LV2 Espagnol CCIR 2018 – Analyse du sujet LV2 Espagnol CCIR 2018 – Analyse du sujet
Découvrez le sujet de LV2 Espagnol CCIR 2018    Le thème C’est un joli thème très lyrique, avec assez peu de difficulté de vocabulaire.... LV2 Espagnol CCIR 2018 – Analyse du sujet

Découvrez le sujet de LV2 Espagnol CCIR 2018 

 

Le thème

C’est un joli thème très lyrique, avec assez peu de difficulté de vocabulaire. Mais…
Ça commence fort : la première phrase fait cinq lignes. Elle présente une syntaxe assez difficile à traduire, presque trois phrases de thème Ecricome à la suite ! Il faut donc bien gérer les relatives et les temps.

Certaines expressions pouvaient être difficiles à traduire :
« à ceux qui » : a quienes
« comment pourrais-je jamais ? » : je crois qu’il est difficile de traduire le « jamais » en espagnol, on va se contenter de traduire par le conditionnel, et en utilisant le verbe « desprendrese de » ou « separarse de ».
« moitié français » : medio frances
« pas du tout » (parfois ce n’est pas évident) : « no, en absoluto », « no, para nada »
… et tout le vocabulaire de la dernière phrase.

En somme un thème de LV2 assez corsé au début, court, mais qui pouvait se faire avec un peu de rigueur.

 

La version

Dès la deuxième phrase, la connaissance du vocabulaire est discriminante même si on peut le deviner :
« Archivos » : fichiers
« Colocados » : situés
« Carpetas » : dossiers
En gros, il y a des centaines de fichiers situés, ou organisés dans différents dossiers.
La partie suivante est transparente, avec le vocabulaire de l’école (oui apprendre tes fiches de vocabulaire t’as peut-être servi !).
La tournure « resultar » se traduit souvent en français par un simple verbe être, et il ne faut pas oublier de traduire le « le » : « le rouge était pour elle trop agressif… » par exemple.
Ensuite attention aux faux-amis : « letra » veut dire « écriture » et pas « lettre », mais on peut le déduire de la suite.
« No soy ninguna experta » : on pouvait avoir des doutes quant à la traduction de « ninguna ». Je l’aurais traduit par « je ne suis pas du tout une experte ».
Enfin, le « si » de « pero si que siento que… » ne devait pas être oublié même si c’est un petit mot qui semble anodin : « mais je sentais par contre que » par exemple.

Cette version n’était pas très difficile mais il fallait faire attention aux détails et rendre l’ambiance un peu oppressante d’une personne qui fouille indiscrètement dans les affaires d’une autre.

 

Les questions et l’expression écrite

Un article pur d’actualité-civilisation lationoaméricaine, et très intéressant : il y a quelques années, tous les articles parlaient du retour du socialisme en Amérique Latine, de l’Eje Bolivariano, du nouveau socialisme du XXIème siècle etc. Maintenant, c’est un article sur le reflux de ce phénomène ! Il analyse le concept de populisme, qui est vraiment particulier dans la région : selon l’auteur (et c’est la question 1), le reflux du populisme n’est qu’une façade et toutes les conditions sont en place pour le réveil du populisme. Pour lui, après des mandats populistes si longs, il est normal que les gens aient envie de changement et font donc le choix de gouvernements différents : de centre-droite, comme cité dans le texte.

« Nada es permanente en la democracia. Nadie goberna para siempre ».
Il s’agissait ici de voir quels élèves avaient suivi leur cours de civi ou bien l’actualité relativement récente : le sujet demande explicitement de citer deux exemples.
On pouvait prendre l’exemple du gouvernement Kirchner en Argentine qui a gouverné pendant une longue période, mais aussi celui de Chavez, ou Maduro. Ce sont des exemples très connus en général mais au moins ça permet d’approfondir.
On peut se poser la question suivante : une démocratie peut-elle durer dans le temps et rester une démocratie ? C’est en effet le problème en Amérique Latine : on ne veut plus des dictatures (et à raison) donc on élit des candidats populistes, de façon démocratique, mais certains veulent rester au pouvoir et on assiste à des dérives autoritaires et anti-démocratiques (manipulation des votes, usage de la force policière, corruption etc.). Et cela on peut le voir actuellement avoir le gouvernement vénézuélien qui fait face à une opposition de la part du peuple de plus en plus forte.
La solution serait-elle d’interdire le renouvellement des mandats présidentiels ?

 

En tout cas, bon courage pour la fin des épreuves !

 

Inside concours BCE 2018 –> ICI

 

Samantha Marolleau

Je viens de la sympathique prépa ECE de Marcelin Berthelot à Saint Maur. Après 2 ans là-bas, j’ai déménagé vers la mythique ville de Jouy en Josas, sur le campus d’HEC !

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *