Le rapport paradoxal de l’Allemagne avec l’environnement Le rapport paradoxal de l’Allemagne avec l’environnement
L’environnement, l’écologie, la protection de l’environnement, le réchauffement climatique… Depuis quelques années, mais en particulier depuis la COP21 à Paris en décembre 2015, on... Le rapport paradoxal de l’Allemagne avec l’environnement

L’environnement, l’écologie, la protection de l’environnement, le réchauffement climatique… Depuis quelques années, mais en particulier depuis la COP21 à Paris en décembre 2015, on en entend vraiment beaucoup parler et pour cause : ce sont des sujets qui sont déterminants pour notre avenir, en particulier pour nous, les jeunes générations. L’environnement est donc un sujet qui tombe de plus en plus, que ce soit à l’écrit comme à l’oral, et il faut le préparer correctement car tu as peu de chance d’y échapper. Et même si tu connais un peu la question de l’environnement, cette fiche est là pour que tu aies quelque chose d’intelligent et d’intéressant à raconter. Comme pour la fiche de civilisation sur les femmes, tu trouveras ici quelques dates clés pour donner à ton argumentation une perspective historique, une liste (non exhaustive) des principaux enjeux actuels, une anecdote qui fera ressortir ta copie du lot, quelques mots de vocabulaire thématique et des phrases bien construites à traduire.

 

1 – Introduction

Une chose est sûre : l’Allemagne a un rapport très paradoxal vis-à-vis de l’environnement. La population allemande est traditionnellement proche de la nature. En effet, cette dernière est souvent très présente au sein même des villes, l’Allemagne a récemment voté la sortie du nucléaire, et le parti écologique, les Grünen, a obtenu de bons résultats aux dernières élections européennes. Cependant, l’Allemagne est le premier pays pollueur d’Europe et continue d’ouvrir des centrales à charbon.

Bref, tu l’auras compris, le comportement de l’Allemagne vis-à-vis de la protection de l’environnement est riche en paradoxes. On va donc essayer de l’exposer clairement et succinctement ici.

 

2 – Petit point historique

1973 – Première crise pétrolière : prise de conscience des gouvernements occidentaux de l’importance de l’indépendance énergétique. Intensification des projets de construction des centrales nucléaires en Europe, qui s’opposent souvent à l’opinion publique.

1993 – Fusion des partis des Verts et de l’Alliance 90 : fondation du parti « Bündnis 90/Die Grünen », l’actuel parti écologiste allemand.

1998 – Arrivée du parti des Verts pour la première fois au gouvernement fédéral dans le cadre de la coalition avec le SPD.

2002 – Le gouvernement SPD/Verts mené par Gerhard Schröder décide de sortir du nucléaire d’ici 20 ans. Mais Angela Merkel proposera par la suite un délai jusqu’en 2040.

2011 – Catastrophe nucléaire de Fukushima. Deux mois après, 513 des 592 députés allemands votent pour la sortie totale du nucléaire d’ici 2022.

 

3 – Les enjeux actuels

La sortie du nucléaire : si la catastrophe de Tchernobyl a fortement marqué les Allemands, c’est la catastrophe nucléaire de Fukushima qui pousse le gouvernement allemand à sortir très rapidement du nucléaire. En effet, à peine deux mois après, 513 des 592 députés allemands votent pour la sortie totale du nucléaire d’ici 2022. Mais cette sortie du nucléaire va probablement coûter plus cher que prévu, tant d’un point de vue économique que d’un point de vue écologique.

Développer les énergies renouvelables : la transition énergétique fait partie des objectifs majeurs affichés par les derniers gouvernements allemands, d’autant plus que la sortie du nucléaire tend à favoriser l’ouverture de nouvelles centrales à charbon. Cependant, cette ouverture est de plus en plus compensée par le développement des énergies renouvelables. Actuellement, la part d’énergies renouvelables se porte à 40,6 %.

Baisser les émissions de CO2 tout en protégeant le dynamisme de l’économie allemande : l’Allemagne arrive largement en tête des pays européens en matière d’émissions de CO2 par habitant (deux fois plus que la France). Et contrairement aux idées reçues, la sortie du nucléaire n’augmente pas les émissions de CO2 de l’Allemagne, elle en ralentit simplement la baisse. Le nucléaire laisse place aux énergies renouvelables, mais ces dernières représentent d’importants investissements pour les fournisseurs d’énergie qui continuent à extraire du charbon.

 

4 – L’anecdote qui mettra des étoiles dans les yeux de ton correcteur

En 2015, la chaîne de hard discount Aldi Süd a décidé d’installer sur les toits de ses magasins des panneaux photovoltaïques. Grâce à ces panneaux solaires, les clients peuvent recharger leurs voitures à l’aide de bornes installées sur le parking du supermarché. Cette initiative a pour but d’encourager les possesseurs de voitures électriques à venir faire leurs courses chez Aldi Süd, tout en proposant une énergie propre pour recharger les voitures. En 2017, la marque, forte de son succès en Allemagne, a décidé de retenter cette expérience avec ses magasins au Royaume-Uni.

 

Point vocabulaire

– La sortie du nucléaire : der Atomausstieg

– La transition énergétique : die Energiewende

– L’éolienne : das Windrad

– L’effet de serre : der Treibhauseffekt

– Le réchauffement climatique : die Erderwärmung

– La pollution de l’air : die Luftverschmutzung

– L’émission de CO2 : der CO2-Ausstoß

– Les matières premières : die Rohstoffe

– La protection de l’environnement : der Umweltschutz

– La destruction de l’environnement : die Umweltzerstörung

 

Thème

  1. Les pays émergents, comme la Chine, ont souvent des réticences à renoncer au charbon en tant que source d’énergie.
  2. Les pays émergents prétendent que les énergies fossiles sont indispensables pour leur développement et disent que les pays industrialisés sont responsables de la plupart des émissions de CO2.
  3. La sortie du nucléaire n’augmente pas les émissions de CO2 de l’Allemagne, elle en ralentit simplement la baisse.
  4. Les énergies renouvelables sont aussi une chance pour la recherche et sont créatrices d’emploi pour l’économie allemande.
  5. La transition énergétique représente aussi une opportunité géopolitique pour l’Allemagne, car cela réduit sa dépendance énergétique.

 

Corrigé

  1. Die Schwelländer, wie China, sind oft zurückhaltend, die Kohle als Energiequelle zu verzichten.
  2. Die Schwelländer behaupten, die fossilen Energien seien unverzichtbar für ihre Entwicklung und sagen, dass die Industrieländer verantwortlich für den meisten CO2-Ausstoß sind.
  3. Der Atomausstieg erhöht nicht den CO2-Ausstoß von Deutschland, er verlangsamt nur seinen Rückgang.
  4. Die erneuerbaren Energien sind auch eine Chance für die Forschung und ein Jobmotor für die deutsche Wirtschaft.
  5. Die Energiewende stellt auch eine geopolitische Gelegenheit für Deutschland dar, weil es seine energische Abhängigkeit reduziert.

Clémence Desrousseaux