Actualité internationale de juin 2014 Actualité internationale de juin 2014
  Condensé de l’actualité internationale de juin 2014. Une analyse de l’actualité internationale salvatrice pour être au courant des dynamiques mondiales afin de mieux... Actualité internationale de juin 2014

 

Condensé de l’actualité internationale de juin 2014.

Une analyse de l’actualité internationale salvatrice pour être au courant des dynamiques mondiales afin de mieux appréhender les nouveaux enjeux et problématiques géopolitiques du monde contemporain. Major-Prépa souhaite bon courage à tous les étudiants actuellement en oraux ; « puisse le sort vous être favorable » (Hunger Games) ! Et n’oubliez pas la devise du site : Sky is the limit.

Une lueur d’espoir au sein d’une poudrière meurtrie par la haine, les conflits et la mélancolie… Géopolitique du Moyen-Orient

Un grand homme se distingue par bon nombre de qualités telles que sa justesse, sa force de conviction et sa capacité à faire changer les choses en vertu du bien. En Grand Homme qu’il est, le Pape François a invité, le 8 juin 2014 au Vatican, Mahmoud Abbas (leader palestinien) et Shimon Peres (président Israélien) afin de prier pour la paix. Plus qu’un symbole religieux, le Pape semble vouloir relancer subrepticement le processus de paix et implorer le partage de l’espace entre Israéliens et Palestiniens en conflit depuis 1947. Le Pape a peut être foi en une sortie de crise en Israël, comme ce fut le cas en Afrique du Sud grâce à Mandela (« promoteur de la dignité humaine » selon Le Pape François) qui a mis fin à l’Apartheid (période de ségrégation raciale contre les noirs) en favorisant le pardon inter-communautaire, le partage de l’espace et la réconciliation nationale.

Mais c’est que le Moyen-Orient demeure avant tout une poudrière comme en témoigne la terrifiante irruption du groupe terroriste surnommé État Islamique en Irak et au Levant (EEIL). Ce groupe terroriste (d’obédience sunnite) contrôle aujourd’hui près de la moitié de l’Irak (Pays où les chiites sont majoritaires et au pouvoir depuis la chute de Saddam Hussein [Sunnite]). Le groupe djihadiste s’en prend au gouvernement d’Al-Maliki (président Irakien) et recrute des djihadistes en s’appuyant sur le ressentiment des populations sunnites contre les gouvernements chiites (traditionnel conflit confessionnel chiite/Sunnite [fiche Major Prépa à venir]). Cependant EIIL s’en est également pris à d’autre mouvement sunnite (guerre en Syrie entre EIIL et Al-Qaïda), avant de faire alliance avec eux (son alliance avec Al Nosra [Branche d’Al-Qaïda en Syrie] fait redouter la création d’un « Djihadistan », Le Monde). Au total EIIL mène aujourd’hui une politique de terreur en n’hésitant pas à utiliser les médias et favorise l’implosion de l’Irak et la fin du pouvoir chiite de Maliki au grand dam de l’Iran (pays chiite) d’où la volonté iranienne de s’allier avec les USA pour empêcher l’Irak de s’affaiblir. Pour autant, va-t-on vers la création d’un État Chiite, d’un État Sunnite et d’un État Kurde au Moyen-Orient ?

En Égypte, à quelques jours du Ramadan, la « chasse aux sorcières » se poursuit contre les Frères Musulmans et les anciens partisans de Morsi (président égyptien déchu). La justice a récemment confirmé la condamnation à mort de 183 Frères Musulmans et a condamné à 10 ans de prisons 3 journalistes d’Al-Jazira accusés de soutenir la confrérie. Rappelons que le printemps arabe avait permis la destitution de Hosni Moubarak avec pour leitmotiv : la liberté. Après 3 ans de marasme économique et de dérives religieuses sous Morsi (qui voulait imposer la Charia en Égypte), les 96% de la population ayant voté l’a fait en faveur du Maréchal Al Sissi (principal artisan de la chute de Morsi) marquant ainsi le retour des militaires au pouvoir. Néanmoins l’arbitraire, l’injustice et l’autoritarisme sévissent encore dans une Egypte dans la tourmente presque comme si tout avait changé pour que rien ne change en réalité…

Coupe du monde, Groupe F (Iran, Argentine, Nigéria, Bosnie)… Le (vrai) groupe de la mort.

En Bosnie et en Serbie des inondations, fruits de pluies diluviennes, ont sévis mi-mai 2014 et ont causé la perte de près de 50 personnes et le déplacement de plus d’1,5 millions d’habitants des Balkans. Alors que les autorités ont aujourd’hui encore du mal à faire face à la catastrophe et que les aides internationales sont quasi-inexistantes, Major-Prépa ne les oublie pas (pour faire un don aux sinistrés, un site pourrait vous intéresser : http://www.amf.asso.fr/document/index.asp?DOC_N_ID=12655&TYPE_ACTU=1 ).

