La Méthode ultime pour réussir la synthèse de textes ESCP La Méthode ultime pour réussir la synthèse de textes ESCP
La synthèse de textes ESCP est pour beaucoup une épreuve étrange et peu travaillée car elle est peu coefficientée, et ne sert que pour... La Méthode ultime pour réussir la synthèse de textes ESCP

La synthèse de textes ESCP est pour beaucoup une épreuve étrange et peu travaillée car elle est peu coefficientée, et ne sert que pour l’ESCP. De plus, les notes seraient soi-disant données comme à la loterie, et il n’y aurait aucune méthode sérieuse à suivre. C’est complètement faux ! Réussir la synthèse de textes ESCP n’est pas le fruit du hasard. Pour t’aider à dompter cet exercice, on te donne dans cet article une méthode précise, clé de la réussite de cette épreuve. La preuve, j’ai eu 16 en synthèse de textes au concours grâce à cette méthode.

 

L’esprit général de l’épreuve

La synthèse de textes ESCP est souvent comparée à la contraction, à tort ! C’est un exercice complètement différent. Le sujet comporte trois textes d’auteurs différents à confronter entre eux, là où la contraction n’en compte qu’un à résumer. Le but de la synthèse de textes est certes d’évaluer le niveau de maitrise de la langue française et la capacité de rédaction, mais aussi de mesurer la culture générale des candidats et leur habilité à comprendre les textes ou non.

Les trois textes portent toujours sur le même thème, même s’ils l’abordent généralement d’une façon différente. Il faut confronter ces textes dans un développement de 300 mots, plus ou moins 10%, avec des règles précises. Tout d’abord, la synthèse doit être structurée en trois parties, lesquelles sont introduites par une question. Ensuite, tout ce développement doit répondre à une problématique plus large, posée au début du devoir. Enfin, dans chaque partie, il faut confronter les trois textes entre eux.

La forme de l’épreuve est donc très importante, mais le fond est aussi à travailler. Les correcteurs évaluent en effet la capacité des candidats à confronter les textes de façon pertinente, c’est-à-dire à trouver sur quels points ils s’accordent et sur quels points ils se contredisent.

L’épreuve dure 4 heures, ce qui peut paraître long, mais est en réalité très court ! On t’explique dans cet article comment optimiser ce temps au mieux, pour avoir une très bonne note.

 

La méthode à suivre pour réussir la synthèse de textes ESCP

Une lecture active des textes

La première chose à faire lors de l’épreuve est de bien lire les trois textes. Tu peux commencer par écrire le nom des auteurs et les titres des œuvres sur le brouillon. Les titres sont souvent un bon indice du thème principal, partagé par les trois textes.

Ensuite, munis-toi de crayons de couleurs ou surligneurs, et commence la lecture. Surligne tous les arguments que tu trouves dans le premier texte, en prenant bien soin à utiliser une couleur différente par idée. Tu peux éventuellement faire un code plus précis : par exemple, je surlignais chaque argument avec une couleur différente, et je soulignais les exemples qui s’y attenaient avec un crayon de la même couleur que l’argument.

Après la lecture, tu devrais avoir deviné le thème global des trois textes, mais ce n’est surtout pas le moment de penser à la question principale ! Il reste encore plein d’étapes avant de la formuler. Tu auras aussi trouvé un texte qui s’écarte un peu du sujet, ou qui traite le thème d’une façon très différente. C’est normal, il y a toujours un texte qui se démarque, c’est d’ailleurs ce qui fait la difficulté de la synthèse.

 

La mise en place des idées au brouillon

Une fois que tu as fini la lecture, fais un premier tableau, récapitulant les idées principales de chaque auteur dans l’ordre où elles apparaissent dans le texte.

Texte 1Texte 2 Texte 3
Idée 1 idée 1idée 1
Idée 2Idée 2Idée 2
Idée 3Idée 3Idée 3

Tu auras sûrement besoin de fusionner deux idées d’un même auteur, ou à l’inverse d’en scinder une en deux, pour avoir bien trois idées par texte. Pour ce qui est de l’intérieur du tableau, tu as plus ou moins le choix : tu peux inscrire uniquement les idées principales, ou quelques mots qui décrivent les arguments secondaires et les grands exemples.

