Thème accessible pour aborder la rentrée en espagnol Thème accessible pour aborder la rentrée en espagnol
Un thème accessible pour aborder la rentrée en espagnol ? Pour continuer le début de l’année en douceur, voici un extrait tiré du livre Le... Thème accessible pour aborder la rentrée en espagnol

Un thème accessible pour aborder la rentrée en espagnol ? Pour continuer le début de l’année en douceur, voici un extrait tiré du livre Le Petit Prince qui te permettra de reprendre tranquillement tes marques. Le texte est assez classique, les phrases sont courtes, le vocabulaire abordable… de quoi te rafraîchir la mémoire sur des points essentiels en espagnol ! Bonne traduction et bon courage !

 

Extrait à traduire

J’ai ainsi vécu seul, sans personne avec qui parler véritablement, jusqu’à une panne dans le désert du Sahara, il y a six ans. Quelque chose s’était cassé dans mon moteur. Et comme je n’avais avec moi ni mécanicien, ni passagers, je me préparai à essayer de réussir, tout seul, une réparation difficile. C’était pour moi une question de vie ou de mort. J’avais à peine de l’eau à boire pour huit jours.

Le premier soir je me suis donc endormi sur le sable à mille milles de toute terre habitée. J’étais bien plus isolé qu’un naufragé sur un radeau au milieu de l’Océan. Alors vous imaginez ma surprise, au lever du jour, quand une drôle de petite voix m’a réveillé. Elle disait :

– S’il vous plaît… dessine-moi un mouton !

– Hein !

– Dessine-moi un mouton…

J’ai sauté sur mes pieds comme si j’avais été frappé par la foudre. J’ai bien frotté mes yeux. J’ai bien regardé. Et j’ai vu un petit bonhomme tout à fait extraordinaire qui me considérait gravement.

Extrait tiré du livre Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry

 

Proposition de correction

Viví así, solo, sin alguien(0) con quien poder hablar verdaderamente, hasta cuando(1) tuve una avería en el desierto del Sahara hace seis años. Algo se había estropeado(2) en el motor. Y como no tenía conmigo ni mecánico, ni pasajero, me preparé a intentar conseguir(3) yo solo(4), una reparación complicada(5). Era para mí una cuestión de vida o muerte(6). A penas tenía agua potable(7) para ocho días.

La primera noche me dormí en la arena a mil millas del lugar habitado más próximo(8). Estaba más aislado que un náufrago en una balsa(9) en medio del Océano. Pues imagínense mi sorpresa cuando al amanecer(10), una extraña vocecita me despertó(11). Decía:

– Por favor… ¡Dibújame una oveja!(12)

– ¿Cómo? / ¿Qué?

– Dibújame una oveja…

Me puse en pie como si me hubiera golpeado un rayo(13). Me froté bien los ojos. Miré con atención. Y vi a(14) un extraordinario muchachito que me observaba con gravedad.

 

Notes

(0) nadie aurait pu également être accepté.

(1) el momento en que aurait pu être accepté aussi.

(2) Se había roto aurait pu être accepté mais pour un problème réparable, on utilise plutôt estropearse qui se traduit par « s’abîmer ».

(3) llegar a cabo/realizar… autant d’expressions et de verbes qui auraient pu être acceptés.

(4) La traduction de « tout seul » par todo solo est interdite ! Éventuellement, on aurait pu mettre completamente solo, mais ici, l’utilisation du yo permet de donner un effet d’emphase similaire à l’emphase française.

(5) Ici, pas de difficulté : les synonymes tels que difícil ou compleja passent tout aussi bien !

(6) Cuestión de vida o de muerte est un peu maladroit car l’expression espagnole supprime le second de.

(7) Une traduction par agua para beber n’est pas fausse mais est un peu lourde en espagnol.

(8) On aurait pu accepter probablement a mil millas de cualquier lugar habitado. Ici, on a choisi d’étoffer un peu pour à la fois clarifier ce que cela signifie et ne pas alourdir la phrase.

(9) Le terme una balsa est bien sûr technique, une traduction de type una tabla de madera ou un barquito est déjà un bon début.

(10) Terme à connaître sur le bout des doigts avec atardecer et anochecer ! Ils sont très utiles en traduction et très utilisés en espagnol.

(11) Attention, on ne met surtout pas me ha despertado ! Le texte est suffisamment clair pour que l’on comprenne que les événements sont racontés au passé et qu’ils n’ont pas eu lieu le jour même.

(12) On n’oublie pas la ponctuation espagnole !

(13) L’expression de ponerse en pie de un brinco traduit la même action et aurait pu être utilisée. On aurait pu aussi penser à de golpe et en un instante qui se rapprochent plus de « d’un coup ».

(14) Il s’agit d’un COD de personne ! Il faut donc penser au a.

 

Alors comment s’est passé ce thème d’espagnol ? Retrouve dans cet article toutes nos ressources pour travailler et réviser cette matière.

Laurène Gaudin

Etudiante à Audencia Business School après 3 années au Lycée la Bruyère (Versailles).