L’Iran cependant (bien qu’impliquée dans une lutte confessionnelle et pour le leadership de la région) est sur la voie de l’apaisement. En effet, après une prise de contact historique entre Obama et Rohani, les négociations à propos du nucléaire iranien (qui n’ont toujours pas aboutit) se poursuivent. Vers une levée de l’embargo contre l’Iran ?

L’Argentine quant à elle, bien que qualifiée pour le mondial, attent toujours le (Lionel) « Messi » qui lui permettra de sortir définitivement de l’imbroglio économique. En effet, alors que le spectre de l’inflation accule le pays (à l’instar de ce qui ce passe au Venezuela), la cour suprême américaine a donné raison, le 16 juin 2014, aux fonds vautours dans un conflit de dette avec l’Argentine. Le pays de Cristina Fernandez risque de ce fait le défaut de paiement. Les experts craignent que la décision de la cour suprême américaine fasse jurisprudence ce qui signifierait qu’à l’avenir lorsqu’un pays se déclarerait en cessation de paiement (le cas de l’Argentine en 2001), au lieu d’accorder un effacement de dette pour assainir les finances du pays, les investisseurs privés pourraient le refuser plongeant de ce fait le pays dans d’effroyables difficultés (comme ce fut le cas de la Grèce en 2012).

Enfin le Nigéria est toujours abonné aux attentats et aux assauts armés de Boko Haram qui pratique une politique terroriste décomplexée. Le groupe terroriste continue de semer la terreur au Nigéria à l’instar des Chebabs somaliens qui poursuivent leurs raids meurtriers aux Kenya.

Grèves, chômage en hausse, feuilletons politiques et économiques… Les jours passent et se ressemblent en France.

La grève des cheminots a fait suite au projet de réforme ferroviaire (finalement adopté fin juin au parlement). Il prévoit notamment la fusion entre le RFF (Réseau ferré de France) et la SNCF afin d’alléger sa dette [44 Milliards] et d’optimiser les coûts. Il prévoit également de remettre à plat le statut des cheminots avec la négociation d’une nouvelle convention collective (potentiellement moins avantageuse que celle qui existe aujourd’hui, d’où la grève des cheminots). Ces réformes ont pour but de préparer 2020, car à cette date, tout État-membre de l’U.E. devra ouvrir son réseau ferré à la concurrence. Cependant le projet de loi prévoit aussi une certaine régulation. Et si la CFDT était plus encline à négocier, la CGT a, quant à elle, rejeté la réforme en bloc en impulsant une grève tentaculaire qui dura plus de deux semaines au grand dam des usagers quotidiens et des étudiants en plein milieu de leurs examens.

Les intermittents du spectacle sont également en grève et menacent d’empêcher le bon déroulement du festival d’Avignon.

La BNP voit rouge. La banque française risque d’être condamnée à une amende record (avoisinant 10 milliards de dollars) pour avoir commercer avec des rogue states, enfreignant ainsi le Helms Burton Act (embargo sur Cuba) et la loi D’Amato-Kennedy (embargo sur l’Iran et sur la Libye), lois votées en 1996 par le congrès américain. Cependant ce racket exceptionnel fait jaillir bon nombre de questions en France : Déjà, pourquoi un tel montant ? Ensuite pourquoi les banques et autres FTN européennes sont-elles soumises aux impératifs américains alors qu’elles n’ont pas porté de préjudices directs aux USA ? Et d’ailleurs, si l’embargo a été adopté par bon nombre de pays membres de l’Otan, pourquoi verser cette amende aux États-Unis et pas à l’OTAN voire à l’ONU ? Cette amende n’est-elle pas révélatrice, au fond, des rapports de force déséquilibrés entre USA et Europe à l’heure des négociations pour le traité transatlantique ? Mais surtout quelle est la légitimité de ces lois aujourd’hui alors que Cuba entame des réformes structurelles et que l’Iran est en voie d’abandon de son programme nucléaire ?

Les nominés étaient Mitsubichi (Japon), Siemens(Allemagne) et General Electric (USA). Alstom avec l’aval de l’État a choisi… GE ! Non vous n’assistez pas à la finale de L’amour est dans le pré, mais bien à la vente de la branche énergie d’Alstom, un des fleurons de l’industrie française (c’est par exemple Alstom qui créé des turbines nucléaires [branche électrique], mais aussi nos trains de banlieue, nos TER, nos TGV voire nos RER et nos métros [branche transport en concurrence direct avec l’allemand Siemens]). GE aura su remporter les faveurs de P.Kron (PDG d’Alstom) grâce notamment à une offre prévoyant la création de 1000 postes en France, un rachat estimé à hauteur de 2 milliards d’euros et surtout une montée de l’État au capital d’Alstom estimé à 20%. Si d’aucuns se félicitent de l’accord d’autres le déplore et craigne une chute des IDE en France du fait d’un État toujours plus interventionniste (eu égard au décret Montebourg).

