Progresser en anglais : hard method vs soft method Progresser en anglais : hard method vs soft method
Quel que soit votre niveau actuel, progresser en anglais est un impératif en prépa HEC : fortement coefficientée à l’écrit puis à l’oral, la... Progresser en anglais : hard method vs soft method

Quel que soit votre niveau actuel, progresser en anglais est un impératif en prépa HEC : fortement coefficientée à l’écrit puis à l’oral, la langue de Shakespeare vous sera tout aussi utile dans votre vie d’étudiant en école dans quelques temps (patience !). Voici donc deux méthodes bien distinctes pour y parvenir. Rassurez-vous, pas de risque de choisir la mauvaise : elle ont toutes deux bien fait leurs preuves. Néanmoins, c’est à vous de définir laquelle est la plus efficace pour vous. Et puis, personne n’a dit qu’elles étaient inconciliables. Un subtil mélange des deux, voilà peut-être la formule gagnante ;)…

La Hard Method :  Âmes sensibles s’abstenir

Cette méthode est réservée aux élèves qui galèrent vraiment en langues, aux minorants qui rêvent d’avoir 10 aux concours en anglais (et qui peuvent avoir 15 croyez-moi). Ici je vais en fait détailler ma méthode, car je considère que si elle m’a permis de passer de 6 en anglais CCIP LV1… à 15 l’année suivante, c’est que vous pouvez le faire aussi.

 

Analyse stratégique de l’épreuve d’Anglais CCIP :

Premièrement, on passe un concours, ne l’oubliez pas. Cela signifie qu’on ne vous demande pas d’être bon, mais d’être bon sur une épreuve. D’où l’importance de décomposer l’épreuve en question.

  1. Le thème.
  2. La version.
  3. Les essais. (On peut compter la question de compréhension comme une sorte d’essai, dans lequel on répond à une question sur le texte.)

Les questions à se poser quand on démarre la prépa et qu’on a de mauvaises notes :

Où suis-je le plus nul ? = Est-ce que c’est en A, en B ou en C que j’ai le plus de points à gagner ? 😀

Ensuite vous établissez votre plan d’attaque avec une rage de fauve pour passer de noob à (quasi)-bilingue.

 

  1. Le thème.

Ce que je prône, c’est de tout simplement s’entrainer sur des thèmes d’annales. Pour être super fort(e)s en grammaire un truc utile est d’apprendre par coeur des phrases ECRICOME. Mais surtout, le plus important est de faire en 50 minutes (pour avoir 10 minutes de relecture) un thème CCIP assez régulièrement. Par exemple deux fois par semaine : 1 le lundi soir et 1 autre le jeudi soir… Si vous avez un gentil professeur prêt à vous corriger ces thèmes en extra, c’est le top ! Sinon contentez-vous du corrigé et soyez assez sévères avec vous même. Si vous avez fait 10 fautes la première fois, visez 9 la fois suivante etc.

Ensuite pour progresser et ne pas refaire les mêmes fautes… entourez, surlignez ou fichez les bonnes traductions et relisez-les chaque samedi matin par exemple. Faites-le toujours en vous amusant, moi par exemple je les rappais car j’aime le rap… À vous de trouver votre manière d’apprendre :-).

 

  1. La version.

Je vous recommanderais de la bosser autant que le thème. On se dit souvent tranquille c’est la version, j’dois écrire en français, en plus je comprends bien l’anglais… Mais rappelez-vous que vous êtes notés par rapport aux autres. Et que les barèmes des jurys sont ultra relous… Si vous oubliez un accent circonflexe gare à vous…

De plus, la bosser vous fera bosser la question de compréhension également, car dans les textes anglais en général il y a des tournures qu’un français ne comprend pas. Il doit donc s’habituer à trouver des parades ou à comprendre le sens et à faire le lien avec une expression française très proche.

 

  1. Les essais.

Je pense que lorsqu’on est bons en thème/version (=bons en grammaire et compréhension) on a aucune excuse pour être mauvais en essais. En vrai c’est simple, soit vous avez de la civi sur la question et vous êtes inspirés, soit vous n’en avez pas et vous devez juste réfléchir, tenter d’être logique en ne disant pas de banalités.

Mais il y a quand même un bon moyen de progresser et de mesurer sa progression : faire un essai par semaine et le rendre à un professeur ou à un ami super fort dans la matière. Prenez chaque semaine des sujets différents, du classique (Brexit) au WTF (la philanthropie), et entrainez-vous à faire vos essais en 50 minutes, en mode coucours… Une belle écriture, une intro stylée, un fait d’actu, un fait historique, un trend et/ou un fait culturel (le binge-drinking, une chanson des Beatles… Ils adooooooooorent !).

 

 

La Soft Method   

 

Attention à ne pas se faire trop d’illusion. Tout est relatif… Soft oui, mais Soft dans le contexte de la prépa surtout

Il existe différentes méthodes pour progresser en anglais, si comme moi vous avez une aversion pour la grammaire je vous conseille tout de même de réserver quelques créneaux de votre planning pour faire des thèmes et des versions. Je vous encourage à faire un thème et une version par semaine (minimum, et plus si affinité) et de noter toutes vos fautes récurrentes en prenant le soin de les corriger. C’est pour ça qu’un cahier dédié à cet exercice me paraît indispensable. Les phrases de grammaires proposées dans les annales Ecricome sont idéales pour ce type d’exercice.

Cette méthode m’a permis de passer de 9 à 18.5 en anglais Ecricome, et de 9 à 13.5 pour le concours BCE, elle m’a surtout aidée à aborder les oraux sereinement avec un vocabulaire adapté et varié, j’ai par exemple eu 19 à l’oral d’anglais de l’EDHEC et 18 à GEM.

 

Classique : regarder des séries en anglais

En ce qui concerne les méthodes « chill » pour progresser en anglais, on pense bien évidemment tous aux séries mais attention à ne pas mettre les sous-titres en français… Il faut également penser à noter (sur votre téléphone) les mots qui vous semblent intéressants et réutilisables.

Un site est particulièrement utile: www.ororo.tv (l’onglet tv shows, vous aurez droit à un épisode par jour pour la version gratuite)

 

 

Regarder des TED talks/écouter des podcasts :

Sur ce site on trouve également les fameux TED talks mais bien évidemment aussi sur le site officiel: www.ted.com/talks

  Qu’est ce que c’est ? (Source Wikipédia)

Les conférences TED (Technology, Entertainment and Design) sont une série internationale de conférences créée pour diffuser des « idées qui valent la peine d’être diffusées » (en anglais : « ideas worth spreading »).

Ils abordent souvent des sujets d’actualité. Par exemple, une conférence sur les Panama papers a été réalisée: https://www.ted.com/talks/robert_palmer_the_panama_papers_exposed_a_huge_global_problem_what_s_next

Encore une fois je vous conseille de mettre le sous-titre en anglais, de résumer l’essentiel du contenu en quelques phrases mais également de noter des expressions idiomatiques à réutiliser à l’oral comme à l’écrit. Par exemple, de ce court exposé on peut retenir :

-It lifts the veil on a tiny piece of the secretive offshore world

-A lot of people find this entire world baffling and confusing

-To stash assets offshore

-Scammers (escrocs)

-It has allowed scammers to rip off vulnerable investors

-The system entrenches corruption (la corruption est ancrée/ enracinée dans le système)

D’autres sites proposent des podcasts pour apprendre l’anglais.

Sur ce site par exemple : http://learningenglish.voanews.com vous pouvez choisir le niveau de difficulté: Level one pour les débutants, level two pour les plus avancés et enfin level three.

 

 

Indispensable : Lire des articles en anglais (Et oui c’est fun)

Un des derniers conseils mais pas des moindres pour progresser en anglais : lire des articles sur des thèmes d’actualité ou des thèmes qui tombent souvent comme la technologie, les migrations, les discriminations positives, le climat, the milennials etc. Il faut évidemment faire des fiches thématiques, avec le vocabulaire appris ainsi que préparer des phrases d’accroche.

Ce site est incontournable pour progresser en anglais, des textes proposés ont mêmes été donnés aux vrais oraux : http://eman.free.fr/prepa-colle/cpge-bce-ccip-edhec/cpge-bce-ccip-edhec.html

On tend trop souvent à négliger les langues en prépa, occupé à ficher l’ESH/ Géopolitique, à faire des annales de maths etc… Mais croyez moi, c’est le meilleur des investissements, il suffit juste de les travailler intelligemment. Car non seulement quand on s’y met on progresse vite mais aussi et surtout elles constituent un véritable obstacle pour ceux qui les ont négligés -au profit des maths et autres matières- lors des épreuves orales. Il ne faut pas perdre de vue que les épreuves écrites ne constituent qu’un premier mur à abattre et que les oraux restent déterminants, d’où la nécessité de travailler les langues régulièrement car tôt ou tard vous allez devoir y faire face…

Il est donc primordial de lire des articles pour vous familiariser avec le style journalistique. Encore une fois ça ne sert à rien de lire 5 textes par jours sans rien noter car vous aller tout simplement ne rien retenir, il s’agit d’être efficace : lire un seul article en retranscrivant les expressions idiomatiques et le nouveau vocabulaire.

Je vous donne un exemple des expressions que j’ai souvent utilisées pendant les concours :

To make great strides : faire de grands pas, s’améliorer

To gather momentum : prendre de l’ampleur, progresser

It is a given that : il est clair/ acquis que…

The crux of the problem according to the journalist is that… : l’essentiel du problème

That belief is so deeply entrenched in their culture that no one has questionned it before

To be prone to + (V+ ing) : être enclin à, être susceptible de…

It all boils down to : tout cela revient à

It all boils down to one question

It all boils down to money

It is part and parcel of… : faire partie intégrante de

To start from scratch : partir de zéro

To pay lip service : manifester un intérêt de pure forme, ne prêter aucun intérêt

« All too often decision makers do nothing more than pay lip service to these issues »

 

 

Lire en anglais pour les plus motivés:

Enfin, si vous aimez lire, je vous conseille de mettre vos vacances au profit de cette activité reposante.

Une petite sélection non exhaustive :

-Brave New World, Aldous Huxley

-1984, George Orwell

-Frankenstein, Mary Shelley

– Bartleby, the Scrivener – A Story of Wall Street, Melville

-Nouvelles d’Oscar Wilde

-Dubliners de James Joyce

-etc

 

 

La technologie au service de la productivité :

En prépa, le mot d’ordre est l’efficacité. Il ne s’agit pas de travailler plus que les autres mais de travailler mieux que les autres, de travailler intelligemment. Pour ce faire, je vous invite à utiliser toutes les ressources dont vous disposez et de télécharger des applications comme Brainscape (pour Iphone), Anki ou encore Interlex qui vont vous permettre de faire des fiches de vocabulaires collectives et de tester vos connaissances au quotidien. Ce sont des applications qui révolutionnent les méthodes d’apprentissage. Pour faire court : vous ajoutez les matières que vous souhaitez réviser, vous tapez l’ensemble des connaissances que vous voulez retenir sur des flashcards, et ensuite vous vous tester.

 

Don’t stop believing !

Cheers.

 

Nicolas Balestat (hard method) & Rabab Bourkouli (soft method)

 

Nicolas Balestat