 

La recherche du plan et des questions secondaires

Ensuite vient la partie la plus difficile : l’élaboration du plan et la recherche des questions secondaires. Pour rappel, les questions secondaires représentent globalement les « titres » des trois parties, et la question principale représente le « titre » de la synthèse.

Pour structurer la synthèse de textes, il faut d’abord confronter les idées principales. Là encore, tu vas devoir prendre des crayons de couleurs (trois, pour être exacte). Entoure les trois idées du premier texte avec trois couleurs différentes, puis regarde les idées du second texte, et entoure celle qui va avec la première idée du premier texte de la même couleur, et ainsi de suite. Cette partie est particulièrement délicate, puisqu’il faut trouver des rapprochements entre les textes qui ne sont pas forcément évidents. Pour t’aider, tu peux survoler rapidement quelques passages du texte. Même si les idées n’ont apparemment pas de lien, essaie de les rapprocher : elles peuvent parfois se contredire sur un même sujet par exemple.

Après cette dure étape vient celle, un peu plus simple, de l’organisation du plan. Chaque couleur représente un paragraphe, et il suffit de décider quelle idée doit être présentée en premier. Généralement, c’est assez simple, puisqu’une idée est souvent la conséquence d’une autre. Tu peux refaire un tableau, qui ressemblera à peu près à ça (c’est un exemple, bien sûr, l’ordre des arguments peut être différent) :
Enfin vient l’étape fatidique de la rédaction des questions secondaires. Pour chaque paragraphe, il faut résumer l’idée en quelques mots, et comprendre à quelle question elle répond. La formulation des questions est particulièrement difficile, car elles doivent être très courtes (entre 8 et 15 mots), tout en restant claires et pertinentes. Sur le fond, il faut faire attention à ne pas faire une question trop large ou trop étriquée. Surtout, soigne bien la formulation des questions, car c’est la première chose que le correcteur voit, et elles comptent pour beaucoup dans la note. Les trois questions secondaires forment finalement le plan ! Les questions peuvent avoir un lien entre elles, mais ce n’est pas obligatoire.

 

La formulation de la question principale

Étape très importante dans la rédaction de la synthèse, la formulation de la question principale demande beaucoup de concentration. Sur le fond, tu dois trouver une question qui englobe le thème mais qui reste assez précise. Une question trop large sera clairement dévalorisée. Par exemple, une question comme « quelles sont les grandes transformations de la société moderne ? » est beaucoup trop large.

Sur la forme, la question doit être claire et concise, et compter entre 8 et 15 mots. Les mots importants du thème principal doivent être présents, pour que le correcteur voit tout de suite si tu as compris les textes ou non. La question peut-être ouverte ou fermée, il n’y a aucune règle concernant cet aspect. Rédiger la question principale est très long et compliqué. On te conseille de rédiger plusieurs questions, de voir si elles s’enchaînent bien avec les questions secondaires, et de choisir la meilleure. Tu peux éventuellement modifier un mot ou deux dans les questions secondaires pour que le tout s’enchaîne bien.

 

La rédaction au brouillon

Lorsque toutes les questions sont trouvées et les idées mises en place, tu peux passer à l’étape de rédaction. Il faut impérativement rédiger toute la synthèse au brouillon. Lors de la rédaction, tu dois garder une idée en tête : le nombre de mots. La synthèse doit faire 300 mots en tout, et tu as déjà rédigé les questions. Il ne te reste plus qu’environ 80 mots par paragraphe, ce qui est très peu. Tu dois donc être très clair et concis dans la façon de rédiger : vas droit au but et énonce les pensées de l’auteur.

Pour répartir les auteurs, c’est assez simple : l’objectif est de faire une phrase par auteur, et bien sûr il faut obligatoirement mentionner les trois auteurs dans chaque partie. De plus, n’oublie pas que le but de la synthèse est de confronter les textes. Cette confrontation doit transparaître dans ta copie. Privilégie les mots de liaison tels que « À l’inverse », « De même » …

Surtout, fais attention à bien reformuler. Cela permet de montrer que tu as bien compris les textes, et de toutes façons la paraphrase est sanctionnée. Évite de trop citer les textes, et si tu le fais n’oublie pas les guillemets.

 

La rédaction au propre

La dernière étape de la synthèse consiste à recopier proprement, mot pour mot, ce que tu as écrit au brouillon. Surtout fais attention à l’orthographe, à la clarté de l’écriture et au nombre de mots. Pour la forme, il faut suivre ce schéma :

Question principale ?

