Fiche de lecture : La préférence pour l’inégalité de François Dubet Fiche de lecture : La préférence pour l’inégalité de François Dubet
Cet ouvrage de Dubet est un point important dans le cadre du programme d’ESH. Je pense notamment aux chapitres sur la justice sociale (sujet... Fiche de lecture : La préférence pour l’inégalité de François Dubet
Utilise les flèches ← → pour naviguer entre les éléments !

Cet ouvrage de Dubet est un point important dans le cadre du programme d’ESH. Je pense notamment aux chapitres sur la justice sociale (sujet Ecricome 2017 : Faut-il lutter contre les inégalités économiques?). C’est face à ce genre de questions que le constat que dresse Dubet est particulièrement puissant, car il permet d’expliquer pourquoi on se pose ce genre de questions, caractéristiques de notre époque. Cette fiche peut également compléter les chapitres de sociologie.

L’ouvrage est découpé en quatre parties :

I. Le choix de l’inégalité

II. La solidarité comme condition de l’égalité

III. De l’intégration à la cohésion

IV. Produire la solidarité

 

Introduction

Dubet commence par faire le constat de cette préférence pour l’inégalité. Cela veut dire que les individus ne sont pas si profondément attachés à la lutte contre les inégalités : ils pensent même que les inégalités ont quelque chose de sain ou d’utile. Dubet attribue cela à une crise de la solidarité, c’est-à-dire une crise de « l’attachement aux liens sociaux qui nous font désirer l’égalité de tous, y compris et surtout l’égalité de ceux que nous ne connaissons pas ». Or, nous devrions éprouver le sentiment contraire au vu de la progression des inégalités depuis les années 1980.

Cette perte de solidarité explique la crise des institutions sociales, en lesquelles les individus n’ont plus confiance : les plus aisés disent qu’ils ne veulent plus payer pour ceux qui ne le mériteraient pas : on observe un ras-le-bol fiscal, les chômeurs sont vus comme des profiteurs, les partis politiques de gauche sont en crise et la droite devient toujours plus conservatrice. En somme, il y a une crise des solidarités.

Or, ce qu’il faut bien comprendre, c’est que pour Dubet, la montée des inégalités et la crise des solidarités sont profondément liées. Plus encore, la crise des solidarités n’est pas une réaction à un phénomène économique incontrôlable contre lequel les individus n’auraient plus la force de lutter : c’est la crise des solidarités qui est la responsable de la montée des inégalités ! C’est parce que nous nous soucions moins des autres que l’on ignore, voire que l’on veut les inégalités, perçues comme un moyen de les tenir à distance.

Utilise les flèches ← → pour naviguer entre les éléments !

Yann Amadieu

19 ans et cube en prépa ECE au lycée Marcelin Berthelot (Saint-Maur). Je suis là pour vous conseiller en termes de lifestyle et méthodologie pour que vous deveniez des préparationnaires stylés et heureux. De surcroît, vous pourrez retrouver quelques articles sur l'économie, les maths et les langues.

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *