Management-Gestion EM Strasbourg 2018 – Analyse du sujet Management-Gestion EM Strasbourg 2018 – Analyse du sujet
Sujet de Management-Gestion EM Strasbourg 2018 : ICI.   L’épreuve de management-gestion de l’EM Strasbourg se différencie largement de celle d’HEC, notamment par le... Management-Gestion EM Strasbourg 2018 – Analyse du sujet

Sujet de Management-Gestion EM Strasbourg 2018 : ICI.

 

L’épreuve de management-gestion de l’EM Strasbourg se différencie largement de celle d’HEC, notamment par le nombre de dossiers : 5 contre 3 chez HEC, avec davantage de questions (23 questions !). Cette épreuve demande aux candidats d’avoir un profil polyvalent et des connaissances concises. De plus, ici, pas le temps de rédiger des réponses complètes, ce qui peut être une difficulté puisqu’il faut être efficace.

Cette année, l’entreprise présentée était Maritime Infos, éditeur de journaux régionaux. Face à un marché de plus en plus digitalisé, cet éditeur tente de se maintenir. Ainsi, comme l’année précédente, les dossiers traitaient de l’aspect stratégique, marketing, financier, RH et du système d’information.

 

Un sujet complet et sans grande surprise

Le premier dossier était purement stratégique : métier, finalités, caractéristiques du marché, stratégie… Ce premier dossier ne permettait pas, en soi, de faire la différence par rapport aux autres candidats puisque ce sont des questions auxquelles les candidats ont dû se confronter à presque chaque DST.

Le deuxième dossier était lui aussi sans surprise puisqu’il était demandé aux candidats de réaliser un plan de marchéage et de connaître les canaux de distribution. Une partie plus calculatoire était aussi au rendez-vous avec les calculs des bénéfices, du seuil de rentabilité, de la marge de sécurité, l’indice de sécurité, etc.

Le troisième dossier, sur les aspects financiers, est lui aussi un incontournable des sujets de management-gestion auquel tous les candidats doivent impérativement se préparer puisque c’est sur ce dossier que les candidats ont le plus de mal. Les chapitres financiers sont la bête noire de plusieurs candidats alors que les calculs et les connaissances sont fortement valorisés. En soi, les questions sont basiques et incontournables (rentabilité économique et financière, modes de financement, endettement, investissement, etc.).

Le quatrième dossier sur les ressources humaines, notamment la formation, n’était pas difficile. Les cours associés sont plutôt faciles et ne demandent pas de grande connaissance pour répondre aux questions, parfois la logique et le recul peuvent suffire.

Enfin, le dernier dossier, sur les systèmes d’information, était prévisible non seulement parce que c’est un dossier basique en management-gestion, mais aussi parce que la problématique rencontrée par l’entreprise qui nous est expliquée dès l’introduction laissait supposer ce dossier dès le début : pour pouvoir se digitaliser, la mise en place d’un système d’information est nécessaire. Ce dossier n’était pas compliqué mais demandait quand même une certaine réflexion de la part des candidats afin de mettre en avant les avantages et inconvénients.

 

Des connaissances précises et concises

Si les connaissances scolaires étaient demandées, il n’en demeure pas moins que les connaissances théoriques avaient elles aussi leur place dans ce sujet, notamment avec la question sur la motivation dans le dossier 4 ou bien l’alignement stratégique (cf Venkatraman) dans le dossier 5. Que ce soit demandé explicitement ou non, mobiliser des auteurs est toujours un plus pour votre copie qui permet de vous différencier.

Comme tout sujet de management, celui d’EM Strasbourg ne fait pas exception : les connaissances sont primordiales, même plus que pour le sujet d’HEC où on peut s’en sortir si on a un esprit d’analyse. Cela se démontre statistiquement : les étudiants sont moins nombreux à obtenir une note égale ou supérieure à 16 au sujet ESC qu’au sujet HEC (environ 3% contre 5% l’année précédente). Cela s’explique par le fait que les correcteurs ont un barème précis, avec des connaissances attendues, là où l’épreuve d’HEC demande davantage de réflexion et d’analyse. On peut dire, d’une certaine façon, que le sujet de management-gestion de l’EM Strasbourg est plus compliqué puisqu’on attend des candidats des connaissances infaillibles et une parfaite maîtrise du temps vu le nombre de questions.

Audrey Hoarau

Étudiante à l'emlyon business school après avoir fait une classe préparatoire ECT au lycée Henri Moissan à Meaux