Type to search

Concours Espagnol

Rapport de jury – Espagnol LV2 ELVi 2018

Share

Les statistiques :

5 545 candidats, 10,18 de moyenne (3,36 d’écart-type).

Le rapport :

 

Le barème

L’épreuve est composée de deux parties bien distinctes : Traduction et expression écrite. L’expression écrite comporte deux questions : une première question de synthèse et une deuxième d’expression personnelle.

La traduction est composée d’un thème et d’une version.

Les deux parties ne sont pas notées avec la même valeur car l’expression écrite a un coefficient 12 face au coefficient 8 de la traduction. La note finale étant reportée sur 20 points.

 

Le texte

Pour l’épreuve de 2018 le sujet choisi pour l’’expression écrite a été l’article « El aparente reflujo populista en América Latina » publié dans Desarrollando ideas.

 

Les questions

Les candidats devaient répondre aux deux questions suivantes :

  • ¿En qué medida el reflujo populista es ‘solo’ aparente?
  • Comente las frases: “Nada es permanente en la Democracia. Nadie gobierna para siempre” (líneas 20 y 21). Justifique con dos ejemplos relativos a los países de habla hispana.

Le jury s’attendait à ce que les réponses des candidat(e)s comportent environ 200 mots par question. Le jury n’accorde pas d’importance à une légère variation du nombre de mots (10%), mais il est important que les candidat(e)s en fassent bon usage (correction linguistique et pertinence du discours).

 

Le contenu

La première question : « ¿En qué medida el reflujo populista es ‘solo’ aparente? » cherche à évaluer la capacité de compréhension et de synthèse. Ainsi, le jury s’attendait à trouver la totalité des idées exposées dans le texte d’origine, en évitant la paraphrase, l’abus de citations, l’ajout d’introduction (par ailleurs souvent excessivement longues et peu pertinentes ou déplacées), d’avis personnels ou d’éléments extérieurs, etc.

Ainsi, nous avons constaté que les meilleurs candidats ont su restituer le contenu du texte sans aucun rajout ni avis personnel, avec un usage pertinent et correct de la langue, sans fautes (dans nombre d’entre elles).

Pour la réponse à la première question, il fallait tenir compte des idées proposées par le texte, à savoir :

  • Falsa sensación de decadencia del populismo y desaparición de la región debido a las dificultades que experimentan los gobiernos vinculados al llamado “Socialismo del S. XXI”.
  • La realidad es la pérdida de una ‘cierta’ forma de gobernar para abrir paso a otra forma encabezada por gobiernos de centroderecha, idea reforzada por las victorias de Moreno en Ecuador y del PSUV en Venezuela.
  • El retroceso se debe al desgaste natural tras gobernar durante 3 o 4 legislaturas, distanciándose los gobiernos de la gente y el crecimiento de la corrupción.
  • El populismo en su versión socialista del S.XXI está en claro retroceso desde el 2013 desde que despuntara a partir del 2005 con Chávez. Desde entonces y a partir del 2009, el modelo “anti-imperialista y anti-neoliberal” se extendió a Nicaragua, Ecuador, Honduras y Paraguay, con el visto bueno de Brasil y la Argentina de Kirchner.
  • Las recientes derrotas o retrocesos dan paso a otra forma de populismo: el populismo de centroderecha en el que sigue triunfando la figura del dirigente paternalista de cualidades extraordinarias que convence a los seguidores de la mejora de su situación personal.
  • El populismo del socialismo del S. XXI parece estar en retroceso pero NO el populismo, ya que éste sigue existiendo, pero adscrito a tendencias de derechas. Las circunstancias que dieron nacimiento al populismo siguen estando presentes y pueden propiciar la extensión del populismo de derechas.

 

La deuxième question: Comente las frases “Nada es permanente en la democracia. Nadie gobierna para siempre” (líneas 20 y 21). Justifique con dos ejemplos relativos a los países de habla hispana.

Cette question permet aux candidats de faire usage de leurs connaissances linguistiques et de se servir également de leurs connaissances dans le sens le plus ample du monde hispano-américain. Il est important de bien lire la question (cela semble évident, mais ce n’est pas toujours le cas). Les candidats devaient répondre en fournissant deux exemples. Il a été ainsi précisé de manière à ce que les candidats ne puissent pas se contenter de développer (voir calquer) l’exemple donné par le texte, et, en même temps, éviter que les réponses se résument à la simple énumération d’une multitude d’exemples, et à la rédaction d’un catalogue sans aucun approfondissement ni justification.

Comme cela fut le cas l’année dernière, les meilleures copies ont été celles des candidats qui ont bien mené leur argumentation (démarche analytique et pas «cumulative», sans réduire l’expression à un catalogue de noms de pays et de leurs présidents), informée (références précises, contextualisées et problématisées), et rédigée dans une langue soignée (avec peu de fautes de langue, lexique précis, maîtrise de la grammaire et de la conjugaison).

