Allemand : les verbes de modalité Allemand : les verbes de modalité
En allemand, l’emploi des verbes de modalité est quasi systématique. Et comme toujours pour les germanistes, une bonne connaissance grammaticale est une base solide... Allemand : les verbes de modalité

En allemand, l’emploi des verbes de modalité est quasi systématique. Et comme toujours pour les germanistes, une bonne connaissance grammaticale est une base solide pour pouvoir progresser par la suite. Par ailleurs, ce qu’il y a de mieux avec les modaux, c’est que leur emploi est très fréquent ! Tu ne perdras donc pas de temps à les réviser (ou à les apprendre si tu ne les découvres vraiment qu’aujourd’hui…) et tu verras que c’est plutôt facile.

 

I – Fonction des verbes de modalité

Il existe six verbes de modalité en allemand : mögen, dürfen, sollen, können, wollen et müssen. S’ils sont appelés « modaux », c’est parce qu’ils ont pour but de modifier le sens du verbe qu’ils accompagnent. Un modal ne s’emploie donc jamais seul : il vient simplement ajouter un sens différent à un verbe déjà présent.

Dans une phrase simple, cela donnerait donc :

sujet + modal conjugué + verbe à l’infinitif placé à la fin de la phrase

z.B. : Ich soll lesen.

Très bien, mais maintenant, comment les reconnaître ? En effet, les verbes de modalité ont une tendance légèrement vicieuse : ils ont tous des sens différents. Afin de bien savoir les différencier, il est nécessaire de connaître précisément la signification de chacun.

On peut d’abord les regrouper en trois catégories pour exprimer leur sens le plus commun :

pouvoir : können et dürfen

devoir : müssen et sollen

vouloir : wollen et mögen

À présent, voici les sens différents qu’ils expriment :

Können signifie « avoir la capacité physique ou intellectuelle de faire quelque chose » (= je suis capable de), ainsi que la possibilité qu’une action se réalise.

z.B. : Ich kann Deutsch sprechen.

Dürfen exprime l’autorisation, la permission et signifie « avoir le droit de faire quelque chose ». À la forme négative, il exprime l’interdiction.

z.B. : Darf ich bitte zur Toilette gehen?

Müssen exprime une nécessité absolue, le fait de ne pas avoir le choix pour faire quelque chose, un devoir imposé. Il peut se traduire par « je dois », mais aussi par « il faut que ».

z.B. : Ich muss meinen Hausaufgaben machen.

Sollen signifie « avoir l’obligation morale de faire quelque chose, pour le sujet ou envers quelqu’un d’autre ». Il est souvent utilisé pour exprimer la volonté des parents ou pour un conseil.

z.B. : Du sollst dein Zimmer aufräumen.

Wollen exprime la volonté ferme de faire quelque chose.

z.B. : Ich will einen Lamborghini kaufen.

Mögen signifie « aimer quelque chose ou quelqu’un ». Mais attention ! Il ne faut surtout pas l’employer à l’indicatif avec un verbe à l’infinitif. Il s’emploie uniquement avec un COD. Au subjonctif II (c’est-à-dire möchte), il peut s’utiliser pour exprimer un désir, un souhait.

z.B. : Ich mag dich. 

Attention ! Ici, pour dire par exemple « J’aime aller à la piscine », on ne dira pas « Ich mag zum Schwimmbad gehen », mais « Ich gehe gern zum Schwimmbad », ou alors « Ich mag schwimmen gehen ». Cette forme habituelle pour les Français n’existe tout simplement pas en allemand.

 

II – La conjugaison des verbes de modalité

La conjugaison des verbes de modalité n’est pas particulièrement retorse, mais elle est irrégulière. Il convient donc de bien la connaître (et pour cela, je te recommande un entraînement régulier, fais-toi par exemple interroger par quelqu’un pour t’aider à la réciter) pour employer correctement les modaux. 

 

Présent

ich soll ich mag ich darf ich kann ich will ich muss
du sollst du magst du darfst du kannst du willst du musst
er soll er mag er darf er kann er will er muss
wir sollen wir mögen wir dürfen wir können wir wollen wir müssen
ihr sollt ihr mögt ihr dürft ihr könnt ihr wollt ihr müsst
sie sollen sie mögen sie dürfen sie können sie wollen sie müssen

Attention ! Au présent, le e disparaît à la première et à la deuxième personne du singulier. La conjugaison des première et troisième personnes du singulier est identique à chaque temps.

 

Prétérit

ich sollte ich mochte ich durfte ich konnte ich wollte ich musste
du solltest du mochtest du durftest du konntest du wolltest du musstest
er sollte er mochte er durfte er konnte er wollte er musste
wir sollten wir mochten wir durften wir konnten wir wollten wir mussten
ihr solltet ihr mochtet ihr durftet ihr konntet ihr wolltet ihr musstet
sie sollten sie mochten sie durften sie konnten sie wollten sie mussten

Attention ! Au prétérit, tous les Umlaut sont supprimés.

 

Au parfait et au plus-que-parfait, les modaux s’utilisent avec le participe passé, qui a deux formes : 

  • Quand le verbe de modalité est suivi d’un autre verbe à l’infinitif, on emploie alors le double infinitif.

z.B. : Unsere Hausaufgaben haben wir machen wollen => Nous avons voulu faire nos devoirs.

  • Quand le participe passé a la même forme que les verbes faibles (cet emploi reste cependant rare, car il appartient à un langage plutôt soutenu), le modal se construit alors de la manière suivante : ge + radical de l’infinitif + -t.

z.B. : Wir haben unsere Hausaufgaben machen nicht gekonnt => Nous n’avons pas pu faire nos devoirs.

 

Au futur, les verbes de modalité se conjuguent avec werden et se mettent à l’infinitif, en dernière position dans la phrase, après un autre verbe à l’infinitif.

z.B. : Sie wird morgen arbeiten müssen => Elle devra travailler demain.

Attention ! Dans les propositions subordonnées, l’auxiliaire conjugué se place avant les deux infinitifs et non pas à la fin de la phrase comme d’habitude. 

Par exemple : Sie hat uns gesagt, dass sie wird morgen arbeiten müssen.

 

III – Emplois particuliers

Les verbes de modalité peuvent également s’utiliser pour marquer la probabilité.

Müssen peut ainsi exprimer une probabilité presque absolue.

z.B. : Sie muss gut Deutsch sprechen.

Mögen peut également exprimer une possibilité, une probabilité modérée qu’une action survienne.

z.B. : Es mag teuer sein => Il est possible que cela soit cher.

Sollen peut servir à vouloir dire qu’on doute d’une information, que celle-ci n’est pas sûre.

z.B. : Sie sollst zu Hause sein.

 

On espère que tu es maintenant collé(e) sur les verbes de modalité ! 😉

Clothilde Rosay

Après une prépa littéraire à La Bruyère, j'ai intégré TBS où je suis actuellement en L3. J'adore les langues, la géopo et les Wienerschnitzel !