Synthèse d’actualité estivale 2018 – Europe Synthèse d’actualité estivale 2018 – Europe
Tu n’as pas suivi l’actualité cet été ? Pas de panique ! Voici la synthèse de l’actualité européenne pour être à jour avant la rentrée.  ... Synthèse d’actualité estivale 2018 – Europe

Tu n’as pas suivi l’actualité cet été ? Pas de panique ! Voici la synthèse de l’actualité européenne pour être à jour avant la rentrée.

 

Limitation à 80km/h sur une partie des routes françaises

Le passage de 90km/h à 80km/h a été adopté le 1er juillet 2018. Cette mesure devrait permettre d’éviter 350 à 400 morts et de faire face à la hausse de mortalité connue entre 2014 et 2016. Les opposants à cette limitation estiment que cette mesure n’est pas suffisante pour diminuer la mortalité et qu’il faudrait davantage investir dans l’amélioration de la qualité des infrastructures routières. Or, le gouvernement investit déjà 10 milliards d’euros par an pour l’améliorer. Cette mesure semble indispensable et constitue un premier pas dans cette lutte. Mais avec l’alcool et les stupéfiants qui représentent 29% des tués en 2017, le combat n’est pas encore gagné.

 

 

Brexit : les discordes continuent et les démissions inquiètent

Le 30 mars 2019, le Royaume-Uni ne fera plus partie de l’Union Européenne et cela pose plusieurs problèmes. Avec la mise en place de contrôles tarifaires et non tarifaires, les flux entre le RU et le continent seront perturbés. En effet, 16000 camions traversent le tunnel sous la manche chaque jour et la mise en place de contrôle causerait 16km d’attentes, un manque de temps et donc d’argent à gagner pour les entreprises. Entreprises qui ne comptent pas appliquer les différentes mesures prises par T. May. Selon un sondage du Times, 51% des habitants souhaitent le vote d’un nouveau référendum.

Autre grande nouvelle : Le 9 juillet, Boris Johnson, ministre britannique des affaires étrangères et pro-Brexit a annoncé sa démission à neuf mois de la sortie officiel du Royaume-Uni de l’Union Européenne. Raison de cette démission ? Les nombreux désaccords avec Theresa May sur la mise en place du Brexit.  Cette démission survient au lendemain de celle de David Davis, ministre du Brexit.

Un article est disponible concernant les avancées du Brexit cet été.

 

 

Sommet de l’OTAN : Bilan et discordes entre Trump et Merkel

Le 11 et 12 juillet 2018 a eu lieu le 26éme sommet de l’OTAN à Bruxelles. Qu’est ce qu’il en ressort ?

Voici une liste des points importants :

– un renforcement de la structure militaire afin de lutter pour la stabilité des territoires et faire face au terrorisme ;

– l’intégration de la Macédoine du Nord ;

– une nouvelle coopération entre l’Union Européenne et l’OTAN ;

– le renforcement de l’engagement en Afghanistan jusqu’en 2024.

Trump, comme à son habitude, a perturbé cette réunion en attaquant l’Allemagne sur ses « faibles dépenses de défense » et en faisant exercice de son meilleur art : le tweet.

 

 

20éme Sommet de l’Union Européenne et de la Chine : Former un front face à Trump et renforcer l’alliance.

Les dirigeants européens et le président chinois Xi Jumping se sont retrouvés le 16 juillet dans le cadre du 20éme  sommet entre l’Union Européenne et la Chine. Dans un contexte de guerre économique entre la Chine et les Etats-Unis, la Chine cherche à renforcer son alliance avec l’Europe et approfondir son partenariat stratégique qui fête ses 15ans.  Les discussions ont porté essentiellement sur le multilatéralisme entre le continent européen et asiatique, le changement climatique et les énergies propres (à noter l’approche de la COP24 en Pologne en décembre 2018) et sur la coopération de politiques étrangères. Ce sommet a débouché sur la volonté commune de réformer l’OMC par la création d’un groupe de travail.

 

 

Google encore une fois dans le viseur de Margrethe Vestager

A l’heure ou l’IMac fête ses vingt ans et Amazon son entrée en bourse, le commissaire européenne à la concurrence, Margrethe Vestager a encore frappé. Après Amazon, Starbuck’s ou encore Apple, c’est Google qui a été visée le 18 juillet 2018 par une amende historique qui s’élève à 4,3 milliards d’euros pour abus de position dominante. Ce n’est pas la première fois que Google est dans le viseur de M. Vestager. En 2017, elle se voyait déjà infliger une amende de 2,8 milliards d’euros. Les entreprises américaines sont souvent attaquées, dès 2008, Microsoft devait s’acquitter d’une amende de 800 millions d’euro pour la même raison que Google. Les autorités américaines accusent l’Europe de faire preuve d’un protectionnisme déguisé. Alors, est-ce un protectionnisme déguisé ou une réelle lutte contre la concurrence déloyale ?