Les meilleures copies ont su montrer une bonne connaissance du monde géopolitique et une bonne maîtrise au moment de structurer des commentaires suivant les deux axes proposés, à savoir (voici une liste non exhaustive) :

1 – Cambios de gobierno (“Nadie gobierna para siempre”):

  • Permanencia en Gobiernos (Nicaragua, Cuba, Bolivia, Venezuela…).
  • Cambios en Gobiernos (Costa Rica, Argentina, Chile….).
  • Relatividad de cambios de Gobiernos (Cuba: Fidel -> Raúl -> Díaz-Canel,…).

2 – “Nada es permanente en la democracia”: ¿qué ha cambiado en las diferentes democracias de los países de habla hispana?

  • ¿La ley mordaza en España difiere de la falta de libertad de expresión existente durante la época franquista ?
  • La desaparición del bipartidismo en España.
  • ¿Los ‘nuevos’ partidos políticos son la prueba d e cambio en la democracia española?
  • Referéndum en Cataluña.

 

Ainsi, voici quelques exemples trouvés dans certaines copies:

  • Desaparición del bipartidismo en España.
  • De Fidel a Raúl, y de Raúl a Díaz-Canel, ¿sigue gobernando Castro en Cuba?
  • “Nadie gobierna para siempre”: los Kirchner en Argentina, Chile.
  • El referéndum por la independencia de Cataluña sedebe al cambio de gobierno.
  • La Democracia no existe si no hay cambios.

 

Les erreurs

De manière générale, nous avons constaté que, dans les moins bonnes copies, il n’est pas rare de trouver une introduction de quelques lignes qui, souvent, n’ont pas (ou peu) de rapport avec ce qui est demandé, ce que le jury interprète comme un hors sujet cherchant à éviter de répondre à la question ou afin de remplir le nombre de mots demandés pour chaque réponse.

En ce qui concerne la synthèse, et malgré un titre sans équivoque, certains candidats n’ont pas saisi les idées principales et leurs synthèses montraient des idées incomplètes ou contraires à celles évoquées par l’auteur. Sans compter la multitude de fautes de langue dont nous montrerons une liste non exhaustive par la suite.

Quant à l’expression écrite, certains candidats n’ont pas respecté les consignes : certaines copies étaient incomplètes, d’autres se contentaient de reprendre ce qui apparaissait déjà dans le texte, d’autres n’ont donné qu’un exemple, d’autres, au contraire en ont présenté une liste sans approfondir ni justifier. Visiblement certaines copies ont été rédigées à la hâte et/ou n’ont pas été relues.

Comme par le passé, et concernant la langue, nous avons repéré des abus d’expressions toutes faites, souvent mal utilisées, ce qui alourdit l’expression, la vidant de sens et la rendant superficielle, parfois même, incompréhensible. Le jury a également constaté des erreurs sur des termes et/ou expressions présentes dans le texte et dans les questions.

 

Voici quelques exemples de fautes :

