Interview d’un étudiant : SKEMA Interview d’un étudiant : SKEMA
    Après l’ESCP Europe, c’est au tour d’une étudiante de SKEMA de répondre à notre interview. Tout juste auréolée d’une dixième place dans... Interview d’un étudiant : SKEMA

 

 

Après l’ESCP Europe, c’est au tour d’une étudiante de SKEMA de répondre à notre interview. Tout juste auréolée d’une dixième place dans le classement mondial des formations en finance, ou certainement de la première place des étudiants les plus courageux, l’école a de nombreux atouts que Melissa nous présente !
skema logo

  • Ton parcours ?

Après avoir effectué un double baccalauréat franco-allemand option S, spécialité maths au lycée Koeberlé en Alsace, j’ai intégré les classes préparatoires HEC du lycée Kléber de Strasbourg (filière ECS), afin de préparer les concours d’entrée aux Grandes Ecoles de Commerce. Suite aux concours, j’ai intégré SKEMA sur le campus de Sophia.

  • Tes notes aux écrits ? 

Ma moyenne pour SKEMA environnait les 10.5 si ma mémoire est bonne.

  • Ton oral d’entrée ?

Le CV projectif  est une épreuve très formatrice à mon sens : d’un côté pour les jurys, qui arrivent à cerner rapidement ce que le candidat compte faire des opportunités offertes par l’école ; d’un autre côté, les candidats sont amenés à se projeter concrètement dans une école, un exercice assez difficile dans une période telle que les oraux (on ne peut même pas savoir où l’on sera à la rentrée prochaine, c’est assez déstabilisant).

Quant à l’oral en lui-même,  il s’est très bien passé. L’interrogatoire initial a rapidement cédé la place à un échange mutuel avec les jurys. Leurs questions s’appuyaient sur mon CV projectif afin de connaître davantage mon profil. Quelques questions pointues se sont glissées dans la conversation pour tester mes connaissances, mais je n’ai pas rencontré de grandes difficultés.

Petite anecdote lors de mon entretien : Mon CV projectif étant principalement orienté vers les pays occidentaux (l’Allemagne, le Canada, les Etats-Unis,…) un des jurys m’a fait remarquer que face à la puissance Asiatique montante, des pays comme l’Allemagne pouvaient être qualifiés « d’has been ». J’ai rétorqué en insistant bien sur le fait que l’Asie ne m’intéressait absolument pas pour y faire mes études. J’avais juste oublié que le jury en question était le directeur du campus de Suzhou.  Au final, l’authenticité a dû primer je m’en suis sortie avec un 18.

  • Ton emploi du temps personnel en école (cours, horaires, activités…) ?

Les cours sont répartis sur la semaine de la façon suivante : les lundis et mardis sont généralement consacrés  aux cours magistraux dispensés dans les amphithéâtres où les étudiants de l’école sont répartis en deux groupes. Les horaires sont principalement 8h30 -12h, 14h- 17h. Les autres jours de la semaine, les cours sont dispensés sous forme de Travaux Dirigés (une trentaine d’élèves par classe), durant lesquels nous approfondissons les cours et illustrons ces derniers à travers des exercices d’applications. D’ordinaire, nous n’avons pas cours le jeudi : ce jour est réservé aux travaux associatifs et aux activités sportives. De cette manière, les étudiants peuvent se consacrer à leurs associations, ce qui entretient la dynamique de ces dernières.

 Voici un exemple de mon planning :

Lundi : 8h30 -16h : cours magistraux,

Mardi : 8h30 -16h : cours magistraux, TD
18h-20h : entraînement de handball

Mercredi : 10h- 16h cours en TD
19h-21h30 : entraînement fitness (avec l’association des pom-pom-girls de EPO,  l’association de rugby)

Jeudi : Démarchage en entreprise pour l’association LEAD GUIDE (association qui publie chaque année un guide touristique recensant les établissements de luxe de la côte d’Azur)
20h-22h : entraînement de handball

Vendredi : 8h-16h : TD
19h-21h30 : entraînement pom-pom-girls

  • Les cours ? 

Au sein des différentes matières enseignées, on distingue le tronc commun, des options et autres spécialisations.

