Vers la Fin de la Guerre Froide (4) Vers la Fin de la Guerre Froide (4)
La chute du communisme (1985-1991) L’URSS commence à perdre de sa suprématie au moment où Mikhaïl Gorbatchev arrive au pouvoir. A ce moment là... Vers la Fin de la Guerre Froide (4)
Utilise les flèches ← → pour naviguer entre les éléments !

La chute du communisme (1985-1991)

L’URSS commence à perdre de sa suprématie au moment où Mikhaïl Gorbatchev arrive au pouvoir. A ce moment là déjà, l’économie soviétique est dans une mauvaise passe avec des résultats plus que catastrophiques, et la réputation de l’URSS est ternie par ses nombreuses atteintes au respect des droits de l’homme et ses goulags.

C’est dans ce contexte que Gorbatchev tente d’agir en essayant de rétablir la situation économique par le biais de la modernisation. Ainsi, il met en place la glasnost (transparence en russe), qui permettra au gouvernement de ne plus porter atteinte aux droits fondamentaux, ainsi que la perestroïka (restructuration en russe) permettant une gestion plus libérale du pays -les entreprises ont une plus grande possibilité d’initiative. Toutefois, Gorbatchev ne parvient pas à redresser économiquement le pays.

Le contexte change en 1989, lorsque l’URSS est forcée de retirer ses troupes d’Afghanistan, ce qui constitue un échec important pour le communisme. Dès lors, les pays reposant sur les mêmes bases ou démocraties populaires prennent conscience que le communisme n’a aucun avenir certain et vont commencer à s’émanciper progressivement. Les pays revendiquent les uns après les autres leur droit à l’autonomie vis-à-vis de Moscou.

Ainsi en 1990, la Lettonie et l’Arménie annoncent leur indépendance suivie en 1991 par la Géorgie. Peu à peu les pays baltes sortent du giron communiste : la Pologne élit un premier ministre non-communiste, événement inédit depuis que le pays a intégré l’alliance soviétique, la Hongrie élit un nouveau président et le pays devient la République de Hongrie en 1989, ce qui constitue un véritable tournant démocratique pour le pays.

De son côté, l’Allemagne au sort malheureux au sortir de la seconde Guerre Mondiale -divisée en quatre zones d’occupation, trois d’entre elles s’étaient réunies et avaient donné naissance à la RFA- voit la RDA en bien mauvaise posture. Le pays voit le président Honecker démissionner, suite à de nombreuses manifestations. Il laisse sa place à Egon Kreuz. Ce dernier décide d’ouvrir le mur de Berlin : le 9 novembre 1989, le mur s’ouvre et Mikhaïl Gorbatchev n’intervient pas. Cet événement ouvre la porte à de nouvelles dispositions vis-à-vis des deux Allemagne. La première étape dans le processus de réunification commence le 1er juillet 1990, date à laquelle la RDA accepte le Deutschmark comme nouvelle monnaie ainsi que la Constitution de la RFA. Le 3 octobre 1990, les deux Allemagne ne font plus qu’un.

Le coup de grâce sera porté lorsque Boris Eltsine s’empare de la direction des forces armées alors que Gorbatchev est en vacances. Ce dernier, suite à l’échec de ses réformes, mais aussi suite à ces événements donne sa démission le 25 décembre 1991.

 

Utilise les flèches ← → pour naviguer entre les éléments !

Noémie Moreau

Ancienne élève au lycée Dupuy de Lôme (Lorient) voie S. Actuellement étudiante en deuxième année à SKEMA et à l'université Jean Moulin (Lyon) en relations internationales et diplomatie.