Interview d’un étudiant: Toulouse Business School (TBS) Interview d’un étudiant: Toulouse Business School (TBS)
  Anne LAMBERT de Toulouse Business School, 20 ans.   Associations : Présidente du Bureau des Sports 2014-2015 de TBS Pôle communication des Rendez-Vous du... Interview d’un étudiant: Toulouse Business School (TBS)

 

Anne LAMBERT de Toulouse Business School, 20 ans.

 

Associations :

  • Présidente du Bureau des Sports 2014-2015 de TBS
  • Pôle communication des Rendez-Vous du Changement (tribune étudiante de TBS)

 

  • Ton parcours ?

J’ai étudié au lycée Hoche de Versailles, puis j’ai effectué 2 années de classe préparatoire ECS au lycée La Bruyère, également à Versailles. J’ai ensuite eu le bonheur d’être admissible puis admise à Toulouse Business School, où je m’épanouis pleinement depuis un an.

  •  Tes notes aux écrits ?

La prépa me paraît à des années lumières à présent ! Mais de mémoire, j’ai eu 16.5 en maths, 12 en philo, 8 en géopo (snif), 10 (?) en synthèse de texte et autour de 8,5/9 en allemand et en anglais.

  • Ton oral d’entrée ?

Du point de vue des épreuves, les candidats passent leurs oraux sur une demi-journée, avec un entretien de personnalité, précédé d’un exposé sur un document iconographique ou une citation au choix, et une épreuve dans les deux langues vivantes étudiées, donc rien de bien exceptionnel par rapport aux autres écoles. Je donnerais comme conseil au candidat d’arriver le plus décontracté possible, de tout de même préparer son entretien et de se renseigner un peu sur le tissu économique toulousain (qui est très riche).

Personnellement, je pense que ce qui m’a le plus marqué lors de mes oraux à Toulouse, est tout ce que j’ai pu vivre et découvrir avant et surtout après les épreuves. Mon choix ne se portait pas du tout vers TBS initialement, mais les oraux que j’ai pu vivre à l’école m’ont tellement plu que cela a été très logique pour moi. J’ai découvert que TBS était l’école de l’ambiance par excellence, avec une très bonne mentalité ambiante, des promotions qui s’entraident et au cœur d’une grande ville du sud, étudiante et dynamique ! Nous sommes d’ailleurs 8 de notre classe de prépa à avoir choisi TBS lors de mon année d’entrée, ce n’est pas pour rien.

  •  Ton emploi du temps personnel en école (cours, horaires, activités…) ?

L’emploi du temps est très variable d’une semaine à l’autre, en fonction de l’avancement des différents modules. Nous avons parfois cours toute la journée, parfois que le matin, parfois que l’après-midi, voire même des journées de libre en milieu de semaine (plutôt pas mal pour se reposer, car la vie associative et festive est très riche à TBS !). En moyenne en première année, nous avons une vingtaine d’heures de cours par semaine. A cela s’ajoute le projet « Delta » qui permet aux étudiants de mener un projet qui leur tient à cœur sur toute une année, ainsi que les 35 heures civiles obligatoires, qui sont très formatrices et de bonne augure sur un CV.

Il faut savoir qu’à TBS, la première année est généraliste et commune à tous les L3 (mis à part certaines options que les étudiants peuvent choisir). A la différence du système à la carte, cela permet aux étudiants de continuer à être guider en première année, et de découvrir l’ensemble des disciplines, qui sont quasiment toutes nouvelles pour les élèves sortant de prépa.

A côté des cours, de nombreuses activités sont proposées aux étudiants, que ce soit des activités hebdomadaires comme les entraînements sportifs, les courts dans les différents arts, ou encore tous les événements proposés en permanence par l’ensemble des associations de l’école. Bref, à TBS, on ne s’ennuie pas, loin de là, et il y en a pour tous les goûts !

  • Les locaux ?

Le gros avantage de TBS par rapport aux autres Business Schools françaises est sa localisation en plein centre-ville de la ville rose. Cela permet aux étudiants de vivre à proximité de l’école et des lieux de rencontres étudiants incontournables (comme la fameuse Place Saint-Pierre, les quais de la Garonne…) et ce à bas coûts, Toulouse étant une ville peu chère d’un point de vue immobilier.

D’autre part, les locaux de l’école sont neufs, tous connectés à la WIFI. L’école, aux couleurs de la ville rose, dispose de nombreux espaces pour les étudiants et de plus, située à côté d’un grand parc. Il est vrai qu’il y a tout de même certaines contraintes à la localisation en centre-ville, à savoir notamment le manque d’infrastructures sportives propres à TBS. Cependant, le Bureau Des Sports parvient à assurer les entraînements dans plus d’une quinzaine de sports grace aux installations municipales qui nous sont gentiment prêtées, et facilement accessibles en métro. D’autre part, un projet de salle de sport dans l’école est en cours.

Les “Baltringues”, les handballeurs de TBS, vainqueurs de la coupe de France des ESC 2015

  • Les cours ?

Comme dit ci-dessus, la première année est généraliste à TBS, avec deux semestres bien distincts se terminant par les partiels tant redoutés par tous (Mais ça va, on survit, surtout lorsque l’on a connu le rythme de la prépa !).

En fin de première année, nous avons un stage de 6 mois obligatoire, ce qui est très formateur d’entrée, et qui permet d’utiliser de manière concrète toutes les connaissances accumulées en cours. Les M1 (issus de prépa) reviennent en cours en janvier pour le tronc commun, puis choisissent une majeure. Lors de la dernière année (souvent après une césure), les étudiants reviennent à l’école et choisissent une Option Professionnalisante ou un Double-Diplôme s’ils sont sélectionnés, avant de partir en stage de fin d’étude. Voilà pour les très grandes lignes du parcours d’un étudiant lambda. Evidemment, l’apprentissage est possible, et d’autres voies existent grace aux nombreux partenariats de l’école. Pour plus d’informations, vous avez la possibilité de télécharger l’appli « Admissibles TBS » disponible sur Android ou IPhone (ou simplement en se renseignant sur le site Internet de l’école) qui vous résumera toutes les possibilités offertes par l’école, bien mieux que je ne l’ai fait !

  • Les associations ?

La vie associative est extrêmement riche à TBS. Presque tous les étudiants ont une, voire plusieurs associations. Il y a pourtant peu d’assos (environ 18), mais il y en a pour tous les goûts, et du fait de ce petit nombre, les associations de TBS sont très puissantes et ont beaucoup plus d’impact. De plus, cela permet aux étudiants de prendre part à beaucoup plus de projets à la fois.

D’autre part, le gros plus de TBS est l’intensité de ses campagnes associatives. Au cours de trois semaines, les étudiants « listent » pour espérer intégrer les quatre Bureaux principaux de l’école que sont le Bureau des Elèves (BDE), le Bureau des Sports (BDS), le Bureau des Arts (BDA) et le Bureau des Sports Extrêmes (BDEX). Il faut également dire que la période d’intégration est très riche à TBS, se déterminant par le plus gros Week-End d’Intégration de France !

L’enseignement que je tire de la vie associative à TBS, personnellement en tant que présidente d’asso, est l’importance des opportunités qui nous sont données. Je pense qu’en école de commerce, c’est réellement grace aux associations que l’on apprend le plus et que l’on vit les moments les plus forts.

  • Le réseau ?

Le réseau à TBS est très important, avec l’association des Anciens (TBS Alumni), qui nous est bien utile lors de la recherche de stages, ou encore pour trouver des petits boulots (via l’association Easy-Job). A TBS, il y a une vraie culture d’école, et même une fois diplômé, l’entraide entre anciens et nouveaux étudiants est importante : ce doit être lié à la mentalité du sud !

Au-delà de ça, TBS regroupe 2 campus internationaux, un à Barcelone, un à Casablanca, et plus de 90 universités partenaires autour du monde.

  • La vie festive ?

TBS est littéralement l’école de l’ambiance. De nombreuses soirées y sont organisés principalement par le Bureau des Elèves (mais pas que) toutes les deux semaines environ. En plus de cela, des soirées sont régulièrement organisées par les assos, ce qui permet de vraiment souder la promo et de tous se retrouver régulièrement. De plus, la ville de Toulouse est une ville très jeune, très étudiante et très dynamique, où les étudiants peuvent sortir très facilement, et pour pas cher.

Le fameux WEI (Week-end d’intégration) toulousain

  • La ville ?

Toulouse a été reclassée cette année, première ville étudiante de France (hors Paris), et repasse ainsi devant Grenoble. Personnellement, je trouve que c’est une ville parfaite pour un étudiant en école de commerce, car la ville est dynamique, on y vit pour peu cher, et elle n’est pas trop petite ni trop grande, donc il y a pas mal de quartiers à découvrir, mais tous sont accessibles facilement, grace à un important réseau de transport (prix du transport tout compris pour un mois : 10€… Ca fait réfléchir !).

La ville est, de plus, traversée par la Garonne, ce qui lui donne un certain charme. Les quais sont un lieu de rendez-vous des étudiants de Toulouse, qui s’y retrouvent très souvent pour passer du bon temps.

De plus, la ville rose porte très bien son nom, avec de magnifiques nuances de couleur aux quatre coins de la ville.

Enfin, Toulouse (région Midi-Pyrénées) est située à mi-chemin entre la mer et la montagne, à 1h30 de Narbonne et des sommets des Pyrénées (Andorre), ce qui est bien pratique au fil des saisons.

  • Les frais de scolarité ? Le coût de la vie étudiante ? Les aides ?

