilles financiers & maîtriser l’ensemble des leviers tout en restant proche de l’actualité des marchés. On a ainsi fédéré une trentaine de passionnés autour de ce projet. Cette expérience m’a permis de rencontrer mon associé actuel avec lequel nous avons lancé New Trading, une entreprise pour laquelle nous animons chaque année des Conférences auprès de 25 Grandes Ecoles françaises et dont le média NewTrading.fr publie chaque semaine une formation gratuite permettant à chacun de mieux comprendre le fonctionnement d’un service financier.

Côté voyage enfin, j’ai pu repartir en Angleterre (toujours en stage) et découvrir l’Asie du Sud Est… un road trip absolument inoubliable ! Une aventure humainement enrichissante qui laisse des marques …

 

Les deux années suivantes diffèrent-elles grandement de la première ?

Oui, très nettement. Ce sont des années pendant lesquelles on se spécialise. Pour ma part, j’ai choisi de me spécialiser en achats et je n’ai pas été déçu. D’abord parce que cette spécialisation est pour moi l’archétype de la proposition de valeur de l’école : peu de personnes prennent cette filière, on se sent donc suivi, accompagné par des professeurs compétents et dévoués à leurs élèves. L’approche académique est par ailleurs extrêmement professionnalisante : elle mêle savoir théorique et mise en pratique avec de véritables entreprises. À ce titre, les intervenants qui prodiguent les cours dans cette spécialisation ne sont pas des profs permanents, mais des professionnels de terrain, au cœur de l’économie réelle, à des niveaux hiérarchiques élevés. J’ai finalisé mon parcours à l’école en M2 en enchaînant deux expériences en achats dans deux groupes pharmaceutiques, Ipsen Pharma puis Sanofi. J’ai été diplômé de l’école en 2015.

 

Comment t’es venue l’idée de te spécialiser en achats ?

Une de mes professeurs en première année était également responsable de la spécialisation en achats. En marge de ses cours, elle évoquait avec nous cette spécialisation et j’ai rapidement compris qu’elle contenait tous les ingrédients que je recherchais pour ma formation. Aujourd’hui, je pense avoir été bien aiguillé car ce que je fais me passionne. Encore une fois, c’est véritablement cette proximité avec le corps étudiant qui fait toute la différence, on est d’ailleurs toujours en contact.

 

Qu’as-tu fait en sortant de l’ESC Pau ?

J’ai poursuivi mes expériences dans le domaine des achats. Immédiatement après Sanofi, j’ai travaillé chez Valeo pendant environ un an, puis pour Coty. Aujourd’hui je suis chez Walt Disney, entreprise dans laquelle mon volume d’achats s’est considérablement élargi : je suis basé à Paris, mais je chapeaute l’aire géographique de la Belgique et des Pays-Bas.

 

Peux-tu expliquer en quelques mots en quoi consiste ton métier actuel ?

Acheteur c’est évaluer la capacité des fournisseurs à répondre aux besoins de l’entreprise et de s’assurer que le prix proposé est en adéquation avec la qualité délivrée.

C’est challengeant, car il n’y a aucune routine, nous ne sommes presque jamais dans une zone de confort, ce qui amène parfois un peu de stress, mais qui impacte directement le P&L (Profit and Loss)  de l’entreprise.

On a une vision de toutes les dépenses de la société ainsi que des nouveautés sur le marché. Cette vision globale nous permet d’être force de proposition auprès des équipes. En dehors de l’aspect analytique, le relationnel ainsi que le sens de la négociation sont des critères importants pour ce métier.

 

Pour finir, quels sont selon toi les atouts de l’ESC Pau ?

Ça transparait largement dans cette interview, en tout cas je l’espère : c’est une école dans laquelle on est considéré et extrêmement propice au développement personnel de chacun je crois. L’engagement dans la vie associative est primordial dans ce type de structure à moins de choisir la voie de l’alternance.

Il y a également l’implantation géographique privilégiée, au cœur du Sud-Ouest et de son tissu d’entreprises. Sans compter qu’on se trouve à une heure de la mer, une heure de la montagne, une heure de l’Espagne !

Dimitri Des Cognets

22 ans, étudiant à NEOMA Reims, ancien étudiant au lycée La Bruyère (Versailles) et co-fondateur de Up2school (www.major-prepa.com, www.business-cool.com et www.up2school.com)

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *