Allemand #Civi – La place de la femme en Allemagne Allemand #Civi – La place de la femme en Allemagne
Ce n’est plus un secret pour personne, la question des femmes est un sujet d’actualité et est donc susceptible de tomber aux concours, que... Allemand #Civi – La place de la femme en Allemagne

Ce n’est plus un secret pour personne, la question des femmes est un sujet d’actualité et est donc susceptible de tomber aux concours, que ce soit à l’écrit comme à l’oral. Il est donc important de préparer ce thème, pour pouvoir habilement se démarquer des autres candidats qui débiteront des banalités. Le but de ces fiches de civilisation est de faire sortir ta copie ou ton oral du lot, en ayant des choses intéressantes à raconter. Tu trouveras d’ailleurs à la fin de cette fiche des phrases à traduire, pour t’entraîner un peu, mais aussi pour avoir des phrases sans fautes et bien construites. Tu peux donc les réutiliser dans ta copie, afin d’éblouir ton correcteur, même si je te conseille de les modifier un peu.

 

Les femmes en Allemagne

La question des femmes, ce n’est pas un sujet très compliqué à comprendre. Il faut tout d’abord savoir que la place de la femme en Allemagne est assez particulière, et relativement différente de la France, malgré la proximité géographique. Il est aussi intéressant de remarquer que la situation des femmes n’est pas tout à fait la même entre l’Est et l’Ouest, en raison de l’ancienne séparation BRD/DDR. En effet, la DDR a mis en place plus d’initiatives pour permettre aux femmes de travailler. Et la réunification n’a pas tout à fait réussi à gommer ces différences.

Enfin, je te conseille de te renseigner un peu sur Angela Merkel, chancelière fédérale (Bundeskanzlerin) depuis 2005 ainsi que sur Ursula von der Leyen, la nouvelle présidente de la Commission européenne et ancienne « ministre des femmes ».

 

Petit point historique

1919

Les Allemandes obtiennent le droit de vote.

1990

La réunification signe le recul de la situation des femmes est-allemandes, qui ne disposent plus de crèches ni de jardins d’enfants financés par l’État.

2013

Introduction du Betreuungsgeld, avant d’être supprimé dans la plupart des Länder quelques mois plus tard.

2015

Introduction d’un quota portant sur la participation égalitaire des femmes et des hommes aux conseils de sécurité et d’administration des entreprises (30 % de femmes minimum).

 

Les enjeux actuels

La faible natalité (1,36 enfant par femme) : avoir des enfants n’est pas forcément un choix évident en Allemagne, car il n’est pas facile de concilier les enfants et le travail. Les places en crèches (Kita) sont rares, les enfants n’ont souvent pas école l’après-midi… Des mesures sont mises en place pour y remédier, telles que le télétravail, le Betreuungsgeld, ou le congé parental, mais le taux de natalité reste bas.

La différence de salaire entre un homme et une femme est de 12 % : à formation égale, faisant le même métier, au même âge, dans la même entreprise. Seuls les heures supplémentaires des hommes et le congé maternité peuvent expliquer cette différence, mais cela ne suffit pas.

La faible représentation des femmes dans certaines études : elles sont largement sous-représentées dans les formations d’ingénieurs, qui sont pourtant les plus recherchées par les recruteurs. On les retrouve majoritairement dans les études de langues, de sociologie, d’enseignement, de santé ou de métiers sociaux.

 

L’anecdote qui mettra des étoiles dans les yeux de ton correcteur : la polémique du Betreuungsgeld

Le Betreuungsgeld (« prime aux fourneaux ») a été introduit le 1er août 2013. Cette introduction a suscité une forte controverse en Allemagne. Les défenseurs de cette mesure la considèrent comme une mesure de justice qui vise à venir en aide aux parents qui veulent s’occuper de leurs enfants âgés de moins de 3 ans. En revanche, les adversaires de cette prime de 150 € déplorent le fait que cette mesure incite les femmes à renoncer à toute activité professionnelle. Son application dépend des Länder : aujourd’hui, elle est disponible seulement dans l’État conservateur de Bavière.

 

Point vocabulaire

Concilier la famille et le travail : Familie und Beruf vereinbaren

La qualification élevée : die hohe Qualifizierung

Le droit de vote : das Wahlrecht

L’amélioration de la situation : die Verbesserung der Lage

Sous-représenté : unterrepräsentiert

La différence de salaire : der Lohnunterschied

L’éducation des enfants : die Kindererziehung

La femme au foyer : die Hausfrau

La carrière : die Karriere

La discrimination : die Diskriminierung

 

Traduis ces phrases

  1. Bien que le gouvernement ait beaucoup fait pour construire plus de crèches et pour aider les familles avec des prestations sociales, tous ces milliards ont été inutiles : le taux de natalité continue de baisser.
  2. Chaque femme en Allemagne a en moyenne 1,36 enfant. Seules la Corée du Sud, la Pologne et la Hongrie ont un taux plus bas.
  3. La politique familiale est le talon d’Achille de l’Allemagne.
  4. Les mères qui travaillent peuvent être mal vues. Elles sont appelées de « mauvaises mères ».
  5. Il n’est pas normal de demander lors de l’entretien d’embauche si la femme veut des enfants et comment elle va concilier la famille et le travail.

 

Corrigé

  1. Obwohl die Regierung viel getan hat, um mehr Kita auszubauen, und um den Familien mit Sozialleistungen zu helfen, waren alle die Milliarden vergeblich: die Geburtenrate sank und sank.
  2. Jede Frau in Deutschland bekam im Durchschnitt 1,36 Kinder. Nur in Südkorea, Polen und Ungarn war der Wert niedriger.
  3. Die Familienpolitik ist die Achillesferse von Deutschland.
  4. Die Mütter, die arbeiten, können verpönt sein. Sie werden Rabenmütter genannt.
  5. Es ist normal, während des Vorstellungsgesprächs zu fragen, ob die Frau Kinder will und wie sie Familie und Beruf vereinbaren wird.

Clémence Desrousseaux