Les frais de scolarité s’élève à 9.500€ la première année, puis environ à 20.000€ pour les deux années de master, soit un total pour l’ensemble de la scolarité à environ 30.000€, comme dans la majorité des Business Schools françaises.

A TBS, il existe une fondation qui dispense des bourses à ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir ces études qui restent toujours aussi chères. D’autre part, il existe l’Association ATALE, qui elle, aide les étudiants pour leur logement, mais qui aide également les associatifs dans de nombreux projets. D’autre part, d’autres initiatives sont saluées, comme celle la Fédération des Associations de TBS (association qui chapote la vie associative de l’école et qui y ajoute une importante valeur ajoutée), qui a de nombreux partenaires, tels que Air France, qui distribuent des billets d’avion gratuitement aux boursiers.

Il est vrai qu’à Toulouse, nous avons la chance de vivre dans une ville où le coût de la vie est très faible, mais les frais de scolarité restent tout de même très importants dans le budget des étudiants. Pour remédier à cela, l’école donne la possibilité aux étudiants de faire un parcours en alternance (ou apprentissage). L’étudiant suit la moitié du temps les cours à TBS, et l’autre moitié du temps est passée en entreprise. L’avantage est que l’étudiant perçoit un salaire durant ses études, et surtout que l’entreprise lui paie l’intégralité de ses frais de scolarité.

  • Pourquoi TBS et pas une autre école?

Pour toutes les raisons citées au-dessus : pour tous les avantages de la ville de Toulouse, l’école étant située en plein centre-ville, car TBS est l’école de l’ambiance, mais n’est pas que cela. Elle est source de grandes opportunités par exemple grace à ses associations (TBS dispose par exemple d’une des meilleures Juniors Entreprises de France, ESCADRILLE).

Un autre aspect dont je n’ai pas encore parlé est l’importance de l’innovation dans la ville de Toulouse. Cette ville est en pleine expansion, c’est la ville qui crée le plus d’emplois en ce moment. Sans oublier qu’il s’agit du fief du secteur de l’aéronautique : évidemment, de nombreux partenariats avec des écoles comme l’INSA Toulouse, l’ENAC, l’ENSEEIGHT ou même l’IEP de Sciences Po, ont été tissés avec TBS.

  • Puisque rien n’est parfait : un défaut ?

Je dirais que le principal handicap de TBS réside dans les stéréotypes qui existent sur la ville de Toulouse, souvent assimilée au « quart d’heure toulousain » et à son côté estival et festif, et non travailleur. D’autre part, il faut bien dire que la ville de Toulouse est assez mal reliée aux autres villes françaises (même Paris) par le train, et ce pour privilégier l’industrie aéronautique qui domine dans la ville rose.

  •  Le pronostic pour la géopo ESCP ?

La Chine est-elle redevenue Zhong Guo ?

Conclusion :
J’espère avoir abordé les principaux aspects importants à savoir sur TBS et la belle ville de Toulouse. Quoi qu’il en soit, il y a toujours possibilité de se renseigner plus précisément sur n’importe quel point évoqué ci-dessus, soit via les réseaux sociaux, le site internet ou encore l’appli « admissibles TBS » qui résume parfaitement tout cela.

 

Mais, ce n’est réellement qu’en allant dans l’école que l’on se rend compte des choses et que l’on se fait ses propres idées de l’école et de la ville. De plus, les admisseurs seront présents pour vous accueillir et vous renseigner sur tout ce que vous désirez savoir lors de vos oraux, mais surtout pour vous faire découvrir notre belle école et notre belle ville rose, donc n’hésitez pas !
Ce serait mentir de ma part de vous dire que le classement n’importe pas, évidemment que si, et j’espère que chacun intègrera l’école qu’il désire, mais l’école qui vous correspond n’est pas forcément celle qui est la mieux classée, c’est celle dans laquelle vous vous sentirez bien et qui vous ressemble. C’est avant tout la manière dont vous vivrez votre école de commerce qui vous donnera les clés de la réussite, et non le nom d’une école sur votre CV.

J’espère avoir été complète lors ma présentation de TBS ! Sur ce, Bonne chance à tous pour vos oraux, et j’espère vous voir très vite à Toulouse !

 

Pour les plus curieux, un très bel article sur TBS a été publié récemment dans Le Point après la récente venue de Franz-Olivier Gilbert à l’école (Lien vers l’article : http://www.lepoint.fr/villes/la-tbs-a-l-assaut-de-l-essec-et-d-hec-15-05-2014-1829474_27.php).

 

Propos de l’étudiante Anne Lambert recueillis par Major-prépa

Ezékiel SEDAMINOU

 

 

Ezékiel Sedaminou

21 ans, étudiant à l'EM Lyon après avoir fait sa prépa au lycée La Bruyère et cofondateur de Major-Prépa, il est spécialiste du traitement de l'actualité ainsi que de géopolitique.