LV1 anglais IENA 2021 – Analyse du sujet LV1 anglais IENA 2021 – Analyse du sujet
Les concours sont sur le point de s’achever, tu as certainement tout donné mais il reste (peu heureusement !) quelques épreuves à fort coefficient.... LV1 anglais IENA 2021 – Analyse du sujet

Les concours sont sur le point de s’achever, tu as certainement tout donné mais il reste (peu heureusement !) quelques épreuves à fort coefficient. Les épreuves de LV1 IENA en font partie. Surtout, ne lâche rien et donne tout dans cette dernière ligne droite décisive ! Dans cet article, tu trouveras l’analyse du sujet de LV1 Anglais IENA 2021. Si tu ne l’as pas encore vu, tu peux retrouver le sujet ici.

Tu peux également consulter toutes les informations des concours BCE sur notre rubrique dédiée Inside Concours BCE 2021. Plus que jamais, Major-Prépa t’accompagne tout au long des concours. Retrouve le Live Inside Concours à midi et à 18h30 tout au long des concours BCE. Le lien de l’Inside Concours de ce jour :

L’analyse du sujet de LV1 Anglais IENA 2021 :

Le texte

Le texte d’anglais LV1 Iéna était tiré cette année du TIME Magazine et évoquait les conséquences du tourisme sur l’île d’Hawaï. Le texte dans son ensemble ne posait pas de difficultés majeures de compréhension, mises à part quelques exceptions lexicales : shave-ice, to be at a trickle, long-simmering… Pour autant, il n’était pas nécessaire de saisir de telles subtilités pour comprendre le texte dans sa globalité et ainsi répondre à la première question d’expression.

 

La version

L’épreuve de version consistait à traduire le second paragraphe de cet article de presse. Pour une épreuve de LV1, le texte pouvait sembler plutôt simple à traduire, étant donné l’absence de structures grammaticales peu connues ou de lexique démesurément technique. Il ne fait donc pas l’ombre d’un doute que les erreurs de français et les rares contre-sens commis par les élèves seront sévèrement sanctionnés. L’emploi de certains pronoms pouvait cependant porter à confusion au début du texte, pour traduire “a local” ensuite repris par le pronom générique “They” . Ici, la traduction au pluriel par “les locaux” était sûrement le choix le plus pertinent. Pour le reste, la syntaxe du texte était assez limpide. 

Pour ce qui est du vocabulaire employé, on pourra retenir les quelques mots et expressions suivants : 

to spot : remarquer, déceler

overwhelmed  : ébloui, surpris, ébahi (dans ce contexte)

mandatory : obligatoire

to shrink : réduire, diminuer

to cut one’s staff : réduire ses effectifs

a surge : une augmentation rapide, une hausse importante

 

Les questions d’expression

La première question qui était posée permettait de tester la compréhension du texte. La formulation, plutôt simple, permettait d’englober tous les aspects de celui-ci. 

 

How has the return of tourisme reignited old tensions in Hawaii ?

Étant donné le nombre de mots réduit à disposition des candidats (180 environ), ceux-ci devaient proposer un réel effort de synthèse pour restituer les éléments les plus importants de l’article. Le tout était de mettre en avant l’opposition quasi structurelle qui se renforce aujourd’hui à Hawaï, entre d’un côté les partisans du tourisme, une activité économique essentielle pour l’île, et de l’autre ses opposants qui dénoncent ses dérives.  

 

La seconde question permettait d’élargir la réflexion amorcée par l’article et faisait écho à l’actualité : 

 

Would you say that countries which rely too much on tourism are going in the wrong direction ?

Ici, de manière assez claire, le sujet ne ciblait pas uniquement les pays anglo-saxons, qui sont dans l’ensemble plutôt industrialisés ou en voie d’industrialisation et où le tourisme n’est donc pas aussi prégnant qu’autre part. Il était cependant préférable d’aller puiser ses exemples dans la sphère anglophone lorsque cela était possible. 

Avec la pandémie de Covid-19, nombreux sont les pays qui ont pu s’apercevoir de la place fondamentale qu’occupait le tourisme dans leur économie. Une fois les voyages rendus impossible, en effet, beaucoup ont sombré dans une grave crise économique au cours de laquelle beaucoup de petits commerces ont été contraints à la fermeture. Dès lors, la diversification des activités semble s’imposer. Par ailleurs, cette crise conjoncturelle s’ajoute également à des problèmes plus structurels liés au tourisme, notamment en raison des conséquences sociales et écologiques de celui-ci. Une conclusion possible était donc d’ouvrir sur la réinvention de cette activité économique, avec l’apparition récente d’un éco-tourisme qui se veut plus responsable à l’égard des éco-systèmes.

Pierre Faury

Etudiant à HEC Paris