Méthodologie de la composition d’histoire en A/L Méthodologie de la composition d’histoire en A/L
La dissertation d’histoire est une épreuve phare en classe préparatoire littéraire A/L. Très exigeante, car demandant un travail conséquent, en raison notamment de l’apprentissage... Méthodologie de la composition d’histoire en A/L

La dissertation d’histoire est une épreuve phare en classe préparatoire littéraire A/L. Très exigeante, car demandant un travail conséquent, en raison notamment de l’apprentissage de connaissances très nombreuses, elle obéit à des règles très strictes de rédaction et de présentation. C’est essentiellement sous cet angle que nous aborderons cet article, car quoi de pire que d’être parfaitement au point sur ton programme d’histoire sans avoir la bonne méthode pour présenter et organiser tes connaissances ?

 

Une mécanique à bien huiler

Un des objectifs avant de te plonger dans une dissertation d’histoire est d’avoir en tête le cheminement, le déroulé, la tournure que doit prendre ton devoir. Il doit être progressif, clair et direct. Ta copie doit obéir à ce que l’on peut appeler les « codes » de la dissertation, c’est-à-dire respecter le format attendu. En l’occurrence, il s’agit pour les épreuves destinées au concours d’entrée aux Ecoles Normales Supérieures (ENS) et pour le concours de la BCE (Banque Commune d’Epreuves pour les écoles de commerce) du format traditionnel en trois parties et trois sous-parties. Celles-ci doivent suivre et répondre à la problématique que tu auras énoncée en introduction.

Nous t’encourageons à consulter de bonnes copies, même si tu penses que tu as déjà compris la méthode. En effet, il est toujours intéressant de lire d’autres points de vue et approches, d’autres manières de traiter le sujet afin d’avoir une visibilité étendue pour le programme à traiter. Cet exercice est toujours enrichissant, alors n’hésite pas à demander à tes camarades pour vous échanger vos copies !

Plan thématique ou chrono-thématique ?

Tout dépend du programme étudié, mais aussi et surtout du sujet sur lequel tu vas tomber. En général, les professeurs qui vous préparent à cette épreuve vous orienterons en début de chapitre ou d’année pour les khâgneux plus particulièrement. En effet, certains programmes se prêtent davantage à un exposé chrono-thématique (chronologique pour les parties, et plus thématiques à l’intérieur de ces parties) ou thématique. Par exemple, le programme d’histoire de la session 2020, « La Chine, du traité de Nankin à la Proclamation de la République populaire 1842-1949 », invitait à étudier ce dernier sous le prisme d’une approche chrono-thématique. Le sujet tombé au concours, « Moderniser la Chine », répondait au mode d’apprentissage de cette question et il s’agissait donc de répondre par cette approche.

 

Le brouillon : plusieurs approches

Tu l’auras peut-être remarqué si tu as déjà consulté nos articles consacrés à la méthode de la dissertation par matières, le temps passé au brouillon est absolument incontournable. Il est véritablement d’une importance capitale car c’est ce qui va te permettre de construire ton propos, de l’orienter et de l’agrémenter en fonction de la réponse que tu veux apporter au sujet qui t’es posé. Pour cela, tu peux commencer par plusieurs pistes.

La méthode pêle-mêle

Tout d’abord, tu peux jeter toutes les idées qui te viennent à l’esprit sur tes notes pour être sûr de ne rien oublier d’essentiel (grandes idées, thèmes importants, personnages et dates incontournables, …). Tu auras besoin d’une seconde étape si tu optes pour ce mode de fonctionnement en triant les informations et en les classant dans tes parties et sous parties. Tes surligneurs seront alors tes meilleurs amis !

Travail sur le vocabulaire

De la même manière, tu peux aussi commencer la rédaction de ton brouillon en définissant les termes du sujet. Ce travail sera de toute façon à réaliser tôt ou tard pendant cette étape, mais cela peut t’aider, te guider et t’empêcher de faire un hors-sujet en cadrant dès le début ta réflexion et en t’y astreignant. Rappelons que dans tous les cas, quel que soit l’ordre dans lequel tu entames cette étape, tu devras t’y soustraire pour préparer au moins l’introduction.

Enfin, tu peux aussi choisir de te constituer une frise chronologique qui t’aidera à te repérer tout le long de ton devoir, qui servira de base à ta réflexion et t’évitera de faire des erreurs d’inattention notamment ! Parce que les représentations mentales de ce type comptent vraiment, voici le lien qui te permettra d’élaborer de bonnes frises chronologiques adaptées à la situation. Révisions ou devoir, ce support n’aura plus de secret pour toi et te permettra d’avoir les idées claires en ce qui concerne des périodes aussi bien étendues que plus restreintes ! Bien entendu, mêler l’ensemble de ces approches te sera bénéfique. Tout dépend de ta manière d’aborder un sujet de dissertation en histoire au premier abord.

La rédaction

Avant toute chose, assure-toi que ton brouillon et ton plan sont complets. Ne te dis pas que tu les complèteras au fur et à mesure de la rédaction, car tu risquerais d’oublier des éléments importants, sans ne plus pouvoir revenir en arrière. Dans l’idéal, rédige au préalable au brouillon ton introduction et ta conclusion. En effet, après six heures de composition, il se peut que tes idées soient moins claires, ou en tout cas moins fraîches qu’en début d’épreuve, ce qui pourrait te pénaliser.

De plus, c’est souvent dans les détails, l’originalité et la précision des informations et des exemples que réside le secret de la réussite d’une dissertation. Par ces moyens, tu souligneras le fait que ton propos s’adapte tout entier à la réponse au sujet, que tu n’utilises pas un plan « passe-partout » valable pour plusieurs sujets, mais au contraire que tu as utilisé les connaissances dont tu disposes pour construire une composition répondant spécifiquement et personnellement au sujet.

Par ailleurs, n’hésite pas à utiliser des connecteurs logiques. Même si ceux-ci peuvent relever d’une approche scolaire, ils te permettront néanmoins de dérouler ton argumentaire de manière naturelle, et montrer que ton propos suit un fil logique. Ils seront appréciés car ils souligneront la fluidité et la maîtrise de ton exposé, et mettront en valeur la structuration de ta rédaction.

L’introduction

Si tu as opté pour la rédaction de ton introduction en l’ayant écrite d’abord au brouillon, tu n’auras plus qu’à la recopier sur ta copie. Sinon, attelle-toi à en écrire une qui soit organisée, commençant dans l’ordre par une accroche (avec une citation bien choisie dans l’idéal), l’explication des termes du sujet, celle des bornes chronologiques (et intermédiaires s’il y a lieu de le faire selon toi) et du contexte général dans lequel on t’invite à opérer ta réflexion. Puis il s’agira d’arriver après la pose de ce prologue indispensable à la présentation de ta problématique qui conduira à l’énonciation de ton plan. Il te faut autant que faire se peut tourner les intitulés de tes parties en fonction de la réponse au sujet pour indiquer clairement dès le départ la tournure que va prendre ta réflexion.

Développement et citations

Au moment du passage à l’écriture au propre de ta dissertation, tu dois suivre ce que tu as indiqué sur ton brouillon, qui constituera ta « feuille de route ». Relis régulièrement ce que tu as écrit pour éviter les fautes d’orthographe particulièrement malvenues dans ce type de devoir. Par ailleurs, il est très important, voire déterminant, d’y inclure des citations. Elles seront la clé de voûte de ton devoir, qui s’en trouvera renforcé. La différence entre une bonne et une très bonne copie se joue sur ce type de « détails » mais qui n’en sont pas vraiment en réalité.

L’introduction de citations pertinentes et de qualité est primordiale et feront la différence avec des copies qui n’en proposent que peu ou seulement des citations incontournables, que tout le monde ou presque utilisera. Afin d’obtenir quelques conseils pour chercher, obtenir et incorporer des citations de qualité, nous te conseillons de consulter notre article spécialement dédié à ce sujet juste ici.

Dates et transitions

N’oublie pas de rappeler de manière régulière les bornes chronologiques dans lesquelles tu te places pour ta démonstration. Les repères sont essentiels et permettront à ton correcteur de voir la pertinence et l’exactitude de ton exposé. Essaie de citer avec le plus de précision possible les événements ou dates que tu évoques. Le cas échéant, si tu as un doute sur les dates, essaie d’arrondir subtilement en situant la période sur un mois, une année, une décennie ou même un siècle.

De la même manière, n’oublie pas de rédiger des paragraphes de transition entre la fin d’une partie et le début d’une autre. Il s’agira de résumer en une phrase ce que tu as dit précédemment pour t’amener à l’évocation du point suivant, de l’objet de ta partie suivante. Cette étape, souvent oubliée ou négligée, permet pourtant de recentrer si besoin ta réflexion et montrer au correcteur que tu te tiens au plan que tu as annoncé et que ton raisonnement est logique et découle naturellement de ton propos. Tu peux évidemment y introduire une citation en la commentant par exemple, ce qui te permettra d’enchaîner plus élégamment dans ta partie suivante.

La conclusion

Celle-ci est le point d’acmé de ta dissertation : c’est le point final qui résume rapidement ce que tu auras dit précédemment qui te permet d’ouvrir ta réflexion. Attention aux généralités et aux redites qui terniront le reste du travail qui aura été fait. Soigne tes formules sans redire ce que tu auras déjà dit, insère une citation si tu le peux en phrase finale pour donner davantage de profondeur et de fondement à ta conclusion. Tu peux également envisager d’ouvrir ton propos sur un événement marquant qui découlera de la période, une œuvre (artistique, littéraire, cinématographique, musicale, …) en rapport avec le sujet.

Annales et rapports de jury : des documents à consulter absolument

Par ailleurs, il est extrêmement intéressant de consulter les rapports de jurys sur les épreuves antérieures, celles des autres sessions, qui vont te guider pour celles que tu vas passer. Tu y trouveras les attendus, les erreurs récurrentes à ne pas commettre, les éléments à éviter spécifiquement pour chaque matière. Nous te conseillons donc vivement d’aller les consulter avant de passer les épreuves pour ne pas tomber dans certains pièges qui te pénaliseront.

À toutes fins utiles, voici donc le lien qui renvoie vers la page des rapports d’épreuves de la session 2020. Tu y trouveras ceux d’histoire de tronc commun et l’ensemble des sujets des autres matières. Pour la BCE, tu retrouveras ici le portail qui te permettra de sélectionner puis consulter les sujets, rapports et bonnes copies de la filière littéraire pour te préparer au mieux pour les concours !

Pour conclure, une matière bien préparée, c’est-à-dire efficacement et judicieusement, respectant la méthode et surtout les attendus, ne constitueras pas une matière effrayante ou insurmontable pour toi le jour du concours. Il te faudra être solide le jour J, tant du point de vue des connaissances que de la méthode, qui sont des éléments indissociables. Si tu souhaites retrouver d’autres conseils plus spécifiques pour la méthode de la dissertation de lettres ou de géographie, clique sur celle(s) qui t’intéressent ! 😉

Ariane Thévenet

Élève à l'École Normale Supérieure de Lyon après deux années de classe préparatoire A/L au lycée Fénelon à Paris et ancienne interne au lycée d'État Jean Zay.