En première année, le tronc commun comporte l’économie de la stratégie, la finance de marché et d’entreprise, la comptabilité, le droit civil et des affaires, le marketing, l’intelligence économique, le comportement organisationnel et les ressources humaines, l’anglais en LV1 et les cours de LV2.

A ces enseignements communs s’ajoutent des options et des électifs que les étudiants peuvent librement choisir : les diverses langues que SKEMA propose en LV3 (Allemand, Italien, Espagnol, Chinois, Arabe, Russe…), les sports (allant du football aux sports plus originaux tel que le boot camp), des approfondissements des matières générales (street marketing, team-management, droit fiscal, finance,…). Chacune de ces options sont dispensées, soit de manière traditionnelle, en cours, soit via la plateforme internet de l’école à laquelle chaque étudiant a accès.

Locaux SKEMA Sophia

  • Les locaux ?

Etant localisé au cœur de la technopole de Sophia Antipolis, le campus de SKEMA Sophia offre un grand espace à ses étudiants. Les locaux récents et dotés de toute la technologie nécessaire actuellement sont entourés de plus de 1400 entreprises aussi bien nationales qu’internationales, telles que Thalès, Atos, Air France,…

L’espace dont nous bénéficions à SKEMA Sophia nous permet notamment de consacrer tout un bâtiment à la vie associative. De cette manière, chaque association dispose de son propre local. Les membres de l’association peuvent ainsi faire évoluer cette dernière comme s’il s’agissait d’une réelle entreprise. C’est un plus pour notre expérience professionnelle.

En plus des locaux, la politique environnementale de Sophia Antipolis, nous permet d’évoluer au sein d’espaces verts. Avec le soleil, inutile de préciser combien il y fait bon vivre.

EPO SKEMA

  • Les associations ? 

Parmi les 26 associations présentes sur le campus de SKEMA Sophia, nombreuses sont  les associations importantes soit en termes de nombre de membres qu’elles regroupent, soit par la dynamique qu’elles introduisent au sein de l’école.

Par exemple, l’association EPO, Esprit Passion Ovale, compte le plus grand nombre d’adhérents puisqu’elle regroupe, les équipes de rugby masculines et féminines, ainsi que les pom-pom-girls.

A l’inverse, le Bureau des Elèves ne compte qu’une dizaine de membres mais organise l’ensemble de la vie associative sur le campus.

Aussi, la junior entreprise de SKEMA est très réputée nationalement et a même été sacrée meilleure Junior Entreprise de France en 2012 par la Confédération Nationale des Juniors Entreprises.

         Mes associations :

Je suis actuellemenlead-guide-couv-2014t responsable commerciale du Lead guide, association qui publie chaque année
un guide touristique de la Côte d’Azur, recensant uniquement les grands établissements de luxe. Mon rôle au sein de cette association est de trouver les fonds suffisants pour financer l’édition des 6000 guides publiés chaque année en négociant avec des entreprises de luxe de la région (comme des agences de location de voiture de luxe, des agences immobilières de luxe,…). Je suis également chargée de manager l’équipe de commerciaux et de former la nouvelle équipe que nous recruterons en Septembre 2014.

En parallèle, je suis membre des pom-pom-girls d’EPO : nous préparons des chorégraphies pour les matchs de rugby des équipes féminines et masculines.

  •  Le réseau ?

Le réseau des Alumni de SKEMA compte aujourd’hui plus de 30 000 diplômés répartis aux quatre coins du globe. Chaque étudiant ou ancien étudiant de SKEMA a accès à l’ensemble des contacts de ce réseau grâce à une plateforme internet. Aussi, l’école organise régulièrement des rencontres entre les membres d’Alumni. Ces dernières représentent une opportunité précieuse : échanger sur les parcours, obtenir des conseils, des contacts pour notre formation professionnelle…

  • La vie festive ?

Toutes les écoles de commerces sont réputées pour leur vie festive. SKEMA ne fait pas exception. Une à deux fêtes sont organisées par semaine. Ces fêtes sont consécutivement réalisées par les associations de l’école. L’association en charge d’une fête se charge de privatiser une boîte de nuit, assure la vente des entrées, propose un thème… Ainsi, cette année les thèmes de soirées ont varié entre le thème d’Halloween, des publicités, le cirque, le sport, ce qu’on aimerait devenir plus tard, les couleurs…

En contrepartie de cette vie festive mouvementée, l’école applique une politique stricte en termes de présence : après 2 absences dans une matière, l’élève passe en rattrapage. A chacun de s’en saisir, et de savoir allier la fête et le travail.

sophia antipolis

  •  La ville ?

Sophia Antipolis est une ville agréable pour étudier : la forte vie entrepreneuriale cohabite avec de multiples espaces verts. A quelques kilomètres se situent les villes de Juan-Les-Pins et Antibes où la plupart des étudiants de SKEMA habitent, soit en appartement, soit en collocation dans des villas : les loyers sont ainsi très abordables. On y retrouve également de nombreux commerces, ce qui facilite la vie étudiante.

  • Les frais de scolarité ? Le coût de la vie étudiante ? Les aides ?

Les frais de scolarité varient selon l’année d’étude, ils environnent toujours les 10000 euros, à l’exception faite de l’année de césure en entreprise qui revient à 500 euros environ.

En parallèle, le coût de la vie à Sophia Antipolis s’approche des 700 euros par mois (loyer, repas et essence compris). Tout dépend du logement, la collocation reste la meilleure solution dans notre cas.

SKEMA prévoit bien-sûr des aides financières pour les étudiants boursiers ce qui permet de réduire considérablement les frais de scolarité.

Les frais de logement sont souvent compensés par les APL. Aussi, de nombreux étudiants travaillent à mi-temps dans les nombreuses entreprises présentes dans les environs de l’école.

  • Pourquoi SKEMA et pas une autre école?

A mon sens, SKEMA se différencie tout d’abord par sa dimension globale : elle répond ainsi aux enjeux actuels et futurs quant à la globalisation. Cette politique se ressent tout particulièrement dans les opportunités proposées par l’école : SKEMA possède ses propres campus à l’international (un à Suzhou, l’autre à Raleigh, et d’ici 2016, un campus SKEMA ouvrira ses portes au Brésil). Chaque étudiant à la chance de pouvoir partir à l’international, et ceci quel que soit son niveau académique.

Le côté professionnalisant de SKEMA est aussi essentiel dans notre formation, que ce soit au travers des nombreux stages obligatoires, la vie associative soutenue par l’administration de l’école, et le suivi professionnel de chaque élève. SKEMA déploie, en effet, plus d’une centaine de personnes qui sont chargées de suivre l’évolution professionnelle de chaque étudiant. Ces personnes sont appelées les « coachs DPP », ce sont des intervenants extérieurs, des professionnels qui apportent un nouveau regard sur notre formation, jusqu’alors très académique. Plusieurs rencontres sous forme d’entretiens sont organisées entre le coach et l’étudiant tout au long de l’année : le coach joue alors le rôle d’accompagnateur, de conseiller, et s’assure de la bonne insertion de son élève dans le milieu professionnel.

Chaque étudiant de SKEMA est soutenu par le corps professoral, nous avons toutes les chances de réussir avec un tel suivi. Je crois que c’était ça mon coup de cœur pour SKEMA : l’impression de compter, de ne pas être un simple numéro, et en même temps, intégrer un réseau immense aux liens solidement tissés.

  •  Puisque rien n’est parfait : un défaut ?

Il n’est vraiment pas évident de trouver un défaut à son école… Peut-être le café des machines ? Heureusement que l’association du Foyer (association de l’école qui sert de cafétéria) est là pour nous servir des bons cafés pendant les pauses J !

Plus sincèrement, je sens que l’école progresse beaucoup, notamment en termes de développement international et d’innovation pédagogique. Et, même si les derniers classements nationaux et internationaux attestent clairement de cette progression, j’aimerais que cela soit traduit plus vite au niveau des classements.

MAJOR-PREPA tient à remercier profondément le service communication de SKEMA ainsi que Melissa pour avoir permis le temps de répondre à nos questions !

MAJOR-PREPA

Mehdi Cornilliet Fondateur

22 ans, étudiant à HEC Paris, ancien étudiant en prépa ECS au Lycée La Bruyère (Versailles) et fondateur de Major-Prépa.

No comments so far.

Be first to leave comment below.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *