Rapport de jury – Allemand LV1 ELVI 2019 Rapport de jury – Allemand LV1 ELVI 2019
Le sujet est à retrouver ici : LV1 Allemand ELVi 2019 – Sujet Et l’analyse ici : LV1 Allemand ELVi 2019 – Analyse du sujet  ... Rapport de jury – Allemand LV1 ELVI 2019

Le sujet est à retrouver ici : LV1 Allemand ELVi 2019 – Sujet

Et l’analyse ici : LV1 Allemand ELVi 2019 – Analyse du sujet

 

Statistiques

320 candidats, 11,78 de moyenne, 4,04 d’écart-type

 

Le rapport de jury

Remarques de correction

Traduction 40% / Expression écrite 60%

Expression : Contenu 8 points + langue 12 points /20

 

La version :

Une version qui a été bien appréhendée par la plupart des candidats, malgré quelques passages plus difficiles qui leur ont permis de prouver leur degré de compréhension du texte et qui, malheureusement, ont donné lieu parfois à des contre-sens. Les erreurs étaient plutôt d’ordre lexical : le département, la boutique, ausreden, verstellt , erniedrigt, streicheln, Wange, stehenbleiben, lächeln. Les troisième et quatrième paragraphes ont posé davantage de problèmes que les précédents. On remarque que les candidats maîtrisent mal dans l’ensemble les adverbes et les embrayeurs du discours, ce qui peut parfois conduire à de fâcheux contresens.

 

Le thème :

Le thème s’est avéré difficile pour beaucoup de candidats. Le jury a valorisé toutes les trouvailles intéressantes et a accepté beaucoup de variantes. En revanche, la maîtrise d’un lexique de base était quand même attendue. Les candidats attentifs à la grammaire ont pu se distinguer dans un texte lexicalement âpre pour l’ensemble des candidats : « méfiance », « corseter », « surveiller leurs rêves », « plainte », « geindre », » armées », « hors d’atteinte ». La traduction correcte de la concessive « mais quel que soit le sort qui leur est réservé » ainsi qu’une traduction acceptable de ‘corseter’ ont donné lieu à des bonifications.

 

Le commentaire :

Le sujet du texte portait sur l’actualité récente et avait certainement été traité plus ou moins directement pendant l’année de préparation, ce qui demandait de résister à la tentation de la facilité : les candidats ont trop souvent eu tendance à décliner leurs connaissances sur le sujet plutôt que de lire attentivement les réflexions formulées par l’auteur du texte Joschka Fischer. Les multiples axes ouverts dans le texte n’étaient pas toujours exploités de façon satisfaisante.

Un bon nombre des copies ont cependant démontré une bonne compréhension de l’article. Les étudiants ont souvent trouvé les trois arguments qui étaient contenus dans le texte : le changement de monde engendrant la bipolarité politique ouverture/fermeture et l’immigration, les changements perçus comme des fruits de la digitalisation, la globalisation et les frustrations qui en découlent, l’amoindrissement de la place de la Bavière du fait de l’élargissement de l’Allemagne dans le cadre de la réunification sont des thèmes qui ont souvent été retenus.

En revanche, tout l’art était de présenter ces éléments dans leur contexte et d’expliquer à l’aide d’exemples à quoi J. Fischer faisait allusion. Quant à l’introduction, il faut se garder de la faire trop longue et d’y introduire des accroches qui n’ont qu’un lointain rapport avec le sujet.

Pour la question 2, nombreux ont été les candidats qui ont reformulé le sujet. Il s’agissait de réagir à une affirmation « Die Bedeutung von Begriffen wie « Heimat » und « Identität“ nimmt zu“. Stimmen Sie dem zu? ». Il était donc inutile et même préjudiciable de proposer de traiter un autre sujet comme « Was kann man gegen diese Zunahme tun? », « Wie können die Deutschen eine starke Identität entwickeln ? », « Warum sind Identität und Heimat zwei Wörter, die Angst machen?

“ Quelques rares copies ont fait référence à des concepts comme le patriotisme constitutionnel (Verfassungspatriotismus), à la querelle des historiens dans les années 80 (Historikerstreit) ou encore au discours de Martin Walser dans la Paulskirche (« Moralkeule Auschwitz »). Ces références ainsi que les citations littéraires (Thomas Mann par exemple) et philosophiques (Karl Jaspers par exemple) ont été très appréciées par les correcteurs quand elles étaient bien employées.

Pour l’appréciation des copies, la différenciation la plus importante s’est faite sur la qualité linguistique. Trop nombreuses ont été les copies sans bases de grammaire solides où, même dans le cas d’expressions très récurrentes, la déclinaison s’est avérée trop souvent aléatoire.

D’un autre côté, le jury a constaté un nombre croissant de candidats faisant preuve d’une très bonne maîtrise de la langue sans que les candidats soient issus d’une éducation bilingue.

 

Conseils aux futurs candidats

Lire attentivement le texte, répondre aux questions posées en évitant d’insérer à tout prix des réponses préconçues, faire preuve de créativité et approfondir les réponses.

Lire la presse germanophone quotidiennement, se tenir au courant de l’actualité des pays germanophones (D-A-CH). Un article par jour ou une émission quotidienne sur deutsche Welle permettrait aux candidats d’élargir leurs connaissances sur le monde germanophone de manière conséquente.

Les copies recèlent trop de fautes de nature grammaticale. Nous conseillons aux candidats une révision systématique de la grammaire pendant leurs années de préparation au concours.

 

 

 

 

Dimitri Des Cognets

Rédacteur en chef de Major-Prépa