Gérer le stress des premières colles en prépa littéraire A/L Gérer le stress des premières colles en prépa littéraire A/L
Les colles, ou interrogations orales, peuvent paraître impressionnantes, surtout en début de prépa littéraire A/L. Elles sont l’un des principes d’évaluation propres aux CPGE.... Gérer le stress des premières colles en prépa littéraire A/L

Les colles, ou interrogations orales, peuvent paraître impressionnantes, surtout en début de prépa littéraire A/L. Elles sont l’un des principes d’évaluation propres aux CPGE. Exit les exposés à faire devant ta classe au lycée, place maintenant aux entretiens individuels. Ils pourront s’effectuer en face à face avec ton professeur ou avec un colleur extérieur. Si tu entres en prépa et qu’on t’a décrit les colles comme des moments de torture inhumains, cet article est fait pour toi ! Il t’aidera à dédramatiser l’exercice, en décortiquer le fonctionnement et peut-être même t’y donner goût !

 

Principe des colles en prépa littéraire A/L

Définition

Une colle en filière littéraire est la plupart du temps à effectuer seul. Cependant, il pourra t’arriver d’avoir à travailler en binôme, voire à former un « groupe de colle ».

Cette interrogation orale porte sur un sujet donné (surtout dans les matières de tronc commun telles que l’histoire, la philosophie ou la géographie en première année et en deuxième année en filière moderne) ou sur un texte (langues vivantes, langues mortes, lettres, spécialités histoire-géographie ou philo en khâgne moderne). Elle reproduit le format auquel tu seras confronté lors du passage de tes oraux aux concours.

 

Objectif

Il s’agit de te préparer pendant les deux, voire trois années de prépa aux épreuves orales que tu passeras aux concours. L’exercice de la colle est en réalité calqué sur le modèle des discussions qui avaient lieu lors des salons littéraires. Dans ces salons, plusieurs protagonistes conversaient sur un sujet ou un texte. C’est donc un exercice mêlant aisance à l’oral, fluidité et intérêt du propos.

Il est à noter que dans la plupart des prépas littéraires A/L, les colles suivent les modalités des oraux des concours des Écoles normales supérieures (ce qui beaucoup plus rare pour celles des oraux des concours des écoles de commerce). Si tu es intéressé par ces dernières, tu peux toujours en faire part à tes professeurs en deuxième année pour qu’ils adaptent au format des colles des concours aux écoles de commerce.

 

Le temps de préparation : un moment décisif

Les modalités des colles en prépa littéraire A/L

Une colle est constituée dans un premier temps d’une période de préparation. En général, il s’agit d’une heure pour les colles à préparer sur place ou quelques jours si le sujet t’est donné à l’avance. C’est le cas s’il nécessite un travail de recherche particulier. Dès la réception de ton sujet, assure-toi de bien repérer ta salle de passage. Arriver hors d’haleine devant ton colleur est rarement du meilleur effet, surtout si tu dois commencer immédiatement ta présentation en reprenant péniblement ton souffle…

Ainsi, le lieu dans lequel tu auras à préparer ta colle (CDI, salle de travail, salle de classe vide, etc.) est généralement différent. Choisis donc un endroit propice au travail, où tu seras seul et tranquille !

 

L’analyse du sujet

Une fois que tu disposes de ton sujet, pense à le lire plusieurs fois avant de te lancer pour réduire les risques de hors-sujet. Analyser puis définir les termes les plus importants constitue un excellent point de départ pour ta réflexion. Si ton professeur t’a fourni des consignes particulières, relis ces dernières. Ensuite, définis bien tous les termes du sujet et analyse les mots importants du texte qui t’est donné.

 

La rédaction du brouillon

Le brouillon d’une colle est déterminant, dans la mesure où il s’agit d’un exercice de rapidité. Tu dois élaborer une introduction, un développement et une conclusion dans un temps très court. Pour ce qui est du mode de rédaction, il y a plusieurs écoles. Certains n’écrivent que les idées essentielles et mots-clés (souvent les plus à l’aise à l’oral), d’autres préfèrent écrire l’ensemble de leurs idées par peur de se perdre. C’est à toi de choisir la technique qui te convient le mieux. Cependant, n’oublie pas que ton temps est limité. Certaines phrases ne sont pas nécessairement à écrire mot pour mot.

Si tu es partisan d’une rédaction minimale, n’oublie pas que la rédaction complète de l’introduction et de ta conclusion est conseillée. En effet, l’introduction donne à ton examinateur une première impression de ton travail. Elle va d’ores et déjà déterminer un certain nombre de paramètres concernant ton exposé. La conclusion quant à elle sera la note finale de ton propos.

 

Quelques conseils

Tu peux utiliser des surligneurs à volonté, notamment pour les titres, pour bien visualiser les éléments clés de ta présentation. Essaie de soigner l’intitulé de ta problématique et la formulation de tes parties que tu devras énoncer. Tu peux les faire apparaître en gros sur tes feuilles. N’oublie pas que ton examinateur ne jugera pas l’esthétique de ton brouillon mais seulement le contenu de ce que tu vas dire !

 

L’entrée dans la salle de colle ou comment prendre tes marques

L’arrivée dans la salle

À la fin du temps qui t’est imparti arrive le temps de l’exposé devant le colleur. L’attente devant la porte de la salle de ce dernier est parfois quelque peu oppressante, alors profites-en pour respirer un bon coup. Tu peux éventuellement relire ton plan et/ou ton introduction si tu as peur de tout oublier le moment venu.