  • Veinte y dos / vintidós ≠ veintidós
  • Quatro / quattro/ Cuatros años ≠ cuatro años
  • Las ideas cundió ≠ cundieron
  • El pareja ≠ la pareja
  • Respeto a ≠ respeto de
  • Empezaron de perder ≠ a perder
  • Votar para ≠ votar por
  • Empezan ≠ empiezan
  • Las elección son lejo ≠ las elecciones están lejos
  • Como le dice ≠ como dice
  • Las valores ≠ los valores
  • Otra perioda ≠ otro periodo
  • Valididad ≠ validez
  • Facto ≠ hecho
  • Violentes ≠ violentos
  • Consequencia ≠ consecuencia
  • Eficacidad ≠ eficacia
  • Olbidar ≠ olvidar
  • Governar ≠ gobernar
  • A primeras vistas ≠ a primera vista
  • Hoy en días ≠ Hoy en día
  • Un democracia ≠ una democracia
  • Necessita ≠ necesita
  • Efficacios ≠ eficaces
  • Systema política ≠ sistema político
  • Essencial ≠ esencial
  • Elejidos ≠ elegidos
  • Ejample ≠ ejemplo
  • Risco ≠ Riesgo
  • Este frase ≠ esta frase
  • Resvela ≠ revela
  • Desarrollo ≠ desarrollo
  • Differentes populismo ≠ diferentes populismos
  • La mayoría parte ≠ La mayor parte
  • Opposición ≠ oposición
  • Apparente ≠ Aparente
  • Affirma ≠ Afirma
  • Tyránia≠ Tiranía
  • Raizes ≠ Raíces
  • Mañera ≠ Manera
  • Illusión ≠ Ilusión
  • Imortal ≠ Inmortal
  • Succesiva ≠ sucesiva
  • Democratición / democratisación ≠ democratización
  • Asemblea ≠ asamblea
  • Gañar ≠ ganar
  • Ocurre / occure ≠ ocurre
  • Este cifra / cifra / cifra ≠ esta cifra
  • Otro tipo ≠ otro tipo
  • Aceptar de perder ≠ aceptar perder
  • Son conscientes deber haber ≠ Son conscientes de que debe haber
  • Son respectados ≠ respetados
  • Crimes ≠ crímenes
  • Heritaje ≠ herencia
  • El paradójico ≠ la paradoja
  • Preguntaban por la independencia ≠ Pedían la independencia
  • Por comparación de ≠ en comparación con
  • No es una democracia más ≠ ya no es una democracia
  • Ya va años ≠ Hace años
  • Presidentialles ≠ Presidenciales
  • Reiveniciones/renvidicaciones/reinvendicaciones ≠ reivindicaciones
  • Es la prueba que justifique ≠ que justifica…
  • En aparente ≠ aparentemente
  • Es posible que había ≠ es posible que hubiera
  • Tanto para….que ≠ Tanto….como
  • Está subiendo la caída ≠ Está sufriendo la caída
  • Se aparente de ≠ se parece a…
  • Ideas favoreciendo ≠ que favorecen
  • No son cerca de ≠ están
  • Es en peligro ≠ está en peligro
  • Son en manos ≠ están en manos de
  • Permite de se r≠ Permite ser
  • No se acuerda de/con ≠ no se pone de acuerdo con
  • Creer ≠ Crear
  • Afecta un tipo ≠ Afecta a un tipo
  • Son cambiando / Están cambiado ≠ han cambiado
  • Empezado Chávez ≠ empezando por Chávez
  • Es a su principio ≠ está empezando
  • Es cambiando ≠ está cambiando
  • No significa que es ≠ no significa que sea
  • Quería que no gobernó ≠ quería que no gobernara/gobernase
  • Deben impresión ≠ dan la impresión
  • Es detenido por ≠ está en manos de
  • Por la población ≠ para la población
  • Al poder ≠ en el poder
  • Se puede verlo ≠ Se puede ver
  • Ha muestro ≠ ha mostrado
  • Fueran ≠ han sido / estuvieron
  • Por primera vez ≠ Primero…
  • Seguir gobiernar / seguir a gobernar ≠ seguir gobernando
  • Si sigue tener ≠ si sigue teniendo
  • Cuales favorecen ≠ quienes favorecen / que favorecen
  • Sensación cre ado ≠ creada
  • Estaría siempre una democracia ≠ seguirá siendo una democracia
  • Nada más tan productivo que ≠ nada tan productivo como
  • Destituyir ≠ destituir
  • Presentajon ≠ Presentaron
  • Constitucionales ≠ constitución
  • Queda demasiado largo en el poder ≠ lleva demasiado tiempo en el poder
  • Nada sistema ≠ ningún sistema
  • No es también ≠ tampoco es
  • No…pero ≠ no…sino
  • Necessario / possible ≠ necesario / posible
  • Ayudaron Pinochet ≠ ayudaron a Pinochet
  • Movimiento populismo ≠ populista

 

Les conseils aux futurs candidats pour l’expression écrite

Nous insistons, encore cette année, sur les mêmes conseils :

  • Lire les rapports du jury des années précédentes.
  • Bien réviser la conjugaison, la grammaire et le vocabulaire (y compris celui de la vie quotidienne).
  • Revenir sur les compétences de base (niveaux A1-A2). Il n’est pas rare de trouver des copies avec une bonne maitrise des tournures plus ou moins complexes comprenant des erreurs basiques : la famille et les liens de parenté, les couleurs, les chiffres, l’expression de l’âge, les moyens de transport, les noms des pays et les adjectifs de nationalité, les jours, les mois, les loisirs, le climat, les saisons, la maison, l’école, l’alphabet, la description physique, le supermarché, la nourriture, le restaurant, l’heure, le caractère et les goûts, les loisirs, la durée. Les candidats qui ne savent « plus » les chiffres font légion et les sujets comportant ce type de difficulté sont nombreux, notamment en traduction.
  • Se tenir au courant de l’actualité de l’Espagne et de l’Amérique latine.
  • Lire des articles d’opinion de sources différentes et analyser la problématique posée.
  • Bien lire (et respecter) les consignes et les données. Répondre uniquement à ce qui est demandé. Evoquer des sujets qui n’ont pas de rapport avec les questions posées est automatiquement interprété comme une manière très maladroite de contourner la question, et donc fortement pénalisé.
  • Lire attentivement le texte en repérant les idées évoquées et les mots clefs, la structure du texte, le ton, etc.
  • Soigner l’écriture, qui s’avère parfois illisible, en particulier lorsqu’il y a un accent ou lorsqu’on hésite entre deux voyelles. Nous souhaitons attirer l’attention des candidats sur le fait que la présentation soignée et les efforts calligraphiques constituent des marques de respect très appréciées par les correcteurs.
  • Nous rappelons que la première question, dite de compréhension, doit se limiter à une synthèse du texte (pas d’ajout, pas d’avis, pas de paraphrase).
  • Dans la deuxième question, le candidat doit être capable de construire ses propos dans une langue correcte, démunie de barbarismes et tout autre élément qui pourrait constituer une entrave à la compréhension.
  • Eviter les expressions figées (tanto más cuanto que, en efecto…), qui rendent la langue artificielle, particulièrement quand celle-ci sont employées dans un contexte inapproprié.
  • Bien relire son travail avant de le rendre : s’assurer qu’il soit cohérent et logique. Une relecture de la copie est incontournable pour éliminer le maximum de fautes et éviter les répétitions.

 

La conclusion

Les meilleurs candidats sont ceux qui, se servant d’une langue riche et correcte, s’en tiennent à ce qui est demandé dans les deux questions : une synthèse claire, bien structurée et reprenant la totalité des idées principales exprimées dans le texte pour la première partie, et une expression écrite fluide, sans fautes de langue, bien structurée, cohérente, bien justifiée et qui s’en tient à ce qui est demandé sans ajouts inutiles ou stériles.

 

Traduction

Le format et les critères de correction

Le jury a attribué toute la palette de notes et n’a pas hésité à attribuer les meilleures notes (20/20) aux copies qui, malgré la présence de fautes légères, présentaient un excellent niveau d’espagnol.

Le barème de correction a été adapté aux difficultés spécifiques de chacun des deux textes proposés pour la traduction.

Nous avons fait une correction par segments, comme en 2017.

 

Les résultats

Cette année, la note moyenne a été de 10,17 sur 20 (10,3 en 2017) sur 5.545 copies. Toute la palette de notes a été utilisée, avec un écart-type de 3,36 (3,44 en 2017).

 

La traduction

Certains candidats éprouvent des grandes difficultés face au thème et à la version, épreuves qui demandent des connaissances actives en vocabulaire et une bonne maîtrise de la grammaire en français et en espagnol.

Les champs lexicaux d’usage ( poser une question, le village, la joie, le roman, l’eau, le vin, entendre, oublier, se rapprocher, aimer, caresser, pierre, le cours, la classe, l’écriture, le stylo, ancien, pas du tout…) font grand défaut aux candidats.

Pourtant, les textes proposés ne posaient pas de gros problèmes lexicaux. La qualité langagière des moins bons candidats est surprenante même en français.

Nous tenons à rappeler aux candidats l’importance d ’une bonne ponctuation. Les points d’interrogation et d’exclamation en début de phrase sont souvent oubliés.

 

Les textes proposés

  • Thème: Les identités meurtrières, d’Amin Maalouf (Ed. Grasset, 1998)
  • Version: El desorden que dejas, Carlos Montero (Ed. Espasa, 2016)

Un extrait d’un essai pour le thème et d’un roman pour la version, tous deux de bonne facture littéraire. Une réflexion sur la quête d’identité pour le premier et un univers familier pour les candidats, celui d’une classe et d’un professeur de lycée pour le second.

Un thème littéraire et une version avec une langue simple, un récit au présent, mais qui a quand-même posé de nombreux problèmes aux candidatsles moins armés, ce qui, finalement, lui donne bien le rôle sélectif qu’elle doit avoir.

Les deux textes proposés étaient à la portée des candidats et n’avaient pas de difficultés particulières. Ils permettaient une évaluation complète des compétences linguistiques, de la capacité de compréhension, d’analyse et de réflexion des candidats. Les résultats de l’épreuve ont montré la convenance de ceux-ci car le jury a pu utiliser toute la palette de notes et l’écart type, comme par le passé, a été assez significatif.

 

Le thème

L’évaluation de la langue est très précise en thème: syntaxe, maîtrise du système verbal (emploi des temps, conjugaison, concordances…).

Beaucoup de candidats ne possèdent pas un lexique suffisamment riche pour ce type d’épreuve; beaucoup de lacunes lexicales qui donnent lieu à des nombreux gallicismes et barbarismes flagrants (las pierras-piernas/la terra/franceso-francesco). Certains mots devraient bien évidemment être connus des candidats (poser une question/le village/entendre/oublier/l’eau…), d’autres sont clairement discriminants (Liban/se détacher de quelque chose /caresser /pierres/tiers).

Les candidats ont bien tenté de trouver des stratégies pour contourner les lacunes (périphrases, hyperonymes…) mais un petit nombre renonce et laisse des blancs, ce qui est considéré comme refus de traduction et donc pénalisé au plus haut point. Le jury constate des efforts d’imagination pour traduire certains mots (les joies d’enfant/les vieilles pierres ). Le jury a été surpris de constater que des termes très basiques tels que pas du tout ont posé des gros problèmes aux candidats, très peude copies ayant su trouver une traduction juste.

Certains aspects grammaticaux de base, pourtant récurrents, ont posé problème à certains candidats : les nombres, la ponctuation, l’accentuation, les conjugaisons (personne et temps – grande confusion passé simple/passé composé). La maîtrise du passé simple, par exemple, fait défaut, notamment dans la confusion de la 1ère et de la 3ème personne du singulier. De plus en plus de candidats n’hésitent plus à écrire sans conjuguer les verbes ou éprouvent des difficultés à conjuguer des verbes tels que formular, vivir, descubrir, conocer, olvidar, dividir, separar, compartir.

Les pronoms personnels ne sont pas maîtrisés ou sont mal employés (soy nacido en Liban/vivió allí/ oye/escuchó/escrito mis libros/pudiera pour podría). La traduction des pronoms relatifs a également posé un problèmet et la préposition a devant un complément de personne n’était pas systématique.

