Bereit für den Deutschunterricht – Prêt pour le cours d’Allemand (futurs bizuths) Bereit für den Deutschunterricht – Prêt pour le cours d’Allemand (futurs bizuths)
Plus que quelques jours et tu découvriras la mythique vie de préparationnaire. Tu as reçu une liste de livres à lire, des conseils/consignes pour l’été... Bereit für den Deutschunterricht – Prêt pour le cours d’Allemand (futurs bizuths)

Plus que quelques jours et tu découvriras la mythique vie de préparationnaire. Tu as reçu une liste de livres à lire, des conseils/consignes pour l’été et malgré cela, tu te sens un peu perdu, ne sachant que faire entre ficher tous les livres (ce qui est dans tous les cas souvent impossible, avouons-le) et arriver les mains dans les poches (ce qui n’est toujours pas la meilleure attitude je pense). En Allemand (LV1 comme LV2) rien ne sert de passer tes dernières nuits de vacances à apprendre des listes de vocabulaires par cœur. Il est nécessaire de te refamiliariser avec l’Allemand avant la rentrée, mais ce de façon efficace et « légère ».

 

Tout d’abord j’aimerais aborder un point souvent sensible chez les étudiants et pourtant essentiel : la grammaire

Essayer de parler Allemand sans travailler un minimum la grammaire, c’est comme essayer de construire une maison sans ciment et sans plan, le résultat sera sans forme et bancal…

Pour travailler la grammaire, je te conseille d’investir dans une grammaire (personnellement j’avais celle Larousse qui propose des mini-exercices après chaque point) que tu consulteras régulièrement dans l’année. Avant la rentrée toutefois, il est nécessaire que tu revoies et maîtrises les points suivants :

  • les verbes irréguliers (souvent mal connus et dont les erreurs coûtent cher)
  • la place du verbe dans des structures courantes (avec « dass », « denn »…)
  • les déclinaisons des pronoms et adjectifs (C’est la base ! C’est un tableau si petit et rapide à apprendre et il y a tant de points à gagner ! Des hésitations te feront perdre un temps précieux, plus tu les connais, plus ce sera un réflexe…).

Dans l’année je te conseille de tenir une fiche sur laquelle tu noteras les points de grammaire sur lesquels tu as fait des erreurs dans tes DST (relis-la avant chaque DST pour ne pas les refaire, et revois le point correspondant si besoin).

 

Pour ce qui est du vocabulaire, je te conseille de revoir celui que tu as étudié l’année passée

Si tu es motivé tu peux en apprendre du nouveau, mais cela n’est pas très utile si tu ne maîtrises pas déjà à la perfection celui que tu as déjà appris (à la perfection c’est-à-dire que tu connais le cas des pronoms suivant les verbes, le genre et le pluriel des noms…).

Tu peux cependant d’ores et déjà te procurer le petit livre de vocabulaire d’Allemand Librio (d’Emilie François), et dès la rentrée commencer à apprendre du vocabulaire dedans (le mieux serait de le rentrer sur Anki, un logiciel qui te permet de rentrer du vocabulaire et de le réviser).

Dans la mesure où l’épreuve au concours se divise en une partie « essai » et une partie « thème/version », essaie de séparer le vocabulaire « pour essai » (j’avais une fiche de 50 tournures que je maîtrisais à la perfection pour faire la différence dans les copies et que j’ai construites au cours de l’année en ajoutant les formules recherchées et les mots de liaisons que j’aimais, et un document Anki avec du voca de géopolitique, économie etc) et celui de thème (les parties du corps, les meubles, les fruits…).

 

Tu peux d’ores et déjà prendre l’habitude de lire des articles de presse.

Cela te fera travailler ton Allemand et ton actualité en même temps ! Tu peux les lire à haute voix pour faire un peu d’oral (même si l’oral n’est pas la priorité en ce moment).

Je te recommande le Spiegel, le Tagesschau et la FAZ

 

Conseils formels 

  • la prise du cours :

Même si tu travailles avec Anki (ou un logiciel équivalent, personnellement j’utilisais Provoc’), je te conseille de prendre ton cours d’Allemand à la main. En effet tu mémoriseras mieux l’orthographe et le contenu de ton cours, et le rythme est souvent plus facile à suivre qu’en géopolitique par exemple. Ne pense surtout pas que recopier du vocabulaire sur ton ordinateur après l’avoir pris à la main sera une perte de temps, au contraire, en étant régulier (en rentrant le soir/midi ton vocabulaire du jour) cela t’obligera à l’apprendre justement et le revoir déjà une fois ! Pour rendre plus facile ce travail j’avais 2 cahiers : un où je mettais mon cours et l’autre, tout petit dans lequel je notais le vocabulaire…

  • le temps de travail :

Je n’ai pas de temps précis à te donner car cela dépend de ton niveau et de si tu as pris Allemand en LV1 ou LV2. Toutefois, quelle que soit ton aisance et ta maîtrise de l’Allemand, il faudra travailler avec sérieux et régularité et ce dès le début de l’année au risque de le sacrifier continuellement lorsque tu manqueras de temps. Souvent les élèves placent les langues au rang de matière secondaire. Grave erreur. Certes l’Allemand ne compte pas autant que les maths, mais les langues comptent assez pour être très pénalisante ou même te sauver ! La semaine je revoyais le jour même le cours que j’avais eu, je travaillais le vocabulaire et je réservais mes entraînements thème/version, lecture d’article, essais au weekend…

  • la participation :

Si tu en as l’opportunité, participe activement en cours. Participer c’est certes prendre un risque, celui de se tromper mais c’est un risque qui en fait est une opportunité. Oublie ton camarade qui va ricaner parce que tu bredouilles (en plus c’est peut-être parce qu’il lit un texto). En participant tu t’entraînes à l’oral et tu saisis l’opportunité de mettre au clair un point que tu maîtrises plus ou moins !

  • la motivation :

La peur de l’Allemand est un problème que je n’avais pas, mais beaucoup de mes amis se décourageaient, écoutant les rumeurs qui décrivent l’Allemand comme une langue barbare et horrrrriiiible à apprendre. Le jour où ils ont arrêté d’écouter ces rumeurs, ils ont compris que l’Allemand est une « langue Légo » : tes briques ce sont les mots, les structures que tu apprends et quand tu connais la grammaire, tu peux les assembler et cela devient un jeu d’enfant… Je suis de celles qui croient que l’Allemand est plus simple que l’Anglais, langue d’exception(s) !!!

 

Los ! Et tout ira bien !

Astrid Plonquet

Après trois années de préparation dans une prépa parisienne, j'ai intégré l'ESSEC où je suis élève en première année. Bien qu'ancienne S, mes matières de prédilection sont plutôt littéraires : il s'agit de la géopolitique, de la CG et de l'Allemand !

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *