SKEMA, c’est le Brésil ! SKEMA, c’est le Brésil !
  Articles similaires SKEMA, c’est le Brésil !

Brésil, Chine et États-Unis, trois pays d’importance majeure qui rythment ton cours de géopolitique ou d’économie… Cette fois-ci, Major-Prépa ne va pas te parler de la crise de Petrobras, de l’évolution des prix de l’immobilier à Shanghaï ou encore du dénouement de la campagne présidentielle opposant Clinton à Trump. Non, nous allons voyager au-delà des concepts pour voir depuis les yeux d’étudiants en école quel est leur perception de chacun de ces pays.

Pour ce faire, nous avons interrogé trois étudiantes de SKEMA Business School, l’école implantée à Belo Horizonte (Brésil), Suzhou (Chine) et Raleigh (États-Unis) afin de savoir ce à quoi tu peux t’attendre en vivant à l’étranger ! Pour commencer notre Focus SKEMA, nous allons nous intéresser au Brésil !

 

Alors oui, nous avons beaucoup parlé du Brésil cette année, avec en ligne de mire les Jeux Olympiques (plutôt réussis) et le processus de destitution de Dilma Rousseff. Mais comment le vit-on sur place ?

SKEMA est implantée à Belo Horizonte, 3ème ville économique du pays et capitale de l’État du Minas Gerais, l’un des quatre États du Sudeste, la région la plus riche du Brésil. Oui, au Brésil, les régions sont composées d’États : tu as déjà appris quelque chose (et c’est loin d’être fini !). Alors, comment vit-on en tant que Skemien dans un environnement caractérisé par une instabilité économique quasi-chronique ?

 

Une monnaie fluctuante

Le real brésilien n’est pas l’euro… La monnaie évolue de manière extrêmement brutale au fil des jours, ce qui modifie le pouvoir d’achat de la population. Depuis le début de l’année, la monnaie s’est considérablement renforcée face au dollar, engrangeant près de 25%, après s’être érodée ces dernières années :

real-vs-usd

Source : Investing.com

 

Le pouvoir d’achat devient ainsi très volatile. Pour Valentine, étudiante de SKEMA et actuellement sur le campus : « Le taux de change variant énormément d’une semaine à l’autre, on a parfois l’impression d’être ‘‘les rois du pétrole’’ et quelques jours plus tard on fait plus attention à ce que l’on dépense. A notre arrivée en septembre, il était aux alentours de 3,65 et aujourd’hui on est environ à 3,25. » Une expérience donc très formatrice pour les étudiants !

 

Une émergence indéniable

Cette découverte du Brésil est également un excellent moyen de vivre l’émergence d’un pays. Et malgré les récents ralentissements (récession de 3,8% en 2015), l’émergence économique du Brésil ne fait aucun doute sur le long-terme. Mesuré en parité de pouvoir d’achat, le PIB du Brésil s’élève à 3200 milliards de dollars (7ème mondial), bien devant la France, 10ème, avec 2650 milliards de dollars.

Cette émergence brésilienne est allée de pair avec la naissance d’une classe moyenne, la nova classe média. Elle est composée des 91 millions de Brésiliens disposant d’un revenu compris entre 1064 et 4591 reals et donc d’un réel pouvoir d’achat. Par conséquent, le marché des biens de consommation s’y est considérablement développé, avec des prix qui peuvent en étonner plus d’un !

Avant mon départ, je pensais aller dans un pays où le coût de la vie serait assez faible et finalement, c’est évidement moins élevé qu’en France mais il y a énormément de petites dépenses qui s’enchainent entre les courses, les repas le midi, et une caïpirinha de temps en temps… 

valentine-christ-redempteur

Valentine et ses amies sous le Christ Rédempteur (Rio de Janeiro) !

Enfin, vivre au Brésil, c’est aussi faire attention à sa sécurité ! Si le pays n’est plus aussi violent qu’il ne l’était par le passé, l’environnement n’est pas devenu pour autant le plus sécurisé du monde… Valentine le confirme : « Avant le départ, on s’inquiète beaucoup, on se dit qu’il va falloir être très prudent. Ce n’est pas faux mais malgré de nombreux chauffeurs de Uber qui nous disent que Belo Horizonte est une ville dangereuse, on se sent très en sécurité. On ne baisse pas notre garde pour autant car nous sommes repérés comme « Gringos » par tous les Brésiliens, mais ils restent très accueillants. Il faut cependant être bien plus vigilants dans des villes comme Rio, Sao Paulo, Salvador… »

 

Un carrefour de diversité

Mais au-delà de la réalité économique et sécuritaire, le Brésil c’est aussi l’incarnation d’une diversité hors pair. Si les aspects culturels sont très valorisés dans les copies (mais hélas bien trop rares), les vivre est autrement plus excitant : « Le Brésil est vraiment un pays immense et d’un état à l’autre, la nature et la culture sont différentes car le climat est différent ce qui donne de nombreux endroits magnifiques à visiter, c’est luxuriant, il y a de grands espaces. Et il y a aussi de magnifiques villes à visiter comme Rio. »

Une motivation supplémentaire pour gérer en prépa n’est-ce pas ? 😛

In fine, partir au Brésil, c’est découvrir un géant aux pieds d’argile, un émergent qui te confrontera à une réalité qui n’a rien à voir avec celle que tu as toujours connue dans ton parcours. Bref, aller à Belo Horizonte, c’est s’immiscer dans un environnement instable, au-delà de tes concepts géopolitiques !

On te laisse admirer :

Utilise les flèches ← → pour naviguer entre les éléments !

 

valentine1

Utilise les flèches ← → pour naviguer entre les éléments !

Mehdi Cornilliet Fondateur

22 ans, étudiant à HEC Paris, ancien étudiant en prépa ECS au Lycée La Bruyère (Versailles) et fondateur de Major-Prépa.