Comment survivre à l’hiver en prépa ? Comment survivre à l’hiver en prépa ?
Les journées qui se rallongent, le ciel gris et le verglas plombent ton moral ? Ta motivation s’évapore au fur et à mesure que les... Comment survivre à l’hiver en prépa ?

Les journées qui se rallongent, le ciel gris et le verglas plombent ton moral ? Ta motivation s’évapore au fur et à mesure que les températures baissent ? Comme beaucoup d’autres personnes, tu souffres d’une petite déprime hivernale, et la prépa n’est pas là pour arranger la situation. La fatigue, le découragement mais aussi des indices cognitifs comme la baisse de concentration voire des difficultés de mémorisation rendent ton lit chaque jour plus attractif que ton bureau. Pourtant, la motivation vient avec le sentiment d’être productif, et elle est le moteur essentiel qui fera ta réussite en prépa. Dans cet article, tu trouveras donc quelques conseils pour booster ton moral et donner le meilleur de toi-même pour survivre à l’hiver en prépa.

 

Trouver son équilibre personnel

Avoir une vie équilibrée – ou du moins essayer – est nécessaire pour ne pas se laisser submerger. Cet équilibre dépend de chacun, mais il peut être basé sur différents facteurs.

La « déprime hivernale » est en grande partie liée à la baisse de luminosité, surtout quand on passe ses journées de préparationnaire enfermé dans une salle ou assis à son bureau. Il ne faut donc pas abandonner quelques activités de plein air, malgré le froid, si ce n’est que marcher jusqu’à la BU pour respirer un peu. Surveiller ses heures de sommeil est également indispensable à la sensation de bien-être : s’imposer une régularité permet d’être moins fatigué, et donc moins démotivé.

Pour être plus en forme, tu peux aussi faire le plein de vitamines, de sels minéraux et d’oméga 3 : oranges, pommes, persil, chou vert, poissons gras… Les oligo-aliments comme le magnésium ne sont pas non plus à négliger car ils agissent comme des régulateurs de l’humeur et du système nerveux : chocolat noir, fruits secs, amandes et noix sont tes meilleurs amis. Dans la lignée des produits naturels, la gelée royale est souvent indiquée pour lutter contre les déprimes mineures. Apporter les bons nutriments à son corps aide à garder la forme, même quand on a un peu laissé le sport de côté. Bien entendu, les petites gourmandises sont des alliés réconfort, mais éviter d’en abuser permet de ne pas dérégler son organisme.

Enfin, fais des pauses « bien-être » quand tu en as besoin : s’accorder un moment à soi permet d’être de nouveau d’attaque ensuite. Chacun a son péché mignon (une séance de sport, larver devant une série, sortir entre amis) mais cette pause doit être ponctuelle, de durée limitée, pour arriver à se remettre en selle derrière et ne pas se laisser emporter dans une spirale de procrastination. Juge aussi du temps que tu veux consacrer aux fêtes de fin d’année et aux moments passés en famille, essentiels à certains pour se ressourcer. Le mot d’ordre est de ne pas culpabiliser de prendre un temps de repos, mais de ne pas non plus se détourner de ses objectifs !

 

Garder les yeux sur ses objectifs

Cela nous amène au second point : ne pas se laisser envahir par la fainéantise. Pour les bizuts, garder la motivation peut être plus difficile parce que les concours semblent lointains, pourtant c’est indispensable pour ne pas accumuler de retard. Tout le travail que vous fournissez pendant l’hiver ne sera pas à faire plus tard, et il permettra d’éviter les lacunes sur la première moitié du programme de première année. Profitez de cette période pour perfectionner vos méthodes de travail, apprendre votre cours sur le bout des doigts et approfondir ce qui doit l’être.

Pour les carrés et cubes, l’hiver est la dernière ligne droite avant la période tant redoutée des révisions. Avec les vœux d’inscription aux concours BCE et Ecricome, les concours deviennent une réalité et plus seulement une ombre lointaine : les concours, c’est demain – et ce n’est pas un temps grisâtre qui va vous empêcher d’obtenir l’école de vos rêves.

 

La motivation est affectée par l’hiver, mais aussi la concentration. L’organisation est donc encore plus importante que le reste de l’année car au moindre retard dans ton travail, tu risques de te décourager. Il ne faut pas se laisser submerger et garder le contrôle : se fixer des petits objectifs, s’imposer une discipline, et privilégier ce qui sera bénéfique sur le long terme (faire des exercices supplémentaires sur ce cours d’algèbre un peu abstrait) plutôt que ce qui fera du bien sur le moment (s’affaler sur son lit devant Netflix). L’hiver est une épreuve, mais pas insurmontable : en établissant des priorités et en planifiant ses révisions, il est tout à fait possible de rester dans la course.

 

Comptez les uns sur les autres

La baisse de moral étant, à quelques exceptions près, un phénomène généralisé, elle se combat à plusieurs. Si ce n’est pas déjà fait, n’hésite pas à constituer des groupes de travail avec tes camarades de classe. L’émulation du groupe permettra de vous rebooster et d’améliorer vos performances. Attention toutefois à ne pas tomber dans un groupe anxiogène où règne cette logique du « J’ai rien fait ce week-end » suivi d’un « Moi non plus » rassurant : les autres doivent t’empêcher de trouver des excuses ! Même si le doute est humain, surtout en prépa, il ne doit pas remplir ta vie et constituer un obstacle à ce que tu veux réaliser.

 

 

 

 

Camille Beguin

18 ans et étudiante en 1ère année à HEC. Je suis là pour vous conseiller en termes de méthodologie, et je rédige aussi des articles de géopo ou autres !

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *