Les 10 événements du monde hispanique à ne pas manquer cette année Les 10 événements du monde hispanique à ne pas manquer cette année
Salut à toi jeune préparationnaire ! Nous espérons que ta rentrée s’est bien passée et que tu es d’attaque pour commencer cette année malgré... Les 10 événements du monde hispanique à ne pas manquer cette année

Salut à toi jeune préparationnaire ! Nous espérons que ta rentrée s’est bien passée et que tu es d’attaque pour commencer cette année malgré le contexte particulier que l’on connaît tous. Que tu sois en bizuth, carré ou cube, il te sera essentiel de suivre l’actualité pendant les prochains mois, et en particulier certains événements que nous te répertorions ci-dessous. Cela te servira pour avoir des accroches et des exemples pertinents aussi bien en colle qu’en DS et aux concours ! Mais surtout, bien saisir les enjeux de chaque pays du monde hispanophone est essentiel pour répondre de la manière la plus pertinente possible aux questions d’expression écrite.

 

Petit rappel des ressources les plus complètes et efficaces pour suivre l’actualité du monde hispanique :

– Le site et l’application El País (pense à activer les notifications !)

La Vanguardia

RTVE (notamment la section « informe semanal » !)

 

C’est parti pour l’annonce et la remise en contexte des 10 événements à ne pas manquer cette année !

 

1) Les élections pour le Parlement de Catalogne

On commencera l’année avec l’un des sujets les plus calientes de l’actu du monde hispanique : la crise politique catalane.

Pour rappeler quelques éléments de contexte, le président de la généralité catalane Quim Torra a été condamné fin 2019 par le tribunal suprême pour désobéissance (il avait refusé de retirer des symboles indépendantistes d’édifices publics de la région, notamment les fameux rubans jaunes) et risque donc fortement d’être destitué et de ne pas terminer son mandat – qui devait officiellement s’achever fin 2021. Avant d’être dans l’incapacité d’agir, et sous l’impulsion de Carles Puigdemont, Quim Torra a donc dissous le Parlement catalan et a décidé d’organiser de nouvelles élections, qui se tiendront très probablement le 4 octobre prochain selon des sources proches des deux hommes, et qui visent à y renforcer la présence des séparatistes.

Mais n’oublie pas qu’aux tensions politiques au Parlement s’ajoutent des divisions internes au sein même du mouvement indépendantiste ! Ces élections seront donc l’occasion pour les partis de Puigdemont (Junts Per Catalunya) et d’Oriol Junqueras (ERC) de tenter un rapprochement malgré leurs nombreuses divergences. Pour te rafraîchir la mémoire sur l’histoire du mouvement indépendantiste catalan, consulte cet ancien article rédigé par nos soins.

 

2) Les élections générales et présidentielles anticipées en Bolivie

Quelques semaines plus tard, le 18 octobre précisément, il te faudra suivre d’autres élections : celles organisées en Bolivie pour élire le président de la République, son vice-président ainsi que les 132 membres du Parlement.

Ces élections doubles, répondant au système électoral appelé « ley de lemas », ont lieu cette année de manière anticipée : elles ont été convoquées par la présidente de la République par intérim, Jeanine Añez, qui a pris ses fonctions le 12 novembre, deux jours après la démission forcée de l’ancien président Evo Morales.

Pour rappel, sa tentative de briguer un quatrième mandat avait échoué car l’élection du 20 octobre 2019 s’était avérée frauduleuse (son propre parti, le MAS, l’avait d’ailleurs reconnu) et il avait été contraint à l’exil.

Les élections à venir devraient donc résoudre rapidement cette crise politique et les controverses au sujet de Morales : une loi promulguée par Añez fin novembre 2019 lui interdit de se présenter à nouveau. Rappelons cependant les défis importants que connaît la Bolivie et qui seront les enjeux de ce rendez-vous électoral : la réduction de la pauvreté, l’accès aux ressources naturelles vitales comme l’eau potable, l’adaptation au changement climatique, l’éducation, etc.

 

3) Le référendum constitutionnel au Chili

Le mois d’octobre sera décidément riche en événements politiques ! Le 25 octobre, la population chilienne sera amenée à voter lors d’un référendum au sujet du changement de la constitution.

Tu as certainement entendu parler (ou étudié en cours !) de la vague de violentes protestations qui ont commencé le 18 octobre ; si leur élément déclencheur fut l’augmentation du prix du ticket de métro, ces manifestations révèlent de façon plus profonde l’inadaptation du modèle de développement choisi et défendu par le Chili aux réalités que connaissent ses habitants.

Le Chili est une des premières puissances économiques d’Amérique du Sud ; toutefois, son développement fondé sur le modèle néolibéral (inspiré par les recommandations du consensus de Washington) et négligeant les aspects sociaux – notamment la réduction des inégalités – n’est plus d’actualité alors qu’il s’imposait naturellement dans les années 1980 sous Pinochet. La privatisation des ressources empêche aujourd’hui de nombreux citoyens d’avoir accès à des services basiques, tels que l’éducation ou la santé.

La Constitution chilienne a joué un rôle important dans l’ancrage de cette hiérarchie, autorisant des liens étroits entre le gouvernement et les entreprises et oubliant totalement la dimension d’État-providence que l’on peut attendre d’un pays développé comme le Chili ; c’est pourquoi l’avis du peuple sera demandé sur un changement ou non de constitution ainsi que, le cas échéant, sur l’organe que les citoyens estimeront le plus à même de la rédiger (assemblée constituante ou commission parlementaire mixte).

 

4) Les élections législatives au Venezuela

Un autre événement à ne pas manquer, surtout dans le contexte politique, social et économique du pays : les prochaines élections législatives du Venezuela seront organisées le 6 décembre.

Il peut être intéressant pour toi de savoir que les pays d’Europe ainsi que les États-Unis ont annoncé qu’ils n’en reconnaîtraient pas les résultats, car elles ne sont pas organisées de façon suffisamment juste et transparente. La légitimité du gouvernement de Nicolás Maduro (encore président officiellement, rappelons-le) ne cesse d’être attaquée, tandis que Washington réaffirme son soutien au président autoproclamé et par intérim Juan Guaidó.

 

5) Le lancement du forum d’ONU Femmes au Mexique

Après une année 2020 marquée par le chaos provoqué par la Covid-19, un élan d’espoir couvre l’attente de 2021 et l’optimisme sera de mise dès le premier semestre, avec l’organisation du Forum d’ONU Femmes (également appelé Forum Génération Égalité), dont les dates ne sont pas encore connues précisément.

Son lancement aura lieu à Mexico, ce qui a une portée relativement symbolique compte tenu des très nombreuses violences faites aux femmes et restées impunies dans ce pays pourtant développé. Quelques données chiffrées : les 2/3 des femmes et des filles de moins de 15 ans ont déjà connu des violences liées à leur sexe ; malgré les promesses du président López Obrador (AMLO), 2019 fut l’année la plus violente de l’histoire mexicaine récente.

Le forum, organisé chaque année, est l’occasion d’un rassemblement mondial autour de la mobilisation pour l’égalité entre les sexes et la reconnaissance des droits de la femme.

 

6) La diffusion d’un vaccin contre le coronavirus par l’Argentine et le Mexique

Poursuivons cette vague d’optimisme avec cette annonce du président argentin Alberto Fernández : l’Argentine et le Mexique s’engagent à produire et à distribuer dans toute l’Amérique latine (à l’exception du Brésil), au cours du premier trimestre, le vaccin contre la Covid-19 élaboré par le laboratoire anglo-suédois AstraZeneca.

AMLO et les porte-parole de son gouvernement ont également insisté sur le caractère gratuit et accessible à tous de ce vaccin pour les citoyens mexicains. Rappelons que l’Amérique latine et les Caraïbes ont été les plus touchées par la pandémie, avec plus de 225 000 décès pour cinq millions de cas.

Avec cette décision, l’Argentine et le Mexique souhaitent indéniablement renforcer leur place et leur puissance économique et diplomatique au sein de la région, malgré les difficultés sociales que connaissent aujourd’hui les deux pays.

 

7) L’élection présidentielle en Équateur

Bien que l’Équateur ne soit pas le pays le plus étudié en cours d’espagnol (surtout en LV2), sa situation politique et économique – notamment en termes de ressources énergétiques – fournit de nombreux exemples qui peuvent faire la différence. Tu as donc tout intérêt à suivre son actualité ! Et ça tombe bien, l’année prochaine (le 7 février 2021) aura lieu l’élection la plus importante du pays : la présidentielle.

Pour mémoire, l’ancien président Rafael Correa – qui a gouverné de 2007 à 2017 – a été condamné l’année dernière à huit ans de prison pour « corruption aggravée » (et notamment l’illégalité du financement de son parti Alianza País). Il ne pourra donc pas être candidat à cette élection à laquelle l’actuel président, Lenín Moreno, se représentera sans doute. Rappelons que Lenín Moreno est l’ancien vice-président de Correa, mais qu’il s’est considérablement détaché de son idéologie depuis qu’il est arrivé au pouvoir en 2017, privilégiant un modèle néolibéral.

