L’EDHEC, l’école de la finance ? L’EDHEC, l’école de la finance ?
Même si, durant les deux ou trois dernières années de ta vie, tu as dû passer davantage de temps à potasser les annales de... L’EDHEC, l’école de la finance ?

Même si, durant les deux ou trois dernières années de ta vie, tu as dû passer davantage de temps à potasser les annales de maths EDHEC que les supports de communication de cette même école, tu as sans doute déjà entendu parler de l’EDHEC comme étant « l’école de la finance ». Cette réputation, qui colle depuis des années à la peau de la business school basée à Lille, Paris et Nice, est-elle pour autant conforme à la réalité ? Dans cet article, nous allons tenter de trancher : véritable positionnement stratégique ou image d’Epinal ?

 

L’excellence de l’EDHEC dans le domaine de la finance

Au-delà donc de sa réputation, l’EDHEC a bel et bien de très solides atouts à faire valoir pour qui veut s’orienter vers les métiers de la finance. D’abord, le classement de référence en la matière l’atteste : depuis de nombreuses années, l’EDHEC se trouve dans le top 5 des meilleurs masters en finance « pre-experience » au monde selon le prestigieux quotidien britannique The Financial Times. En 2017, l’école s’est même hissée à la première place de ce palmarès, devant HEC Paris. Le dernier classement, sorti à la mi-juin, salue en particulier le haut niveau de salaire des étudiants diplômés de ce master (près de 100 000$ par an en moyenne), la haute satisfaction des étudiants au terme du programme ou encore la très forte dimension internationale de celui-ci.

 

Cette excellence que cultive l’EDHEC en matière de finance se cristallise notamment autour de sa faculté : 98 % de celles et ceux qui enseignent au sein la finance au niveau master sont titulaires d’un doctorat. Ce corps professoral est également très international. Surtout, la recherche en finance de l’EDHEC est avant tout orientée vers les problématiques des entreprises, ce qui permet à celle-ci de véritablement nourrir la pédagogie des enseignants-chercheurs. À titre d’exemple, l’EDHEC-Risk Institute, le centre de recherche en finance de l’école, a d’abord travaillé sur la conception et l’analyse d’outils d’évaluation financière avant de structurer un spin off, Scientific Beta, pour porter ce projet. Cette entreprise s’est revendue, début 2020, pour un montant total de 200 millions de dollars !

 

Un programme double-diplômant pour les étudiants du Programme Grande Ecole

Si tu souhaites t’orienter en finance après avoir intégré l’EDHEC à l’issue de ta classe préparatoire, tu pourras ainsi suivre le parcours « Financial Economics ». Dispensé sur le campus de Nice, ce programme débute en deuxième année (Master 1) et s’achève par une dernière année au sein d’un Master of Science de l’EDHEC (MSc). Ce programme prépare ainsi à l’ensemble des métiers de la gestion d’actifs, du trading, de la gestion des risques, de la banque d’affaires et du financement, de la finance d’entreprise mais aussi de l’audit et du contrôle de gestion. L’EDHEC a également tissé des partenariats avec notamment PwC, Mazars, Société Générale, GARP, CFTE Londres afin d’enrichir son programme. Enfin, l’école s’est alliée avec le CFA Institute afin de proposer à ses étudiants de préparer CFA Level 1, une prestigieuse distinction qui certifie notamment le niveau en analyse financière.

 

 

Pour autant, est-on obligé d’aimer la finance pour aller à l’EDHEC ?

L’EDHEC Business School reste pour autant une école généraliste, qui a cultivé bien d’autres champs d’expertise au fil de ses 114 années d’existence. Bien que les métiers de la finance constituent l’un des débouchés principaux de l’école, la majorité des diplômés débutent néanmoins leur carrière dans un autre domaine. Aujourd’hui, de manière plus générale, l’EDHEC s’est donnée pour mission de « transmettre aux nouvelles générations de managers et d’entrepreneurs les clés pour réussir dans le monde des affaires, et la conviction que l’entreprise peut avoir un impact positif sur l’économie et, au-delà, sur la société dans son ensemble. »

 

Cette notion d’impact positif se retrouve dans l’ensemble des quatre filières de spécialisation proposées au niveau Master (Financial Economics donc, mais aussi Business Management, Business Law & Management ou encore Global Economic Transformation & Technology). Ces dernières couvrent à eux quatre l’ensemble des disciplines du management (voire les transcendent, notamment pour la filière Business Law & Management) de sorte que chaque profil trouve une voie qui lui corresponde. À cela s’ajoutent trois parcours « à la carte » : le parcours apprentissage, le parcours double compétence (Sciences Po Lille, ESTP, Ecole Centrale de Lille…) et le parcours start-up challenge pour ceux qui souhaitent monter un projet entrepreneurial avant même la diplomation. Fondée par des entrepreneurs lillois pour faire face aux besoins de formations engendrés par l’essor de la révolution industrielle, l’EDHEC a depuis gardé une identité entrepreneuriale très forte ; elle est d’ailleurs la seule école de commerce, avec HEC Paris et l’INSEAD, à posséder son propre incubateur à Station F.

 

Par ailleurs, ces parcours s’appuient tous sur des accords tissés avec des partenaires académiques, en France comme à l’international, des plus prestigieux : pour ne donner qu’un seul exemple, le parcours Global Economic Transformation & Technology (communément appelé GETT) consiste en un triple diplôme avec la SKK Graduate School of Business de Séoul et Haas School of Business de Berkeley University, en Californie. La liste complète des nombreux doubles-diplômes proposés par l’école est accessible ici.

 

Pour en savoir plus sur toutes les opportunités de parcours de l’école, n’hésite pas à te rendre directement sur la page dédiée au Programme Grande Ecole du site de l’EDHEC !

Dimitri Des Cognets

Rédacteur en chef de Major-Prépa