Les pièges typiques de la langue espagnole (la tournure emphatique/passé composé en français prétérit en espagnol; ser / estar) pourraient être cependant évités avec un travail régulier de la grammaire.

L’accentuation et l’orthographe posent également des problèmes. Cette année, de nombreux candidats ont omis le point d’interrogation en début de phrase et ont accentué les mots interrogatifs de manière fantaisiste (comó/cuandó/dondé). Beaucoup d’accents manquants : vivi, naci, arabe, alli, descubri, conoci, alegria, mas, como podria, veintidos, dias, sera, libanes, … des majuscules inexistantes : francia, libano, dumas, dickens, les voyages de gulliver.

Le thème a été particulièrement moins bien réussi. Des copies qui manient une langue globalement correcte en expression libre révèlent une grande difficulté lors de l’exercice de la traduction.

 

Difficultés, fautes (Liste non exhaustive)

De nombreuses erreurs ont été prélevées par le jury. Voici une liste d’exemples de traduction du thème classés par segments et relevés dans les copies et principales difficultés rencontrées par les candidats :

  • A ceux qui me posent la question,

Méconnaissance des mots courants (preguntar, pregunta)

A estas gentes que me preguntan y me preguntan/para todos esos que me preguntan la pregunta/para aquellos que me plantean la cuestión/ para aquellos que me piden cuentas/aquellos que me ponen la cuestión/a ellos q ue me dan la pregunta/a ellos que me preguntan la pregunta/a los que me preguntan la cuestión/a los quienes me ponen la cuestión

  • j’explique donc, patiemment, que je suis né au Liban,

Aucun candidat n’a utilisé le pronom le pour reprendre le complément A los que me preguntan, les explico. Le jury n’a pas pénalisé cette omission, mais iln’a pas non plus eu la chance de pouvoir mettre un bonus à ceux qui y auraient pensé

  • patiemment : despacito/suavemente/patientemente/con dulzura/tranquilito/despacitamente
  • Liban : Pratiquement aucun candidat n’a su écrire correctement Líbano : Liban/Libanais/Marueccos !/Alemania !
  • que j’y ai vécu jusqu’à l’âge de vingt-sept ans,

Beaucoup de candidats ne savent pas écrire les chifres en toutes lettres, élément récurrent dans l’exercice de traduction : veintisesenta/27/hasta el año veintisiete

  • que l’arabe est ma langue maternelle, que c’est d’abord en traduction arabe

Méconnaissance de la construction emphatique c’est…que (accord du temps verbal, relatif à utiliser)

Méconnaissance des adjectifs de nationalité (árabe) : arab/arabica/arabo/arabico/arabé/arabic

Ma langue maternelle : lengua-idioma de nacimiento/oriunda/inicia/de nacidad/natal/my primer lengua/la lengua de mi madre/la idioma de origen (de mi madre)/mi lengua maternalista/maternal/mi madre lengua/mi primer idioma/lengua matrimonial/dell ado de mi madre/el idioma que viene de mis padres/estrangerica/incognita/desconocida

  • que j’ai découvert Dumas et Dickens et Les Voyages de Gulliver,

Oubli de la préposition a devant un nom de personne (a Dumas y a Dickens)

Les Voyages de Gulliver : la non traduction du titre de l’ouvrage n’a pas été pénalisée

  • et que c’est dans mon village de la montagne, le village de mes ancêtres,

Méconnaissance de la construction emphatique c’est…que (accord du temps verbal, relatif à utiliser…)

Méconnaissance des mots courants (pueblo/montaña/antepasados)

que c’est dans mon village de la montagne : que es en mi ciudad de montaña vilagio/monte/sierra/ciudad de altitud/mi pueblo de la campecina/my pueblo montañero/campo/el paso de la montaña/suburbio/camp de monte/pequeñita ciudad/comuna/casa/vilage/campesino/cocina

mes ancêtres: mis viejos/antiguos/abuelos/bisabuelos/antiguos míos/predecesores/padres antiguos/ancianos padres/los padres de mis padres/heridos/donde ha vivido siempre mi familia/antiguos padres/antiguados

  • que j’ai connu mes premières joies d’enfant, et entendu certaines histoires

Confusion hijo/niño

joies : felicidades/felices momentos

d’enfant :de hijo/de chico

et entendu :oigué/oyo/oíyo/entiende/oyí/huy/oyendí/oiyó

  • dont j’allais m’inspirer plus tard dans mes romans .

Méconnaissance des mots courants (novelas)

Beaucoup de mal à traduire dont : donde inspirarme yo en mis romanos/en que mis romans me inspirarían

  • Comment pourrais-je l’oublier ? Comment pourrais-je jamais m’en détacher ?

Absence systématique du point d’interrogation ou d’exclamation en début de phrase et de l’accent dans le mot interrogatif : ¿Comó… ?

m’en détacher : hacer sin !

