Analyse d’un ouvrage – The Metamorphosis, Franz Kafka Analyse d’un ouvrage – The Metamorphosis, Franz Kafka
Pour les écrits comme les oraux, il est parfois judicieux de faire des références littéraires afin d’appuyer son propos. Je te propose ici une... Analyse d’un ouvrage – The Metamorphosis, Franz Kafka

Pour les écrits comme les oraux, il est parfois judicieux de faire des références littéraires afin d’appuyer son propos. Je te propose ici une petite analyse d’un ouvrage de Franz Kafka, suivie du vocabulaire utile qui te permettra d’en parler facilement in English. Enjoy !

 

Résumé

Publié en 1915, La Métamorphose est l’un des récits les plus aboutis de Franz Kafka.

La nouvelle décrit la métamorphose et les mésaventures de Gregor Samsa, un commercial qui se réveille transformé en un « monstrueux insecte » ayant pourtant gardé toute conscience humaine.

Au matin, c’est tout d’abord la famille de Gregor qui vient s’enquérir de son état, ce dernier ne s’étant pas réveillé. Quand son patron lui rend visite deux heures après, Gregor parvient enfin à se lever et à passer sa tête à travers l’entrebâillement de la porte. En découvrant l’apparence de son employé, le patron hurle de peur et prend la fuite, et sa mère s’évanouit. Son père, quant à lui, s’empare de la canne du patron restée là et chasse violemment Gregor.

Dans la seconde partie du récit, Kafka nous raconte que c’est sa sœur Grete qui nourrit Gregor quotidiennement, alors que son père devient de plus en plus virulent. Incapable de travailler, l’appartement familial est donc sous-loué à trois locataires, et toute la famille est contrainte de chercher du travail. Obligé de se cacher, Gregor exprime tout de même le désir fort de se montrer et de ne pas rester reclus dans sa chambre.

Un soir, attiré par la musique que sa sœur joue au violon, il sort de sa chambre, mais se fait débusquer par les locataires, qui prennent la fuite sans payer. La décision est unanime : se débarrasser de Gregor. Ce dernier est malheureusement retrouvé desséché le lendemain, et la famille, à peine attristée, décide de prendre un nouveau départ. Les parents remarquent que leur fille s’est épanouie et qu’il serait temps de la marier.

 

Analyse

Les premières lignes du récit peuvent surprendre. En effet, la transformation de Gregor Samsa en insecte n’est pas ce qu’il y a de plus déroutant pour le lecteur ; le vocabulaire utilisé pour la décrire est ordinaire et elle paraît tout à fait banale. Cette métamorphose apparaît rapidement comme l’allégorie d’une révolte individuelle contre une certaine société, le refus de mener une existence dépourvue de sens, et ce notamment à un niveau professionnel.

Nous apprenons au fur et à mesure du récit que cette sensation d’emprisonnement a en fait précédé sa transformation. Gregor était un commercial qui ne cessait de voyager, et dont la vie était si fatigante physiquement qu’elle prenait le pas sur sa vie privée. Il n’avait pas le temps de se construire des amitiés durables et ne pouvait pas laisser tomber son employeur, car il devait rembourser les dettes de ses parents. Son aliénation due à sa métamorphose peut être donc considérée comme une extension de l’aliénation qu’il éprouvait en tant que personne, dans le passé.

Au fond de son lit, même si son corps n’agit pas, Gregor pense. Il se rend compte à quel point le monde est impitoyable quand la Maison du Commerce envoie son patron le sortir du lit : l’employeur ne laisse pas son employé souffler un instant et l’enfonce encore davantage en l’accusant d’avoir volé de l’argent dans la caisse.

Cependant, même transformé en insecte, Gregor exalte de bonté, de douceur et de gentillesse ; il est bienveillant. Par exemple, il se couvre d’un tissu pour ne pas heurter la vue de sa mère, ou il est pris de chagrin quand il entend sa famille parler de leurs difficultés financières.

D’ailleurs, la famille Samsa ne semble être préoccupée que par l’argent : les parents évoquent sans cesse leurs nombreuses dettes (dont on ne connaît pas l’origine) ou comment pallier l’absence des revenus de Gregor. Kafka dénonce par là une certaine classe sociale bourgeoise, que Karl Marx décrit comme ayant « déchiré le voile de sentimentalité qui recouvrait les relations de famille en les réduisant qu’à de simples rapports d’argent ». La déshumanisation de Gregor atteint son paroxysme.

À la fin du récit, l’aliénation des Samsa, la perte de ce qui fait d’eux des humains, est à son comble. Grete, celle à qui Gregor tenait le plus au sein de cette famille, se révèle être la plus cruelle envers lui. Elle lui nie ce statut fraternel et déclare : « devant ce monstre, je n’ai pas l’intention de prononcer le nom de mon frère, c’est pourquoi je dirai simplement ceci : nous devons nous en débarrasser ».

Les rôles semblent donc inversés : cette famille d’insectes déguisés en humains, ayant déshumanisé leur fils pourtant bienveillant, peut continuer son existence librement. Kafka clôture sa nouvelle sur la citation suivante, démontrant ce point : « confortablement assis et bien calés contre leurs dossiers, ils évoquèrent leurs perspectives d’avenir, et il se trouva que celles-ci, à y regarder de plus près, n’étaient pas si mauvaises, car leurs emplois à tous les trois, dont ils ne s’étaient au fond encore rien dit, étaient des plus intéressants et prometteurs, surtout à long terme ».

 

Vocabulaire

  • Une métamorphose : a metamorphosis/a change/a transformation
  • Consciencieux : conscientious
  • Des heures de présence : hours of attendance
  • Des heures de travail : hours of duty
  • Enthousiaste : enthousiastic
  • Être attentif aux détails : to show attention to details
  • Faire carrière dans : to make one’s career in
  • Fiable/digne de confiance : reliable
  • Ponctuel : punctual/timekeeper
  • Travailleur : hard-working
  • Un insecte : a bug

Pierre Ducasse

Après 2 ans de prépa ECS au Lycée Saint-Vincent Rennes, je suis étudiant en première année à ESCP Business School