Visite virtuelle du musée du Prado Visite virtuelle du musée du Prado
Rendez-vous aujourd’hui pour une visite virtuelle du fameux museo del Prado de Madrid. 🎨 Ce sera l’occasion pour toi d’en savoir un peu plus... Visite virtuelle du musée du Prado

Rendez-vous aujourd’hui pour une visite virtuelle du fameux museo del Prado de Madrid. 🎨

Ce sera l’occasion pour toi d’en savoir un peu plus sur ce musée et de découvrir trois tableaux mythiques qui y sont exposés : les peintres espagnols seront bien évidemment mis à l’honneur aujourd’hui !

 

Le musée en quelques mots

Inauguré en 1819, le musée du Prado compte aujourd’hui parmi les plus célèbres musées au monde. 🌍

Il regorge de tableaux mythiques des peintres européens les plus reconnus pour leur style. Parmi eux, des Espagnols tels que Velázquez, Goya, Murillo mais aussi El Greco, Botticelli, Rembrandt, Le Caravage ou encore Poussin.

Sa collection est impressionnante : plus de 8 000 peintures, 6 000 dessins, 3 000 estampes et 1 000 sculptures !

 

Trois tableaux mythiques

  • 1️⃣ Las Meninas, Velázquez (1656)

Tu as sans aucun doute déjà entendu parler de l’œuvre Les Ménines, considérée comme le chef-d’œuvre de Diego Velázquez et devenue une des œuvres les plus étudiées parmi les peintures occidentales, pour la complexité de sa composition.

Cette huile sur toile, aussi appelée La famille de Philippe IV, représente plusieurs personnages de la cour au sein du palais du roi Philippe IV. L’infante Marguerite est peinte au centre, accompagnée de ses deux ménines, ses demoiselles d’honneur.

Il s’agit d’un véritable jeu de perspectives et de reflets : le spectateur a l’impression d’être au centre de cette scène royale. Diego Velázquez s’est lui-même représenté sur cette toile : on le voit à gauche en train de peindre le portrait du couple royal que l’on distingue à droite du tableau, et qui se réfléchit au fond dans le miroir.

 

Focus sur Diego Velázquez (1599-1660)

Peintre baroque espagnol emblématique, il développe tout d’abord un style de peinture avec des clairs-obscurs, à l’instar de cette peinture.

Né à Séville, il se forme auprès d’artistes dès son plus jeune âge et son professeur Francisco Pacheco lui fait rencontrer les intellectuels de la ville.

Il voyagera à deux reprises en Italie pour s’initier au baroque, le foyer de la Renaissance. Il fut aussi une référence pour les peintres impressionnistes français, qu’il impressionne.

À 24 ans, il devient le peintre officiel de la cour du roi Philippe IV en 1623 à Madrid et gravit petit à petit les échelons. Il lui restera fidèle jusqu’à la fin de sa vie et est à son service depuis 33 ans quand il peint Las Meninas.

 

  • 2️⃣ El tres de Mayo, Goya (1814)

Cette huile sur toile dénonce les drames et les désastres qui ont eu lieu pendant la guerre d’indépendance espagnole et rend hommage aux résistants espagnols sur demande du gouvernement espagnol.

En effet, l’œuvre représente les combattants espagnols assassinés par les soldats français dans la nuit du 2 au 3 mai 1808. Cette nuit-là, environ 400 personnes sont exécutées, après le soulèvement du peuple espagnol contre les troupes du dirigeant français Napoléon Ier.

Ce tableau est l’homologue du Dos de Mayo, aussi présent au musée du Prado, qui représente la scène de la veille : ils forment ensemble un diptyque.

Anecdote : on retrouvera l’homme à la chemise blanche dans Guernica de P. Picasso. 

 

Focus sur Francisco de Goya (1746-1828)

De son nom complet Francisco de Goya y Lucientes, il naît à Saragosse et meurt à Bordeaux à l’âge de 82 ans.

Il s’intéresse à l’art dès son plus jeune âge, dans les années 1760, et se rend à Madrid. Après avoir échoué deux fois à l’examen d’entrée de l’Académie des Beaux-Arts San Fernando, il part vivre à Rome quelque temps. C’est là-bas qu’il se familiarise avec le romantisme et la peinture réaliste, et qu’il se crée une certaine réputation.

Il réalise par la suite plusieurs commandes pour la famille royale d’Espagne. Il devient célèbre grâce à ses séries de « cartons », tels que L’Ombrelle, peint en 1777.

En 1792, il est gravement atteint de saturnisme, ce qui le fait devenir sourd. Sa maladie marque une rupture dans sa carrière.

De nombreux thèmes rythmeront sa peinture. Après avoir réalisé de nombreux portraits, il affrontera un procès du tribunal de l’Inquisition pour deux de ses célèbres peintures : La Maja vêtue et La Maja nue. Puis, ce sera au tour des horreurs de la guerre commises par les troupes françaises d’être peintes par Goya : il réalisera une série de 82 gravures nommée Les désastres de la guerre. Il s’intéressera aussi à la tauromachie à plusieurs reprises.

Enfin, il finit par s’exiler à Bordeaux en 1824 pour échapper à la répression de Ferdinand VII.  Il meurt malade, sourd et presque aveugle en 1828.

 

  • 3️⃣ El caballero de la mano en el pecho, El Greco

Aussi appelé Le gentilhomme à la main sur la poitrine, ce tableau a été peint entre 1578 et 1580 par El Greco et est une des plus célèbres œuvres de la Renaissance.

Mystère sur l’identité du modèle ! On ne sait pas exactement qui a posé pour le peintre : des rumeurs indiquent qu’il s’agirait de Juan de Silva y Ribera, chef militaire de l’Alcazar de Tolède ; d’autres pensent à Miguel de Cervantes…

L’homme semble prêter serment, la main sur la poitrine en regardant le spectateur.

Nombreux de ses portraits sont peints comme celui-ci : au buste, avec une main apparente, les modèles vêtus de noir avec une collerette blanche. Le fond est sombre, légèrement lumineux, pour faire ressortir le visage. L’homme est peint de manière expressive, avec un regard profond. On remarque encore une fois une certaine disproportion du corps.

 

Focus sur El Greco (1541-1614)

Domínikos Theotokópoulos est considéré comme le pionnier de l’art moderne. Originaire de Crète, puis formé en Italie, il développera son style si particulier, avec notamment des personnages aux formes allongées, parfois très minces et très grands. Son style se définit par le maniérisme, des couleurs pures (jaune, rouge) et des fortes lumières vives.

Les thèmes religieux sont omniprésents dans ses peintures, mais il réalisera aussi de nombreux portraits.

Longtemps ignorée ou rejetée, sa peinture a connu son plus grand succès au XXe siècle et inspire de nombreux artistes, tels que Picasso.

Il rejoint l’Espagne en 1577 pour des raisons financières et s’installe à Tolède, capitale religieuse de l’Espagne à l’époque.

Le chef-d’œuvre de sa carrière artistique est sans aucun doute l’Enterrement du Comte d’Orgaz, immense peinture en deux parties exposée à Tolède, représentant la vie et la mort.

Le musée du Prado est aujourd’hui le plus riche en œuvres d’El Greco.

 

30 mots de vocabulaire au musée

  • Aller au musée : ir al museo
  • Exposer : exponer
  • Acquérir : adquirir
  • Le peintre : el pintor
  • Le dessinateur : el dibujante
  • Le portraitiste : el retratista
  • Le dessin : el dibujo
  • Le sujet : el tema
  • Le portrait : el retrato
  • Le chef-d’œuvre : la obra maestra
  • Le paysage : el paisaje
  • La nature morte : el bodegón
  • La toile : el lienzo
  • Un coup de pinceau : una pincelada
  • Le tableau : el cuadro
  • La peinture à l’huile : el óleo
  • Les tons : los tonos
  • Les couleurs : los colores (attention, masculin en espagnol)
  • La nuance : el matiz
  • Les couleurs primaires : los colores fundamentales
  • Le reflet : el reflejo
  • Au premier plan : en primer plano
  • Au fond : al fondo
  • Le chevalet : el caballete
  • Un nu : un desnudo
  • Un clair-obscur : un claroscuro
  • Une peinture murale : un mural
  • Un peintre muraliste : un muraliste
  • Pictural : pictórico
  • Une fresque : un fresco (attention, masculin en espagnol)

Marion Mouchet

Etudiante à Toulouse Business School après 2 ans d'ECS au Lycée Berthollet à Annecy