Rapport de jury – Espagnol LV1 ELVI 2019 Rapport de jury – Espagnol LV1 ELVI 2019
Le sujet est à retrouver ici : LV1 Espagnol ELVi 2019 – Sujet L’analyse là : LV1 Espagnol ELVi 2019 – Analyse du sujet   Statistiques... Rapport de jury – Espagnol LV1 ELVI 2019

Le sujet est à retrouver ici : LV1 Espagnol ELVi 2019 – Sujet

L’analyse là : LV1 Espagnol ELVi 2019 – Analyse du sujet

 

Statistiques

452 candidats, 10,01 de moyenne (3,92 écart-type).

 

Le rapport

Le sujet

Les deux textes choisis pour les épreuves de traduction proviennent d’œuvres littéraires. Le texte en français est un extrait de 193 mots appartenant au roman de Olivier Adam, Passer l’hiver, publié par Éditions de l’Olivier/le Seuil en 2004.

Le texte en espagnol est un extrait de 242 mots du roman « Todos mis cuentos » écrit par Ana Maria Matute et publié en 2010 aux Editions Debolsillo.

En ce qui concerne l’expression écrite, cette année l’article choisi a été celui de Alberto Barrera Tyzka, intitulé « La democracia segùn Lopez Obrador ». Il a été publié dans  Le New-York Times en espagnol le 18 de novembre de 2018.

 

Barème, attentes du jury

Pour le thème et la version : les extraits ont été corrigés à partir de leur division en 4 sections dont chacune avait une valeur de 5/20. Le jury a noté la compréhension, la grammaire, le vocabulaire.

Pour l’expression écrite : La partie d’expression écrite consiste en deux questions qui requièrent une réponse d’environ 250 mots chacune. Chaque réponse équivaut à 50% de la note d’expression écrite.

Dans les deux réponses, le jury évalue les compétences linguistiques du candidat : la grammaire, les structures utilisées et le vocabulaire (60% de la note).

Pour la première question, le jury évalue la compréhension du candidat ainsi que sa capacité d’organiser les idées principales de l’article sans ajouter son avis personnel ni du contenu qui ne se trouve pas dans le texte original. Le candidat doit répondre avec ses propres mots et éviter de faire un calque de l’article.

Pour la deuxième question, le jury évalue la capacité de réflexion du candidat ainsi que ses connaissances sur les pays hispanophones en lien avec le sujet. Le candidat doit répondre à la question, et justifier sa réponse par des exemples pertinents et développés. Ceux-ci ne peuvent être une simple énumération. Une réflexion personnelle, où le candidat ne doit pas avoir peur de donner son point de vue, est attendue.

 

Remarques de correction

Traductions

D’excellentes traductions ont démontré des qualités exceptionnelles pour cet exercice réalisé dans un temps très limité, et méritent les félicitations du jury. Ont été valorisées aussi les nombreuses copies ne présentant pas d’erreurs importantes de syntaxe ou de conjugaison, mais des erreurs minimes ponctuelles. Les candidats qui maîtrisent le vouvoiement et le tutoiement, trouvent des stratégies pour rendre compte d’un mot ou d’une expression qu’ils ne connaissent pas.

 

Thème

En thème, le cas de la traduction de « chiffon » est exemplaire pour les candidats ignorant les mots « trapo » ou « paño » : « un trozo de tela », « un tejido », étaient une bonne stratégie, le cas de « pañuelo », n’était pas totalement conforme, mais valait mieux que les nombreux « chifón » apparus très régulièrement. Ont posé problème à de nombreux candidats la traduction de : « femme de ménage » (« la mujer que limpiaba » était envisageable, mais la « conchita » ou « la criada », étaient des erreurs d’appréciation du contexte et du registre), « leur place exacte» ( « lugar exacto » : souvent traduit par « plaza exacta », « emplazamiento exacto»), « rigolote » (« me hace reír » évitait le gallicisme récurrent « amusante »), « en trainant son chariot » ( « moviendo su material de limpieza » n’était pas conforme, mais « tirando su carrote » n’était pas acceptable), et « j’ai hoché la tête » (de nombreux « dije sí con la cabeza », plus acceptables que « he hochado la cabeza »). On peut aussi noter « minutas », « me ha sonrisado » pour les copies les moins bonnes. Mais la confusion entre « pedir » et « preguntar » apparaît même dans de bonnes copies par ailleurs.

Au-delà des difficultés lexicales, les erreurs de syntaxe récurrentes apparues sont « con tan conciencia » ou « tan antención », l’absence de « de » après « después » pour traduire « Au bout de quelques minutes » ; « es mi », « se impido » ou « se molesto » ; « vuestro », « vos », « os », « usted » pour votre. Aussi on a pu lire dans un nombre non négligeable de copies des problèmes dans la traduction de l’imparfait « faisait » et « j’étais », probablement à cause de la présence du « si » (« Me pregunté si hiciera au lieu de « hacía eso tan meticulosamente » ou « si fuera » au lieu de « era » porque yo estaba allí ».) On a constaté aussi la confusion entre imparfait indicatif/subjonctif et imparfait du subjonctif/présent du subjonctif dans la traduction de « m’a demandé si je voulais qu’elle nettoie mon bureau » : (« me preguntó si quisiera » au lieu de « quería », et « limpie » au lieu de « limpiara/limpiase »).

De fréquentes erreurs de conjugaison sur des verbes courants ont été relevées : dans les emplois du pretérito indefinido (« sonreyo* », « me pareci* » …), ou au présent de l’indicatif : « le impide* », « impidio » pour « je vous empêche » « vino* » pour « je viens, « me sento* » pour je m’assieds… Dans certaines copies on a pu lire : « vaía* », « isaba* », « ibaba* » pour « allait », démontrant une méconnaissance de la conjugaison en espagnol de l’imparfait de l’indicatif.

 

Version

En version, les difficultés lexicales principales ont été « vacío » (« vague », « sale », « vacillant »), « barrer » (« creuser », « bricoler »), camisón ( de « pyjama » -compréhensibleà « à toute allure »), « entre las púas de la escoba » (de « entre les poussières du magasin » à « entre les vitres du frigo »), « se agachó » (de « se mit à », très fréquent, à « se décida », ou « s’émerveilla »), « acudió » (« accourut »), « rata de estanco » (« ragondin », « rat séché »), « dar alaridos » (souvent compris comme « des petits cris ») « las trenzas sueltas » (« les tresses attachées », « relevées », « avoir des sueurs », « les cheveux en bataille »…).

Plus préoccupantes sont les erreurs majeures et très fréquentes de conjugaison du passé-simple français : « s’asseillèrent* » ou « s’asseyèrent* », fut presque la norme, même dans les bonnes copies, et assez fréquemment aussi « descendèrent* ». Les moins bonnes copies laissent apparaître « disa* », et « disèrent* ». Quelques candidats ont choisi systématiquement le passé-composé en français pour traduire le passé-simple espagnol, voire l’imparfait. Cela pouvait leur éviter les barbarismes, mais a été pénalisé, car démontrait une méconnaissance des temps du récit en français.

En syntaxe, la construction de la phrase « al niño (…) le hizo tanta gracia » a posé des difficultés aux candidats qui ont parfois traduit « l’apprenti … lui fit tant de grâce* », ou plus éloigné encore : « l’enfant lui fit beaucoup de grâce* ».

Un nombre relativement important de candidats ont rencontré des problèmes avec l’énoncé « si sirves al viejo de la tienda » (« si tu joues aux vieux de la boutique »). La préposition « a » en espagnol devant « viejo » ayant entraîné de nombreux calques (« si tu sers au vieux »).

Dans quelques cas isolés le texte produit ne permettait pas de reconnaître le texte source.

 

Expression écrite

Question 1

La plupart des candidats a su dégager l’essentiel de la critique de l’auteur : la concentration et la captation du pouvoir par AMLO, l’affirmation de ses qualités morales et de ses sentiments qui se substituent au débat démocratique. Beaucoup ont souligné la menace de « un culto de la personalidad », de la croyance en « un hombre providencial » ; ont expliqué comment l’auteur démontrait la création d’un Etat parallèle.

Les meilleures copies ont structuré leurs réponses autour de grands axes : une mise en scène du pouvoir « AMLO escenifica el poder ejecutivo acerca de su persona » , « una puesta en escena en torno a su persona supuestamente honesta y sensible » ; la subsitution des actes démocratiques par les mots, un candidat fait allusion à la croyance en « su palabra perfomativa », qui est « portavoz de la verdad » ; le contexte de polarisation qui facilite les prises de position extrêmes « Mientras la sociedad permanece dividida entre seguidores y detractores … un líder demagogo que se aprovecha de esa fracura para proponer medidas … » ; la suppression de fait du débat démocratique qui inscrit AMLO « en la filiación de los gobiernos de ″democraturas″ » , prenant appui sur le cas de l’aéroport ; la subsitution des institutions et celle des représentants de l’Etat dans les territoires par ses alliés nommés par lui-même, illustré par les emblématiques « superdelegados » : « creación de un cuerpo de funcionarios afines al presidente … aunque suplan entonces las funciones de ″gobernadores″» ; et enfin l’appel de l’auteur à retrouver un exercice pluriel « para evitar la concentración de poder en el jefe de estado».

Les moins bonnes copies ont commencé leur réponse par une présentation personnelle d’AMLO telle une fiche apprise par cœur et déconnectée de l’article, ont parsemé leur texte de commentaires personnels, ont repris les mots du texte « leal », humildad » (souvent avec des erreurs sur ce mot), « fe » , « hechizo », « derrotar la sociedad », « la devoción ciega » etc… du texte, sans autre explication, ont cru que la solution était de « volver a la polarización del debate » , ont passé sous silence les deux exemples clés (aéroport et fonctionnaires délégués) qui étaient nécessaires à la démonstration de l’auteur, et en sont restés à des considérations générales qui s’enchaînent sans logique. Enfin, les cas extrêmes ont été les copies qui se contentent de relier une suite de citations, parfois entre guillemets, ou des interprétations erronées de la position de l’auteur : « cabe insistir en el discurso muy humano de AMLO », « el autor quiere subrayar (…) que la llegada de AMLO puede ser sinónimo el fin de un gobierno corrupto ».

 

Question 2:

Les meilleures copies sont tout d’abord celles qui ont respecté la consigne de justifier leurs propos avec deux exemples, ce qui leur a permis d’approfondir les arguments, de donner des faits précis pour les illustrer. Ces candidats ont souligné la diversité des situations politiques des pays hispanophones qui ne peuvent être tous rangés dans une même case. La problématique personnelle permet simplement et judicieusement d’envisager la question sous un certain angle « ¿Hasta qué punto la democracia se ve amenazada ? », ou d’annoncer une perspective « en algunos países … detrás del disfraz de la democracia, se esconde un poder autoritario”. La conclusion apporte une réponse, une nuance aux propos, une ouverture pertinente comme ce candidat qui cite El silencio de los otros pour démontrer que les citoyens ont un rôle à jouer après une dictature.

Les moins bonnes copies ne respectent pas la consigne. Le Brésil peut y faire l’objet d’un paragraphe entier. Or s’il était pertinent éventuellement de faire une référence à l’élection de Bolsonaro dans ce pays lusophone, il ne pouvait constituer la moitié d’un sujet circonscrit aux pays hispanophones.

Ou encore, ce qui fut le cas de nombreuses copies, chaque partie est une série de citations de noms de pays accompagnés d’une phrase : « México (…), Chile (…), Venezuela (…), El Salvador (…), Honduras (…), y Brasil » ou « Vox (…), Orban (…), Trump (…), Chile (…) y México » dans un même paragraphe. Cette dispersion à la façon d’un catalogue n’a pu dégager que des stéréotypes. L’accumulation d’une suite d’impressions jamais justifiées, voire de jugements hâtifs, signes d’une absence d’esprit critique, mène parfois à des absurdités : « América Latina es una tierra de dictadura », Maduro disfruta de toda la moneda que roba a la gente ». Quelques copies font de Chávez l’actuel président du Venezuela, ou avancent que « la Iglesia controlaba muchas cosas lo que permitía una gran democracia », font du Pays Basque le fief de l’extrême droite espagnole, ou réduisent sans explication la « moción de censura [a] un golpe de estado ». L’introduction est souvent une copie du sujet, ou une trop longue suite de généralités sur une centaine de mots. La conclusion est le plus souvent lapidaire, et a pu, par un malheureux raccourci exprimer une pensée choquante : « En América latina, a diferencia de España, no pienso que los valores democráticos son necesarios”.

Mais une majorité de copies ne tombe pas dans la caricature. Le Venezuela et le Nicaragua ont été majoritairement choisis pour démontrer les défaillances démocratiques et déviances autoritaires. Beaucoup de candidats ont judicieusement tiré parti pour le premier de la création de l’Assemblée Constituante, se sont interrogés sur la stratégie de Juan Guaidó, en rappelant même pour certains qu’il s’était appuyé sur « los artículos 233, 333 y 350 de la « Constitución para ocupar el puesto ejecutivo ». Les pas successifs de Daniel Ortega qui le conduisent à la concentration du pouvoir ont été bien démontrés. Nombreuses aussi ont été les copies qui ont su analyser avec pertinence l’irruption de Vox au Parlement andalou puis à la Chambre des députés. La question de la mémoire historique a souvent été utilisée pour montrer son rôle dans le processus démocratique en Espagne. Certains ont traité l’évolution de Cuba avec des propos pertinents sur son évolution depuis la présidence de Miguel Díaz Canel, d’autres moins nombreux ont développé l’exemple de démocratie qu’est l’Uruguay, ou le cas isolé du Costa Rica en Amérique centrale. Certains candidats ont consacré un paragraphe à la corruption, et développé le cas péruvien, ou aux scandales qui ont éclaboussé l’Espagne, pour montrer que la pression populaire ou la justice pouvaient faire progresser la démocratie.

Le niveau de langue a été très varié. Si l’excellence proche du bilinguisme est apparue dans certaines copies, les candidats qui, sans être bilingues, ont démontré qu’ils maîtrisaient les conjugaisons et la syntaxe de base de l’espagnol ont été valorisés. L’emploi et la richesse de connecteurs sont essentiels pour articuler la pensée ; les meilleurs candidats les utilisent à bon escient, d’autres ponctuent leurs copies d’un catalogue arbitraire d’expressions qui ne correspondent pas à leurs arguments, ou réduisent des questions complexes à des évidences non démontrées par l’introduction réitérative de « claro está », « sin lugar a dudas » « es obvio », ou se contentent de « en efecto » et « pero » ou encore abusent de corrélations du type « tanto más cuanto que » tout au long de leur rédaction.

Ont été très pénalisés les barbarismes verbaux et lexicaux, les gallicismes, ainsi que les erreurs de syntaxe ou de lexique sur des expressions courantes « no hay precipitarse », « nomborosos países », « la democracia se vovio una polémica a los países hispanohablantes », la confusion entre « creer » et « crear » …, tout ce qui gêne la compréhension, ou les usages basiques de « ser » et « estar » : « AMLO esta un presidente ». Enfin, il ne s’agit pas de « caser » des expressions non maitrisées qui peuvent mener à des non-sens. Comment interpréter autrement cette interrogation d’un candidat: « por mucho que me cueste decirlo, hay esperanza en América Latina »?

 

Conseils aux futurs candidats

Les candidats doivent en premier lieu suivre les consignes du sujet, elles sont là pour les guider, et leur éviter des réponses superficielles qui ne leur permettent pas d’exploiter correctement leurs connaissances acquises lors des deux années de classe préparatoire. Il s’agissait bien cette année de prendre deux exemples dans des pays hispanophones.

Nous leur conseillons de suivre pour la correction de la langue les conseils de leurs enseignants, apprendre les conjugaisons, les mots et expressions qu’ils retrouvent régulièrement dans les documents écrits, ou enregistrements audio et vidéo qu’ils étudient. Il n’est pas nécessaire d’être bilingue pour réussir cette épreuve. Il s’agit aussi de trouver un équilibre entre une succession de béquilles qui cachent une faiblesse argumentaire, et l’emploi à bon escient, en accord avec leurs propos, d’une variété de connecteurs, acquise peu à peu dans leurs études. En traduction, chercher dans sa langue maternelle des synonymes ou équivalents, et choisir pour sa traduction l’un des mots que l’on connaît, permet d’éviter d’inventer des mots. Repérer avant de traduire si les personnages se vouvoient ou se tutoient, ou les temps employés, par une lecture préalable de l’ensemble du texte à traduire est indispensable ; c’est un exercice que l’étudiant sérieux a réalisé durant ses deux années de préparation à maintes reprises.

Pour le fond, la sincérité du propos est de rigueur, s’interroger avant de rédiger l’essai sur les questions que l’on se pose vraiment sur le sujet, ne pas croire qu’une suite d’affirmations vaut démonstration. Chercher dans sa mémoire ce que l’on connait vraiment, le sujet ouvrant un large spectre de réponses. Ne pas tenter de faire croire que l’on connait une question en répétant en essai l’article qui était proposé en question 1, s’interdire tout jugement hâtif et non argumenté. La question de la démocratie dans les pays hispanophones donnant lieu à de nombreux débats entre spécialistes, on n’attend pas des candidats qu’ils la résolvent en 250 mots. Le travail sur la civilisation en classe préparatoire est très dense et complexe pour les hispanisants ; dépasser les stéréotypes, en saisir la complexité peut être le fil conducteur de leur réflexion personnelle et de leur travail.

Pour toutes les épreuves : il est nécessaire de faire une dernière lecture de ce qu’on a écrit, en vérifiant si chaque phrase ou paragraphe a un sens en soi-même.

Dimitri Des Cognets

Rédacteur en chef de Major-Prépa