Les migrations dans la mondialisation  Les migrations dans la mondialisation 
Dans cet article, nous allons étudier les migrations internationales et leur rôle. Le phénomène de migration internationale se définit comme le déplacement d’individus d’un Etat... Les migrations dans la mondialisation 

Dans cet article, nous allons étudier les migrations internationales et leur rôle. Le phénomène de migration internationale se définit comme le déplacement d’individus d’un Etat à un autre avec changement de résidence. Ainsi, on exclut des migrations internationales les migrations touristiques, les voyages d’affaires et les migrations de travail transfrontalières quotidiennes. En effet, on parle de changement de résidence si l’individu reste dans un pays nouveau pour une période supérieure à trois mois. Depuis les années 60, les migrations internationales ne cessent de s’intensifier. Il est important de distinguer trois types de migrants. Premièrement, les travailleurs et les étudiants qu’on classe dans la catégorie des migrants économiques voire migrants volontaires. Deuxièmement, les migrations dites forcées afin d’éviter des menaces comme la guerre ou des catastrophes naturelles. Le statut de réfugié a ainsi été défini par la convention de Genève de 1951. Est réfugié « toute personne craignant avec raison d’être persécuté du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à certains groupes sociaux ou de son opinion politique, se trouvant hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut, du fait de cette crainte, ou ne veut pas se réclamer de la protection de ce pays ». Dans cette catégorie, on trouve également les rapatriés qui rentrent dans leur patrie d’origine car ils se sentent menacés dans leur pays de résidence, et les demandeurs d’asile qui sont des réfugiés dont la demande est encore en cours d’examen. Enfin, les clandestins représentent la dernière catégorie de migrants internationaux.

Aujourd’hui, les migrants sont des acteurs importants de la mondialisation et c’est ce que nous allons voir.

 

Une expansion du phénomène migratoire

Entre les années 1960 et 2000, le nombre de migrants internationaux, toute catégorie confondue, a été multiplié par trois et s’élève aujourd’hui à 250 millions. Cependant, il faut relativiser ce chiffre car seule une petite tranche de la population mondiale vit dans un pays qui n’est pas sa patrie (environ 3% de la population mondiale). La population mondiale est donc à peu près stable géographiquement mais localement les flux migratoires peuvent être très importants, surtout du fait de différentes crises.

 

Quelles sont les motivations des migrants ?

Les motivations diffèrent selon la catégorie de migrants dont on parle. Pour les migrants volontaires, qui représentent plus de 80% des migrants internationaux dans le monde, il est bon de rappeler la nette distorsion qui existe dans le monde entre la croissance démographique et la répartition de la richesse. De manière générale, le Sud concentre à la fois une pauvreté forte ainsi qu’une croissance démographique forte, ce qui alimente les migrations. Une autre motivation est l’idée qu’on se fait de l’étranger. Les sociologues appellent cela « l’imaginaire migratoire » qui est alimenté par les médias et l’argent envoyé par les communautés présentes à l’étranger. On peut aussi partir pour avoir des meilleures opportunités de travail, c’est le fameux « brain drain » dont l’importance a doublé en 15 ans (les travailleurs partent surtout de l’Asie mais cela concerne tous les continents). Enfin, et plus particulièrement en ce qui concerne les étudiants, les cursus à l’étranger sont très valorisés tant les retombées professionnelles peuvent être intéressantes par la suite. Il y a aujourd’hui un véritable marché des étudiants avec de nombreux programmes d’échange comme celui nommé Erasmus. Ce phénomène ne concerne pas uniquement les étudiants mais également ceux qui sont déjà qualifiés pour avoir des promotions professionnelles (surtout des pays pauvres vers les pays riches). Par exemple, on trouve de plus en plus de salariés et de cadres travaillant dans des FMN qui sont envoyés dans une autre filiale pour y développer un projet. Dans ces professionnels, on peut également mentionner les universitaires, plus particulièrement les chercheurs, et les journalistes internationaux.

Ensuite, pour les migrations forcées (60 millions de réfugiés et de déplacés dans le monde), les motivations sont différentes. Elles sont de plus en plus en lien avec les conflits. On dénombre de plus en plus de déplacés et de réfugiés dans le monde pour cette raison. Pour autant, peut-on dire que le monde est plus violent ? Non selon plusieurs spécialistes, c’est simplement que depuis la seconde guerre mondiale, la population civile n’est plus neutre dans les conflits. Aujourd’hui, les populations civiles sont des cibles et font partie intégrante des stratégies militaires (bombardements, attentats).

Enfin, les clandestins, bien que très médiatiques, ne représentent qu’une minorité. Leur pourcentage a augmenté depuis les années 1970 suite à de nouvelles politiques d’accueil migratoire dans les pays riches. En France, par exemple, V. Giscard d’Estaing a stoppé en 1974 l’immigration de travailleurs dans l’hexagone. Le choix de la clandestinité s’est donc imposé pour certains immigrés en conséquence de ces politiques. Certains secteurs sont des mannes pour les clandestins (BTP, restauration, saisonniers dans l’agriculture, tourisme). Ces travailleurs sans papiers demandent souvent au bout d’une certaine période à être régularisés (il y a eu des vagues de régularisation). Cette catégorie, du fait de son statut précaire, peut aussi être sujette au trafic d’êtres humains.

 

Quel est le profil du migrant typique ?

Ce sont majoritairement des adultes âgés entre 20 et 30 ans à l’âge d’arrivée. L’âge médian varie selon les pays. Dans les pays développés, ils sont plus âgés que dans les pays du Sud et restent beaucoup plus longtemps. On observe une féminisation des migrants avec les étudiantes, le regroupement familial et les migrations féminines pour échapper à la pression familiale et à la tradition. Les réfugiés sont majoritairement des femmes et enfants car les hommes sont restés au combat. Dans les migrants, on trouve souvent deux extrêmes : ceux très peu qualifiés et les jeunes diplômés.

 

 Quels sont les pays de départ et d’accueil des migrants ?

Le cas des migrants économiques

Les départs se font surtout depuis les pays du Sud (environ les 2/3 des départs dans le monde). Trois pôles se démarquent : principalement des pays asiatiques avec d’abord la Chine puis l’Inde et les Philippines, ensuite l’Afrique, surtout le Nord, l’Afrique centrale et sahélienne, enfin l’Amérique latine avec d’abord les pays andins. Les pays du Nord fournissent le tiers restant : les PECO, les pays de l’OCDE.

Les pays d’arrivée des travailleurs peuvent se classer en deux catégories. Premièrement, les pays de l’OCDE sont les principaux pays d’accueil, représentant environ 60% avec deux destinations principales : 1/3 en Europe et ¼ en Amérique du Nord. Les premiers pays d’accueil sont les Etats-Unis et l’Allemagne. Il existe également des destinations privilégiées en fonction de la région de départ du migrant. En France, les migrants viennent surtout du bassin méditerranéen ; en Allemagne, on trouve beaucoup de turcs ; en Angleterre, ce sont surtout des migrants venant des pays du Commonwealth ; en Russie, les migrants viennent principalement des anciennes républiques de l’URSS. Deuxièmement, on trouve également des migrations en direction des pays du Sud, représentant environ 40 % avec surtout des migrations Sud-Sud. Ce phénomène est fortement régionalisé. En Afrique, on compte autant de migrants venant du continent que de migrants extérieurs. Il y a quelques pôles majeurs en Afrique comme le golfe de Guinée avec des perspectives d’emploi dans les plantations ; l’Afrique du Sud qui est un pays d’accueil pour travailler dans les mines, il attire les migrants d’Afrique australe ; la régionalisation est plus faible en Amérique latine sauf de la Colombie vers le Venezuela mais cela à tendance à se détériorer. Le Golfe persique est la principale région d’immigration du Sud : les monarchies pétrolières ont des perspectives économiques importantes mais une population faible et ont donc besoin de main-d’œuvre sur les chantiers. Les migrants viennent surtout des pays arabes de la région et du sous-continent indien, des Philippines. Mais ces monarchies n’offrent que des contrats de travail à durée déterminée pour ne pas avoir d’immigration définitive, les conditions de vie et de travail y sont également dénoncées (grande précarité, xénophobie, expulsions massives et sommaires). On trouve aussi des travailleurs qui quittent le Nord pour le Sud. Ce sont souvent des travailleurs très qualifiés qui viennent d’entreprise ou des retraités pour bénéficier des avantages de la vie moins chère, du climat etc.

