De très nombreuses écoles proposent des oraux de culture générale. Qu’elles soient spécifiques comme à HEC ou qu’elles servent à introduire votre entretien comme à Audencia, ces épreuves sont à absolument préparer et prennent différentes formes.

 

HEC Paris

Temps de préparation :

Temps de passage :

L’épreuve s’intitule officiellement CSH (Culture et Sciences Humaines). Le format de l’épreuve se rapproche des colles classiques avec un temps de préparation ainsi qu’un passage suivi de questions.

Extrait du rapport du jury 2014 :

« Le jury constate avec satisfaction que la très grande majorité des candidats maîtrise la forme attendue de l’épreuve : le sujet est analysé, il y a une introduction, un développement articulé en deux ou trois parties, une conclusion, l’exposé n’est pas trop court…

Il a pu entendre cette année quelques très bons exposés sur des sujets tels que « La marge », « La morale de l’histoire », ou « L’infini ». Certains candidats ont une capacité à exposer clairement et avec élégance leur pensée, à nourrir utilement leur propos d’exemples littéraires ou artistiques réellement connus.

La deuxième partie de l’épreuve consiste en un entretien : les questions posées par le jury ne sont pas faites pour mettre en difficulté le candidat mais pour faire préciser, prolonger ou rétablir des références données et pour permettre de développer des points non aperçus dans l’exposé ou de rectifier des erreurs ou des contresens. Elles doivent être saisies comme une chance d’améliorer et de clarifier la présentation.

Quelques recommandations :

– Le sujet proposé doit être traité pour lui-même, et non comme un prétexte pour aligner n’importe quelle fiche préfabriquée et pour multiplier des références hors de propos. Le jury exige la cohérence et la pertinence du développement proposé.

– Dans l’examen du sujet, on évitera le mot à mot aveugle qui mène fréquemment à des contresens : le sujet « Je lis dans l’avenir la raison du présent » n’implique pas une problématique sur « la rationalité qui ne peut pas tout expliquer ». Certains candidats n’aperçoivent pas du tout l’aspect éventuellement paradoxal ou polysémique de certains sujets, ou l’aspect provocateur de certaines citations qui peuvent inviter à la contradiction. Il faut prendre le temps d’apprécier la tournure du sujet, de déceler ses implications et d’évaluer ses tenants et ses aboutissants. La culture doit s’accompagner d’une pensée critique.

– Il s’agit d’une épreuve intitulée « Culture et sciences humaines » pour laquelle le jury attend que les candidats aient un minimum de culture dans différents domaines, de la peinture au cinéma, en passant par la philosophie, la philosophie politique, l’histoire, l’histoire des sciences dont les sciences humaines et sociales, la littérature. On s’étonne parfois de l’effondrement de toute perspective historique (auteurs ou événement situés aléatoirement dans les siècles : Molière au 19e, Balzac au 16e, Socrate au 19e !).

– Il convient d’éviter les exemples rebattus qui ne renvoient à aucune lecture réelle (« Proust ? Ah oui, la madeleine ») ou servent de passe-partout sur n’importe quel sujet. La caverne platonicienne ou Les Ambassadeurs d’Holbein n’ont pas une valeur d’illustration universelle, pas plus que Le voyageur contemplant une mer de nuage de Friedrich.

– Les candidats doivent faire attention à la correction de l’expression et éviter des fautes fréquentes relevant du discours journalistique ou incontrôlé (« au final », « le ressenti », « basé sur », le « vivre-ensemble », confusion de l’interrogation directe et indirecte…). La maîtrise de la langue est une compétence requise, elle permet d’éviter par exemple de transformer « La vanité de la culture » en un sujet sur la culture vaniteuse, ou d’ignorer le sens du couple « La lettre et l’esprit ». »

Quelques sujets

  • « Les plus désespérés sont les chants les plus beaux »
  • « L’art est constamment au-dessous de la nature, surtout lorsqu’il cherche à l’embellir »
  • « La bêtise est de conclure »
  • « C’est dramatique »
  • « La littérature est la preuve que la vie ne suffit pas. »
  • « Si Dieu nous a fait à son image, nous le lui avons bien rendu »
  • « La peur, base de toute société»
  • « La poésie est une hésitation prolongée entre le son et le sens»
  • « Qui veut se connaître, qu’il ouvre un livre.»
  • « Rien de nouveau sous le soleil»
  • «Savoir, c’est pouvoir»
  • «L’art de plaire est souvent l’art de tromper»
  • «Il est plus beau de connaître quelque chose de tout que tout d’une chose»
  • « Si Dieu nous a fait à son image, nous le lui avons bien rendu»
  • « Ce qui est le meilleur dans le nouveau est ce qui répond à un désir ancien »
  • « Connais-toi toi-même »
  • « Contre qui luttons-nous jamais sinon contre notre double ? »
  • « Deux dangers ne cessent de menacer le monde : l’ordre et le désordre. »
  • « Il n´y a pas de beau sujet d´art. Yvetot vaut Constantinople. »
  • « Il y a de belles choses qui ont plus d’éclat quand elles demeurent imparfaites que quand elles sont trop achevées. »
  • « Je ne puis m’écrire »
  • « Jouets d’enfant, les opinions humaines. »
  • « L’animal nous dit quelque chose de nous-mêmes. »
  • « L’argent est un bon serviteur et un mauvais maître »
  • « L’homme étouffe dans l’homme »
  • « La mort enlève tout sérieux à la vie. »
  • La marge
  • La contrainte
  • La lettre et l’esprit
  • La morale de l’histoire
  • La mauvaise volonté
  • Pourquoi pardonner ?
  • Le menteur
  • Qu’est-ce qu’un citoyen ?
  • La dernière minute
  • Penser, classer
  • La proposition
  • La fiction et le mensonge
  • La forêt
  • La fuite
  • Le dogmatisme
  • La honte
  • Peut-on se passer de méthode ?
  • Qu’est-ce qu’un grand homme ?
  • Cinéma et roman
  • Comparaison n’est pas raison
  • Dans quelle mesure le lecteur est-il libre ?
  • L’honneur
  • L’idée de Providence
  • L’imparfait
  • L’imprimerie
  • L’indicible
  • L’influence
  • L’inspiration
  • L’intellectuel
  • La responsabilité de l’écrivain
  • Le bonheur peut-il se définir ?
  • Le geste et la parole
  • Le passé existe-t-il en dehors de la représentation que nous en avons ?
  • Y a-t-il des questions sans réponse ?

Audencia

L’exposé 30 minutes de préparation et 4 minutes de passage. Les sujets sont souvent sérieux

Grenoble EM

 

Toulouse BS 

Temps de préparation :

Temps de présentation : 10 minutes

Déçus par les exposés anciens, trop scolaires et pas assez en prise avec le monde, l’école a décidé en 2015 de changer l’épreuve introductive de l’entretien. 3 articles issus d’un panel de journaux composé des titres suivants sont proposés : Les Echos, Libération, La Croix, Le Figaro, Le Monde, La Tribune et Courrier International  Il faut privilégier les articles économiques, géopolitiques et de société, hors actualité événementielle (ne pas prendre un article qui parle d’un événement précis comme un naufrage de migrants donc). Il faut privilégier l’édito et les articles d’opinion ouvrant plus facilement le débat.  Il faut présenter la thèse du journaliste puis engager un débat avec le jury en indiquant les enjeux de l’article et ne pas hésiter à engager un débat.

ESC Rennes

Deux sujets au choix, souvent liés à l’actualité récente.

INSEEC