Rapport de jury – Allemand LV1 ELVi 2020 Rapport de jury – Allemand LV1 ELVi 2020
Tu peux retrouver le sujet de l’épreuve ici : Allemand LV1 ELVi 2020 – Sujet Tu peux également retrouver l’analyse du sujet ici : Allemand... Rapport de jury – Allemand LV1 ELVi 2020

Tu peux retrouver le sujet de l’épreuve ici : Allemand LV1 ELVi 2020 – Sujet

Tu peux également retrouver l’analyse du sujet ici : Allemand LV1 ELVi 2020 – Analyse du sujet

 

Les statistiques

296 candidats.

La version

0-1 1-2 2-3 3-4 4-5 5-6 6-7 7-8 8-9 9-10 10-11 11-12 12-13 13-14 14-15 15-16 16-17 17-18 18-19 19-20 20
2 2 8 4 9 3 26 12 20 5 27 18 34 3 28 25 35 12 17 3 3

Le thème

0-1 1-2 2-3 3-4 4-5 5-6 6-7 7-8 8-9 9-10 10-11 11-12 12-13 13-14 14-15 15-16 16-17 17-18 18-19 19-20 20
1 7 5 13 29 6 17 20 32 2 32 21 31 3 30 9 16 8 10 1 3

L’expression écrite

0-1 1-2 2-3 3-4 4-5 5-6 6-7 7-8 8-9 9-10 10-11 11-12 12-13 13-14 14-15 15-16 16-17 17-18 18-19 19-20 20
2 1 4 12 10 6 12 16 15 25 28 23 28 26 27 17 10 16 6 6 6

 

Le rapport de jury de l’épreuve d’Allemand LV1 ELVi 2020

Le sujet

Thème : Dîner à Montreal, Philippe Besson, Julliard 2019

Version : Weg, Doris Knecht, Rowohlt 2019

Expression écrite :

  • Make us Greta again : Erwacht jetzt die
  • « Generation Chillstand » ? Milosz Matuschek, Neue Zürcher Zeitung, 25.8.2019

 

Remarques de correction

Expression écrite 60% – Traductions 40 %

Expression : Contenu 8 points + langue 12 points/20

 

La version :

Le texte de la version a été écrit par Doris Knecht (née en 1966), une journaliste autrichienne et auteure de plusieurs romans depuis 2011, publiés aux éditions Rowohlt.  » Weg  » dans le sens « parti » est un roman mettant en scène la recherche commune d’un couple vivant séparément pour retrouver leur fille disparue, supposée être au Vietnam.

Un ‘leitmotiv’ dans l’extrait de texte choisi est la mobylette, moyen de transport souvent utilisé pour les déplacements familiaux dans les rues de Saïgon. L’extrait établit un parallèle entre l’image de la circulation et les sentiments ressentis par la protagoniste allemande au Vietnam.

L’auteure insiste sur les différences culturelles entre l’Allemagne et le Vietnam. Mais Saïgon n’est pas une langue comme l’a cru un candidat : « comme on dit en Saigon »…

Le texte ne présentait pas de difficultés majeures à la compréhension. Les difficultés grammaticales ou lexicales faibles et les moyennes étaient plutôt régulièrement réparties dans les différents paragraphes.

Différentes versions de traduction de l’allemand en français ont été acceptées, d’une traduction plus proche du texte jusqu’à une traduction plus littéraire. Les copies présentant des tournures de style particulièrement réussies qui reflétaient l’ambiance à Saïgon, comme décrite dans l’extrait, ont été honorées par une bonification.

Les temps n’étaient pas toujours respectés ; le Jury s’est montré tolérant tant que le rendu était cohérent. Attention cependant aux formes du passif et aux formes irrégulières du participe II.

Le Jury déplore des fautes de français dans bon nombre de traductions, y compris dans les bonnes copies (ex. traffic*, millieu*, mobilette*, elle perds*…elle pourrais* etc.).

La traduction précise des nuances (adverbes et modulateurs tels ‘eben’, ‘schon’, ‘auch’…) a été valorisée par le Jury, car souvent ces petits mots ont été mal traduits voire omis.

Certains passages donnaient lieu à une mauvaise compréhension – exemples : « Je länger sie fahren » ‘plus elle roule longtemps’ ou la traduction de « die Ausmaße der Stadt » par ‘densité’ ou ‘poids de la ville’, voire ‘recherche l’exception de la ville’. « Sie erschrickt » traduit par ‘elle ettouffa’.

Une traduction pas tout à fait exacte de «Vitrinenwagen » par ‘cuisines roulantes’, chariots etc. a été acceptée, car il est concevable que les candidats ne connaissent pas ces ‘cantines roulantes’. Une traduction par ‘…qui nettoient les vitres des voitures’ représente cependant une image différente.

