Réussir sa carte pour l’épreuve de géographie en A/L Réussir sa carte pour l’épreuve de géographie en A/L
L’épreuve de géographie tronc commun en A/L ne fait pas simplement l’objet d’une dissertation. Cette dernière est en effet couplée à une carte, qui... Réussir sa carte pour l’épreuve de géographie en A/L

L’épreuve de géographie tronc commun en A/L ne fait pas simplement l’objet d’une dissertation. Cette dernière est en effet couplée à une carte, qui doit compléter la composition. Quelle est dès lors la méthode qui te permettra de gérer ta carte lors de cette épreuve ? Voici tous nos conseils pour cartonner sur cet aspect, sans mauvais jeu de mot !

Enjeux d’une bonne carte de synthèse

Pour l’épreuve de géographie en prépa A/L, obligatoire pour ceux qui sont en khâgne moderne (et ceux en classique qui souhaitent présenter le concours de l’ENS de Lyon), il s’agit de réaliser une dissertation qui traitera le sujet qui t’es imposé. Seulement, contrairement aux autres épreuves, tu ne disposeras que de cinq heures pour la BEL (contre quatre heures pour la BCE), avec en plus un croquis  à réaliser sur un fond de carte distribué pour accompagner ta composition. Pour gagner du temps tout en effectuant un excellent devoir, il te faut donc maîtriser les règles de cartographie. Car en effet, si la carte n’a pas de barème propre, elle est primordiale pour obtenir une bonne note dans cette épreuve.

Il s’agit d’un tout, dans lequel la carte ne peut fonctionner sans la composition et inversement. Ainsi, tu devras faire des références pendant ton devoir à ta carte, afin d’illustrer ton propos.

Gestion du temps

La principale difficulté lors de cette épreuve est véritablement la contrainte temporelle. Cinq heures pour une dissertation ainsi qu’une carte lorsque l’on est habitué à six heures pour une seule composition, c’est très court. Alors, plusieurs méthodes s’offrent à toi pour faire de cette configuration non plus un obstacle mais plutôt un cadre certes restreint mais dans lequel tu auras le temps de tout faire. Car un devoir incomplet n’a jamais la moyenne, il te faut coûte que coûte être en mesure de rendre un devoir achevé.

Brouillon et préparation

Pour ce faire, effectuer un brouillon pour ta carte n’est pas essentiel. Marque seulement sur ton brouillon ce que tu envisages de faire figurer sur ta carte. En début d’épreuve, tu peux déjà placer certaines zones que tu sais incontournables, les pays que tu étudies, les villes, les cours d’eau et les océans, ce qui te fera gagner du temps et t’évitera de les oublier par la suite. De la même manière, tu peux tracer finement à l’aide de ton crayon à papier les zones ou les figurés sur ta carte pour ne pas les oublier et avoir la possibilité de les effacer plus tard si tu te rends comptes que telle ou telle information n’était pas pertinente.

Organisation

Ensuite, il te faudra éviter le piège de la réalisation de ta carte au dernier moment : essaie de la construire progressivement, au fil de ton devoir, pour ne pas laisser de côté des informations importantes. Tout faire dans les dernières minutes se voit : les traits sont moins soignés, les points moins précis. Tu dois être attentif à chaque détail et très rigoureux, c’est la clé pour ce type de devoir. Tu n’as le droit qu’à une seule carte aux concours, alors fais attention à chaque élément que tu places dessus. Aucun autre exemplaire ne te sera donné, alors gare au café renversé ou à l’erreur au feutre indélébile !

 

Titre et intitulé des parties

De manière générale, il vaut mieux privilégier le fait de prendre pour titre de ta carte l’intitulé de ton sujet, pour bien montrer que cette dernière est entièrement tournée vers la réponse au sujet. Ne perd pas de temps à chercher un autre titre, qui te ferait de surcroit prendre le risque de ne pas coller exactement à ce qui t’es demandé.

En revanche, dans la mesure où c’est toi qui choisis les titres et le contenu de tes parties dans ta dissertation, nous t’encourageons à soigner les titres de très grandes parties, afin que leur formulation soit claire et bien exprimée. Un plan détaillé et apparent est de rigueur pour organiser tes idées et surtout ta légende dans l’espace consacré à côté de ta carte. Le plan de ta carte peut ne pas respecter le plan de ta dissertation, au contraire, car il y a des éléments que tu ne peux pas illustrer et d’autres encore qui ne sont pas assez pertinents pour les sélectionner.