Ensuite, l’entrée dans la salle constitue un moment pendant lequel tu vas pouvoir te familiariser avec les lieux. Prends le temps de t’installer. Mets-toi dans une position stable et confortable, le dos droit, les pieds plantés au sol et de préférence les mains devant toi, posées sur le bureau pour paraître le plus assuré. Tu peux choisir de garder un stylo ou un crayon si tu préfères avoir un objet dans tes mains. Choisis-le de telle manière à ce qu’il ne fasse pas de bruits parasites qui pourraient perturber ton examinateur. Si tu ne désires pas avoir de quoi noter autre que tes feuilles d’exposé, garde tout de même un stylo à proximité. Il te sera utile au moment de la « reprise » par ton colleur pour noter ses commentaires, remarques et conseils.

 

Se lancer

À ce stade, une règle doit s’appliquer : ne pas paniquer. Rappelle-toi que tu as déjà effectué ce type d’exercice au lycée, notamment lors des épreuves anticipées de français ou des épreuves de langue au baccalauréat. Appuie-toi sur ta propre expérience. Le principe de l’explication de texte en littérature par exemple est à peu de choses près le même que celui de l’oral des épreuves anticipées de français que tu auras passées en fin de classe de première, quelle que soit ta filière. Le niveau ne sera certes pas tout à fait le même à l’entrée en prépa. Cependant, toutes les clés te seront données pour t’adapter à ces nouvelles exigences.

De même, méfie-toi des rumeurs sur tel ou tel colleur. Concentre-toi plutôt sur ta performance. Au contraire, une colle peut être un moment très agréable, qui te permettra d’approfondir un sujet en particulier, le tout dans le cadre d’un échange privilégié. La raison d’être des colles en prépa littéraire A/L n’est pas d’humilier ou de punir. Elle est plutôt de sanctionner à un instant donné le niveau d’une présentation orale effectuée dans un temps limité. L’objectif de ce type d’exercice est de t’apporter des conseils pour t’améliorer et te fournir des explications sur un point en particulier.

 

L’exposé oral des colles en prépa littéraire A/L

La gestion du temps, un élément clé pour réussir ta colle

C’est le moment de se lancer. Il n’est plus temps de corriger ni une phrase ni le moindre mot. Dès que tu es prêt, signale-le à ton colleur. Le décompte du temps qui t’est alloué commence à s’écouler. Pour cela, la gestion du temps est un élément essentiel. Elle entre en compte pour ta prestation et donc ta note finale ! N’oublie pas d’apporter une montre, ou même un réveil pour savoir exactement le temps de parole qu’il te reste. À noter que l’usage d’un téléphone en tant que minuteur n’est pas la meilleure idée car il te sera interdit le jour J. Autant prendre de bonnes habitudes dès le début pour éviter d’être déstabilisé le moment venu !

Pendant le déroulé de ta présentation, fais-toi confiance et suis tes notes. Mets en avant ta problématique qui est un excellent moyen de voir si tu as compris les enjeux du sujet qui t’est proposé. Enfin, reporte-toi au texte si c’est le support de ta colle, pour bien montrer que ce dernier n’est pas un prétexte pour réciter tout ton cours.

 

L’importance du langage corporel

Le regard est un aspect primordial qu’il ne faut pas écarter. Il déterminera notamment une partie de ta diction. En effet, si tu ne fais que lire tes notes sans faire attention à la personne qui est devant toi, ton exposé paraîtra plus plat et monotone. En revanche, si tu t’attaches à accorder de temps à autre un regard à ton colleur, ce dernier sera à coup sûr plus attentif. Si tu butes sur un mot, que tu hésites ou que tu as perdu le fil de ton développement, garde ton calme et reprends à la phrase précédente. Le correcteur ne t’en voudra jamais pour ça car cela arrive à tout le monde !

 

La reprise

Après ta prestation, le colleur pourra te poser des questions. Ne te relâche pas en te disant que ta colle est finie. En effet, la reprise permet d’approfondir certains points, de vérifier quelques détails trop vite évoqués. C’est aussi le moment de s’assurer que quelques petites erreurs glissées dans ton exposé et dues au stress n’étaient pas volontaires. L’examinateur peut également être amené à aller plus loin. Il pourra te parler de manière plus générale d’une époque, d’un contexte, d’un auteur ou personnage historique influent.

À la fin de ce moment et une fois que remarques et conseils t’auront été donnés, le colleur – en particulier s’il s’agit de ton professeur – sera susceptible de te demander si tu as des interrogations particulières.

 

Pour finir, cet exercice a donc pour but de te faire progresser à l’oral. Il te permettra de gagner en assurance et d’acquérir la méthode exigée aux concours. Ainsi, si tes premières colles ne sont pas des plus concluantes, ne te décourage pas. Écoute les conseils méthodologiques de tes colleurs et continue à travailler. Enfin, garde en tête que plus tu en feras, meilleur tu seras. Cela renforcera à coup sûr la portée de ton propos et tes résultats ! N’oublie pas de consulter notre article pour bien commencer ta rentrée en prépa littéraire A/L !

Ariane Thévenet

Élève à l'École Normale Supérieure de Lyon après deux années de classe préparatoire A/L au lycée Fénelon à Paris et ancienne interne au lycée d'État Jean Zay.