7 sujets inédits pour s’entraîner à l’épreuve d’Eco-droit 7 sujets inédits pour s’entraîner à l’épreuve d’Eco-droit
Quel avenir pour l’Union Européenne ? Le 28 Mars 2017, Theresa May officialisait les démarches du Royaume-Uni pour sortir de l’Union Européenne signant l’article 50... 7 sujets inédits pour s’entraîner à l’épreuve d’Eco-droit
Utilise les flèches ← → pour naviguer entre les éléments !

Quel avenir pour l’Union Européenne ?

Le 28 Mars 2017, Theresa May officialisait les démarches du Royaume-Uni pour sortir de l’Union Européenne signant l’article 50 du Traité de Lisbonne suite aux résultats du référendum du 23 Juin 2016. A ce moment-là, tout le monde s’inquiétait de l’avenir de l’UE, certain y voyant même le début de la fin, craignant notamment un effet domino car cela motiverait de nombreux partis qui demande la sortie de l’UE de leur pays. L’UE apparaissait alors comme le grand perdant de l’histoire alors que le Royaume-Uni comptait s’appuyer sur la « special relationship » pour faire des USA son principal partenaire commercial et devenir « A global Britain », tout en regagnant sa souveraineté politique et la possibilité de contrôler les flux d’immigration au sein du pays.

Mais aujourd’hui, c’est plutôt l’UE qui semble capable de tirer profit de ce Brexit, et le Royaume-Uni plongé dans l’incertitude. Durant toute l’année 2017, Theresa May a été incapable de faire consensus autour de comment mener les négociations (soft-Brexit ou hard-Brexit ? Nigel Farage, le leader de UKIP, partisan d’un hard-Brexit, parlait de « Brexit betrayal » voyant l’incapacité Theresa May a négocié face aux leaders européens), son gouvernement est plus que jamais divisé et les britanniques semblent presque regretter leur décision avec la possibilité d’un second référendum qui est souvent évoquée. Au contraire, lors du discours sur l’Etat de l’UE en Septembre 2017 au parlement européen de Strasbourg, Jean-Claude Juncker affirmait que « L’UE a de nouveau le vent en poupe », avec une croissance de retour et une baisse du chômage dans de nombreux pays, et l’élection du président Macron, qui accorde une grande importance au projet européen, symbolisant un certain retour de la confiance des peuples envers l’UE.

Malgré cet enthousiasme du président de la commission européenne concernant l’avenir de l’UE, il est clair que selon l’issu des négociations avec le Royaume-Uni, celui-ci aura plus ou moins des conséquences sur l’UE. De même, de nombreux sujets restent problématiques : l’endettement des Etats, la montée des inégalités, la question climatique, la crise des migrants, la relation avec les Etats-Unis, les travailleurs détachés, des extrêmes qui réclament toujours la sortie de l’UE de leur pays, l’évasion fiscale et la concurrence déloyale de certains pays membres en matière fiscale (Irlande, Pays-Bas…)… Chapitre également souvent abordé par Ecricome mais jamais par ESC et ESSEC, une synthèse sur le Brexit et ses conséquences, ou sur l’Europe sociale, puis une question sur l’UE est donc tout à fait plausible.

Autres sujets sur le thème de l’UE :

  • Avantages et contraintes de la monnaie unique.
  • L’Allemagne est-elle un modèle économique pour les pays de l’UE ?
  • La construction d’une Europe sociale est-elle possible ?
  • L’hétérogénéité de la zone euro est-il un problème insurmontable ?
  • L’euro : d’où vient-il, où va-t-il ?
  • Les enjeux de l’UE.

Utilise les flèches ← → pour naviguer entre les éléments !

Jean-Loup Osella

étudiant en prépa ECT à La Martinière Duchère à Lyon.