L’interview de Camille : faire sa prépa en Nouvelle Calédonie L’interview de Camille : faire sa prépa en Nouvelle Calédonie
Aujourd’hui Major-Prépa te propose une interview exclusive de Camille, préparationnaire en Nouvelle Calédonie ! Camille nous a raconté sa vie de prépa ECE au... L’interview de Camille : faire sa prépa en Nouvelle Calédonie

Aujourd’hui Major-Prépa te propose une interview exclusive de Camille, préparationnaire en Nouvelle Calédonie ! Camille nous a raconté sa vie de prépa ECE au lycée du Grand Nouméa, son expérience des concours écrits 2021 en Nouvelle Calédonie, les conditions de passage si particulières…

**Spoiler** : savais-tu qu’en Nouvelle Calédonie, les candidats passent les épreuves jusqu’à minuit, et parfois plus tard encore, pour coller avec les horaires de métropole ?

C’est parti !

 

Bonjour Camille ! Peux-tu te présenter ? Où vis-tu ? Que fais-tu ? On veut tout savoir !

Bonjour, je m’appelle Camille, j’ai 20 ans et je viens de Nouméa en Nouvelle Calédonie. J’y ai toujours vécu, et je pars dans un mois en France pour les oraux ! J’ai fait un bac scientifique, mais je ne pensais pas du tout à faire une prépa économique.

Mon père m’a parlé des écoles de commerce car je ne savais pas du tout quoi faire en terminale, au départ j’étais partie sur médecine mais l’envie m’est passée. Donc sur Parcoursup je me suis inscrite en prépa ECE au Lycée du Grand Nouméa. Je m’étais aussi inscrite en ingé, mais globalement je ne pensais pas être acceptée en ECE car je pensais que les Terminales S seraient prioritaires. J’y suis allé un peu à tâtons, car je n’avais jamais fait d’économie et ne savais pas dans quoi je m’embarquais.

Finalement l’économie m’a vraiment plu, et la SVT et la physique ne m’ont pas du tout manqué ! J’avais aussi un gros avantage par rapport aux maths, venant de S. Au départ dans ma promo, on était 26. Mais finalement nous avons fini par passer les concours à 16 ! C’était chouette car les professeurs étaient vraiment à notre écoute et à nos côtés !

 

Alors durant ces deux ans, comment s’est déroulée ta prépa ?

Globalement les deux ans de prépa se sont bien passés : j’ai été majore de ma prépa durant deux ans, j’espère que le travail portera ses fruits au concours ! Les maths ont clairement été un gros atout, même si elles comptent moins en ECE qu’en ECS. Le fait que je vienne de S en faisait rager un peu certains ! En économie j’avais un peu mal au début mais j’ai vite accroché, et cela ne m’a jamais pénalisé d’avoir été en S en terminale.

Pour la quantité de travail, j’ai toujours bien bossé. Les profs nous disent souvent qu’on est plus « tranquilles » en Nouvelle Calédonie, qu’on est moins bosseurs que la normale. Par exemple, on a peu tendance à aller à la BU en sortant des cours, le weekend on travaille un peu moins, et les professeurs avaient tendance à nous le reprocher en nous disant qu’on ne se rendait pas compte hahaha. Niveau horaires ici on commençait à 7h pour finir à 17h30, avec deux heures de colles par semaine. Finalement cela ressemble à l’emploi du temps en métropole ! Les colles ne vont pas me manquer !

Ici les vacances d’été sont de décembre à février. Nous, on reprend donc les cours en début d’année, donc de février à décembre. Ma première année de prépa était donc de février à décembre 2019, et la deuxième année de février à décembre 2020. Depuis décembre 2020 on est en révisions, donc c’est plutôt bénéf ! Heureusement que je n’ai pas passé les concours l’année dernière, car j’aurais eu 6 mois de révisions avec le Covid…

 

Justement en parlant du Covid, quelle était la situation en Nouvelle Calédonie ?

En métropole vous avez eu le confinement ce qui n’aide pas. Ici on est « covid-free » depuis le début, nous avons eu seulement deux mois de confinement en tout. A chaque fois qu’un cas [de Covid] arrive sur le territoire, ils ferment les frontières et on est tous confinés strictement. Cela a été le cas deux fois durant un mois, les deux derniers mois de mars. Mais c’est quand même un sacré avantage d’avoir été en présentiel durant les deux ans de prépa !

On travaille mieux quand on est entouré. Car en travaillant seule je ne sais pas trop en général quand m’autoriser des pauses par exemple ou à me situer par rapport à ma quantité de travail. Heureusement, on a été déconfiné à deux semaines des concours environ.

 

Peux-tu nous parler plus précisément de tes concours ? Avais-tu les mêmes horaires qu’en métropole ? Quel a été ton ressenti face aux épreuves ?

Au début on pensait qu’on allait devoir passer toutes les épreuves au même moment que la métropole, ce qui avec les 9h de décalage horaire nous aurait fait commencer chaque journée de concours à 17h ! On avait donc un peu peur, car cela nous aurait fait terminer tous les jours vers 4h du matin. Finalement non, nos premières épreuves [épreuves du matin en France métropolitaine, NDRL] étaient de 14h à 18h, mais on a pu avoir sur certaines épreuves du 16h-20h. Après une pause de 2h de 18h à 20h dans la plupart des cas, on enchaînait de 20h à 00h ou de 21h à 00h.

 

C’est un rythme de dingue ! Comment as-tu fait pour t’adapter à ces horaires ?

Je n’ai pas du tout aimé me décaler. Certains dans ma classe ont commencé à se décaler [vivre en décaler pour se préparer aux horaires du concours, NDLR] hyper tôt, presque plus d’un mois avant le début des concours. Moi je n’ai pas du tout voulu faire ça car je savais que ça allait être difficile psychologiquement et lourd à tenir. Donc j’ai commencé à me décaler tranquillement environ trois semaines avant les concours.

Je me couchais en général vers 00h, puis progressivement je me suis mise à me coucher à 2h du matin, sans forcément travailler jusqu’aussi tard, c’était histoire de réussir à rester réveillée. Ensuite je me suis forcée à réviser jusqu’à 22h, puis jusqu’à minuit. Car c’est une chose de réussir à rester éveillée, c’en est une autre de réussir à travailler aussi tard !

Niveau moral c’est assez difficile, car lorsque tu te lèves le matin, il n’y a déjà plus personne. Tu manges tout seul etc. Certains aiment bien la solitude pendant les révisions, mais personnellement je préfère être accompagnée. Tu dois ensuite travailler et au final tu ne vis qu’avec les gens de ta classe : tu manges avec eux de 18h à 20h puis à minuit tu rentes chez toi, tu dois faire attention à ne pas faire trop de bruit pour ne pas réveiller ceux qui dorment (je vis avec ma famille). En rentrant des épreuves je racontai quand même ma journée d’épreuves rapidement à mon père, mais disons qu’il dormait à moitié haha !

Mais ma famille m’envoyait des messages, me préparait mon repas et ils étaient vraiment super cools, donc je n’avais pas à m’occuper de ça. Je ne préférais pas me coucher directement en rentrant. Globalement durant les épreuves je me couchais vers 2h et me levais à midi, pour avoir mes 10h de sommeil, nécessaires dans ce genre de situation !

Après durant la journée on n’avait pas trop le temps de se poser : c’était soit dodo, soit travail. C’était le rush ! Mais bon c’est pour tout le monde pareil. C’était assez perturbant d’être complètement décalée : je rentrais des épreuves après minuit, alors que les gens sortaient en boîte !!

 

Et pour les écrits, quelles épreuves as-tu passées ?

Dans ma prépa la meilleure école qu’on a eue depuis sa création c’est je crois l’emlyon. Tous les ans nos profs fondent leurs espoirs sur un élève, et cette année c’était moi haha. Donc ils m’ont poussée à m’inscrire jusqu’à HEC. C’est bien mais j’y crois pas trop. Je me dis que je tente, mais cela a quand même un coût. Finalement un peu par hasard je me suis retrouvée inscrite à toutes les épreuves… J’ai véritablement tout fait, vraiment tout ! Comme j’étais la seule de ma classe à être inscrite à HEC, j’étais toute seule pour passer les épreuves des parisiennes. Faire toutes les épreuves était vraiment éreintant ! Surtout la première semaine BCE, où il y avait toutes les plus grosses épreuves. Cette semaine, elle m’a tuée ! J’étais KO d’enchaîner toutes les épreuves.

Ca m’a aussi fait tout drôle car je n’ai jamais eu de problèmes de gestion de temps, et pourtant à chaque épreuve j’ai fini à la minute près. Je mettais le point de ma conclusion et j’avais à peine le temps de me relire ! Normalement je ne fais pas trop de fautes d’orthographe, mais bon j’aime bien me relire. A chaque fois je me demandais comment j’allais finir, j’ai dû rusher tout le temps ! Je devais improviser mes conclusions en live, car pas le temps de les écrire au brouillon.

 

As-tu une école que tu vises en particulier ?

J’ai de la famille à Lyon, et l’emlyon me semble un bel objectif ! J’avoue que du point de vue de Nouméa, Paris me fait un peu peur ! Ici on n’est que 300 000, pas 12 millions ! Je me suis un peu mis la pression car je n’ai pas envie de décevoir mes professeurs. Mais les oraux d’HEC ont l’air super chauds, j’aurais bien compté sur un entretien de personnalité mais il n’y en a pas !

 

Comment se passe ta préparation des oraux ?

Les profs nous font passer quatre oraux : ils nous font passer MBS (anglais et espagnol), et on peut choisir de s’entraîner aux oraux d’une autre école. Moi j’ai choisi des oraux blancs type emlyon car je n’en ai jamais fait. On a beaucoup fait d’oraux type SKEMA, je n’en peux plus des CV projectifs ! J’ai aussi quatre oraux de maths. Je préfère être bien préparée quitte à ne pas être admissible, plutôt qu’avoir une bonne surprise mais ne pas être prête !

 

Et niveau logistique alors comment allez-vous faire ? Toute ta prépa vient en métropole ?

Oui ! Le 5 juin on part en France, et on loge à la Maison de la Nouvelle Calédonie à Paris. On y reste environ une semaine avant les résultats d’admissibilité. Après les admissibilités comme tout le monde on va faire notre petit tour de France ! Et puis après on attendra les résultats…

C’est difficile car je quitte ma famille, ma sœur, mon copain… Et puis en plus de l’appréhension des oraux il y a l’appréhension du voyage ! Je suis déjà venue en métropole mais seulement à Paris et à Lyon, mais sinon je connais très peu. Du coup, j’appréhende des choses qui semblent toutes bêtes comme prendre le métro, ou même vivre avec le Covid ! Ici on a eu très peu de restrictions [en Nouvelle Calédonie], alors imagine si j’oublie de mettre mon masque, le truc bête quoi !

Il y a des gens dans ma classe qui n’ont jamais pris l’avion, qui n’ont jamais quitté la Nouvelle Calédonie ! C’est un peu dépaysant !

J’espérais pouvoir faire les concours en visio mais bon, les écoles en ont décidé autrement !

 

Une petite question hors-sujet : niveau climat, c’est comment chez toi ?

Ecoute, là je suis dans ma chambre et il fait 23 degrés avec la clim, alors qu’on est censé être en hiver ! Heureusement que les oraux en métropole sont en été… Imagine s’ils avaient été en hiver, j’aurais dû refaire toute ma garde-robe ! Ici il fait tout le temps chaud donc on n’a rien niveau vêtements pour le froid, vraiment !

 

Autre question : les métropolitains a qui tu as déjà pu parler connaissent-ils la Nouvelle Calédonie ?

Déjà on est vraiment pas beaucoup ici, on est hyper loin et puis on est une toute petite île ! Franchement on pense jamais à nous haha. La dernière fois que j’étais venue en France chez le coiffeur (ok, c’était peut être un coin paumé, je sais pas ?), on me posait de ces questions… On m’avait demandé si j’avais Internet en Nouvelle Calédonie, pourquoi j’étais blanche, si on vivait dans des maisons… Bah oui, pas dans des caves !! Ok on n’aura pas la 5G tout de suite, mais quand même !

 

Tu peux retrouver sur le site un excellent articles sur les classes préparatoires sur l’île de la Réunion en cliquant ici !

Hugo Foyer

Etudiant à l'ESCP après deux années de CPGE ECS