Les relations Amérique latine-Chine : entre dépendance et opportunités Les relations Amérique latine-Chine : entre dépendance et opportunités
Voilà de quoi te démarquer dans tes essais ! En effet, la Chine est omniprésente dans l’actualité et il est fort probable que tu... Les relations Amérique latine-Chine : entre dépendance et opportunités

Voilà de quoi te démarquer dans tes essais ! En effet, la Chine est omniprésente dans l’actualité et il est fort probable que tu aies à citer ce pays en dissertation d’ESH ou de géopo… mais pas que ! Après avoir lu cet article, tu pourras également placer cet exemple en essai d’espagnol, que tu sois en LV1 ou en LV2, et ainsi briller par ton originalité et la richesse des analyses qui peuvent découler de ces enjeux. C’est parti !

 

L’influence du géant chinois sur le continent sud-américain

Il faut d’abord avoir en tête que la Chine tente depuis quelques années de s’emparer des marchés des pays en développement, que ce soit en Afrique ou en Amérique latine. Ce dernier sous-continent possède une grande diversité de ressources naturelles, que la Chine convoite afin de fournir son immense marché domestique.

 

Une nouvelle guerre froide ?

L’Amérique latine est aussi devenue, selon certains analystes, un nouveau champ de bataille qui voit s’affronter la Chine et les États-Unis, à tel point que certains parlent même d’une nouvelle forme de guerre froide. Chacun des deux géants cherche à exercer une influence toujours plus grande.

Pourtant, avec l’arrivée de Trump au pouvoir en 2016, les États-Unis ont adopté une posture relativement antagoniste envers la région. La Chine en profite pour renforcer son pouvoir de contrôle sur la région, d’autant plus qu’elle est perçue comme une alternative à la prévalence occidentale. En effet, de nombreuses initiatives en Amérique latine telles que l’ALBA (Alliance bolivarienne pour les peuples des Amériques) témoignent du rejet de la domination nord-américaine. Les pays de la région sont plus enclins à nouer des liens commerciaux avec la Chine qui, contrairement au géant américain, ne conditionne pas ses prêts à des garanties démocratiques ou à la mise en place d’une certaine politique économique.

 

Des projets ambitieux

Les entreprises chinoises voient grand et planifient de grands projets d’infrastructures, comme une base spatiale qui a vu le jour en Argentine en 2018 (mais dont la population craint qu’elle ne devienne une base militaire), ou encore un câble sous-marin en fibre optique reliant la Chine au Chili.

 

La dépendance croissante de l’Amérique latine à la Chine

Évoquons désormais quelques chiffres. En raison des stratégies que nous avons décrites, la Chine est actuellement le partenaire commercial principal de l’Argentine, du Brésil et du Pérou, et constitue la première destination des exportations du Chili, de Cuba, du Brésil, du Pérou et de l’Uruguay. Ces relations commerciales bilatérales représentaient au total une valeur de 244 milliards de dollars en 2017. Cette dépendance prend parfois une ampleur qui semble dangereuse : la Chine achète 70 % du cuivre vendu par le Pérou ! Le géant asiatique est également le premier créancier de plusieurs pays, notamment du Venezuela.

Cependant, la collaboration entre la Chine et l’Amérique latine s’avère bénéfique pour le continent : des investissements colossaux, tels que les 250 milliards de dollars promis par Xi Jinping sur la période de 2015 à 2025, sont à espérer. La Chine est également un vivier de main-d’œuvre plus formée et plus qualifiée, notamment dans le secteur tertiaire, ce qui peut être, par un transfert de compétences, l’opportunité pour l’Amérique latine d’opérer une transformation structurelle lui permettant de réduire sa dépendance à ses exportations de matières premières.

 

Nous espérons que cet article t’aura permis d’en savoir davantage sur ce sujet très riche et on ne peut plus actuel. N’hésite pas à aller consulter toutes les autres ressources de Major-Prépa pour t’aider en espagnol !

Magali Asseraf

Etudiante à l'ESSEC