 

Le cas des réfugiés

Une région spécifique, concentrant la plupart des départs des réfugiés, se démarque. Celle-ci s’appelle l’arc des crises et s’étend de la région qui va du sous-continent indien à l’Afrique centrale en passant par le Moyen Orient. C’est la zone où se concentre la majorité des conflits dans le monde et donc les réfugiés. Les principaux pays émetteurs de réfugiés sont la Syrie (4 millions de réfugiés syriens dans le monde), l’Afghanistan (2.5millions), la Somalie (1 million), Soudan, Sud-Soudan.

Les réfugiés palestiniens (5 millions) ne sont pas dans les statistiques car ils sont gérés par une autre organisation que l’ONU (l’UNRWA). Victimes des différents conflits israélo-arabes, il y a eu dans l’histoire plusieurs vagues de réfugiés palestiniens. Tout d’abord, après la création d’Israël, il y a eu 800 000 départs (vers Gaza et la Cisjordanie). Ensuite, en 1967, avec guerre des 6 jours, les palestiniens quittent les territoires occupés par Israël (pas tous bien sûr), ajoutant 300 000 réfugiés palestiniens. Plusieurs générations n’ont en fait jamais connu la Palestine mais ont quand même le statut de réfugié.  Les principaux pays d’accueil sont les pays limitrophes (Liban, Jordanie, Syrie, Cisjordanie). Aujourd’hui, seulement 30 % des palestiniens réfugiés vivent dans les 59 camps gérés par l’UNRWA (les 70% de réfugiés restants vivent dispersés donc).

Les pays d’accueil des réfugiés sont avant tout les pays voisins, limitrophes. Le Pakistan, l’Iran, la Turquie, l’Ethiopie, le Liban et le Kenya sont les principaux pays d’accueil. Plus de 80% des réfugiés sont en Afrique et en Asie et non en Europe ! Dadaab au Kenya est le plus grand camp de réfugiés au monde (environ deux fois l’agglomération rennaise). Il faut les nourrir, les soigner, les instruire. De manière beaucoup moins importante, les réfugiés se dirigent vers les pays du Nord, surtout ceux d’Europe (Allemagne, Suède, Italie) et d’Amérique du Nord qui reçoivent des demandes d’asile venant de majoritairement de l’arc des crises. Le taux d’acceptation de ces réfugiés est très variable selon les pays (il est en baisse constante en Europe).

 

On peut donc dire que les principaux pays d’accueil de réfugiés sont des pays du Sud. Or, cette présence de réfugiés en grand nombre pose des problèmes, c’est un facteur d’instabilité. Les Emirats du Golfe sont composés à 70% d’immigrés, la part est également très importante à Singapour, Hong Kong et Monaco (souvent des petits Etats insulaires)

 

Le cas spécifique des étudiants

Strictement tous les pays du monde envoient des étudiants mais les départs se font surtout depuis l’Asie-Pacifique et l’Europe. Pourquoi ? Il y a une masse importante d’étudiants asiatiques qui est poussée à aller étudier dans les grandes universités mondiales et les étudiants européens jouissent d’une forte mobilité avec des programmes d’échange. A eux deux, ils représentent 60% des migrations étudiantes.

Plusieurs facteurs entrent en compte pour un étudiant afin de choisir sa destination :

1) facteurs éducatif (qualité de l’enseignement, reconnaissance des diplômes, réseaux entre les universités, classements de Shanghai avec les établissements anglo-saxons (Ivy League) en tête mais ne classe que les universités, les grandes écoles ne sont pas très lisibles)

2) Aspect pratique (coût de la vie, qualité des infrastructures, les langues enseignées, les différentes bourses financières proposées, la sécurité)

3) Facteurs culturels (l’anglais est la langue de la mondialisation donc les pays anglophones sont courtisés, proximité culturelle avec les pays du Commonwealth par exemple)

Ainsi, les principaux pays d’accueil sont les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne, l’Australie etc. L’exemple de la France nous montre que les étudiants viennent surtout d’Afrique (anciennes colonies), d’Europe et de Chine. Pour le Royaume-Uni, les étudiants viennent surtout de Chine, Inde, Irlande, Nigeria, et Etats-Unis (ce sont donc des pays anglophones à l’exception de la Chine qui explique son classement par le fait qu’elle ait beaucoup plus d’étudiants).

Un phénomène récent est la création de campus d’un nouveau genre dans les pays du Sud dont le nom est « education hub » (Qatar, Dubaï, Singapour, golfe persique) où les universités du Nord s’installent. Cela permet de conserver les étudiants sur place (nouvelle tendance qui se développe)

 

Les impacts des migrations internationales

Sachant que l’essentiel des migrants sont des migrants économiques, les impacts sont forts sur le marché du travail des pays de départ. C’est en effet une perte de main-d’œuvre considérable provoquant un déficit de main-d’œuvre dans certaines localités où les traditions de départ sont fortes. Or, quand ces migrants sont très qualifiés, le « brain drain », des pays se vident de leur main-d’œuvre qualifiée comme la Jamaïque et les différentes îles du Pacifique. Ces départs peuvent quand même avoir l’avantage de libérer des postes pour le marché de l’emploi local et certains pays encouragent cela comme les philippines, expliquant en partie son importance dans les migrations internationales. Ensuite, ces migrants envoient de l’argent dans leur pays d’origine. Les transferts financiers Nord-Sud ne cessent d’augmenter (ces flux occupent la deuxième part des transferts les plus importants derrière les IDE). Les principaux pays bénéficiaires sont l’Inde, la Chine, le Mexique, les Philippine, le Bangladesh. C’est une véritable manne pour ces pays qui sont souvent pauvres mais cela augmente également leur dépendance et peut entretenir une attitude d’assisté dans les pays de départ (on vit avec l’argent envoyé) et l’argent envoyé peut avoir pour conséquence l’augmentation des prix (exemple du Portugal).

 

Les diasporas, acteurs de la mondialisation

Une diaspora se définit comme la dispersion d’une communauté ethnique dans le monde ayant conscience de former une communauté et revendiquant ses origines.

Les principales diasporas dans le monde sont la diaspora juive qui est la plus ancienne (plus de 8 millions de juifs dans le monde sur 13 millions) dispersés surtout aux USA (5 millions) et en France (0.5 million) ; la diaspora chinoise qui est la plus nombreuse et s’est constituée en plusieurs vaques d’émigration (surtout celle du 19ème siècle) environ 40 millions surtout en Asie du Sud-est (85%) et en Amérique du Nord ; la diaspora indienne (20 millions) surtout dans  les pays riverains de l’océan Indien, l’Amérique du Nord et l’Europe ; la diaspora arménienne suite au génocide (2 millions) surtout en France, Etats-Unis, Iran ; la diaspora tsigane (sédentarisée ou nomade) etc.

Le rôle des diasporas dans la mondialisation est important. Economiquement, elles jouent un rôle semblable à tous les immigrés mais avec certaines spécificités. Ainsi, les membres d’une diaspora occupent des métiers spécifiques comme la propriété de commerce, surtout au début pour fournir des produits du pays d’origine pour la communauté. La diaspora est un vecteur d’influence important : les migrants appartenant à une diaspora font la promotion du pays et parfois même du lobbying. Ils peuvent être contre (Tibétains en Chine, Kurdes contre Erdogan) ou pour le pays où ils sont. Culturellement, c’est un moyen de diffuser la culture du pays (nouvel an chinois, quartiers comme Chinatown).

 

Vers une « sanctuarisation » des pays riches ?

 

Conclusion 

Les migrations internationales ont pris une importance considérable. Ce sont des flux mondialisés qui font également office de révélateur des inégalités spatiales. Mais, contrairement aux autres flux, les flux humains sont les moins libéralisés. Un système mondialisé et régionalisé s’est mis en place. Les migrants ont différents rôles pour les pays d’accueil et de départ : rôle économique, culturel (diasporas), social. Lors de la première mondialisation, les flux partaient surtout de l’Europe vers le reste du monde (Nord/Sud), or, maintenant, c’est le contraire (du Sud vers le Nord).

Titouan Chopin

Etudiant en première année à TBS et ancien préparationnaire au lycée Chateaubriand de Rennes. Spécialisé dans les matières littéraires et les conseils méthodologiques.

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *