LV1 Anglais Ecricome 2020 – Analyse du sujet LV1 Anglais Ecricome 2020 – Analyse du sujet
Le sujet de LV1 Anglais Ecricome 2020 est disponible, tu peux trouver son analyse dans cet article. Cette année, les concours sont particuliers, puisqu’ils... LV1 Anglais Ecricome 2020 – Analyse du sujet

Le sujet de LV1 Anglais Ecricome 2020 est disponible, tu peux trouver son analyse dans cet article.

Cette année, les concours sont particuliers, puisqu’ils ont lieu trois mois après la date habituelle. Mais les épreuves ont été conçues avant le confinement, donc pas de soucis, le concours ne change pas par rapport aux autres années.

Plus d’infos sur Inside concours 2020 !

 

La version

Commençons cette analyse du sujet LV1 anglais Ecricome 2020 avec le premier exercice : la version. Elle semblait aujourd’hui assez classique. Le texte à traduire était, comme toujours, un extrait d’article de presse. Il portait sur le thème de l’entreprise, un incontournable des prépas EC. Peu de pièges grammaticaux, mais quelques difficultés au niveau du vocabulaire.

Aussi, beaucoup ont dû avoir du mal à traduire les mots « stakeholders », « rebuke » ou « yoke ». L’abréviation « PR » était également difficile à traduire. On te donne ici la traduction de quelques mots un peu compliqués :

lobbying group : groupe de lobbying

stakeholder : partie prenante

to endorse : approuver, appuyer

to greet : accueillir, saluer

yoke : le joug

PR statement : communiqué de presse

 

Le thème

La particularité du thème de LV1 est qu’il est issu d’un article de presse. Cela a l’avantage d’avoir des phrases courtes et du vocabulaire souvent assez simple, mais il est difficile de rendre l’aspect journalistique. Cette année, le thème ne posait pas de grosses difficultés.

Le plus gros obstacle du thème était la traduction de la citation : Mary Kate parle de manière très décontractée et traduire les mots comme « fringues » ou « entassaient » a pu poser problème.

 

Les essays

Le concours Ecricome propose toujours deux sujets d’essai, pour lesquels il faut produire 250 mots, plus ou moins 10%.

Le premier sujet était assez surprenant, car il portait sur une actualité très précise : les élections américaines de novembre 2020. Il a beau avoir été conçu en novembre, on aurait pu faire un essai uniquement sur l’actualité très récente. La gestion de la crise du coronavirus par le président Trump, la démission de Pete Buttigieg des primaires démocrates, le mouvement Black Lives Matter sont tous des exemples pertinents à citer dans un tel essai ! Il fallait cependant choisir les deux principaux enjeux. En soi, la difficulté portait sur la délimitation restreinte du sujet et sur le fait que seules les affaires domestiques aux Etats-Unis étaient concernées. Une bonne connaissance de la politique de Donald Trump était nécessaire.

Le deuxième sujet, beaucoup plus large, est plutôt classique. Les mouvements radicaux sont un incontournable des cours de civilisation, et le sujet n’avait cette fois pas de limite géographique. Le plus difficile était donc d’être original dans la structure et dans les exemples de l’essai. Faire une partie sur les bienfaits des mouvements radicaux et une partie sur leurs inconvénients était peut-être un peu trop évident. A l’inverse, un candidat qui se demandait pour qui les mouvements radicaux sont dommageables a un avis un peu plus original. Niveau exemples, mentionner un mouvement populiste semble obligatoire, mais on pouvait aussi penser à des mouvements plus sociaux, comme le mouvement Femen.

D’autres pistes de réflexion étaient bien sûr possibles !

 

 

Dimitri Des Cognets

Rédacteur en chef de Major-Prépa