Sujet CSH HEC : Le geste et la parole Sujet CSH HEC : Le geste et la parole
Pour réussir l’épreuve de CSH HEC, Romain Treffel va publier sur Major-Prépa quelques plans détaillés de sujets tombés dernièrement. Premier sujet : le geste... Sujet CSH HEC : Le geste et la parole

Pour réussir l’épreuve de CSH HEC, Romain Treffel va publier sur Major-Prépa quelques plans détaillés de sujets tombés dernièrement. Premier sujet : le geste et la parole, un sujet qui est aussi utile pour ceux qui seront en deuxième année l’an prochain.

 

Sujet : Le geste et la parole

 

Toutes les références de ce plan détaillé sont issues du manuel 1000 idées de culture générale.

Définitions :

Geste :

  1. sens précis : mouvement du corps ou d’une partie du corps pour faire ou exprimer quelque chose
  2. sens large (indiqué par des expressions comme « faits et gestes », « faire un geste », etc.) : action, généralement remarquable.

Parole : usage qui est fait du langage et de la langue dans un contexte particulier.

 

Problématisation :

Dans sa première définition, le geste sert à appuyer la parole, et il peut même la remplacer totalement pour communiquer. Ce premier sens n’est pas très fertile pour le sujet, c’est pourquoi il est préférable de prendre le mot « geste » au sens large d’action.

Dès lors, on peut partir du préjugé qui oppose le geste à la parole dans la mesure où l’action s’oppose à la théorie. On reproche souvent à l’homme, en effet, de ne pas « joindre le geste à la parole », c’est-à-dire que la parole ne soit pas suivie du geste qu’elle décrit ou pour lequel elle plaide. On peut donc se demander dans quelle mesure la parole est indépendante du geste.

 

I/ S’il est souvent reproché à la parole d’économiser le geste…

A/ La parole n’est pas toujours suivie d’un geste

Régime au service d’une clientèle particulière, le peuple, la démocratie se caractérise par une irrationalité foncière : c’est le règne de la démagogie, de l’envie et du paraître (Mémorables, Xénophon).

 

B/ La parole peut servir à convaincre autrui de faire le geste

La parole a le pouvoir de satisfaire le besoin de reconnaissance de l’homme, permettant ainsi au sophiste d’en tirer profit (« Apprenez que tout flatteur / Vit aux dépens de celui qui l’écoute. » dans Le Corbeau et le Renard, La Fontaine).

 

C/ La parole peut justifier l’inaction

Le bonheur réside dans une contemplation passive, libre de tout travail et de toute responsabilité, éloignée des mondanités et des contraintes administratives (Oblomov, Ivan Gontcharov).

 

II/ …elle permet toutefois, en amont, de le préparer ou de le déclencher…

A/ La parole a le pouvoir de préparer les esprits à accepter le geste

La guerre est parfois une étape incontournable, avec son lot d’efforts, de sacrifices et de drames, pour permettre à la collectivité de survivre et de se diriger vers un avenir meilleur (« Je n’ai à offrir que du sang, de la peine, des larmes et de la sueur. » dans le Discours du 13 mai 1940 à la chambre anglaise de Winston Churchill).

 

B/ La parole peut entraîner le geste

Les circonstances les plus contraires – comme celles d’août 1792, où la France révolutionnaire subissait l’invasion des monarchies européennes coalisées – peuvent être surmontées grâce à un débordement d’audace (« De l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace ! » dans le Discours du 2 septembre 1792 à l’Assemblée législative, Danton).

 

C/ La parole peut même équivaloir à un geste

Certaines phrases, les énoncés dits « performatifs », ont la capacité d’accomplir elles-mêmes l’acte qu’elles désignent (par exemple, l’affirmation du maire « Je vous déclare mari et femme. » pour sceller un mariage) à condition que l’assistance agrée cette capacité (Quand dire c’est faire, John Austin).

 

III/…mais également, en aval, de lui donner un sens en l’interprétant.

A/ La parole sert à raconter le geste

L’unité nationale française consécutive à la Seconde Guerre mondiale doit être préservée et entretenue par le récit « mythique » des actions de la Résistance, dont Jean Moulin est la figure sacrificielle principale (Discours du transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon, André Malraux).

 

B/ La parole sert à comprendre le geste

L’histoire vise à graver les principaux faits et gestes des hommes, quels qu’ils soient, dans la mémoire collective, par la description (des institutions, des mœurs, etc.) et par l’analyse des causes des événements (Histoires, Hérodote).

 

C/ La parole sert à commémorer le geste

La mémoire collective nationale s’incarne dans des lieux (monuments aux morts, mairies, etc.), des événements (fêtes commémoratives) et des symboles (hymne national) qui véhiculent un récit historique (Les Lieux de Mémoire, Pierre Nora).

 

Romain TREFFEL

Romain Treffel enseigne la culture générale à des étudiants en classes préparatoires. Il est auteur d’un manuel de CG : 1000 idées de culture générale).

Mehdi Cornilliet Fondateur

Ancien étudiant à HEC Paris après une prépa ECS au Lycée La Bruyère (Versailles) et fondateur de Major-Prépa.