Réussir sa composition de géographie en A/L Réussir sa composition de géographie en A/L
La géographie en prépa littéraire A/L suscite bien des passions : tantôt appréciée, tantôt redoutée ou parfois même délaissée, ce qui est certain est... Réussir sa composition de géographie en A/L

La géographie en prépa littéraire A/L suscite bien des passions : tantôt appréciée, tantôt redoutée ou parfois même délaissée, ce qui est certain est qu’elle ne laisse pas indifférents les préparationnaires littéraires. Mais peu importe l’appétence ou non que l’on puisse manifester à l’égard de cette matière pour réaliser de bonnes, voire d’excellentes dissertations ! En lisant cet article, tu trouveras des conseils utiles pour que la méthode de la composition de géographie n’ait plus aucun secret pour toi !

 

Présentation de l’épreuve de géographie en A/L

En premier lieu, la géographie est obligatoire pour tous les élèves d’hypokhâgne (bizuth ou première année) d’A/L. Elle est dès lors dispensée dans le cadre des cours de tronc commun, puis dans ceux de khâgne moderne (deuxième année ou khâgne LSH). Nous n’aborderons pas ici la méthode de la dissertation de géographie en classe de spécialité en deuxième année, qui obéit à des règles différentes, ni celle de la carte à réaliser pendant l’épreuve de tronc commun aux concours. Pour plus d’informations sur les modalités de choix des matières, notamment ce qui concerne la géographie, mais aussi plus largement du concours en A/L, nous t’invitons à consulter cet article.

 

Le programme

Chaque année, les Écoles Normales Supérieures fixent un programme dans toutes les matières ; c’est donc le cas en géographie en A/L. À titre d’exemple, les élèves se préparant pour la session 2021 doivent étudier le sujet suivant : « Population et inégalités dans le monde ». Notons que l’annonce qui prévoit les programmes d’une année sur l’autre a lieu vers le mois de mai de chaque année. Il s’agit en ce sens d’étudier pendant l’ensemble de l’année tous les thèmes, questions et enjeux relatifs au sujet imposé.

 

Les types de sujet

Tu pourras tomber sur ce que l’on appelle des « sujets-notion » ou un sujet sous forme de question. Tous deux nécessitent une bonne connaissance du vocabulaire géographique et du programme en général. Tu devras toi-même élaborer un plan qui mette en relation la ou les notions étudiée(s) et les enjeux qui se construisent et gravitent autour de ce terme. En ce qui concerne le sujet-question, il impose déjà, par définition, une question. Il faudra alors trouver une problématique qui contienne la question posée et une orientation dans la réponse que tu vas apporter.

Comme souvent, le plus délicat est d’éviter l’écueil de la saisie d’un sujet comme prétexte pour réciter son cours. Il faut sans cesse vérifier si tu réponds complètement au sujet. En effet, et ce dans les deux cas, cet exercice nécessite et doit engager une réflexion personnelle pertinente sur le sujet donné.

En outre, la dissertation a ceci de relativement frustrant que l’on peut vouloir incorporer à son devoir absolument toutes les références, données chiffrées et connaissances que l’on a acquises pour la simple raison que l’on a appris  ces éléments. Or, plutôt que de vouloir à tout prix montrer que tu as appris ton cours, tu dois prouver que tu as compris les enjeux du sujet en construisant une réponse ciblée et entièrement tournée vers l’intitulé présenté. Enfin, plus que le vocabulaire, il faut adopter le point de vue du géographe dans sa dissertation. L’exercice consiste à répondre dans cette dernière – comme dans les autre matières – à un sujet posé. Il faut donc à travers l’énoncé ou la question pouvoir trouver une contradiction, une tension interne, par laquelle il sera aisé de développer ton propos.

 

Gestion du temps

La dissertation de géographie en A/L est plus que jamais une épreuve de rapidité, dans laquelle tu dois réaliser à la fois une composition et sa carte de synthèse. Il ne faut donc pas traîner : dès le sujet réceptionné, du dois immédiatement t’atteler au brouillon à l’analyse du sujet, et plus exactement des termes qui y figurent, en adoptant un vocabulaire spécifique. Dès lors, nous te conseillons de ne pas excéder au maximum une heure et demie au brouillon pour avoir le temps de rendre un devoir terminé et une carte complète.

Dans un premier temps, prends le temps de lire attentivement l’énoncé. Assure-toi sans cesse de répondre au sujet, de ne pas t’éloigner de celui-ci en orientant ton propos uniquement vers le sujet. Il faut avant tout être efficace, alors fais bien attention au chemin que tu empruntes pour ne pas risquer de perdre du temps en t’apercevant au moment de la rédaction qu’une sous-partie entière est hors sujet. Comme on l’a déjà entraperçu, cette étape est essentielle. En règle générale, alors que l’on préconise de consacrer deux heures à celui-ci dans le cas d’épreuves de six heures, il en va tout autrement en géographie en A/L.

Pour la BEL, l’épreuve dure cinq heures, tandis que pour la BCE, il s’agit de quatre heures. À ce titre, nous t’invitions à consulter l’article qui se propose de t’aider à t’adapter aux épreuves (et surtout au temps des épreuves) de la BCE pour élèves d’A/L qui choisissent de passer les écoles de commerce juste ici. Enfin, n’oublie pas d’accorder du temps à ta carte de synthèse, à réaliser au fur et à mesure de la progression de ton devoir.

 

Rédaction du brouillon

Puisque la contrainte principale dans cette épreuve est assurément sa durée, n’essaie pas de former un brouillon exhaustif car tu perdrais du temps à tout vouloir inscrire sur le papier. Dans cette perspective, tu dois avoir en tête le sens des différentes notions géographiques qui concernent ton sujet d’étude : frontière, souveraineté, État, sont des exemples de termes que tu peux être amené(e) à définir si ton programme s’y prête. Comme nous te le conseillions dans notre article consacré à la méthode de la dissertation littéraire (disponible ici), le brouillon doit être divisé en deux temps.

Au début, jette tes idées comme elles te viennent, peu importe si tu ne les utilises pas plus tard au moment de la rédaction au propre. Puis il s’agira de les relier entre elles en fonction de l’orientation que tu veux donner à ton devoir. Le sujet doit te conduire vers l’élaboration d’un plan en trois parties et trois sous-parties, règle presque canonique de la dissertation aussi bien à la BEL qu’à la BCE. Le cheminement de ton propos doit être clair et progressif et articulé en fonction de ta problématique.

 

Les références

Les références doivent être pertinentes, issues de recueils élaborés par des géographes spécialistes de la question étudiée. Garde à l’esprit que certains termes spécifiques et techniques, propres au programme étudié sont incontournables. De plus, elles s’avèrent d’autant plus intéressantes lorsqu’un élève est en mesure de proposer également des références littéraires (notamment des citations) qui répondent particulièrement bien au sujet étudié. Les références artistiques et historiques peuvent aussi amener davantage de relief à une copie qui essaiera de mettre en lien toutes les matières du cursus que tu poursuis, plutôt qu’à n’effectuer qu’une froide et fade série de chiffres et statistiques.

 

Introduction et problématique

Tu dois faire en sorte que l’introduction, faite pour établir les premiers jalons du développement que tu vas entamer, fasse entrer ton lecteur dans ton propos. Il faut y définir le ou les termes figurant dans le sujet ainsi que ceux que tu vas employer tout au long de ton développement. S’il y a lieu de le faire, délimiter les aires géographiques qui interviennent dans le traitement du sujet est absolument primordial (définitions géographies, géopolitiques, etc). Tu dois clarifier les enjeux qui affleurent, mettre en lumière de manière progressive les questions et affrontements qu’engendre le sujet posé.

Pour parvenir à l’élaboration d’une problématique solide et conforme à ce qui est attendu, tu peux partir d’une question simple mais essentielle : pourquoi ce sujet/cette question est-il/elle posé(e) ? Tu comprendras facilement en tournant la question de cette manière ce que l’on peut attendre d’un tel devoir, et saisir plus aisément les problématiques qui émergent. La problématique ne doit pas être ni trop large, ni trop étroite, mais calibrée en fonction de l’énoncé. En effet, dans le premier cas, tu risques d’être trop général, contrairement au second cas où la délimitation de ton devoir trop restreinte t’empêcheras de dire l’essentiel.

 

Le développement

Partie écrite

Chaque paragraphe de chaque partie devra être consacré à une idée dominante. Celui-ci débutera par l’exposé de la thèse, c’est-à-dire la présentation de ton argument. Puis il devra être suivi par une illustration de cette dernière par un exemple. Une citation (dans l’idéal, une citation d’un texte du corpus et une citation critique d’un auteur spécialiste du thème abordé) devra compléter ton propos en introduisant une référence à un spécialiste. Efforce-toi de faire suivre ces trois premiers éléments d’une explication et d’une justification du lien entre la ou les citations employées avec la thèse défendue et surtout avec le sujet proposé.

De plus, la dissertation de géographie en A/L te permet d’inclure des schémas et croquis. Les croquis servent par exemple à « zoomer » sur une zone de ta carte pour proposer une étude plus précise et détaillée qui n’aurait pas été visible sur le fond de carte fourni. Il te faut les incorporer au corps de ton texte pour illustrer une idée, un phénomène, une notion ou une situation géographique. Pour cela, ton dessin doit être propre dans sa réalisation. Préfère des stylos à pointe fine, de type stylo-feutre à pointe fine qui sont du plus bel effet. Le choix de couleurs te donneras la possibilité de donner de la profondeur, de la diversité et de la clarté à ta copie.

Liens avec la carte

Par ailleurs, n’oublie pas de relier la carte que tu réalises en parallèle à ta dissertation. Celle-ci fait partie intégrante de ton devoir, tu peux donc reprendre les énoncés de tes parties à l’écrit pour ta carte. Il est recommandé d’utiliser le titre de sujet en guise de titre pour ta carte. N’hésite donc pas à faire référence à ta carte dans ton développement.

Pour ce faire, tu peux par exemple introduire ta réflexion mise sous forme cartographique en annonçant des phrases telles que « comme on peut le voir sur la carte de synthèse » ou « comme il est illustré sur la carte en annexe » ou encore « d’après les flux/figuré/aires représentés, on peut voir que… ». C’est le moyen de montrer que tu fais un travail qui lie des données qui se complètent et que tu accordes de l’importance au travail cartographique. Celui-ci consiste en effet à un support graphique pour étayer ton discours et démontrer la pertinence de ce que tu avances dans le cadre du sujet proposé.

 

Conclusion sur l’épreuve de géographie en A/L

Elle doit être courte et suffisamment complète pour résumer rapidement ton analyse précédente. Inutile de rédiger une conclusion trop étendue car tu risques de répéter ce que tu as déjà exposé auparavant. Évite de la même manière de rajouter des notions et idées que tu n’as pas abordées dans tes parties car cela pourrait indiquer que tu n’as pas eu le temps ou oublié de les incorporer à ton développement. Tu peux en revanche proposer dans le cadre d’une ouverture à la fin de ta conclusion d’évoquer de nouvelles perspectives en lien avec ton sujet. N’hésite pas non plus à employer une citation qui te permettra d’achever ta dissertation sur une référence pertinente et appropriée, qui donnera plus de force à cette dernière qu’une simple ouverture.

Pour finir, maîtriser l’ensemble du programme mais aussi de la méthode de la dissertation de géographie en A/L que nous t’avons livrée dans cet article est la clé pour réussir ton devoir de géographie le jour du concours. En agrémentant enfin ta dissertation de références et chiffres incontournables, mais aussi de données plus personnelles, tu hisseras sans aucun doute ta composition parmi les meilleures !

Ariane Thévenet

Élève à l'École Normale Supérieure de Lyon après deux années de classe préparatoire A/L au lycée Fénelon à Paris et ancienne interne au lycée d'État Jean Zay.