Les « Mathophobes » Les « Mathophobes »
La cloche sonne, c’est l’heure des maths pour les autres, mais toi tu vas en cours de chinois, pourtant vous êtes tous bel et... Les « Mathophobes »

La cloche sonne, c’est l’heure des maths pour les autres, mais toi tu vas en cours de chinois, pourtant vous êtes tous bel et bien dans le même cours…

La phobie des maths peut apparaître dès l’enfance, ou bien se déclarer plus tard chez le collégien voire le lycéen. Cela part souvent d’une courte expérience douloureuse : l’incapacité d’empiler des Kapla, l’incompréhension d’un théorème, l’impossibilité d’enregistrer une démonstration, des résultats constamment faux… Cette phobie a tendance à s’aggraver et peut même se transmettre d’un individu à l’autre. Les victimes de cette pathologie relativisent souvent le mal dont ils souffrent, non sans une pointe de mauvaise foi, en décrétant que de toute façon « les maths ça sert à rien ».

Tu trouveras sur ce site moult conseils méthodologiques afin d’entretenir un bon niveau en maths et d’adopter les bons réflexes… Mais avant de ne pas te sentir concerné par cette matière, avant de laisser les maths aux mathématiciens, si l’on essayait d’abord de se réconcilier avec ces foutues maths !

Il ne s’agit pas ici de te transformer en génie des maths, il s’agit plutôt de faire un travail psychologique afin que tu te sentes capable d’affronter cette phobie / aversion le plus souvent refoulée sous de nombreuses excuses.

Alors, à présent, entamons ton traitement, nous allons ensemble créer les bases ton nouvel état d’esprit afin que tu sois le plus stable possible dans tes starting blocks !

Attention, début de la transformation …
A présent, tu es un être optimiste, mais seulement en apparence…

Encore perplexe, tu as besoin de concret ?

Tu es maintenant en prépa, c’est un nouveau chapitre qui débute alors prends soin de mettre de côté le chapitre précédent (s’il fut mauvais.) Il faut attaquer cette première ou seconde année gonflé de positivisme ! Tu n’y es jamais arrivé en maths ? Les chiffres, les calculs, la logique ne sont pas « innés » en toi ? Alors le moment a sonné, il faut bousculer les choses ! C’est maintenant ou jamais !
En effet, une idée profonde incrustée dans ta chaire persiste : même avec toute la bonne volonté du monde, tu n’y parviendras pas… De toi à moi, de nul à nulle, sache une chose, les maths de première année c’est pas la mer à boire : beaucoup de répétitions de démo, beaucoup de méthodes, pas mal de leçons à enregistrer. Le plus dur sera de croire en toi, c’est pour ça que la transformation continue !

Ni toi, ni moi ne qualifierons un jour les maths de faciles … Mais il est possible de s’en sortir sans saisir toutes les complexités cachées dans chaque instrument mathématique. En effet, au final qu’est ce qui compte ? Tes notes (puisque tu vises un concours). Alors apprends à mettre ta curiosité de côté, c’est bête mais tu n’es pas obligé de comprendre tout ce que tu fais. Parfois il faut simplement apprendre par cœur et appliquer. C’est dire par là que vu tes difficultés, tu dois aller à l’essentiel et ne pas t’attarder sur le superflu ! Tu n’as pas le time ! Essaie bien sur de comprendre si ça t’aide, si cela représente une véritable valeur ajoutée pour toi, dans le cas contraire ne complexifie pas la chose ! Tu as beaucoup à faire !

Prends soin de solidifier tes bases de lycée pendant les vacances. Si même au lycée tu n’étais pas une flèche en maths, attache toi au jeu du par cœur. C’est une question de bonne volonté : apprends tes dérivées, apprends tes primitives, apprends tes formules en proba, tes limites, tes puissances etc. Ce sera déjà ça de gagné ! La volonté est toujours bien appréciée en prépa !

 

Et après ?

Tu dois être doublement attentif en cours, enregistre le max d’info afin de limiter les dégâts. Fais tous tes exercices, en cours, à la maison, creuse toi sérieusement la tête et n’hésite pas à te faire aider (parrain, marraine de prépa sont là pour ça, en espérant qu’il/qu’elle soit performant(e) en maths…) Même si tu n’aboutis pas, tu auras essayé, quelques miettes de savoir se faufileront dans ton cerveau. Ecoute la correction et le tour est joué ! Ne perds jamais de vu l’objectif final : les concours. Après, c’est pas compliqué, ta vie sera rythmée par les khôlles, les DS , les DM, cela te forcera à travailler régulièrement. La régularité, c’est la clé du succès ! Pour que ces moments soient le moins douloureux possible n’oublie jamais qu’ils sont là pour évaluer ta progression, tu ne risques rien, ils sont là pour te faire avancer. Et oui ! DS, khôlles comme DM, ne veulent pas ton mal !

Oui mais il suffit pas de le dire… Entre nuls on a souvent tendance à s’impliquer une heure grand max pour les exos… Puis on jette tout parce qu’on n’y « arrivera jamais » c’est f i n i t les fausses excuses visant à se morfondre dans la médiocrité mathématique ! Conserve ce bon état esprit que nous sommes entrain de construire. Les autres auront fini mais toi tu attaqueras le b) de la question 1 … et alors ! Tu seras tellement fier de toi ! Une petite réussite chez les autres sera un exploit pour toi. Et tu sais quoi ? On s’en fou ! La prépa est par essence  une comparaison constante aux autres, et bien concentre toi sur toi-même, sur ta propre évolution. Tu dois limiter la casse pour sauver ton concours, alors fais preuve de courage et d’efforts, fierté personnelle au bout assurée !

Tu commences à te sentir capable ? N’oublie pas une chose, nombreux sont les nuls en maths au lycée devenant très bons en prépa ! Parce que oui, les maths ça passe par l’apprentissage du cours (ce qu’on oublie trop souvent.) Tu dois en vouloir, tout en pensant aux autres matières. Si l’école que tu vises possède un très faible coeff en maths, pas la peine de te tuer, concentre toi plutôt sur tes points forts. Mais n’abandonne pas avant d’avoir essayé, tu pourrais te rendre compte que tu es capable de quelque chose, que tu peux créer la surprise ! Et je t’assure que la sensation de fierté que tu éprouveras sera conséquente !

Tu n’as plus peur ? Tu y crois ! Tu vas te donner les moyens pour t’en sortir ! Tu vas essayer d’avancer pas à pas, point par point ! « Les autres y arrivent et pas moi » c’est du passé ! Efface ces idées néfastes et place à la détermination !

Mais ça tu le savais déjà…
Il est temps de finaliser ton extraordinaire transformation !
Tu es transformé(e) !

Encore une fois, cher ennemi des maths, c’est avec méthodes, courage et volonté que tu pourras entamer une certaine réconciliation avec cette matière. L’algèbre, la trigo, l’analyse, les matrices et les fonctions t’en ont fait baver ? L’heure de la vengeance à sonné !

Maélys Druilhe

Étudiante en première année à l'ESC La Rochelle, ancienne élève de classe préparatoire ECE au Lycée Théophile Gautier de Tarbes, ayant suivi un parcours particulier en tant qu'ancienne athlète du CFHNA.