Economie-Droit ESC Troyes – Analyse Economie-Droit ESC Troyes – Analyse
Découvrez le sujet  d’économie-droit ESC Troyes 2016 : https://major-prepa.com/concours/inside-concours/economie-droit-esc-troyes-2016/     Voici l’analyse du sujet, par Amine Baji, un étudiant en première année à... Economie-Droit ESC Troyes – Analyse

Découvrez le sujet  d’économie-droit ESC Troyes 2016 : https://major-prepa.com/concours/inside-concours/economie-droit-esc-troyes-2016/

 

 

Voici l’analyse du sujet, par Amine Baji, un étudiant en première année à HEC Paris admis après avoir effectué sa classe préparatoire en filière ECT au lycée Ozenne (Toulouse). Vous pouvez le retrouver en cliquant ICI !

 

 

Le sujet d’économie-droit ESC Troyes est, comme chaque année, composé de deux parties : l’une juridique et l’autre économique.

Le cas pratique porte sur l’entreprise Art & Photos, spécialisée dans le traitement des photographies.

La première question décrit un litige entre l’entreprise et M. Daubin, qu’il accuse d’avoir perdu certaines de ses pellicules, en contestant l’indemnisation qu’il juge insuffisante. Il aurait ainsi pu sembler opportun d’évoquer la responsabilité civile contractuelle de l’entreprise Art & Photos, cette dernière étant tenue de veiller à la restitution et à la non-détérioration des pellicules soumises par les clients.

[sociallocker id=5757]

La deuxième question évoque un litige entre Art & Photos et son principal client, la société Reportages qui annonce une rupture « brutale » de la relation commerciale établie entre les deux entreprises. Les candidats auront pu prendre appui sur l’extrait du Code de commerce présent en annexe qui stipule qu’une rupture brutale des relations commerciales sans préavis est susceptible d’engager la responsabilité de son auteur, en l’obligeant à réparer le préjudice subi. Quant à la veille juridique de cette année, elle porte sur l’évolution des conditions de création d’entreprise, en invitant les candidats à établir un lien avec le thème de liberté d’entreprendre. Il aurait convenu de prendre appui sur les évolutions juridiques survenues lors de l’année 2015 (textes de droit et décisions juridiques) pour répondre à la problématique posée par le sujet.

La partie économique de l’épreuve ESC comporte une synthèse de 500 mots environ, dont le thème principal cette année invitait les candidats à s’interroger sur les positions dominantes dans les plateformes numériques. Le premier document s’intéressait aux effets de réseau, qui permettent à une entreprise de monopoliser un marché. Ces derniers découlent de stratégie commerciales ou de l’émergence de nouveaux standards ou de nouvelles technologies, qui facilitent une concentration des parts de marché. Il est également fait mention du rôle des effets de réseau comme barrières à l’entrée du fait de la difficulté pour une entreprise récemment implantée à attirer les utilisateurs d’un autre réseau. Les documents évoquent aussi Google, cas typique de position dominante dans le secteur numérique. L’indéniable monopole du moteur de recherche, source de sa supériorité en matière d’innovation, est étroitement surveillé par la Commission européenne, qui s’intéresse au rôle du géant américain dans la publicité en ligne. De plus, le dossier documentaire mentionne la vision libérale de l’école de Chicago, affirmant que la situation de position dominante d’une entreprise est une conséquence directe de sa supériorité en termes de performance et de personnel et que l’intervention des pouvoirs publics entraverait le processus perpétuel autorégulateur de destruction créatrice. Enfin, rappelons qu’une bonne synthèse, outre l’exigence du respect du nombre de mots, passe par une problématisation efficace du sujet et une exploitation intelligente du dossier documentaire, étapes indispensables pour la construction d’un raisonnement économique réfléchi et cohérent.

[/sociallocker]

Amine Baji

Débattez des sujets sur notre nouveau forum : http://www.forum-commerce.com/

 

Mehdi Cornilliet Fondateur

Ancien étudiant à HEC Paris après une prépa ECS au Lycée La Bruyère (Versailles) et fondateur de Major-Prépa.