Les 10 points clés du programme de Biden Les 10 points clés du programme de Biden
Le 20 janvier prochain, Joe Biden prendra la place de Donald Trump à la Maison-Blanche. Mais es-tu bien certain de connaître ce que contient... Les 10 points clés du programme de Biden

Le 20 janvier prochain, Joe Biden prendra la place de Donald Trump à la Maison-Blanche. Mais es-tu bien certain de connaître ce que contient le programme de l’ex-candidat démocrate ? Avec le soutien de la Chambre et du Sénat, le futur président aura en effet les mains libres pour appliquer les propositions défendues tout au long de la campagne. Alors, si tu souhaites savoir ce qui attend les États-Unis pour les quatre années à venir, tu ne peux manquer cet article sous aucun prétexte !

 

1. Plan de lutte contre la Covid-19

L’épidémie de coronavirus sera à l’évidence le dossier brûlant qui attendra Joe Biden dans le bureau ovale. La priorité du nouveau président sera de faire passer une loi au Congrès pour financer une campagne nationale de tests aux résultats rapides. Biden compte également généraliser le port du masque, en l’imposant notamment dans les transports entre États et les bâtiments fédéraux. Avec l’expertise du docteur Fauci, auquel Biden a réitéré sa confiance, il cherchera également à relocaliser au maximum l’industrie de la santé pour produire massivement des doses de vaccin, dont l’administration devrait être, à en croire les promesses électorales du camp démocrate, entièrement gratuite.

 

2. Plan de relance

La crise sanitaire actuelle est également une crise économique. Pour lutter contre les effets de celle-ci, l’administration Biden souhaite faire voter un plan de relance ambitieux, d’un montant approchant les 700 milliards de dollars. L’objectif est de créer ainsi près de quatre millions d’emplois en l’espace de cinq ans, pour faire reculer le taux de chômage, aujourd’hui établi à 8 %.

Les 700 milliards de dollars du plan de relance devraient être répartis en deux grandes catégories. Environ 400 milliards seront destinés aux achats de produits américains par le gouvernement fédéral. Les 300 milliards restants devraient être investis dans la recherche (5G, intelligence artificielle…).

 

3. Fiscalité

Ce plan de relance devrait notamment être financé par une hausse des impôts. Le taux maximal d’imposition pour les particuliers passera à cet effet de 37 % à 39,6 %. Les individus touchant plus d’un million de dollars à l’année seraient désormais taxés autant sur leurs investissements que sur leurs salaires. À l’inverse, Joe Biden s’est engagé à ne pas augmenter d’un centime les impôts de tous les Américains touchant moins de 400 000 dollars.

C’est donc essentiellement sur les grandes entreprises que vont se concentrer les évolutions fiscales. Les entreprises au sens large devraient en effet contribuer à hauteur de 2 000 milliards de dollars d’impôts sur la prochaine décennie. Le taux moyen d’imposition remonterait à 28 % (35 % sous Obama, 21 % sous Trump) à partir de 2021. La taxe sur les bénéfices réalisés à l’étranger pourrait quant à elle doubler. Enfin, les entreprises favorisant la création d’emplois aux États-Unis (c’est-à-dire celles n’ayant pas recours à des délocalisations abusives) se verront accorder des crédits d’impôt généreux là où les autres devraient être pénalisées.

 

4. Lutte contre la pauvreté et les inégalités

L’une des mesures sociales les plus attendues du programme de Joe Biden est l’augmentation du salaire minimum. Celui-ci pourrait en effet doubler, passant de 7,25 à 15 dollars de l’heure. La protection des droits du travail sera assurée par le retour de syndicats forts : le clan démocrate souhaite ainsi sanctionner les entreprises entravant la représentation syndicale, divisée par trois en l’espace de 80 ans. Biden pousse aussi pour une plus forte régulation des emplois associés à la « gig economy » (les emplois précaires ou petits boulots) et pour clarifier le statut de travailleur indépendant.

Sur le plan social, Biden souhaite également s’engager sur les questions d’éducation. Son projet préconise de rendre gratuites les deux premières années d’études supérieures pour les étudiants issus de familles modestes. Son administration souhaite également augmenter les financements destinés aux écoles situées dans des quartiers modestes. Il promet également de s’attaquer aux problèmes épineux de la dette et de la santé mentale des étudiants.

 

5. Santé

Si Biden s’est dit défavorable à un système de couverture médicale universelle (comme le proposaient notamment E. Warren et B. Sanders), celui-ci souhaite néanmoins prolonger la logique de l’Obamacare et même aller plus loin dans l’offre de couverture sociale. Biden se donne pour objectif de faire baisser les dépenses de santé pour les particuliers, pour qu’une famille n’ait jamais à dépenser plus de 8,5 % de ses revenus dans son assurance maladie. Pour cela, il propose des crédits d’impôt pour les familles aux revenus modestes choisissant des assurances privées, tout en élargissant la gamme des programmes d’assurance publique.

 

6. Climat

Joe Biden refuse de prendre l’urgence climatique à la légère. L’une de ses premières mesures serait ainsi de réintégrer l’Accord de Paris sur le climat que son prédécesseur avait quitté. En développant massivement les énergies renouvelables (1 700 milliards de dollars d’investissements sur 10 ans, financés en partie par l’annulation des subventions au secteur fossile), Biden entend réconcilier les logiques économiques et environnementales pour ainsi créer 10 millions d’emplois dans le secteur du renouvelable. L’objectif que se fixe son administration est d’atteindre une économie à « zéro émission » d’ici 2050.

 

7. Modernisation des infrastructures

À l’instar de Donald Trump, qui proposait lui aussi un vaste plan de développement d’infrastructures, Joe Biden souhaite moderniser le pays avec près de 1 300 milliards de dollars d’investissements sur 10 ans. Cette somme comprend notamment un plan d’urgence d’une cinquantaine de milliards de dollars pour réparer les routes et autoroutes en mauvais état. Biden souhaite également favoriser le développement du secteur ferroviaire, domaine dans lequel les États-Unis sont très en retard.

 

8. Justice et immigration

En matière d’immigration, le président démocrate s’est engagé à annuler « dès le premier jour » le muslim bandécret pris par Trump pour interdire l’accès au territoire pour les ressortissants de plusieurs pays au Moyen-Orient. Biden souhaite augmenter le nombre de réfugiés accueillis chaque année et propose par ailleurs de faciliter l’accès à la nationalité pour près de 11 millions d’immigrants ainsi que pour 700 000 jeunes arrivés dans le cadre du programme « Dreamers » sous Obama.

Face à un système pénal devenu selon lui « hors de contrôle », le nouveau président américain s’est également engagé à mener une grande réforme judiciaire. Pour cela, il devrait nommer une commission bipartisane chargée de lui faire des propositions afin de rendre le système plus humain.

Sur la question du port d’armes, Biden souhaite interdire la vente des fusils d’assaut. Le contrôle des antécédents des éventuels acheteurs se verra également renforcé.

Enfin, Joe Biden s’est dit favorable à la décriminalisation de la consommation de cannabis. En la matière, il laissera toutefois les États décider d’une éventuelle légalisation.

 

9. Questions raciales

Porté par le vote des minorités lors de son élection, Biden est attendu au tournant sur les sujets raciaux et identitaires. Le choix de Kamala Harris à la vice-présidence est à ce titre hautement symbolique. Le duo présidentiel prévoit notamment d’injecter 50 milliards de dollars pour financer les projets d’entrepreneurs « bruns et noirs ». Biden, qui s’est montré amical envers le mouvement Black Lives Matter, devrait ainsi faire de la lutte contre les inégalités liées à la couleur de peau un thème phare de sa présidence.

 

10. Politique extérieure

Biden souhaite poursuivre la logique de désengagement militaire mais renouer avec le multilatéralisme. Il devrait notamment adopter une position moins ferme que D. Trump face à l’Iran et Cuba. Il s’est également prononcé contre le transfert de l’ambassade américaine à Israël vers Jérusalem. Biden devrait aussi permettre aux États-Unis de ne pas quitter l’OMS (contrairement à ce qu’avait annoncé D. Trump au printemps) et de revitaliser l’OTAN, délaissée par son prédécesseur.

 

Voilà pour le programme de Joe Biden ! Te voilà désormais armé pour répondre à toutes les questions sur celui-ci, à l’écrit comme à l’oral. Mais ne t’arrête pas en si bon chemin ! N’hésite pas à consulter toutes nos ressources pour les épreuves d’anglais que tu peux retrouver ici !

Pierre Faury

Etudiant à HEC Paris