 

8) Raúl Castro quittera ses fonctions de secrétaire général du parti unique

C’est la fin de 62 ans d’influence castriste à Cuba. Le 19 avril, le frère cadet de Fidel Castro, Raúl, devrait quitter ses fonctions de premier secrétaire du PCC (Parti communiste de Cuba) et ainsi mettre un terme définitif et symbolique à l’ère Castro. Symbolique, car depuis 2018, c’est le président Miguel-Díaz Canel qui succède à la fratrie révolutionnaire et qui doit composer avec ce que l’on nomme la « dualidad cubana » : son action s’inscrit à la fois dans la continuité de ce qu’ont fait les Castro, donc une forme de conservatisme, et dans le renouveau politique ainsi que dans l’ouverture économique internationale.

Pour davantage de détails sur la chronologie des actions et des évolutions idéologiques des gouvernements des Castro, n’hésite pas à jeter un œil à cet article de Major-Prépa.

 

9) Les élections présidentielles et législatives au Pérou

Les élections conjointes présidentielles et législatives auront lieu en avril 2021, le 21 très probablement bien que d’autres sources annoncent la date du 11. Celles-ci ne sont pas inattendues, contrairement aux élections législatives anticipées convoquées en janvier 2020 par Martín Vizcarra, président actuel, après avoir dissous le Parlement. Elles avaient donné lieu à une victoire d’Acción Popular (le principal parti de gauche) et à une large défaite de Fuerza Popular, le parti fujimoriste.

À ce sujet, nous te conseillons de consulter cet article très complet sur l’histoire récente du Pérou et sur le mandat d’Alberto Fujimori. Il s’agira cependant pour toi de suivre ces élections pour comprendre ce qui s’y joue ainsi que le panorama politique complexe du Pérou, afin d’en parler dans tes colles ou au concours (qui se déroulera juste après s’il n’est pas reporté pour cause de Covid…) et de te démarquer de tes concurrents qui préféreront aborder des pays plus « classiques ».

 

10) Le 50e anniversaire du massacre de Corpus Christi au Mexique

On termine avec un événement un peu plus « original » car il ne sera pas forcément relayé par les médias, mais qui peut constituer une accroche pertinente lors d’un devoir. Le 10 juin 2021 sera le jour du 50e anniversaire du massacre de Corpus Christi, également appelé « El Halconazo ». Le 10 juin 1971, jour de la fête de Corpus Christi, des étudiants mexicains ont organisé une manifestation d’une immense ampleur pour protester contre le gouvernement de Luis Echeverría Alvarez qui ne respectait pas sa promesse d’engager un véritable dialogue démocratique avec eux. Mais ils sont brutalement arrêtés et attaqués par les « Faucons », un groupe entraîné par Direction fédérale de la sécurité mexicaine, et s’ensuit une contre-attaque avec des armes à feu utilisées dans les deux camps. Le bilan est très lourd : 120 victimes, dont un enfant de 14 ans. L’événement a toujours été nié et aucun responsable n’a été reconnu ; 50 ans après, le Mexique connaît toujours une violence extrême perpétrée par les détenteurs de cartels de drogue envers la population, et ces faits restent le plus souvent impunis.

 

Conclusion et lexique utile

Nous espérons que cet article te sera utile pour anticiper les quelques éléments de civilisation qui pourront attirer ton attention dans les journaux et que tu pourras ainsi les réemployer plus aisément !

Voici justement quelques mots de lexique pour t’aider :

  • Une élection : Una elección
  • Le vote (fait de voter) : La votación
  • Le vote (dans le sens de voix) : el voto
  • Le parlement : El parlamento
  • Dissoudre : Disolver
  • Divergence : Discrepancia
  • Ressources : Recursos
  • Défi : Desafío
  • Enjeu : Reto
  • Citoyen : Ciudadano
  • Violences faites aux femmes : Violencia de género
  • Le vaccin : La vacuna
  • Un pot-de-vin : Un soborno
  • Un massacre : un masacre
  • Arme à feu : Arma de fuego

 

Stay tuned, ou plutôt, ¡mantente al tanto! En attendant, n’hésite pas à consulter cette page qui regroupe tous nos articles pour t’aider en espagnol.

Magali Asseraf

Etudiante à l'ESSEC