  • Mais, d’un autre côté, je vis depuis vingt-deux ans sur la terre de France,

Beaucoup de candidats ne savent pas écrire les chiffres en toutes lettres : 22/veintedos

Mais :no obstante/sin embargo

d’un autre côté : constructions calquées du français ou de l’anglais : por un otro lado, una otra mitad/por otra mano/en otro lado/en otro lugar/de otro lugar/por otro lugar/del otro lado/en el otro lado/en el otro lado

  • je bois son eau et son vin, mes mains caressent chaque jour ses vieilles pierres,

Méconnaissance des mots courants (beber/vino/piedra) : bebi/vevo/vivo/bibo/bibiendo su agua y su alicante/vin/viño/vi/alcól/alcool/vine

Confusion viejo/antiguo

Abus de soler+Infinitif pour éviter de conjuguer les verbes : suelo beber/suelo acariciar

Mis manos-maños tocan (caresan/bailan sobre/se ponen cada día sobre/recorren/se deslizan/miman/tocan delicamente/tocan con amor/patinan) sus viejas piernas (pieras/pierras/piaras/pieras/cailloutes/pernas/rocas/muros/edificios/pierdas/)/su vieja arena/viejos pisos/viejas ladrinas/antiguos ladrillos/antigua tierra/mis manos están en contacto/toco con las manos/piedras que tienen años

chaque jour : cada vez días

  • j’écris mes livres dans sa langue,

livros

  • jamais plus elle ne sera pour moi une terre étrangère.

jamais plus : peu de candidats ont utilisé l’expression ya nunca más

  • Moitié français donc, et moitié libanais ? Pas du tout !

Méconnaissance  des adjectifs de nationalité (français/libanais) : franceso/francesco/francese/françés/libaneso/libano/libanico

Confusion pues/entonces

Moitié français : cincuenta por ciento francés/medio europeo/tengo unpoco de frances

moitié libanais : cincuenta por ciento libano/ medio arabo/ y un poco de liban

Pas du tout ! : – étonnement inconnu des candidats. Le point d’exclamation à l’envers est souvent oublié

¡Que no! / ¡No y no!/¡Cierto que no!/¡Siempre que no!/¡No, por favor! /¡Oh no, Dios mío no!/ ¡Dios no!/ ¡Ay no!/¡Qué triste! /¡No Dios mío no, por favor!/ ¡Imposible!/Sobre todo no/De nunca manera/No, no es eso/No es así/Del todo no/Absolutamente no/No de-del todo/Ya no/Nunca de la vida/No lo más/No es el caso/Resolumentamente no/En nunca punto/Es cierto que no/No, por Dios

  • L’identité ne se compartimente pas,

Confusion compartir/compartimentar

Faux-amis (divisar pour dividir)

La identidad no se comparte como un cocktail

  • Elle ne se répartit ni par moitiés, ni par tiers, ni par plages cloisonnées

plages  cloisonnées : de  nombreuses périphrases ont été employées pour traduire cette expression, quelque fois bien  trouvées : no  se  separa  ni  en  dos  ni  en  tres  ni  en  partes herméticas, d’autres un peu curieuses : bandos temporales con separaciones claramente definidas voire absurdes : ni por playas separadas por muros/ playas enmuralladas/playas enfermadas/en sectores distintos/playas bloqueadas por un muro/ cajas cerradas/ playas restrictivas

 

Certains candidats ont traduit de façon superflue le pronom je les 10 fois comme il apparaît dans le thème, alors qu’il ne s’avère pas nécessaire dans aucun de ces segments ; son emploi abusif alourdit considérablement la traduction

 

La version

La version permet d’évaluer la compréhension de lalangue espagnole : le sens, les nuances, mais aussi les concepts liés au monde hispanique. Cette épreuve permet également d’apprécier la capacité des candidats à déjouer lespièges linguistiques et d’exercer le jeu de la traduction.

Nombreux sont les candidats qui ont des difficultés avec le lexique. Des termes basiques ont été traduits de façon fantaisiste (bolígrafo/curso/clase/demasiado/lleno/querer/fijarse)

Même ceux qui sont transparents (escaneados) posent parfois problème.

La conjugaison espagnole, non maîtrisée, occasionne de grosses erreurs (voy > veo / ir + gérondif – ir a + infinitif) : l’accord des adjectifs en genre et en nombre, celui des participes passés au passé composé (quand l’auxiliaire est préc dé du pronom COD) ne sont pas maîtrisés ; les subtilités de la grammaire espagnole qui sont souvent vues dans le secondaire (ir + gérondif) ne sont pas maîtrisées, les connecteurs logiques restent ignorés par de trop nombreux candidats (ahora/ya)…

Le défaut le plus fréquent a été la confusion des temps verbaux (présent pour passé et vice-versa), la ré-écriture du texte au passé. Le jury a constaté qu’un nombre considérable de candidats traduisent par du passé en français des présents espagnols, avec des fautes de conjugaison impressionnantes (je connecta/je comprena…). Beaucoup de difficultés à conjuguer des verbes tels que paraître, être, constater, remarquer, vérifier, savoir, découvrir.

Une grande confusion au niveau des sujets grammaticaux a été également relevée par le jury.

