Tu trouveras ici une synthèse géopolitique de l’actualité climatique de l’été, de quoi t’informer si tu as manqué les actus de l’été, ou encore te rafraîchir la mémoire si tu as suivi l’actualité de manière assidue. L’actualité climatique peut très souvent t’être utile en dissertation de géopolitique, en essai de langue ou encore en entretien, c’est pourquoi il est important d’être à jour sur la question en prépa ECG !

Au programme : records de chaleur, inondations, fonte des glaces, incendies, dernier rapport du GIEC, loi « Climat et résilience ». Prêt ? Alors, allons-y !

 

Une actualité géopolitique marquée par des records de chaleur

Cet été, des records de chaleur ont été battus. Au début de l’été, le Canada a provoqué la surprise générale en enregistrant une température record de 49,5 °C (village de Lytton) ; un début d’été caniculaire ayant provoqué plus d’une centaine de morts. Ajoutons à cela que cette vague de chaleur a permis de nombreux incendies à la frontière canado-américaine.

D’ailleurs, le Canada n’est pas le seul pays à avoir enregistré des températures record cet été :
la Turquie (49,1°C), le Royaume-Uni (Irlande du Nord, 31,3 °C), l’Italie (Sicile, 48,8 °C)… Le record mondial de chaleur a même été battu cet été en Californie, dans la « Vallée de la mort », où plus de 54 °C ont été enregistrés !

Les températures record au Canada ont conduit l’Organisation météorologique mondiale à réagir en rappelant que les concentrations de gaz à effet de serre rendent les vagues de chaleur de plus en plus fréquentes, intenses et longues.

 

Fonte des glaces et inondations, une possible étude de cas en prépa ECG !

Comment parler de record de chaleur sans parler de fonte des glaces ? En effet, une vague de chaleur a provoqué une fonte conséquente des glaces au Groenland, une fonte qui inquiète, quand on sait que la calotte groenlandaise pourrait (si elle fond entièrement) élever les océans de six à sept mètres !

D’autre part, cet été a été marqué par de nombreuses inondations à travers le monde : Chine (Zhengzhou), Belgique, Allemagne, Luxembourg, Pays-Bas, France, Turquie, Japon…

C’est ainsi que la Turquie, après avoir connu des incendies sans précédent dans son histoire, doit encore faire face à des inondations de grande ampleur provoquées par des pluies torrentielles. De la même manière, la situation en Chine était très préoccupante en juillet dernier, puisqu’il est tombé en trois jours l’équivalent d’un an de précipitations dans la province du Henan (on compte au moins 300 morts). Les précipitations ont aussi ébranlé le Japon, provoquant des inondations et des glissements de terrain. Face à la gravité de la situation, 1,8 million de personnes ont été appelées à évacuer leur domicile.

 

Des incendies spectaculaires au cœur de l’actualité estivale

Cet été a été particulièrement marqué par des incendies dévastateurs à travers le globe : Grèce, Turquie, Albanie, Italie, Algérie, Canada, États-Unis…

Évoquons le cas particulièrement inédit et surprenant de l’incendie en Californie. Le fameux Dixie Fire : l’incendie le plus dévastateur de l’histoire de l’État est un feu qui s’autoalimente en générant son propre climat. L’enquête sur le déclenchement de l’incendie semble a priori incriminer l’entreprise du secteur énergétique PG&E.

Attention : on peut rapidement établir une conséquence directe entre les températures élevées/le réchauffement climatique et les incendies de grande ampleur, c’est un raccourci facile et erroné ! Des conditions très particulières doivent être réunies pour qu’un incendie prenne l’ampleur de ceux qu’on a pu voir cet été : des températures élevées, du vent et un air peu humide (et du combustible… of course). Évidemment, le réchauffement climatique a un lien de causalité avec ces incendies : les températures étant de plus en plus élevées, le risque d’incendie devient, de fait, d’autant plus élevé.

 

Quelques chiffres qui peuvent te servir en prépa ECG

  • En France, 90 % des feux de forêt ont une origine humaine.
  • Moins de 10 % des départs de feu en forêt seraient d’origine naturelle.
  • Près de 40 % des feux de forêt sont allumés volontairement.
  • Pas moins de la moitié des feux de forêt sont dus à l’imprudence.

Si la plupart des incendies qu’on a pu voir cet été sont d’origine humaine, certains sont le résultat d’un phénomène naturel. Prenons l’exemple de l’impressionnant incendie en Sibérie. C’est un incendie provoqué par des épisodes orageux d’ampleur inédite. Si la cause directe de ces incendies en Sibérie, en Alaska et même en Arctique est la foudre, c’est finalement le résultat indirect du réchauffement climatique qui engendre une recrudescence des épisodes orageux dans ces zones que l’on pourrait penser « épargnées » des incendies.

Si tu veux avoir une approche géopolitique des incendies, je t’invite à lire cet article !

 

Le grand attendu de l’actualité : le rapport du GIEC

Tout d’abord, qu’est-ce que le GIEC ? Le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) est un groupe d’experts qui « résument » l’ensemble des publications scientifiques des dernières années, ils établissent un état des lieux de la situation climatique, des moyens de limiter le réchauffement global, la manière dont l’homme y prend part…

Voici quelques conclusions du rapport du GIEC :

  • les phénomènes climatiques extrêmes vont s’intensifier ;
  • la fonte des glaces et la montée des eaux sont d’ores et déjà irréversibles ;
  • les pays du nord ne seront pas épargnés par le réchauffement climatique (exemple du Canada cet été) ;
  • les prévisions indiquent que nous dépasserons les 1,5 °C de réchauffement en 2030, ainsi, les accords de Paris ne pourront être respectés (le scénario le plus optimiste indique qu’on pourrait le limiter à 1,6 °C au milieu du siècle) ;
  • compte tenu de la situation actuelle, si rien ne change, on atteindrait les +2 °C en 2050 ;
  • l’Arctique est la zone la plus touchée par ce phénomène de réchauffement climatique : les températures y augmentent bien plus vite que la tendance mondiale.

Ce rapport pourra servir de matière pour la COP26 qui aura lieu à Glasgow (Écosse) en novembre. Il confirme l’urgence de la situation, puisque si nous entendons changer de trajectoire, des efforts immédiats, rapides et à grande échelle doivent être entrepris pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre.

Voici le lien du fameux rapport (en anglais) pour les plus téméraires : Sixième rapport d’évaluation.

 

Actualité politique : la loi « Climat et résilience »

Le Conseil constitutionnel a validé en très grande partie le projet de loi « Climat et résilience » qui fait suite au travail de la Convention citoyenne pour le climat. Un projet de loi ayant pour objectif d’intégrer davantage l’écologie dans la vie des Français. Et pour cela, le projet entend agir sur plusieurs terrains : information, énergies renouvelables, éducation…

Voici quelques mesures « phares » de la loi « Climat et résilience » :

  • fin de la publicité pour les énergies fossiles ;
  • vols interdits en France lorsque le trajet en train dure moins de 2 h 30 ;
  • nouveau délit de mise en danger de l’environnement, qui pourra être puni de trois ans d’emprisonnement et de 250 000 euros d’amende ;
  • renforcer la sensibilisation des élèves à la question climatique à l’école grâce à la création de comités par établissement, dont la mission sera d’organiser des activités d’information et de sensibilisation.

 

Ainsi, comme tu as pu le voir, le climat était sous le feu des projecteurs tout au long de l’été. Et pour cause ! La question climatique présente bien des enjeux : politiques, économiques, sociaux… C’est un sujet tellement décisif pour l’avenir qu’il est toujours intéressant d’avoir quelques exemples, quelques chiffres en tête (comme ceux que je t’ai présentés plus haut) pour étayer ton propos en dissertation de géopolitique, en essai de langue ou bien en entretien. Une bonne connaissance de l’actualité climatique ne pourra que valoriser ta copie !

Partager.
Sonia Ammour

Les commentaires sont désactivés.