Par conséquent, le plan de ta carte doit être thématique et cohérente. Il te faut rassembler les thèmes qui se rassemblent et se recoupent en organisant tes idées, et faire que ta carte soit lisible dès le premier coup d’œil. Il doit, autant que faire se peut, être réparti en trois parties comprenant trois sous parties chacune. Toutefois, il pourra t’arriver de ne pas avoir assez d’éléments pour constituer une sous-partie à part entière ; dans ce cas, celle-ci peut constituer elle-même une sous-partie, ou tu peux choisir de l’intégrer à une autre sous-partie déjà existante, du moment que cela reste cohérent.

Liens avec ta dissertation

Il est indispensable de lier ton texte à ta carte. N’oublie donc pas de faire des rappels, d’indiquer clairement au lecteur à quelle partie tu fais référence, de le guider vers les zones sur lesquelles tu souhaiterais qu’il porte son attention. Les deux éléments fonctionnent ensemble, alors n’hésite pas à introduire des formules telles que « comme décrit sur la carte de synthèse en annexe » ou encore « on peut illustrer cette idée par tel élément présent sur la carte ». Si tu craints encore que cela n’a pas d’intérêt, rappelle-toi cependant qu’il vaut mieux indiquer clairement ce que tu veux montrer, plutôt que ton correcteur oublie certains éléments de ta carte et t’en tenir rigueur.

Par ailleurs, tu pourras glisser indépendamment des schémas, par exemple des vues zoomées de certaines régions ou des diagrammes mais qui devront être intégrés dans ta copie écrite, et non sur le document dédié à ta carte. Tu devras respecter les règles générales d’insertion de ces informations : présentation propre et soignée, tracé à la règle, utilisation de code couleur bien défini, légende si besoin et explication textuelle de ce que tu as inséré.

Les figurés

Les rectangles qui te serviront à présenter un code spécifique à une aire géographique doivent être propres et clairs. Ceux-ci doivent être tracés à la règle, en noir, car ils ont pour fonction d’encadrer de manière lisible ton code.

Ensuite, les figurés ponctuels, c’est-à-dire ceux qui te permettent de pointer un endroit en particulier pour désigner une ville, une capitale, bref, un point précis sur ta carte, doivent être uniformes et correspondre à la version présente dans la légende et celle de la carte pour permettre à ton lecteur de visualiser rapidement et clairement ce que tu as voulu faire transparaître. Pour varier un peu et ne pas te retrouver à court de figurés, essaie de changer de couleur et de formes, toujours en restant dans des marqueurs classiques et institutionnels : ne glisse pas des cœurs ou des fusées, reste simple et clair.

Par ailleurs, efforce-toi, malgré la contrainte de temps, de te concentrer. En effet, il te faut être très attentif lorsque tu complètes ta carte pour éviter des erreurs. L’usage du correcteur n’est en général pas bienvenu car si cela est trop visible ou utilisé trop fréquemment, le correcteur sera amené à penser que ton travail n’est pas suffisamment soigné et réfléchi. Cela arrive naturellement de se tromper, donc muni-toi d’un blanc liquide pour corriger et retoucher tes erreurs le plus discrètement possible !

Le « coloriage »

Tu le sais, pour étudier et mettre en avant une zone en particulier, tu ne pourras faire autrement que de saisir tes crayons de couleur et passer par la case « remplissage », d’une aire géographique. Toutefois, pas besoin d’être un as en arts plastiques pour réaliser une carte lisible. En effet, si colorier n’est pas ton fort, tu peux toujours préférer la technique du hachurage, mais à la règle ! Pour ce faire, trace des lignes parallèles en t’efforçant de garder le même espacement pour un rendu plus esthétique et uniforme. Tu peux utiliser des feutres à pointe fine, pour que ton travail reste fin et lisible.

En outre, tu peux aussi dessiner dans les zones que tu veux mettre en valeur, et à la place du coloriage au crayon, des croix ou des points de différentes couleurs pour varier, tant que cela reste uniforme, cohérent et propre ! C’est une technique qui a l’avantage d’être rapide à réaliser (plus que pour le crayon), et est très propre.

Si tu es partisan(e) du crayon de couleur, assures-toi que ton coup de crayon est uniforme et n’appuie pas trop sur le fond de carte, au risque d’une part de trouer ta feuille, et d’autre part que ton correcteur confonde ta carte avec le dessin de son enfant en classe de maternelle. Si l’aperçu ne te satisfait pas entièrement, n’hésite pas à recourir à la technique du mouchoir que tu passes sur les zones coloriées afin d’estomper et uniformiser ta carte pour un rendu plus propre. Néanmoins, ne perd pas trop de temps sur ces détails, l’important est que ta carte soit lisible et compréhensible pour ton lecteur, pas qu’elle soit encadrée dans un musée.

Les outils

N’oublie pas le matériel de base pour ton bon cartographe : des crayons de couleur bien taillés (vérifie leur pointe avant ton épreuve pour ne pas perdre de temps inutilement pendant l’épreuve), un taille-crayon avec réservoir (pour ne pas avoir à te lever pendant l’épreuve), une gomme, un crayon à papier, un compas (pour tracer les pôles, très utile dans certains cas) et des feutres à pointe fine et/ou stylos-feutres (de type Stabilo pen ou Stabilo point).

En effet, ces deux derniers produits ont l’avantage d’être précis et ont des couleurs variées et voyantes, idéales pour réaliser une carte très propre. Pour ce qui est de la gomme, fait en sorte que celle que tu emploies est propre, pour ne pas créer de taches irrécupérables sur ta copie. Si tu cherches davantage de précision, tu peux utiliser une gomme plus fine pour effacer par exemple un coup de crayon qui aurait dépassé d’une frontière.

Les rapports de jury : indispensables pour comprendre les attendus d’un tel travail

Consulter les rapports de jury de concours dans les épreuves que tu vas passer est extrêmement important. Pour l’épreuve de géographie en tronc commun, les commentaires sur le travail sur le croquis sont inclus dans le compte-rendu dédié à l’épreuve dans sa totalité, de la même manière que ta carte doit être incluse dans ton devoir.

Ce que disent les rapports

A titre d’information, nous t’avons joint ci-après le paragraphe consacré au travail de cartographie, issu du rapport du jury pour l’épreuve du concours d’entrée à l’ENS de Lyon de la session 2020 :

« Une fois encore le jury a pu apprécier de bons croquis à l’aide du fond de carte fourni notamment ceux qui faisaient apparaître des flux (routes maritimes par exemple) et des dynamiques […], sans se contenter du statique des frontières et des principales localisations. Une bonne maîtrise de la sémiologie graphique permet d’exprimer des processus et des formes spatiales variées par la couleur, la forme et la taille des figurés. Le jury a apprécié un souci d’intégrer les croquis dans le raisonnement mais toutes les copies ne le font pas encore. Un croquis ou une réalisation graphique placée et commentée à bon escient dans le cours du texte ou bien appelée et commentée sous forme de renvoi permet d’éviter le placage pur et simple.»

Ils ajoutent que « le jury est attentif à la qualité de la sémiologie graphique dans son évaluation, il rappelle donc que la qualité importe davantage que la quantité. Les légendes sont des éléments primordiaux dans un croquis et le jury invite les candidats à bien les penser. Il recommande aux candidats de se constituer une banque de croquis à différentes échelles et répondant à plusieurs problématiques. Il est en effet nécessaire de bien relier le croquis ou l’illustration au sujet donné afin de bonifier la copie, sans oublier les règles de base : clarté, propreté, titre, orientation, échelle et légende démonstrative. »

Où trouver ces ressources ?

Tu peux consulter le rapport dans son intégralité juste ici si tu souhaites en savoir plus sur ce sujet et cette épreuve ! De même, si tu ne l’as pas déjà fait, n’hésite pas à aller lire notre article sur la méthode de la dissertation de géographie pour aller plus loin, disponible en cliquant sur ce lien !

 

Pour conclure, la carte de synthèse est indissociable de ta dissertation. Le principal souci que tu auras à gérer est le temps : il s’agit plus que toutes les autres d’une épreuve de vitesse. Le principal est de rendre une carte propre, claire et lisible. C’est un moyen qui te permet d’ utiliser tes connaissances sur le plan purement géographique et cartographique, et de montrer que tu sais te repérer et employer les données que tu possèdes à bon escient en adaptant ton propos au sujet, et pas seulement dans une dissertation.

Ariane Thévenet

Élève à l'École Normale Supérieure de Lyon après deux années de classe préparatoire A/L au lycée Fénelon à Paris et ancienne interne au lycée d'État Jean Zay.