Comment bien réussir ses traductions en anglais ? Comment bien réussir ses traductions en anglais ?
Hello, bonne année 2021 à toi, j’espère qu’elle sera synonyme de réussite aux concours pour toi ! Sans plus tarder, passons à l’objet de... Comment bien réussir ses traductions en anglais ?

Hello, bonne année 2021 à toi, j’espère qu’elle sera synonyme de réussite aux concours pour toi !

Sans plus tarder, passons à l’objet de cet article, la traduction. Il s’agit d’un exercice redouté par les candidats car il est imprévisible et nécessite une maîtrise impeccable de la langue anglaise et de ses idiomatismes, mais la traduction n’en demeure pas moins une épreuve qui peut se préparer, et BIEN. Je vais donc t’expliquer comment faire pour réussir ton prochain thème ou ta prochaine version.

 

Prérequis pour une traduction bien réussie

– Maîtriser de façon impeccable la langue anglaise : pour cela, il n’y a pas de secret, il faut que tu fasses du thème grammatical, encore et encore, voire même que tu apprennes des phrases types sur Anki pour les fixer. Ce n’est pas très fute-fute comme travail mais ça marche, crois-moi !

– Apprendre beaucoup de vocabulaire en tout genre : pour ça, utilise Anki, il n’y a pas meilleur compagnon !

– Regarder des séries : les expressions typiques y sont utilisées à foison (surtout pour les séries comme Breaking Bad ou Peaky Blinders qui permettent d’apprendre des idiomatismes aussi bien familiers que soutenus). C’est un bon moyen de se détendre et aussi un gagne-temps considérable. Alors, hop, tu as compris ce que tu as à faire sur tes temps de pause : binge-watcher !

 

Une fois que tu as ancré ces conseils dans ta routine de prépa, te voilà bien armé pour les épreuves de traduction. Je te conseille de travailler en trois étapes.

 

Étape 1 : lire l’intégralité du texte à traduire

Cela peut sembler évident, mais la première chose que tu dois faire après avoir découvert le texte que tu as à traduire, c’est le lire. Il ne s’agit pas de le parcourir rapidement, non, fais-en une lecture attentive et pointilleuse.

Le but de la manœuvre ? Comprendre le ton général et l’histoire globale du texte, car en effet, la fin du texte peut éclairer le sens du début de ce texte et vice versa. Par exemple, si tu ne sais pas si Camille est un garçon ou une fille au début du texte, tu dois regarder plus loin jusqu’à ce que surgisse un pronom personnel. C’est un exemple qui ici paraît simple, mais sache que tu seras confronté à des situations plus ambiguës où lire tout le texte sera essentiel pour comprendre comment traduire certaines phrases ou accorder un adjectif au féminin ou au masculin. Bref, tu as compris : lis-le très attentivement !

 

Étape 2 : repérer avec efficacité

Une fois l’esprit du texte saisi, tu le relis avec cette fois-ci un stylo en main pour souligner. Mets ainsi en lumière :

  • tous les mots que tu ne connais pas,
  • les pièges que tu connais (tout ce qui est règles de grammaire, verbes irréguliers, petites subtilités à ne pas oublier, etc.),
  • les tournures de phrases un peu complexes qui vont te demander plusieurs propositions.

Le but ici est de baliser ta traduction pour que tu avances en terrain connu au moment de commencer réellement à traduire.

 

Étape 3 : commencer à traduire au brouillon

Une fois les deux premières étapes achevées, tu peux te lancer dans la traduction en gardant en tête quelques principes :

– Quand tu ne connais pas un mot, tu n’en inventes pas ou tu n’en écris pas si tu n’es pas sûr de son existence. Dans ce cas de figure, joue la sécurité en mettant des périphrases (c’est toujours mieux d’avoir un « mal dit » qu’un « faux-sens »).

– Attention au fameux « s » de la troisième personne, aux verbes irréguliers et autres fautes éliminatoires.

– N’oublie pas de mettre quelques expressions idiomatiques (d’où l’importance d’en connaître un maximum) au bon endroit quand tu le peux, ça fait la différence.

– N’aie pas peur de revenir sur tes choix de traduction, mets un mot entre parenthèses si tu n’es pas sûr, tu pourras ensuite le modifier.

– Enfin, il faut se relire pour chasser la moindre faute à gommer. Puis, c’est bon, tu peux contempler ta super traduction sans fautes et idiomatiquement parfaite !

 

Voilà pour cette petite fiche, j’espère qu’elle te sera utile. N’hésite pas à checker cet article qui pourra d’être bien utile sur la traduction des tournures françaises en anglais.

Pour retrouver toutes nos ressources en anglais, c’est ici !

La bise, Jules

Jules Real del Sarte

Etudiant en première année à l'ESSEC