Pourquoi choisir une école “proche” de ses étudiants ? Pourquoi choisir une école “proche” de ses étudiants ?
De nombreuses écoles de commerce revendiquent une certaine proximité avec les étudiants. Cependant, en grandissant, ces établissements se heurtent à un phénomène : il... Pourquoi choisir une école “proche” de ses étudiants ?

De nombreuses écoles de commerce revendiquent une certaine proximité avec les étudiants. Cependant, en grandissant, ces établissements se heurtent à un phénomène : il devient impossible de garder ce lien avec les élèves. Pourquoi est-ce si important de préserver ce contact avec eux ? Est-ce un remède pour faire face à la crise ? Herbert Castéran, DG d’EM Strasbourg, nous répond sur ce point.

 

« Notre volonté est de proposer un modèle d’école alternatif. Quand certaines sont engagées dans une course à la taille, notre choix est radicalement différent et nous souhaitons assurer une proximité avec l’étudiant. » Ainsi, l’EM Strasbourg a défini comme plateau le seuil des 4 000 étudiants dans tous ses programmes, un chiffre relativement bas comparé aux autres ambitions d’autres écoles de commerce. Pourquoi avoir défini cette stratégie ?

 

De la volonté de rester proche des étudiants

L’ambition de croissance n’est pas toujours suivie par les recrutements du personnel adéquat pour les encadrer, que ce soit du côté des professeurs, comme de l’administration. Ainsi, l’EM Strasbourg voit dans ce seuil de 4 000 étudiants le seul moyen de continuer de proposer un programme qui adopte une dimension humaine et pédagogique en adéquation avec les attentes de l’école. « Cet objectif s’inscrit plus largement dans la volonté d’assurer le lien avec l’étudiant de façon tangible. »

 

Les atouts de cette proximité école de commerce-étudiants

école proche étudiants

À l’EM Strasbourg, la proximité n’est pas feinte et peut même se mesurer de plusieurs façons. La première est le ratio professeur-élèves. Aujourd’hui, on compte 1 enseignant-chercheur pour 14 étudiants au sein du Programme Grande Ecole de l’école de commerce. « Ce chiffre est l’assurance d’un meilleur suivi. Les professeurs ont plus de temps pour leurs étudiants et échangent plus facilement, donnent des conseils. Cela nous permet d’être à leur écoute dès qu’ils en ont besoin. »

Autre chiffre intéressant : L’EM Strasbourg affiche un nombre de 24 000 diplômés, soit un ratio de 6,1 alumni pour 1 étudiant. En outre, les élèves de la business school intègrent le réseau alumni dès leur entrée à l’école et participent aux événements dédiés dès la première année. « Le fait d’avoir un tel taux de diplômés est un vecteur de très bonne insertion professionnelle. »

Illustration de ce constat : à l’EM Strasbourg, malgré la crise, on enregistre trois offres spontanées pour chaque étudiant en alternance. L’école peut également se targuer d’une forte mobilisation des partenaires, que ce soit de la part des entreprises ou des alumni présents dans ces sociétés. Cela s’est vérifié durant le premier confinement puisque la business school a réussi à débloquer 200 000 euros de fonds entre septembre 2019 et avril 2020.

 

Un tremplin vers l’emploi

Peu de gens le savent, mais cette proximité avec les étudiants est un atout indéniable pour l’emploi des étudiants, en France, comme à l’étranger. Du côté de l’international, cela permet d’accompagner les étudiants dans leur départ à l’étranger. L’EM Strasbourg affiche 241 partenaires dans le monde, une solution qui permet de faire partir de petites cohortes dans chaque pays durant une année pleine, permettant de satisfaire les attentes et aspirations d’élèves qui se construisent un parcours international presque personnalisé. Ce pari est payant puisque, selon le dernier classement Up2School sur les écoles les plus représentées au sein d’entreprises du NASDAQ, l’EM Strasbourg apparaît dans le top 5 ! Aujourd’hui, l’école de commerce strasbourgeoise affiche un excellent taux d’internationalisation de ses diplômés. Ils sont ainsi plus de 30% à débuter leur carrière dans un autre pays que la France, contre 18% en moyenne pour les Grandes Écoles de la CGE.

En France, l’accompagnement personnalisé proposé par la business school est également la conséquence de la proximité avec les étudiants. « Nous parlons d’esprit familial à l’EM Strasbourg. Comme dans le cadre d’une famille, nous aidons les étudiants à se développer, dans le respect de leur personnalité. Avec le Cap Career, ils sont pris en charge individuellement pour les accompagner à réaliser leur objectif personnel et professionnel. Ainsi, nous diplômons des managers qui sont en adéquation avec les futurs besoins des entreprises. »

Aujourd’hui, plus de 80% des diplômés considèrent que cet accompagnement personnalisé et cette proximité avec les étudiants les ont aidés dans leur développement et ont participé à leurs succès professionnels. D’après les données du Financial Times, dans son classement des meilleurs Masters in Management, l’EM Strasbourg apparaît dans le top 10 national en termes de satisfaction.

Pour l’EM Strasbourg, cette proximité est également vectrice de diversité. Sur toutes les écoles présentes dans le classement du FT, la business school strasbourgeoise affiche le meilleur taux de féminisation du corps enseignant et un excellent taux de féminisation des élèves. « Aujourd’hui, et à rebours de ce qui est constaté, les aspirations professionnelles et salariales des étudiantes sont supérieures à celles des étudiants à l’EM Strasbourg. Ce n’est pas le fruit de cours théoriques sur la diversité, mais d’un travail de proximité patient et cohérent mené depuis plusieurs années avec nos étudiantes. »

 

La proximité comme remède à la crise

En période de coronavirus et de crise économique, la personnalisation et la proximité du parcours s’avèrent être une aubaine. En effet, bien avant le COVID-19, l’EM Strasbourg avait mis en place Career+, un service d’accompagnement des alumni, dans les cinq années qui suivent la diplomation. « Nos diplômés peuvent toujours accéder à des conseils et à du coaching. Ce service est d’autant plus intéressant que nous connaissons personnellement chacun d’entre eux », une dimension qui aurait été presque impossible sans ce fameux palier des 4 000 étudiants.

En outre, l’EM Strasbourg a lancé un club pour ses entreprises partenaires qui réunit près de 200 sociétés qui sont engagées dans l’accompagnement des étudiants, mais aussi des diplômés, leur permettant un accès facilité à certains postes. « Durant les forums que nous organisons, nous constatons que le nombre d’entreprises présentes augmente, malgré la crise ! Ils savent qu’à l’EM Strasbourg, ils trouveront des profils diversifiés et de qualité. » Il est important de noter que cette proposition de valeur est réalisée avec de faibles frais de scolarité puisque l’EM Strasbourg est aujourd’hui la deuxième Grande École de commerce la moins chère de France.

Maximilien Arengi