Les fautes d’orthographe ont été abondantes, même lorsqu’il ne s’agissait pas du passé simple : m´a donne*, rangee*s, placee*s, themes*, numerisés*, caligraphie*, je m´apprette*, paraise*, agresif*, opresi*f, pardonait*, je pensait*, se sont*…

Il a été noté également par le jury que certains candidats, faute de s’être relus, omettent de traduire un mot mais parfois aussi un segment.

Les meilleures copies ont montré une connaissance fine des différentes particularités linguistiques voire même une certaine élégance dans le rendu du texte. Nous tenons à féliciter les candidats qui, après une lecture attentive et à une analyse rigoureuse du texte, ont su transcrire le texte d’origine en faisant usage d’une bonne maîtrise de la langue espagnole.

 

Difficultés, fautes (liste non exhaustive)

De nombreuses erreurs ont été prélevées par le jury. Voici une liste d’exemples de traduction de la version classés par segments et relevés dans les copies et principales difficultés rencontrées paresl candidats :

  • Conecto el disco duro que me dio Mauro a mi ordenador portátil.

Le passé est restitué par du présent et vice-versa Je connectai/que me donne

  • Compruebo que hay cientos de archivos colocados en distintas carpetas.

Le sens du verbe comprobar dans ce contexte (constater) n’a pas été saisi par la plupart de candidats, qui l’ont traduit par vérifier

  • Viruca sin duda era metódica. Los tiene separados p or cursos y luego por temas.

Confusion curso/clase

Le passé est restitué par du présent et vice-versa

  • Viruca sin duda era metódica  : l’antivirus se mis a fonctionné/Viruca était méthodique
  • Los tiene separados : souvent confondu avec Les a/avait séparés
  • y luego: et lieux
  • Están los exámenes, los trabajos: comentarios de xtote y redacciones personales.
  • Están los exámenes :très peu de candidats comprennent cette structure espagnole.

Le passé est restitué par du présent et vice-versa Avaient été les examens

  • Voy directamente al curso que me interesa. A segundo B, del que soy tutora.

Méconnaissance des mots courants (curso/tutora)

Al curso : sur l’icône

A segundo B : des traductions absurdes, qui montrent que les candidats n’ont pas compris le contexte. Très peu d’entre eux ont su le traduire correctement. Le jury a accepté la traduction de segundo par seconde, même si les niveaux d’études ne correspondent pas.

Du A au B/A et B/L’onglet A et B/A deux B/Je me rends au cours A puis au B/A puis B/Le dossier A puis le B/A segonde B/Grand A petit B/Le A second B/Cours A puis thème B/Le A second B/A ensuite B/Aux deux B/A ensuite B/A et deuxièmement B/Le grand deux/Partie A et partie B/Au deuxième B/A ensuiteB/A suivant B/Au secondaire B

Del que soy tutora : les traductions approximatives ont été nombreuses : encandrante/institutrice/déléguée/auteur/enseignante/surveillante/tuteur/tutrice. Parmi les pires traductions de ce segment, nous avons trouvé celui qui me torture/auquel j’assiste cette année/dans lequel j’ai une licence.

  • Mauro tenía razón, todos los exámenes están escaneados.

Le passé est restitué par du présent et vice-versa Mauro a raison, tous les examens étaient…

escaneados : des multiples traductions erronées trouvées pour unterme pourtant transparent : analysés/classés/organisés/regroupés/enregistrés/corrigés/anotés/repertoriés/ordonnés/enchaî nés/catégorisés/rangés/photocopiés/renseignés/complets

  • Y están llenos de correcciones minuciosas, pero no con el bolígrafo rojo, sino azul o verde.

Mauvaise traduction de no… sino : plutôt

Barbarismes : miniscieuses

Y están llenos :anotés/suivis/accompagnés/et ce sont des paquets/et il y a plein

bolígrafo : ce terme est ignoré et donc parfois contourné: feutre/surligneur/écriture/correcteur/boligraphie/crayon/police de couleur/encre/caractère/couleur/code couleur/cachet

  • Supongo que el rojo le resultaba demasiado agresivo, demasiado opresor, demasiado punitivo.

Le passé est restitué par du présent et vice-versa

Beaucoup de candidats ignorent le pronom le et transforment le sens de la phrase : Je suppose que le rouge la rendait plus agressive/Le rouge donne un résultat très agressif et inspire beaucoup la punition/Le rouge est plus sanctionnable/Je trouve que le rouge la rendait très agressive/Le rouge donnait l’impression d’êtredavantage agressif /Je trouvai que le rouge était trop agressif/Le rouge donne un résultat/Le rouge devait rendre plus agressif/

  • Me fijo en la letra de Viruca. Es una caligrafía clara, legible, de trazos firmes.

Méconnaissance de mots courants (letra)

Me fijo en la letra : je regarde/je fixe/je me lance dans la lettre/je me fie à la lettre/je me fige la lettre/je m’en tiens à la carte/ ou encore au passé/ je portai mon attention/je lis la lettre/je tombe sur la lettre/j’ouvre la lettre

la letra : la lettre/la feuille/la copie/le papier/la carte/calligraphie

caligrafía : caligraphie/qualigraphie

  • No soy ninguna experta en ese tipo de análisis.

tipo : domaine

  • así que no voy a sacar ninguna conclusión sobre su  personalidad.

Dans ce segment, ont posé problème así que et sacar una conclusión (peu de candidats ont utilisé tirer une conclusion, mais le jury a accepté les variantes)

  • Pero sí que siento que, poco a poco, día a día, me voy acercando más a ella.

Beaucoup de difficultés à rendre le sens exact de Pero sí que, la plupart de candidats ayant contourné la difficulté en ignorant sí que et en gardant juste Pero siento que.

Certains candidats ne connaissent pas la structure me voy acercando a ella : Je vais m’approcher d’elle/Je vais me rapprocher d’elle/Je saisi qui elle est

  • Ya sé cómo era su aspecto físico, cómo la veían alumnos y profesores,

Confusion de sujets : sujets inversés (la femme devient le sujet)

Le passé est restitué par du présent et vice-versa

Ya sé: je sus

cómo era su aspecto físico  : à quoi elle ressemble

cómo la veían alumnos y profesores : elle regardait les élèves et les professeurs/comment est son aspect et comment la voient

  • Ya sé lo mucho que la quería su exmarido, y tambiénque tenían problemas económicos graves.

Curieusement, ce segment a posé de problèmes à bon nombre de candidats :

Ya a été ignoré dans un nombre considérable des cas ou mal traduit : maintenant/plus/parfaitement

Confusion de sujets : sujets inversés (la femmedevient le sujet)

Confusion de personne : la 3ème personne du pluriel (tenían) devient 3ème personne du singulier (la femme avait)

Le passé est restitué par du présent et vice-versa

Ya sé lo mucho que la quería su exmarido: Je sais à quel point elle aimait son ex-mari/ Je sais comme elle voulait son ex-mari/ Je sais tout ce que son ex-mari aimait chez elle/ Son ex-mari la désirait-voulait plus/ Son ancien mari cherchait à la reconquérir/ Je connais la volonté de son mari/Je sais déjà la plupart de choses que lui voulait son ex-mari/Je sais déjà qu’elle voudrait son ancien mari/Je sais déjà beaucoup sur le fait qu’elle aimait son ex-mari/Je sais beaucoup de choses que voudrait son ex-mari/Je sais ce que lui voulait tant/Je sais déjà beaucoup que son ex-mari l’aimait/Je sais beaucoup ce que voulait son ex-mari /J’en sais plus que ne l’aimait son ex-mari/El le en voulait beaucoup à son ex-mari/J’ai parfaitement conscience qu’elle appréciait son ex-mari/Elle aimait énormément son ex-mari/Elle aimait son ex-mari et elle avait des problèmes avec lui/Elle restait avec son ex-mari

y también que tenían problemas económicos graves et qu’elle avait des problèmes…

  • Y ahora sé cómo escribía y voy a empezar a ver cómo pensaba.

Le passé est restitué par du présent et vice-versa

Et à présent je savais comment elle écrit et j’allais connaître la manière dont elle pense/Et je sais comment elle écrivait et je vais commencer à écrire aussi/Je sais comme elle écrit et je vais voir comme elle pense/Et maintenant je connais son écriture et sa manière de penser/comment je pensait/voy : allai

 

 

Nos conseils aux futurs candidats pour la traduction

Nous encourageons les futurs candidats à suivre att entivement les conseils suivants :

Avant l’épreuve :

  • Lire attentivement les rapports de jury des années précédentes, principalement les conseils.
  • Revoir les points grammaticaux de base (y compris l’accentuation et la ponctuation) ainsi que la conjugaison dans les DEUX langues.
  • Travailler le langage quotidien, présent dans les dialogues (espagnol-français-espagnol).
  • Enrichir et travailler son lexique par tous les moyens écrits et auditifs.
  • S’entraîner régulièrement à la pratique de toutes les sous-épreuves.

 

Pendant l’épreuve :

  • Lire attentivement chaque texte jusqu’à la bonne compréhension du texte.
  • Identifier les difficultés (grammaticales, lexicales et syntaxiques), les différents personnages et les rapports entre eux, situer l’histoire et les personnages dans le temps et l’espace.
  • N’utiliser la traduction littérale qu’avec beaucoup de précaution afin d’éviter les erreurs dues aux expressions idiomatiques dont regorge la langue espagnole.
  • Eviter les barbarismes. Ne pas essayer de traduire à tout prix, saisir le mot à traduire par son contexte et opter pour l’utilisation d’un synonyme.
  • Eviter la traduction ‘mot à mot’ dépourvue de sens, ainsi que l’écriture de phrases dénouées de sens.
  • Eviter les ‘trous’. Le refus de traduction est pénalisé au plus haut point.
  • Le texte résultant, après la traduction, doit être marqué par le bon sens et la cohérence. La RELECTURE s’impose pour s’assurer de la bonne construction de l’histoire traduite, du bon sens et de l’harmonie du texte afin d’éviter ‘apparitionl de non-sens, les erreurs de construction et les fautes majeures, ainsi que les fautes d’inattention, coquilles, etc.

 

Nous souhaitons bon courage à toutes les candidates et à tous les candidats.

Tags: