Correction thème littéraire (LV1) : “Le voyage d’Italie”, Dominique Fernandez Correction thème littéraire (LV1) : “Le voyage d’Italie”, Dominique Fernandez
Aujourd’hui, je te propose de t’exercer avec Le voyage d’Italie de Dominique Fernandez. Bon courage !   Texte à traduire Sans ce séjour et... Correction thème littéraire (LV1) : “Le voyage d’Italie”, Dominique Fernandez

Aujourd’hui, je te propose de t’exercer avec Le voyage d’Italie de Dominique Fernandez.
Bon courage !

 

Texte à traduire

Sans ce séjour et cette longue mortification de treize ans, Casanova ne serait pas passé à la postérité, nous ne saurions rien de ses aventures. Privé de femmes, privé de société, il se mit à écrire. Et c’est là, sans doute, le plus grand prodige de ce destin prodigieux. Sans avoir jamais écrit auparavant, il devient l’auteur d’un des livres les plus forts, les plus entraînants, les plus beaux, les plus célèbres de la littérature mondiale. Celui que Zweig appelle d’une jolie formule un croisement d’homme de la Renaissance et de chevalier d’industrie ajoute à ces titres déjà enviables celui de grand écrivain. Et sans effort, semble-t-il, tant sa prose fluide court facile et légère : sans même penser qu’il fait un travail d’écrivain.

Voilà, je pense, ce qu’on lui pardonne le moins. Qu’il ait vécu mieux que les autres, plus agréablement et plus pleinement, passe encore ; mais qu’il ait réussi en outre à se hisser dans le panthéon des gloires durables, c’est trop, surtout pour notre siècle.

Jusqu’à sa mort, Casanova aura été le dilettante parfait, l’amateur intrépide qui n’a pas besoin de souffrir pour exceller. De quoi faire enrager tous ceux qui tiennent la sueur, les larmes et le sang pour les ingrédients nécessaires du génie.

 

Traduction

Senza quel soggiorno e quella lunga mortificazione di tredici anni, Casanova non sarebbe passato alla posterità, non sapremmo niente delle sue avventure. Privo di donne, privo di società, si misse a scrivere. Ed è la, senza dubbio, il più grande prodigo di questo destino prodigoso. Senza avere mai scritto prima, diventa l’autorie di uno dei libri più forti, pui appassionanti, più belli, più famosi della letterature mondiale. Colui che Zweig chiama con una graziosa formula un incrocio tra l’uomo del Rinascimento e il cavaliere d’industria aggiunge a quei titoli già invadiabili quello di grande scrittore. E senza soforzo, sembra, tanto la sua prosa fluida scorre facile e legera : senza nemmeno pensare che faccia un lavoro da scrittore.

Ecco, penso, quello che gli si perdona meno. Che abbia vissuto meglio degli altri, più piacevolmente è più pienamente, passi ancora, ma che sia riuscito inoltre ad innalzarsi nel panteon dell glorie durature, è troppo, sopratutto per il nostro secolo.

Fino alla morte, Casanova sarà stato il dilettante perfetto, l’appassionato intrepido che non ha bisogno di soffrire per eccellere. C’è da fare arrabbiare tutti coloro che ritengono il sudore, le lacrime e il sangue gli ingredienti necessari del genio.

 

Bilan de la correction

La préposition « da »

Une erreur classique sur cette traduction est de traduire « un travail d’écrivain » par « un lavoro di scrittore ». Or, la formulation correcte est « un lavoro da scrittore ».

Voici un rappel des principaux emplois de cette préposition :

  • Pour exprimer un point de départ (spatial et temporel) : « Ils arrivent d’Italie » se traduit par « Arrivano dall‘Italia ».
  • Pour traduire « depuis » : « depuis l’été dernier » se traduit par « dall‘estate scorso ».
  • Pour traduire « chez » : « Nous sommes chez Matteo » se traduit par « Siamo da Matteo ».
  • Pour introduire le complément d’agent : « Ce livre a été écrit par Dante » se traduit par « Questo libro è stato scritto da Dante ».
  • Pour exprimer une caractéristique (un grand classique des thèmes Ecricome !) : « Le garçon aux cheveux blonds » se traduit par « Il ragazzo dai capelli biondi ».
  • Pour exprimer le but, la destination ou la cause : « Qu’est-ce que je vous sers à boire ? » se traduit par « Che cosa Le servo da bere? »

 

Quel o questo?

« Quel » et « questo » traduisent tous les deux le « ça » français, mais avec une subtilité. « Quel » désigne un « ça » éloigné, alors que « questo » désigne un « ça » proche.

Par exemple, on dira en italien :

Ho incontrato mia moglie alla Fontana di Trevi il 5 agosto e da quel giorno in poi non ci siamo più divisi. (Depuis ce jour-là).

Puoi darmi questo foglio per favore? (Celui-là, en face de toi).

Dans la traduction, on traduit donc bien « sans ce séjour et cette longue mortification de treize ans » par « senza quel soggiorno e quella lunga mortificazione di tredici anni ».

 

Il congiuntivo (le subjonctif) et la concordance des temps

Une autre erreur classique serait de traduire « et sans effort, semble-t-il, tant sa prose fluide court facile et légère : sans même penser qu’il fait un travail d’écrivain » par « e senza soforzo, sembra, tanto la sua prosa fluida scorre facile e legera: senza nemmeno pensare che fa un lavoro da scrittore ».

Nous sommes ici dans un cas où la fameuse concordance des temps rentre en jeu. Cette concordance des temps implique un choix précis du temps et du verbe de la phrase subordonnée qui est différent de celui que l’on ferait en français.

Ici, nous sommes dans le cas où la principale est à l’indicatif présent « semble-t-il » et la subordonnée rend compte d’une action qui se déroule de manière simultanée. Dans ce cas, l’italien emploie le subjonctif présent « faccia ».

Pour te donner un autre exemple : « Je pense qu’aujourd’hui, Giulia travaille beaucoup » se traduit par « Pense che oggi Giulia studi molto ».

Flavia Joncoux