 

 

Arrivée massive des migrants et attitudes divergentes au sein de l’Europe

Alors que l’Italie refuse d’accueillir les migrants et projette la formation d’un axe anti-immigration avec l’extrême droite autrichienne, c’est l’Espagne qui les accueille. Après l’Aquarius et ses 141 occupants en juin dernier, le 9 août un nouveau bateau avec 87 migrants était sur les quais espagnols. L’Espagne est devenue la nouvelle porte d’entrée en Europe et, avec le gouvernement socialiste de Pedro Sanchez, de nouveaux centres d’accueil ont été construits. Emmanuel Macron estime que l’Espagne est l’exemple même de la solidarité européenne et travaille avec Angela Merkel pour trouver la meilleure solution face à cette situation.

L’Organisation Internationale des Migrants (OIM) note 24 000 arrivées sur le territoire espagnol : on est tout de même loin des 800 000 arrivées en Grèce en 2015 ou des 80 000 en Italie en 2016.

 

 

Quasi plein-emploi et pénurie de main d’œuvre en Europe de l’Est

Cette situation qui fait rêver l’hexagone embête les pays de l’Est. En effet, leur bonne santé économique et démographique et leurs faibles taux de chômage sont les causes de cette pénurie de main d’œuvre. Avec des milliers de postes vacants et un Pôle Emploi qui recense plus d’offres que de demandes, on compte 310 000 postes vacants en République Tchèque. Afin d’attirer la main d’œuvre, la Roumanie, comme de nombreux pays de l’Europe Centrale et de l’Est, a opté pour l’augmentation de 30% des salaires. Certains économistes craignent un manque de rentabilité pour les entreprises et donc d’éventuelles faillites.

 

 

Le modèle Ryanair touche à sa fin

Alors que la compagnie aérienne reflétait un modèle idéal et innovant, elle se retrouve comme toutes les autres compagnies avec des syndicats et des grèves.

Depuis le début de l’automne 2017, on assiste à une augmentation des mouvements sociaux qui paralysent la compagnie et clouent les avions de Ryanair au sol. Le 10 août, une grève a eu lieu dans cinq pays d’Europe (l’Irlande, l’Allemagne, les Pays bas, la Suède et la Belgique).

 

 

Grèce : le dernier versement de l’Union européenne effectué

Le Mécanisme européen de stabilité (MES) a accordé le dernier versement du programme d’aide à la Grèce soit 15 milliards d’euros. Ce ne sont pas moins de 273 milliards d’euros qui ont été versé depuis huit ans par le FMI et l’Union Européenne.

 

 

Le droit du travail italien réformé

Le mouvement antisystème 5 étoiles a encouragé une grande réforme du travail en Italie. Trois changements majeurs sont à noter :

  • La limitation du recours aux CDD (Contrat à durée déterminé) : dans le but de diminuer le travail temporaire, la durée d’un CDD a été diminuée d’un an (deux ans au lieu de trois) tout comme le nombre de fois où il peut être renouvelé (quatre fois au lieu de cinq). Renouveler un CDD ne se fera pas sans conséquence car un renouvellement causera une augmentation des cotisations à charge des entreprises.
  • Le coût des licenciements augmenté et le Job Act supprimé: afin de réduire la flexibilité du travail, les licenciements seront plus coûteux avec l’augmentation des indemnités et le Job Act de Mateo Renzi a été supprimé.
  • Les délocalisations déconseillées : Toute entreprise qui délocalise son activité dans les cinq années à venir au sein de l’Union Européenne fera l’objet d’un remboursement des subventions reçues par l’Etat, remboursements multipliés par quatre si la délocalisation se fait en dehors de l’UE.

Ces mesures visent à réduire la flexibilité du travail et la liberté des entreprises afin de lutter contre le fléau d’un chômage massif et structurant.

 

 

Sanctions américaines face à l’affaire Skripal

Après les discordes en 2014 avec l’administration Obama, place à celles avec l’administration Trump. Le 9 août dernier, les autorités américaines ont infligés des sanctions économiques à Moscou en raison de l’affaire Skripal. Cette décision survient un mois après la rencontre entre Vladimir Poutine et Donald Trump au sommet d’Helsinki et est jugée « inacceptable » par Moscou.

Qu’est-ce que l’affaire Skripal ? Le 4 mars 2019, l’ex-agent Serguei Skripal et se sa fille sont morts empoisonnés et Washington considère que la Russie est responsable de cet empoisonnement à l’arme chimique. Le pays nie toute responsabilité dans cette affaire.

Quels types de sanctions économiques ont été prononcés ? Les Etats-Unis comptent interdire aux avions russes l’accès aux aéroports américains et interdire toute exportation de produits technologiques. L’impact sur l’économie russe s’élève à des centaines de millions de dollars.

Samah Benchao

Ancienne préparationnaire en ECE et actuellement à l'Ecole nationale de commerce de Paris.

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *