Organiser ses révisions de CG pour l’ultime épreuve Organiser ses révisions de CG pour l’ultime épreuve
Vous auriez aimé pouvoir enfin vous reposer, mais un triste incident vous amène à repasser l’épreuve de CG EDHEC/ESSEC. L’équipe de Major-Prépa vous donne... Organiser ses révisions de CG pour l’ultime épreuve

Vous auriez aimé pouvoir enfin vous reposer, mais un triste incident vous amène à repasser l’épreuve de CG EDHEC/ESSEC. L’équipe de Major-Prépa vous donne quelque conseils pour organiser vos révisions dans cette dernière ligne droite (imprévue !). Bien évidemment, il s’agit de conseils généraux que chacun peut et doit adapter de telle ou telle manière en fonction de ses aptitudes et goûts particuliers.

 

Combien de temps consacrer aux révisions de CG ?

La question qui vient tout de suite à l’esprit est celle du volume de révision quotidien. Faut-il se reposer sur les révisions antérieures et se laisser aller ? Faut-il rentabiliser chaque minute et réviser frénétiquement ? On devine que la bonne réponse est entre ces deux extrêmes. Réviser ne peut qu’augmenter vos chances de réussite le jour de l’épreuve. Mais des révisions trop acharnées, en plus d’être improductives, risqueraient de produire chez vous un état de lassitude et de saturation intellectuelle qui n’est pas forcément bon pour vos performances.

Pour ces raisons, 2 ou 3 heures de révisions quotidiennes sont un bon compromis. Réviser peu, bien et régulièrement vaut mieux que réviser constamment sans interruption, ou que des séances intenses mais mal réparties. Tenez-vous-en à une routine méthodiquement organisée, que vous n’abandonnerez pas.

 

Réviser les cours ou la méthodologie ?

Réviser, d’accord, mais réviser quoi ? Le contenu des cours ou la méthodologie ? Là encore, faire l’impasse sur l’un ou l’autre serait dommageable. La compréhension du cours, l’accumulation de références à exploiter de façon pertinente dans votre copie sont des choses essentielles. Mais ce matériau n’est rien sans une bonne maîtrise de la méthodologie qui doit l’organiser pour présenter un vrai travail abouti au correcteur.

Partagez donc votre temps de révision en deux. Relisez vos cours, apprenez vos citations, mémorisez vos références d’un côté ; de l’autre, peaufinez votre méthode, assurez-vous d’avoir parfaitement en tête la structure d’une introduction, d’un développement et d’une conclusion. Entraînez-vous éventuellement à faire des introductions + plan détaillé sur des sujets relatifs à l’animal si vous vous sentez encore hésitants de ce côté-là.

 

Faut-il réviser les sujets tombés aux épreuves précédentes ?

Etant données les circonstances particulières, une question spécifique se pose : que faire avec les sujets tombés aux épreuves précédentes ? Peut-on faire l’impasse dessus, jugeant qu’il est impossible que des sujets semblables tombent à nouveau pour cette ultime épreuve ?

Dans la mesure où ni vous ni nous ne choisissons les sujets, aucune certitude n’est possible. Mais on peut émettre l’hypothèse prudente que les sujets sur l’animal qui lient cette notion soit avec celle de la vie, soit avec celle du langage, sont moins susceptibles de tomber lors de cette ultime épreuve. On peut donc éventuellement les mettre au second plan, sans totalement les ignorer. Dans tous les cas, votre travail passé sur ces sujets vous aura probablement donné des outils que vous pourrez réutiliser si par hasard un sujet de ce genre venait à tomber.

 

Apprendre de vos récentes erreurs

Votre travail aux épreuves précédentes de CG, parlons-en. Vous vous trouvez dans une configuration assez rare où vous avez un certain temps pour méditer sur vos plus récentes performances en CG, celles que vous avez réalisées lors des épreuves précédentes. Bien sûr, vous n’avez pas encore votre note. Mais vous pouvez tenter une auto-appréciation pour orienter vos révisions : qu’avez-vous réussi ? Qu’avez-vous raté ? Quels sont vos points faibles et vos points forts ? Qu’est-ce qui vous a posé problème, fait perdre du temps ?

En réfléchissant à tout cela, vous identifierez plus facilement vos lacunes et vous pourrez vous efforcer de les combler. Si par exemple vous sentez que vous avez souvent du mal à rédiger votre introduction, que la qualité de cette partie de vos copies vous semble aléatoire, vous avez sans doute une faiblesse en méthodologie. Comme dit plus haut, faites des exercices, apprenez par cœur la structure d’une introduction et exercez-vous ! La même chose vaut évidemment pour toutes vos autres faiblesses.

 

Complément : des révisions agréables

En plus des 2 ou 3 heures de révision quotidiennes, il est recommandé de pratiquer des « révisions douces », celles qui continuent à vous faire apprendre et travailler sans vous demander de véritables efforts. Vous pouvez par exemple réviser le thème de l’animal par le biais de vidéos Youtube : c’est à la fois agréable et très utile. Un podcast de 10 minutes écouté attentivement peut s’avérer plus efficace que trente minutes de révision faites à contre-cœur (ce qui naturellement ne doit pas vous amener à réviser uniquement à travers Youtube !).

Voici par exemple quelques vidéos intéressantes sur le thème de l’année :

A vos révisions et bon courage à tous ! 🙂

Bruno Bonnefoy