Les 3 écueils à éviter en contraction de texte Les 3 écueils à éviter en contraction de texte
1) La paraphrase Il ne faut surtout pas reprendre des groupes de mots entiers du texte et les replacer dans votre copie. Dans la... Les 3 écueils à éviter en contraction de texte

1) La paraphrase

Il ne faut surtout pas reprendre des groupes de mots entiers du texte et les replacer dans votre copie. Dans la mesure du possible, il faut reformuler à l’aide de ses propres mots en essayant de garder l’idée principale.

Par exemple, si dans le texte il est écrit : « […] la littérature a milité, jadis et naguère, dans la dissidence, qu’elle a bravé les censures et qu’elle a été souvent, contre les abus de pouvoir, le refuge de la liberté » (cf résumé HEC 2018)  il ne faut pas recopier mot pour mot ces éléments dans votre copie. Déjà, cela vous prendrait beaucoup trop de mots et ensuite cela serait de la parfaite paraphrase ! Ainsi, vous pouvez opter pour une solution bien plus économique telle que « Depuis longtemps et jusqu’à il y a peu, la littérature fut un dangereux terrain de contestation des excès de l’autorité politique » (on passe de 32 mots à 21 mots).

Cet exemple est intéressant car il permet de montrer que la reformulation ne peut jamais être absolue, ici on (ré)utilise bien le mot « littérature » par obligation… Néanmoins les trois idées principales de ces quelques lignes sont bien retranscrites sans paraphraser le texte. Tout d’abord, l’idée temporelle « jadis et naguère » qui signifie il y a longtemps et “il y a peu” ressort avec « Depuis longtemps et jusqu’à il y a peu ». Ensuite, cette idée de littérature dissidente qui a « bravé les censures » ressort dans l’expression « terrain dangereux » : on comprend que des écrivains se sont mis en danger pour faire valoir leurs idées. Enfin, le fait qu’il s’agisse d’une opposition aux « abus de pouvoir » est bien identifié dans l’expression « contestations des excès de l’autorité politique ».

 

2) Les répétitions

Il est assez désagréable de lire un article qui n’utilise qu’une dizaine de mots différents… Pour une copie de résumé, c’est pareil. La langue française est assez riche pour qu’une même pensée soit retranscrite de différentes manières, il serait donc dommage de ne pas en profiter.

Il est donc totalement interdit d’utiliser 2 fois un même connecteur logique dans une copie de 400 mots, fini les « de plus » et les « cependant » à chaque début d’idée ! Optez pour des variantes telles que « ensuite / de même / par surcroît / également / aussi / par ailleurs » ou encore « néanmoins / toutefois / nonobstant / pourtant / malgré cela »

 

3) Le non-respect de la linéarité du texte

“ Tous les efforts fournis ici en vue de restituer la logique du propos de Jean Clair ont été récompensés comme la marque d’un esprit de suite, et d’un certain courage intellectuel.” (cf. BCE Rapport de Jury 2014).

Si l’auteur a construit son propos avec un certain nombre de paragraphes et dans un certain ordre, c’est pour étayer au mieux sa thèse via un raisonnement particulier. Or, votre résumé doit justement retranscrire de la manière la plus juste qui soit le raisonnement de l’auteur. Par conséquent, ignorer l’ordre du texte, pour ainsi évoquer ce qui se passe à la fin, puis au début avant de revenir sur un élément du milieu peut vous être, et vous sera sûrement, très pénalisant.

 

Sur ce sujet, voici d’autres articles :

Erwan Flageollet

Après 2 années en CPGE ECE, j'ai intégré EM Lyon où je suis élève en première année.