Il a été difficile de trouver une image correspondante avec un lexique approprié à « ein alter klappriger Mann auf einem alten klapprigen Fahrrad», différentes variantes comme ‘fragile’, ‘tremblant’, ‘délabré’, ‘usé’ ont été acceptées. Il est étonnant de constater que certains candidats ne connaissent pas des mots basiques comme « bunt » ‘multicolore’ ou « Tochter » ‘fille’, qu’ils confondent les verbes ‘fließen’ et ‘fliegen’; un candidat est allé jusqu’à voir ici un récit traitant d’aliens – traduction d’ »Alleen ».

La qualité des versions est en grande partie satisfaisante.

 

Le thème :

Le texte du thème était un extrait du livre de Philippe Besson, « Dîner à Montréal », paru chez Julliard en 2019. Il s’agit d’un roman d’auto-fiction, troisième volet d’une série, qui analyse les sentiments, les attitudes et les regrets de ses protagonistes qui se sont retrouvés dix-huit ans après leur rupture.

Le degré de difficulté du thème, au premier abord rassurant, déploie cependant tout un éventail de questions techniques qui demandent une démarche de rigueur quant à la construction des phrases. Exemples d’erreurs : « Je vous ai avoué » par ‘stimmte ich zu Ihr’ ou «si je lui en avais voulu» par ‘ob ich es ihm gewollt hätte’. Face à ces difficultés, le Jury a accepté pour certaines parties compliquées des expressions plus libres comme ‘ob ich ihm böse war’ au lieu de ‘ob ich es ihm übel genommen hatte’.

Un premier point de vigilance grammatical pour les candidats était la conjugaison des verbes, parfois basiques, surtout au prétérit : ‘arbeitetete’.
Le Jury a constaté une maîtrise aléatoire de la conjugaison des verbes modaux ‘konnte’ – ‘könnte’, ‘wurde’ – ‘würde’, du mode, voire des formes complexes : « il avait imaginé », « je lui avait* répondu ». L’expression « qu’il avait bien fallu sauver » a posé le problème d’un double infinitif ainsi que la distinction des modaux ‘sollen’ et ‘müssen’. Au lieu d’une traduction par ‘die es ja doch zu retten galt’ le Jury a également accepté des formes moins littéraires comme ‘die wir dann retten mussten’.

«demander à quelqu’un » est souvent mal décliné par ‘jemandem fragen’ et nous constatons la confusion concernant certains particules séparables comme zu/geben, an/geben, auf/geben.

Exemples : ‘er hat sich vor mir gestellt’, ‘einen Roman werben’, jemanden warten’. C’est surtout le verbe ‘se souvenir’ ‘sich erinnern’ qui a donné lieu à des multiples formes erronées : ‘Erinnern Sie es’, ‘erinnernt Ihr’, ’Erinnern Sie Ihnen’.

L’exercice du thème révèle un manque cruel de lexique de base chez certains candidats : par exemples « la présence », « le libraire » par ‘Bücherzimmer’ et« avait attendu son tour » traduit par ‘ auf seinen Rund gewartet’, ‘auf seinen Wechsel’, ‘auf seine Tour gewartet’. L’expression du temps pose problème: : « alors » (zurzeit, also, dann), « longtemps après » : ‘ein Moment später’, ‘lange Zeit nach’, ‘einer langen Zeit danach’, ’viel Zeit später’.

Les termes plus exigeants tels « béances », « l’ébahissement » ou « la fébrilité » ont été acceptés sous forme de traductions simples comme ‘Nichts’ ou ‘Vakuum’ pour le premier, mais ont permis de départager les très bons et excellents candidats grâce à une bonification en cas de bonnes trouvailles ‘klaffende Lücke’, ‘hohles Dasein’ entre autres.

 

L’expression écrite :

Beaucoup de sérieux de la part des candidats qui s’efforcent, dans l’ensemble, de traiter les deux questions, même pour ceux à qui le sujet a visiblement posé problème. Le Jury a tenu compte de cette persévérance dans sa notation. Toutefois, il faut savoir que certaines lacunes sont rédhibitoires.

Sur le plan du contenu, il faut répondre aux questions posées.

 

La question 1 demande un résumé du texte.

L’introduction devrait présenter une accroche qui permet de se référer au propos du texte et à ses multiples aspects. Il n’est pas utile de démarrer avec une phrase donnant le nom du journal, de l’auteur et de la date comme « in diesem Text handelt es sich um… » ou une phrase trop vague comme « Der Autor gibt seine Meinung über die junge Generation, die viele Probleme hat. »

Il est plus intéressant d‘entrer dans le vif du sujet, par exemple :

‘Steigende Mietpreise bei unterbewerteten Löhnen, hohe Studienkredite bei einer deflationären Entwicklung der Diplome, weniger soziale Absicherung in einer Sharing- Welt stellen die jungen Generationen vor Probleme, die Autor Matuschek in seinem Artikel zum Generationenvertrag in der NZZ untersucht und bewertet.’

Avant de formuler la première phrase, il vaut mieux envisager la conclusion pour fixer un axe logique et permettre éventuellement un premier aperçu du topo traité dans l’introduction.

La synthèse doit se présenter de façon cohérente et énumérer quelques-uns des problèmes de la jeune génération mentionnés dans le texte. Le candidat peut réorganiser les propos de façon logique en recourant à des connecteurs, il n’est pas tenu de respecter l’ordre du texte à tout prix. A lui de décider de synthétiser de la meilleure façon les propos de l’auteur selon la tournure de la question.

La conclusion devait inclure l’idée de l’auteur selon laquelle le contrat des générations a dévié de sa route et que FfF ne présente qu’un petit indice de cette perdition, mais que les générations antérieures feraient bien de prendre au sérieux les véritables problèmes que vont affronter les jeunes.

 

Question 2 : Premièrement il ne s’agit pas de reformuler la question.

Par exemple, le sujet n’était pas « Sind Sie mit Greta Thunbergs Kampf einverstanden ? » ou « Ist Umweltschutz für Sie wichtig? ».

Le Jury a valorisé les copies de candidats qui ont su illustrer leurs idées par des exemples ancrés dans leurs vies tout en créant un lien avec l’actualité. Cette deuxième partie ne doit pas répéter les propos de la première, mais donne la place à un véritable développement des idées. Attention à ne pas perdre de vue non plus le contexte des pays germanophones.

Il peut être intéressant de prendre un peu de recul et de considérer les avantages (vie plus protégée, relations étroites avec parents et famille, luxe de voyages, fêtes, cadeaux à foison, accessibilité aux études, libre choix d’études et de profession entre autres) et les inconvénients (exemples concrets d’un monde plus incertain, mise en question de certaines valeurs, flexibilité ou un ‘exile forcé’ pour faire carrière, libertés évidentes des générations antérieures soumises à des nouvelles barrières, par exemple crise du Covid…etc) des jeunes générations, mais d’un point de vue personnel du candidat. Son opinion personnelle doit être exprimée et il est difficile de faire abstraction des changements de 2020.

Malheureusement, tous les candidats n’ont pas suivi cette démarche et – à titre d’exemple – n’ont pas utilisé la pandémie pour démontrer une certaine fragilité de notre système, pour tenter une vue sur leurs futures perspectives personnelles et se sont arrêtés à des formules passées, préparées en 2019.

Une transition réussie entre les questions 1 et 2 a donné lieu à une bonification.

Sur le plan de la correction linguistique : il faut autant que faire se peut soigner la langue, qui entre pour une part importante dans l’attribution de la note de l’expression écrite (tout en étant évidemment corrélée au contenu).

Le manque cruel des connaissances d’article de nom, de forme de participe, de déclinaison, de noms récurrents, par exemple, ‘der Problem’, ‘gewisst’, ‘mir fragen’, n’est pas admissible après des années de l’étude d’allemand.

Attention aux barbarismes :

‘ohne hesitieren’ au lieu de ‚ohne zu zögern‘, ‘etwas annoncieren’ au lieu de ‚etwas anzukündigen‘, ‘die Verhaltung’ et ‚die Nähigkeit’, ‘das Aufwachen der Jungheit’, die ‘Jugendheit’. La finance ne peut pas être traduite par ‘die Finanz’.

« …die heiße Kartoffel auf die nächste Generation werfen ».
« Und Deutschland hat ein Ziel, dass es für 2022 nicht mehr Kraftkohl haben will. » au lieu du terme ‘Kohlekraftwerke’.

« In der DDR (sic !) haben viele Jungen rechtsextreme Ideen. » Faire la différence entre ‘die Jugendlichen’, die ‘Jungen’, die ‘Jünger’. Pour annoncer les propos de l’auteur, éviter «laut der Autor» ou «der Autor ist falsch/richtig ».

Le sujet n’a pas surpris les candidats et une grande partie d’entre eux a su tirer son épingle du jeu, bien que dans certains cas, le Jury aurait souhaité lire des exemples plus concrets.

Force est de constater que les candidats étaient globalement bien préparés. Le Jury s’inquiète cependant d’un niveau à la baisse, seul un quart des copies a été rédigées dans un bon, voire très bon allemand. Un quart des copies présente des lacunes importantes au niveau de morphosyntaxe : conjugaisons, déclinaisons, prépositions.

 

Conseils aux futurs étudiants

Remarque générale concernant les traductions : prendre garde aux omissions (première phrase de la version souvent omise, prise pour un titre ?), se relire pour vérifier si l’on n’a pas oublié un passage. Ne pas laisser de blancs et ne pas proposer plusieurs solutions, des variantes entre parenthèses.

L’expression écrite : lire attentivement le texte, répondre aux questions posées en évitant d’insérer à tout prix un texte préconçu, faire preuve de créativité, approfondir et justifier leurs réponses.

Lire la presse germanophone quotidiennement, se tenir au courant de l’actualité des pays germanophones (D-A-CH). Un article par jour ou une émission quotidienne sur Deutsche Welle permettrait aux candidats d’agrandir leurs connaissances de manière authentique sur le monde germanophone.

Les copies révèlent un certain nombre de fautes grammaticales. Nous conseillons aux candidats une révision de la grammaire pendant leurs années de préparation aux concours.

Nicolas Doan

.