— Saut de ligne —

Question secondaire 1 ?

Alinéa, paragraphe 1

— Saut de ligne —

Question secondaire 2 ?

Alinéa, paragraphe 2

— Saut de ligne —

Question secondaire 3 ?

Alinéa, paragraphe 3

 

Lorsque tu as fini de rédiger, compte les mots et mets une barre tous les 50 ou 100 mots. Tu peux éventuellement mettre le nombre de mots dans la marge (à chaque fois que tu atteins un palier). Indique enfin le nombre exact de mots à la fin de la copie. Surtout, ne mens pas ! Tu perdras des points si tu fais plus que 330 mots ou moins que 270 mots, mais tu en perdras encore plus si le correcteur voit que tu as menti.

 

La gestion du temps ou comment rentabiliser les 4h d’épreuve

Pour faire une synthèse de textes ESCP, tu as 4h, ce qui peut paraître très long, quand on sait qu’il ne faut écrire que 300 mots. Mais si tu suis la méthode qu’on vient de décrire, tu verras que 4h, ce n’est pas de trop.

La première étape de lecture dure entre 30 et 45 minutes, en fonction de la longueur et de la complexité des textes. La mise en place des idées se fait relativement vite une fois que les textes sont lus : 20 à 30 minutes te suffiront largement. L’élaboration du plan et des questions secondaires et la partie la plus longue, car toute ta synthèse repose sur cette structure. Tu peux donc y consacrer une bonne heure. Vient ensuite la rédaction de la question principale. C’est difficile, mais assez rapide, puisqu’il s’agit uniquement d’une question. Consacre-y environ 10 ou 15 minutes. La rédaction au brouillon est aussi très longue, tu peux y passer une heure. Il te reste donc environ 30 minutes pour recopier la synthèse et te relire.

 

Les erreurs à éviter en synthèse de textes ESCP

Certaines erreurs sont fatales pour la synthèse de textes, et peuvent largement diminuer ta note. Parmi elles, il est clair que tu dois impérativement respecter la forme du devoir : impossible de dépasser le nombre de mots, de ne pas faire trois paragraphes ou de ne pas faire des questions… Tu ne dois pas non plus oublier d’indiquer le nombre de mots ou les barres tous les 100 mots.

Le piège principal de la synthèse réside dans le choix des questions principales et secondaires. On peut parfois échanger une question secondaire avec ce qui devrait être la question principale, et vice-versa. Il en résulte une synthèse assez bancale, et un plan peu logique. Fais bien attention à ce que ta question principale englobe toutes les autres !

 

Nos conseils pour réussir l’épreuve

Premièrement, lis attentivement tous les rapports de jury. Ils sont très complets, et te donne de nombreuses indications pour mieux aborder la synthèse.

N’hésite pas à passer du temps sur l’élaboration des questions : c’est vraiment une étape cruciale dans la synthèse de textes. On te conseille de reprendre les mots des titres et des textes dans les questions, pour être sûr de ne pas faire un hors sujet.

En revanche, dans les paragraphes de la synthèse de textes ESCP, il faut toujours reformuler au maximum. N’oublie pas que l’épreuve de synthèse de textes ESCP est aussi une épreuve de culture générale ! D’ailleurs, si tu peux ajouter quelques éléments de culture générale, n’hésite pas. Par exemple, le mouvement de pensée de l’auteur, ou l’objet global de l’ouvrage (si tu l’as lu en entier).

Soigne particulièrement la rédaction. Les rapports de jury le disent, la synthèse de textes est une épreuve de langue française, donc le correcteur sera très attentif à l’orthographe et au vocabulaire employé. Tu peux éventuellement regarder les règles de rédaction, comme le moment où l’on met des guillemets en citation ou les règles sur les majuscules pour les titres, c’est toujours utile !

Enfin, garde en tête le but de l’épreuve : confronter les trois textes. Ta synthèse ne doit pas être une juxtaposition d’idées différentes, il faut que tu montre en quoi les auteurs se contredisent ou se complètent.

 

Maintenant, l’épreuve n’a plus de secrets pour toi ! Bon courage 😊

Lire aussi : Méthode – Contraction de texte

Lisa Schneider