L’UMP, pour sa part, est toujours secoué par l’affaire Bygmalion. Elle a ainsi enregistré la démission de J-F Copé qui a précipité une gestion collégiale du parti par Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin et François Filllion en attendant des primaires qui s’annoncent mouvementées avec notamment la possibilité croissante d’un retour de N.Sarkozy. Les sympathisant quant à eux sont de plus en plus favorables à la création d’un nouveau parti sur des bases plus saines afin de sortir du marasme politique qui touche le parti.

En France la mémoire est un devoir sacré. La cérémonie anniversaire du débarquement en Normandie est venue rendre hommage à ces soldats qui sont morts pour nous libérer (la seconde guerre mondiale a en effet provoqué la mort de 68 millions de personnes en comptant les victimes en Afrique et dans le Pacifique). La cérémonie est également venu nous rappeler que c’est pour éviter ce genre d’atrocités et pour faire perdurer la paix que l’UE a été créé et qu’elle a longtemps signifié prospérité pour ses Etats-Membres ce qu’on aurait tord d’oublier. Enfin le D-Day a permis la reprise de contact entre Poutine et Obama et la prise de contact entre Porochenko et Poutine. Ces rencontres ont été orchestrées par F.Hollande qui peut se targuer d’avoir accompli avec succès sa mission de diplomatie.

Quand l’Europe s’éveillera… (Laurent-Cohen Tanugy)

Super Mario a frappé ! Le président de la BCE (Mario Draghi) a annoncé des mesures inédites pour soutenir les économies et faire baisser l’euro. La politique accommodante de la BCE se traduit par deux mesures : une réduction des taux directeurs (qui permet donc la diminution des taux d’intérêts des banques) couplée à une injection de 400 milliards d’euros de liquidité [la BCE « fait tourner la planche à billet »]. Ces mesures ont pour but d’éviter la déflation en favorisant l’inflation, de relancer la croissance et la consommation des ménages (de faibles taux de crédits favorisent en effet la consommation et le recourt au crédit) et surtout de faire baisser la valeur de l’euro ce qui permettrait de doper les exportations des pays européens souffrant d’un euro fort comme l’Espagne ou même la France.

Plus récemment, le luxembourgeois de centre-droit Jean-Claude Juncker a été désigné à la tête de la commission européenne par les dirigeants européens (26 votes contre 2 [ceux de la Hongrie de Victor Orban et du Royaume-Uni de David Cameron]) remplaçant de ce fait Manuel Barroso. La nomination d’un grand artisan du traité de Maastricht suscite notamment l’ire des Britanniques qui menacent toujours plus de quitter l’Union Européenne. Une double bonne nouvelle pour les partisans d’une Europe puissance cette Europe fédérale ?

Ailleurs en Europe, on retiendra surtout l’abdication du roi Juan Carlos en faveur de son fils le Prince Philippe VI en Espagne. La monarchie qui s’érodait notamment du fait de scandales répétés ( l’infante Cristina [dont le mari est accusé de fraude fiscal, trafic d’influence, de blanchiment d’argent et de corruption] a récemment été imputée) semble vouloir renaître de ses cendres. Vers une diplomatie active du nouveau roi pour faire sortir l’Espagne de la crise du système des autonomies ? (voir fiche Major-Prépa).

Et pendant ce temps là, la Coupe du Monde au Brésil.

La coupe du monde présente bien des enjeux (voir article major-prépa sur les grands événements sportifs). Cette année elle a été accompagnée de manifestations importantes (contre le renchérissement de la vie et le coût démesuré de la compétition) mais aussi de scandales au sein de la FIFA (on a appris que bien des officiels auraient reçus des mallettes de pétro-dollars [argent issue de la manne pétrolière] pour octroyer le mondial de 2022 au Qatar). Cependant la fête sportive a bien lieu, le spectacle est grand et nos Bleus poursuivent la compétition avec un rendez-vous lundi à 18h contre le champion d’Afrique : le Nigéria. Il est clair que les Bleus suscitent la ferveur populaire (18 millions de spectateurs devant France-Suisse, un record! ). Puisse le sort nous être favorable. Allez les bleus, allez le Foot et vive la France.

Ezékiel SEDAMINOU

Major-prépa

 

Ezékiel Sedaminou

21 ans, étudiant à l'EM Lyon après avoir fait sa prépa au lycée La Bruyère et cofondateur de Major-Prépa, il est spécialiste du traitement de l'actualité ainsi que de géopolitique.